Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 08:43

Malgré l’implosion lyonnaise, les échecs parisiens et marseillais, et les incertitudes paloises, le MoDem a finalement atteint ses objectifs : rendre le MoDem incontournable.


_ydesarnezbayrou609685038-le-modem-pour-un-partenariat-sans-soumission.jpgLe premier tour des élections municipales et cantonales du 9 mars 2008 a donné incontestablement un avantage à la gauche, sans pour autant donner une trop rude leçon à la majorité présidentielle qui parfois conquiert certaines villes (Le Puy, Chaumont), mais en perd aussi dès le premier tour (Rouen, Bourg-en-Bresse, Dieppe, Vierzon, Alençon, Chalon-sur-Saône, Rodez) et risque d’en perdre encore beaucoup au second tour (Angoulême, Amiens, Blois, Orléans, Corbeil-Essonnes, voire Strasbourg, Toulouse, Périgueux et même Marseille, ces quatre dernières étant très incertaines).


La grande diversité des situations locales

Il reste en effet que, comme l’a expliqué au soir des élections une Roselyne Bachelot avec son ton habituel, ces élections sont d’abord le résultat d’enjeux très locaux avec des situations très différentes et il serait bien difficile de trouver un ‘sens’ national unique.

La très grande prime au sortant, quelle que soit son étiquette, a montré d’ailleurs que le bilan du maire et les projets de ses concurrents étaient sans doute l’élément clef, ou, si on reste au niveau des personnalités, la forte notoriété de certains candidats et leur ancrage dans leur commune ont joué un rôle prédominant.


Une stratégie pragmatique

Lors de la préparation des élections législatives de juin 2007, j’avais critiqué assez fortement le MoDem pour n’avoir pas pris en compte, dans sa stratégie, l’implacable scrutin majoritaire uninominal à deux tour (combattu peut-être mais qui existe bel et bien). Son jusqu’auboutisme indépendantiste ne pouvait que déboucher sur un échec très regrettable en nombre d’élus à l’Assemblée Nationale (trois) alors que François Bayrou représentait, quelques semaines auparavant, 18% des électeurs.

Je dois dire que pour ces élections municipales (je n’évoque pas les cantonales), j’ai plus apprécié la stratégie du MoDem même si elle peut être difficilement défendable sur le plan national. Et même si elle apparaît un peu désordonnée.

En clair, l’idée était de prendre en compte la situation de la commune. De faire une liste autonome du MoDem en principe (comme pour les autres élections) mais de s’allier parfois au premier tour, parfois au second tour, avec les forces qui proposent un projet municipal que le MoDem approuve, indépendamment de l’étiquette politique.


Opportunisme ?

Bien sûr, on peut aisément imaginer qu’une telle stratégie a pour conséquence de se rassembler avec les listes susceptibles de gagner, par pur opportunisme (comme à Lyon, à Montpellier ou à Dijon) afin de rafler le maximum d’élus. En ce qui me concerne, j’aurais bien du mal à faire ce reproche d’électoralisme, sans savoir au fond s’il est justifié ou pas, puisque j’ai toujours pensé qu’un parti politique était fait pour avoir des élus, sans évidemment renier ses principes (l’autonomie n’est pas un principe mais une stratégie).


Ou choix des meilleurs ?

L’alliance avec Alain Juppé à Bordeaux (qui n’était pas donné gagnant et était plutôt dans une sorte de spirale de l’échec après les législatives de juin 2007), celle avec Xavier Darcos à Périgueux (en situation délicate), celle avec Philippe Mottet à Angoulême (en ballottage défavorable), ou même la liste de François Bayrou à Pau ont montré que cette stratégie pouvait être courageuse et pas seulement fondée sur le pragmatisme.

François Bayrou avait tout à perdre à s’impliquer personnellement dans cette élection plutôt difficile alors que Ségolène Royal (qui avait échoué, il y a quelques temps, dans son objectif de devenir maire de Niort contre un socialiste), si elle a beaucoup participé à la campagne des socialiste, elle n’a pris aucun risque personnel.

