Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 12:46
 

 

 

Les nouveaux sous-ministres du gouvernement de François Fillon

 

 

Un secrétaire d’État s’en va, Christian Estrosi, et six secrétaires d’État arrivent : Christian Blanc, Hubert Falco, Anne-Marie Idrac, Yves Jégo, Alain Joyandet et Nadine Morano.


Le mini-remaniement ministériel du 18 mars 2008 aura été avant tout la victoire de François Fillon sur Nicolas Sarkozy dans les discussions au plus haut sommet de l’État.


Entre Sarkozy et Fillon

Début janvier 2008, Nicolas Sarkozy envisageait un profond changement dans le gouvernement, ou, du moins, le disait pour faire pression sur les ministres. Il envisageait aussi une politisation à outrance des élections municipales.

Mais l’effondrement de la popularité présidentielle, et surtout, la popularité naissante du Premier Ministre François Fillon ont inversé la donne.

François Fillon avait réussi à reprendre la main, déjà lorsqu’il a mis en place un système d’évaluation de ses ministres (Nicolas Sarkozy aurait été agacé par cette initiative de Matignon), et son implication systématique dans la campagne électorale de mars 2008 l’a enfin placé comme le chef reconnu de la majorité parlementaire, faisant le lien entre les directives élyséennes et les doléances des députés UMP qui n’ont pas réussi, entre autres, à avaler la couleuvre du rapport de Jacques Attali.


Sursis pour certains

De fait, le maintien de tous les ministres, ceux dont on annonçait depuis six mois le départ (Hervé Morin, Christine Lagarde, Christine Boutin, Christine Albanel, Hervé Novelli etc.) et ceux qui ont échoué aux municipales (Christine Lagarde, Christine Albanel, Xavier Darcos, Rama Yade), reporte à au-delà du 31 décembre 2008 (fin de la présidence française de l’Union Européenne) le grand chambardement ministériel… ou alors, à après les élections européennes de juin 2009.

Ah non, un secrétaire d’État s’en va : Christian Estrosi, devenu maire de Nice. Il me semble qu’il ait été piégé entre les deux tours par Patrick Devedjian, secrétaire général de l’UMP, lui-même piégé par une question sur le cumul des mandats de Jean-Michel Aphatie sur RTL, en lui demandant de quitter le gouvernement en cas d’élection. Piège pourtant pas refermé ni par Nicolas Sarkozy ni par François Fillon qui n’ont pas hésité à faire revenir au gouvernement le maire de Toulon.

Dans les derniers jours, la lenteur des décisions laissaient entendre quelques hésitations, et certains se mirent à espérer, à l’instar du nouveau maire d’Agen, le député NC Jean Dionis du Séjour (ex-bayrouiste), du sénateur MoDem de Lyon, Michel Mercier (surtout préoccupé par sa réélection à la tête du Conseil général du Rhône), ou du secrétaire général adjoint de l’UMP, Dominique Paillé (ex-UDF).


Retour au professionnalisme politique

Ce remaniement est finalement le retour à la politique traditionnelle et la fin des originalités sarkozyennes.

Dans les changements, les deux sous-ministres conquérants d’une ville, Laurent Wauquiez et Luc Chatel, sont promus, et Alain Marleix, l’expert élections de l’UMP, va commencer, auprès de Michèle Alliot-Marie, le si attendu mais si explosif projet de redécoupage électoral.

Mais le principal enseignement de ces changements, c’est que Xavier Bertrand n’obtient pas la responsabilité de l’Emploi qu’il voulait compléter avec le Travail et au contraire, Christine Lagarde, qui en avait la charge, s’étoffe d’un secrétariat d’État (confié au jeune espoir Laurent Wauquiez qui sera présent à chaque Conseil des ministres). Une marque de François Fillon qui était contre tout renforcement des responsabilités de Xavier Bertrand (qui s’étoffe malgré tout d’un secrétariat à la Famille).

Dans les arrivées, trois personnalités, très fidèles à Nicolas Sarkozy dès 2002, dont deux porte-parole de l’UMP, sont enfin nommées, alors qu’elles étaient attendues dès juin 2007 : Nadine Morano (malgré son échec assumé à Toul), Yves Jégo (qui sera aussi présent à chaque Conseil des ministres) et Alain Joyandet (moins connu).