Le sort très incertain de Marseille montre en tout cas que cette stratégie d’alliance (ici avec le socialiste Jean-Noël Guérini) n’est pas sans risque. Sans doute les décisions d’alliances dépendent beaucoup de la personnalité de la tête de liste : on ne pouvait imaginer un ralliement de Jean-Luc Bennahmias à Gaudin, mais si le choix du candidat MoDem s’était porté sur Jacques Rocca-Serra (devenu candidat UMP qui a échoué dans le 2e
secteur), une alliance au second tour avec Jean-Claude Gaudin aurait été très probable.

Même réflexion sur l’alliance du MoDem au second tour avec l’UMP à Toulouse que Jean-Luc Moudenc peut pourtant perdre (le premier tour totalise plus de voix à gauche qu’à droite et au centre).


Des alliances regrettables ?

On peut évidemment critiquer des alliances au premier tour parfois contre nature, comme à Grenoble où le MoDem de Philippe de Longevialle s’est rallié à la liste du maire PS sortant Michel Destot comprenant des communistes dès le premier tour (contrairement à Dijon) et qui pourrait reprendre ensuite dans sa majorité des écologistes d’extrême gauche peu en phase avec les idées du MoDem (je ne sais pas s’il y aura fusion des listes PS et Verts, mais sûrement un accord de gestion après).

On peut aussi regretter la constitution de listes MoDem contre des maires sortant issus de l’UDF-bayrouiste (c’est-à-dire, qui n’ont pas rallié l’UMP en 2002), comme Jean-Christophe Lagarde (député NC) brillamment réélu à Drancy (au long passé communiste) avec 69,5% (mieux que Jean-François Copé à Meaux !), ou encore Nicolas Perruchot, à Blois.


Résultats décevants dans des grandes villes

La situation dans les très grandes villes est plutôt décevante pour le MoDem, souvent très en dessous des 10% fatidiques pour pouvoir se maintenir au second tour ou négocier fermement avec d’autres listes : 5,5% à Marseille ; 5,7% à Strasbourg (victime des profondes divisions centristes comme à Lyon) ; 5,9% à Toulouse (où la liste de Jean-Luc Forget était la poursuite d’une rivalité ancestrale avec le maire sortant Jean-Luc Moudenc, tous les deux anciens centristes du CDS) ; 14,7% à Nancy (alors que la tête de liste Françoise Hervé avait déjà atteint les 20% et est reconnue par tous comme une très bonne connaisseuse des dossiers de sa ville) ; 7,8% à Lille (où Jacques Richir était parfois contesté) ; 7,5% à Caen (où la liste de Philippe Lailler, MoDem, était en concurrence avec une liste du Nouveau Centre).


De beaux scores en Seine-en-Marne

Mais dans d’autres villes, le MoDem a fait de très beaux scores et est souvent incontournable dans les préparatifs du second tour.

Notamment en Seine-et-Marne.

Je cite, entre autres, Aude Luquet qui a réalisé 15,5% à Melun, mettant en ballottage le maire UMP sortant Gérard Millet ; Charles Napoléon qui, avec ses 21,2% à Nemours, fait jeu égal avec le maire socialiste sortant Jean-Pierre Béranger (21 voix d’écart) mais qui n’est qu’en troisième position (et les cinq listes présentes au premier tour peuvent toutes se représenter au second tour !) ; Bruno Grandjean avec 31,3% à Fontainebleau, il menait une liste divers droite soutenue par le MoDem contre le maire UMP sortant Frédéric Valletoux (qui a obtenu 45,9%) ; Patrick Septiers qui a été réélu avec 76,0% à Moret-sur-Loing ; Dominique Maillard avec 17,0% à Roissy-en-Brie.

L’échec d’Ange Anziani à Meaux (6,7% contre maire UMP sortant réélu Jean-François Copé) et de Jean-Michel Scharr (11,3% contre le maire UMP sortant réélu Jean-Pierre Le Poulain) sont le résultat de candidatures contestées en interne (Ange Anziani, ancien premier adjoint de Jean-François Copé, étant considéré comme un ancien RPR et Jean-Michel Scharr s’étant présenté aussi sur le canton de Fontainebleau contre la candidate officiellement investie par le MoDem Armelle Magnan de Bornier, ce qui a empêché la présence d’un candidat du MoDem sur ce canton au second tour).


De beaux scores dans quelques villes importantes

Quelques belles réussites aussi nationalement avec le sénateur Jean-Marie Vanlerenberghe réélu à Arras avec 51,2% et Hervé Chevreau réélu à Épinay-sur-Seine à 60,4%).

D'autres réélections dès le premier tour :
Luc Binsinger avec 53,0% à Saint-Nicolas-de-Port ; Jeran-Michel Tobie avec 60,5% à Ancenis ; Jean-Jacques Jégou avec 53,9% au Plessis-Trévisé ; Rodolphe Thomas avec 53,0% à Hérouville-Saint-Clair ; Olivier Henno avec 64,7% à Saint-André-Lez-Lille ; Denis Badré avec 52,7% à Ville-d’Avray.

Et d’autres listes MoDem dont le comportement pour le second tour va être décisif : François-Xavier de Péretti avec 20,2% à Aix-en-Provence (il devrait fusionner avec une liste de gauche) ; Christophe Grudler avec 16,9% à Belfort (il se maintient au second tour, faisant le jeu du maire sortant chevènementiste) ; Jean-François Mortelette avec 16,2% à Blois (contre le maire sortant Nicolas Perruchot pourtant bayrouiste à l’élection présidentielle et qui a 13% de retard avec la liste de gauche) ; Nathalie Griesbeck (députée européenne) avec 14,7% à Metz (contre le maire sortant Jean-Marie Rausch, en situation critique, dont elle fut la première adjointe ; elle devrait fusionner avec la liste UMP de Marie-Jo Zimmermann qui a obtenu 16,7%) ; Isabelle Le Bal avec 11,6% à Quimper (dont le retrait pourrait rendre difficile l'élection du socialiste Bernard Poignant) ; Gilles Artigues (un des rares députés UDF qui a préféré être au MoDem et ne pas être réélu en juin 2007) avec 20,2% à Saint-Étienne (contre le maire sortant Michel Thollière qui n’a obtenu que 37,9% et dont il a été l’adjoint) ; Christian Leblond avec 12,3% à Asnières (il fusionnera avec toutes les autres listes présentes au premier tour pour battre le maire sortant UMP Manuel Aeschlimann qui n’a obtenu que 41,6%), Éric Chevée avec 13,7% à Chartres (qui fusionnerait avec la liste socialiste contre le maire sortant UMP Jean-Pierre Georges) ; Alcino Alves Pires avec 10,4% à Évreux (où le maire sortant UMP Jean-Pierre Nicolas, successeur récent de Jean-Louis Debré, est en ballottage très légèrement favorable).

Et aussi :
Marc Saint-Denis (conseiller général) avec 19,9% à Vandœuvre-lès-Nancy (face à la maire UMP sortante Françoise Nicolas) ; Kévin Izorce avec 18,7% à Saint-Nazaire (où il arrive devant l’UMP face au maire PS sortant Joël Batteux) ; Xavier Coiffard avec 17,8% à Cholet ; Pierre Bauchet (maire sortant) avec 48,0% à Fleury-lès-Aubrais ; Didier Borotra (maire sortant) avec 41,8% à Biarritz ; Maurice Pollet avec 24,5% à Savigny-le-Temple ; Jean-Marie Borderies avec 16,8% à Lieusaint ; Jean-Yves Jourdain avec 33,6% à Avallon ; Pierre Creuzet avec 20,5% à Nanterre ; Christophe Grébert avec 22,4% à Puteaux (où sévissait la rivalité entre le père et sa fille) ; Vincent Delahaye (maire sortant) avec 49,9% à Massy ; Stéphane Cochepain à 11,0% à Clichy ; Philippe Laurent (maire sortant) avec 40,8% à Sceaux ; Michel Fanget avec 16,0% à Clermont-Ferrand ; Richard Bertrand avec 26,9% à Poissy ; François de Maizières (divers droite soutenu par le MoDem malgré un candidat se revendiquant du MoDem, Stéphane Fillette) avec 39,0% à Versailles contre le candidat UMP Bertrand Devys (24,0%) choisi par le maire UMP sortant Étienne Pinte (tous les deux étaient des adjoints de ce dernier).


16% de moyenne dans les villes où le MoDem est présent et déjà plus de 550 élus

Les résultats complets sont publiés sur
le site du MoDem.