Voici donc les six nouveaux secrétaires d’État.


Christian Blanc chargé du Grand Paris

65 ans, député depuis 2002, ancien président de la RATP et d’Air France.

Christian Blanc est avant tout un rocardien qui a su mener à bien la réconciliation en Nouvelle-Calédonie avec les Accords de Matignon en 1988.

Démarrant une carrière de haut fonctionnaire (il est préfet de Seine-et-Marne en 1985), il se voit confier la RATP en 1989 puis Air France en 1993, deux postes dont il a démissionné à la suite de désaccords avec le gouvernement. Il poursuit son chemin de manière très diverses (notamment avec des start up et une banque).

Il entre dans le monde politique en 2002 lors de l’élection partielle consécutive à la démission d’Anne-Marie Idrac. La troisième circonscription des Yvelines est UDF, mais l’UMP cherchant à la conquérir, François Bayrou réussit à convaincre Christian Blanc de se présenter et est finalement élu député contre le candidat UMP, renforçant le sentiment d’existence de l’UDF malgré la transhumance des parlementaires provoquée par la création de l’UMP.

En 2006, il demande audacieusement la démission de Jacques Chirac pour stopper l’immobilisme et lance un comité d’action pour la modernisation de la France avec Alain Lambert et Jean-Marie Bockel (maintenant, son collègue au gouvernement), insistant notamment sur péril de l’importante dette publique comme l’a si souvent martelé François Bayrou dans sa campagne présidentielle.

Pourtant, en 2007, comme André Santini, Christian Blanc soutient dès le premier tour de la présidentielle Nicolas Sarkozy puis se fait réélire député sous l’étiquette NC.

Christian Blanc a beaucoup réfléchi sur l’indispensable redynamisation de l’économie française et fut à l’origine de la création des pôles de compétitivité mis en place par Jean-Pierre Raffarin.


Hubert Falco chargé de l’Aménagement du Territoire

60 ans, maire de Toulon depuis 2001.

Hubert Falco est une vieux routier de la politique varoise et après les baronnies de Maurice Arreckx et de François Trucy, il est devenu le maître du Var lorsqu’il a repris au FN Jean-Marie Chevallier la mairie de Toulon.

Loin du sérail politique, Hubert Falco assume ses origines modestes et son absence de diplôme due à la mort de son père et à la reprise de l’entreprise familiale.

Élu député en 1988, puis 1993, élu sénateur en 1995, Hubert Falco devient président du Conseil général du Var en 1994 (à la suite de l’échec de Maurice Arreckx battu par un FN), qu’il abandonne en 2001 pour cause de cumul de mandats. Il devient Secrétaire d’État aux Personnes âgées entre 2002 et 2004.

Hubert Falco est en quelques sortes le nettoyeur du système Arreckx dans le Var et a misé sur sa volonté de rendre plus transparente la vie politique varoise.


Anne-Marie Idrac chargée du Commerce extérieur

56 ans, ancienne présidente de la RATP et de la SNCF.

Anne-Marie Idrac est née dans la politique, fille d’André Colin, ancien résistant et un des leaders de la démocratie chrétienne bretonne, membre MRP de sept gouvernements entre 1946 et 1958.

D’abord ‘technocrate’ et énarque, épouse de préfet, elle entre dans les deux gouvernements Juppé comme Secrétaire d’État aux Transports (1995-1997) puis s’investit à l’UDF, devenant une jeune espoir de François Bayrou qui la bombarde secrétaire générale de l’UDF et lui donne une investiture dans la 3e circonscription des Yvelines.

Élue députée en 1997 puis 2002, elle s’éloigne de la politique pour prendre en charge la RATP en 2002 puis la SNCF en 2006 (pour succéder à Louis Gallois nommé à EADS) dont elle ne voit pas le renouvellement de mandat en février 2008.

Son retour en politique en fait une nouvelle ‘centriste sarkozyste’ (dont je ne connais pas l’étiquette officielle) au sein du gouvernement au même titre que Christian Blanc.


Yves Jégo chargé de l’Outre-Mer

46 ans, maire de Montereau depuis 1995, député de Seine-et-Marne depuis 2002.