En tout, selon Éric Azière, 554 conseillers municipaux MoDem auraient été élus au 1
er tour et dans les 350 communes environ où le MoDem présentait des listes autonomes, celui-ci recueillerait en moyenne 15,9% des voix (les 3 à 4% indiqués par le Ministère de l’Intérieur étant la moyenne sur l’ensemble des 36 000 communes).


Situation parisienne dramatique et hypocrisies socialistes

La situation à Paris est, en revanche, plutôt pitoyable.

Le MoDem n’a jamais caché qu’il ne soutiendrait pas la démarche (vouée à l’échec) de Françoise de Panafieu au second tour, mais la réaction du maire sortant Bertrand Delanoë, qui n’a besoin plus de personne (ni des Verts, ni du MoDem) pour se faire réélire au second tour, est désolante et se moque beaucoup du MoDem.

En effet, Bertrand Delanoë, voulant ratisser large, essaie de ne pas donner flanc aux accusations de centrisme que lui lancent ses amis de gauche, et a adopté une attitude pour le moins ambiguë : il refuse toute fusion de listes avec le MoDem pour le second tour, mais laisse entendre qu’il pourrait impliquer les élus MoDem dans sa gestion, sans d’ailleurs forcément leur donner des responsabilités.

Proposition très hypocrite puisque cela signifie en gros la mort du MoDem à Paris.

16 listes MoDem pourraient fusionner pour le second tour (soit dans la totalité des arrondissements encore en lice), mais seulement trois peuvent se maintenir au second tour : Marielle de Sarnez dans le 14e (13,9%), Philippe Meyer dans le 5e (14,3%) et Véronique Delvové-Rosset dans le 7e (15,7%). Dans une telle configuration (maintien des listes au second tour), le MoDem aurait bénéficié plutôt d’une élection du maire d’arrondissement dès le premier tour, surtout dans les arrondissements qui l’ont ratée de peu : 4e, 9e, 10e, 13e (ce qui élimine Éric Azière, conseiller de Paris sortant), et 19e
. Concrètement, il y aura donc très peu d’élus parisiens du MoDem.

La décision de Bertrand Delanoë s’explique pourtant facilement : en compétition interne avec Ségolène Royal pour conquérir l’appareil du Parti socialiste, Delanoë suit un vieux précepte mitterrandien qui veut que le PS ne se gagne que sur sa gauche (ce précepte n’avait pas vraiment réussi à Laurent Fabius).

Or aujourd’hui, Ségolène Royal prône une alliance franche et systématique du PS avec le MoDem (que ce dernier ne veut pas, d’ailleurs), agaçant sans aucun doute la plupart des hiérarques socialistes (à commencer par François Hollande).

En maintenant l’archaïque alliance de gauche (PS-PCF-Verts), Bertrand Delanoë montre à l’évidence qu’il ne rénovera jamais le PS. Les Verts et les communistes ne représentent plus grand chose, même si le PCF fait preuve d’un incroyable sursaut grâce à sa très bonne implantation locale, alors que le MoDem serait indispensable au candidat socialiste pour le second tour d’une élection présidentielle… dans le cas, bien sûr, où le candidat du MoDem ne serait pas, lui-même, au second tour.


Un parti très sollicité

Du côté de l’UMP, Patrick Devedjian et Jean-Pierre Raffarin voulaient contracter un accord national avec le MoDem qui a poliment refusé. L’objectif de Patrick Devedjian était notamment de retirer la liste d’Yves Urieta, maire sortant de Pau, socialiste dissident soutenu par l’UMP pour faciliter l’élection très difficile de François Bayrou en contrepartie d’un retrait de Gilles Artigues à Saint-Étienne pour ne pas mettre en danger la réélection de Michel Thollière (Gilles Artigues devrait se maintenir au second tour).


Des comportements très "centristes" mais peu cohérents

La liste MoDem de François Hervé se maintient à Nancy, assurant la 5
e élection d'André Rossinot pour le second tour.

Se maintiennent aussi les listes MoDem à Saint-Étienne (handicapant le maire sortant Michel Thiollière), à Clermont-Ferrand et à Aix-en-Provence et à Quimper (favorisant le PS Bernard Poignant, ancien maire).

La liste MoDem de Colombes a fusionné avec la liste de la maire UMP sortante incluant Rama Yade. À Toulouse aussi, le MoDem fusionne avec l'UMP pour permettre à Jean-Luc Moudenc de sauver sa mairie.

La liste MoDem de Aude Luquet (15,5%) a fusionné avec la liste de gauche(36,3%) à Melun (avec la possibilité de battre le maire UMP sortant Gérard Millet qui n’a eu que 48,%). Même situation à Poissy où la gauche et le MoDem totalisent au premier tour 54%. À Lille aussi, fusion avec la liste de Martine Aubry (qui n'en avait pas besoin). Idem à Marseille où la décision de Jean-Luc Bennahmias de fusionner avec Jean-Noël Guérini est très constestée au sein du MoDem.

La liste MoDem de Blois s'est retirée pour aider la réélection de Nicolas Perruchot.

Le comportement de beaucoup de listes MoDem entre les deux tours, très désordonné et visiblement, s’offrant au mieux offrant sans considération de projet municipal, est déplorable et donne une très mauvaise image du MoDem comparée avec raison aux délices et poisons de la IV
e République.

À tel point que François Bayrou a même dû intervenir pour condamner l’alliance du MoDem avec la liste communiste à Aubagne. Sans pourtant s’opposer à des fusions avec des listes composées en partie de candidats communistes.


Enfin, précisons une évidence : les candidats ne sont pas propriétaires de leurs voix et les consignes de vote ne sont pas toujours suivies dans les urnes, d'autant plus qu'il faut prendre en compte aussi la réserve des abstentionnistes.


Le MoDem existe donc bel et bien dans ce paysage municipal très diversifié, et c’est sain pour le pays.


Aussi sur le blog.


Sylvain Rakotoarison (11 mars 2008)


NB : Les résultats ainsi que la composition complète des listes sont accessibles de façon pratique sur le site du Figaro.




     Article paru sur Agoravox.

 





http://fr.news.yahoo.com/agoravox/20080312/tot-municipales-2008-mission-accomplie-p-89f340e.html

http://www.centpapiers.com/Municipales-francaises-2008,3288

http://www.lepost.fr/article/2008/03/12/1144383_municipales-2008-mission-accomplie-pour-le-modem.html

http://www.francedemocrate.info/spip.php?article454


http://lesjeuneslibres.hautetfort.com/archive/2008/03/11/precisions-sur-le-score-des-municipales-au-1er-tour-du-mouve.html#comments

Partager cet article

Repost0

commentaires

Hervé Torchet 12/03/2008 19:51

Salut Sylvain, beau travail, juste un détail à propos de Quimper : Isabelle Le Bal se maintient et de toutes façons, qu'elle se maintienne ou non, ça n'empêchera sans doute pas Bernard Poignant (PS jadis rocardien) de reprendre la mairie qui a été perdue par la gauche en 2001 et qu'il a tenue de 1989 à 2001, date à laquelle il s'était retiré au profit d'un autre moins apprécié que lui.Concernant Paris, il y aurait beaucoup à dire. Je le fais sur mon blog.Bravo aux Seine-et-Marnais.

SR 12/03/2008 15:37

Bonjour Gérard,Si, je l'ai rajouté un peu plus loin Savigny et Lieusaint.Cordialement.

Gerard Jeffray 12/03/2008 15:09

Bonjour Sylvain,Belle et juste analyse. Pour la Seine et Marne tu as oublié le score remarquable de Maurice Pollet à Savigny le Temple qui fait alliance avec l'UMP contre Mouton le maire PS sortant.Pour ma part, je regrette la décision d'Aude Luquet. Je pense qu'elle est plus motivée par sa "guéguerre" anti Mignon (justifiée d'ailleurs) que par tout autres considérations. De là à aller à la soupe socialiste !!! J'aurais préféré une attitude de maintien comme Charles Napoléon à Nemours..Cela correspond mieux à l'image que je me fais du modem.Bon , c'est vrai que les socialistes et moi on a jamais fait très bon ménage.. Je doisi commencer à me faire trop vieux.AmicalementGérard JEFFRAY

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).