En politique depuis presque trente ans, il est fonctionnaire territorial depuis 1986. Gaulliste social, il a exprimé des idées progressistes sur la politique de la ville, l’intégration (sa ville s’y prête bien), l’entrée de la Turquie à l’Union Européenne…

Certains pensent que sa grande fidélité à Nicolas Sarkozy auraient dissuadé Jean-Pierre Raffarin puis Dominique de Villepin de le nommer dans leur équipe gouvernementale en avril 2004 puis en juin 2005.

Chargé des nouveaux adhérents UMP, Yves Jégo souhaiterait se présenter à la présidence du Conseil régional d’Île-de-France en 2010 (convoitée aussi par un autre secrétaire d’État, Roger Karoutchi).

Dans son blog ce 19 mars 2008, Yves Jégo s’engage ainsi dans ses nouvelles responsabilités : « Je m’emploierai à démontrer que l’Outre-Mer, fort de son métissage et de sa jeunesse, est une chance pour la France ».

La nomination d’Yves Jégo va sans doute rééquilibrer la situation au sein de l’UMP de Seine-et-Marne, dominée par les anciens ministres Jean-François Copé (député-maire de Meaux et président du groupe des députés UMP) et Christian Jacob (député-maire de Provins et président de l’UMP de Seine-et-Marne).


Alain Joyandet chargé de la Coopération et de la Francophonie

54 ans, maire de Vesoul depuis 1995.

Ancien journaliste, il fonde un groupe de presse locale (Franche-Comté). Sénateur de 1995 à 2002 et député depuis 2002.

Ami d’Alain Juppé, puis proche de Nicolas Sarkozy, qui l’a conforté par un déplacement à Vesoul à trois jours du premier tour des municipales, Alain Joyandet est secrétaire national de l’UMP chargé des fédérations et a échoué face à Jean-François Copé pour diriger le groupe des députés UMP.

Dans son blog ce 19 mars 2008, il ne cache pas sa joie d’être nommé au gouvernement.


Nadine Morano chargée de la Famille

44 ans, députée de Toul depuis juin 2002 et porte-parole de l’UMP.

J’aurais plus de mal à l’objectivité avec Nadine Morano car je la connais depuis 1988 à Nancy. C’est une jeune femme qui n’a pas sa langue dans sa poche et sa franchise, que j’ai vu œuvrer auprès de tous (contre tous ?!), y compris les plus grands, est très rafraîchissante et part du principe que chacun est égal et que les titres et fonctions ne font pas d’une personne un surhomme infaillible.

Son rôle de porte-parole de l’UMP en a fait un ‘roquet’ désagréable allant parfois à faire des déclarations très excessives et totalement infondées (notamment sur la rétention de sûreté).

J’espère que cette nouvelle fonction permettra à Nadine Morano de donner toute sa mesure dans des sujets où elle a des idées très peu orthodoxes (notamment sur l’homosexualité ou sur l’euthanasie).


Un peu plus de politique, un peu moins de paillettes

Un petit tour de vis très politique, replié sur l’UMP, sans ouverture socialiste ni débauchage centriste (ni Jean-Marie Cavada ni Michel Mercier ne font leur entrée au gouvernement).

Bref, une opération chirurgicale pour mieux professionnaliser l’action gouvernemental.

François Fillon a de quoi pavoiser.

Enfin, sauf pour les 63% qui jugent aujourd’hui inefficace l’action économique de son gouvernement.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (19 mars 2008)



Pour aller plus loin :

Changements dans la composition gouvernementale.

Communiqué de l’Élysée du 18 mars 2008 à 20h03.


Composition actualisée du 2
e gouvernement de François Fillon.

Les modifications à l’Élysée.

  

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=37646

http://fr.news.yahoo.com/agoravox/20080319/tot-les-nouveaux-sous-ministres-du-gouve-89f340e.html

http://www.centpapiers.com/France-les-nouveaux-sous-ministres,3353

http://www.lepost.fr/article/2008/03/19/1167718_les-nouveaux-sous-ministres-du-gouvernement-de-francois-fillon.html


http://www.francedemocrate.info/spip.php?article464


Le mini-remaniement ministériel du 18 mars 2008 aura été avant tout la victoire de François Fillon sur Nicolas Sarkozy dans les discussions au plus haut sommet de l’État.

 

 

.Entre Sarkozy et Fillon

 

Début janvier 2008, Nicolas Sarkozy envisageait un profond changement dans le gouvernement, ou, du moins, le disait pour faire pression sur les ministres. Il envisageait aussi une politisation à outrance des élections municipales.

 

Mais l’effondrement de la popularité présidentielle, et surtout, la popularité naissante du Premier Ministre François Fillon ont inversé la donne.

 

François Fillon avait réussi à reprendre la main, déjà lorsqu’il a mis en place un système d’évaluation de ses ministres (Nicolas Sarkozy aurait été agacé par cette initiative de Matignon), et son implication systématique dans la campagne électorale de mars 2008 l’a enfin placé comme le chef reconnu de la majorité parlementaire, faisant le lien entre les directives élyséennes et les doléances des députés UMP qui n’ont pas réussi, entre autres, à avaler la couleuvre du rapport de Jacques Attali.

 

 

.Sursis pour certains

 

De fait, le maintien de tous les ministres, ceux dont on annonçait depuis six mois le départ (Hervé Morin, Christine Lagarde, Christine Boutin, Christine Albanel, Hervé Novelli etc.) et ceux qui ont échoué aux municipales (Christine Lagarde, Christine Albanel, Xavier Darcos, Rama Yade), reporte à au-delà du 31 décembre 2008 (fin de la présidence française de l’Union Européenne) le grand chambardement ministériel… ou alors, à après les élections européennes de juin 2009.

 

dont on annonçait

http://rakotoarison.over-blog.com/article-17685001.html

 

Ah non, un secrétaire d’État s’en va : Christian Estrosi, devenu maire de Nice. Il me semble qu’il ait été piégé entre les deux tours par Patrick Devedjian, secrétaire général de l’UMP, lui-même piégé par une question sur le cumul des mandats de Jean-Michel Aphatie sur RTL, en lui demandant de quitter le gouvernement en cas d’élection. Piège pourtant pas refermé ni par Nicolas Sarkozy ni par François Fillon qui n’ont pas hésité à faire revenir au gouvernement le maire de Toulon.

 

Dans les derniers jours, la lenteur des décisions laissaient entendre quelques hésitations, et certains se mirent à espérer, à l’instar du nouveau maire d’Agen, le député NC Jean Dionis du Séjour (ex-bayrouiste), du sénateur MoDem de Lyon, Michel Mercier (surtout préoccupé par sa réélection à la tête du Conseil général du Rhône), ou du secrétaire général adjoint de l’UMP, Dominique Paillé (ex-UDF).

 

quelques hésitations

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Fran%C3%A7ois_Fillon_%282%29

 

à l’instar du nouveau agen

http://www.lepost.fr/article/2008/03/18/1163992_agen-et-si-le-nouveau-maire-devenait-secretaire-d-etat.html

 

mercier

http://fr.news.yahoo.com/ap/20080318/tpl-gouvernement-remaniement-fillon-cfb2994.html

 

Dominique Paillé

http://fr.news.yahoo.com/ap/20080317/tpl-sarkozy-gouvernement-elysee-cfb2994_2.html

 

 

.Retour au professionnalisme politique

 

Ce remaniement est finalement le retour à la politique traditionnelle et la fin des originalités sarkozyennes.

 

Dans les changements, les deux sous-ministres conquérants d’une ville, Laurent Wauquiez et Luc Chatel, sont promus, et Alain Marleix, l’expert élections de l’UMP, va commencer, auprès de Michèle Alliot-Marie, le si attendu mais si explosif projet de redécoupage électoral.

 

Mais le principal enseignement de ces changements, c’est que Xavier Bertrand n’obtient pas la responsabilité de l’Emploi qu’il voulait compléter avec le Travail et au contraire, Christine Lagarde, qui en avait la charge, s’étoffe d’un secrétariat d’État (confié au jeune espoir Laurent Wauquiez qui sera présent à chaque Conseil des ministres). Une marque de François Fillon qui était contre tout renforcement des responsabilités de Xavier Bertrand (qui s’étoffe malgré tout d’un secrétariat à la Famille).

 

Dans les arrivées, trois personnalités, très fidèles à Nicolas Sarkozy dès 2002, dont deux porte-parole de l’UMP, sont enfin nommées, alors qu’elles étaient attendues dès juin 2007 : Nadine Morano (malgré son échec assumé à Toul), Yves Jégo (qui sera aussi présent à chaque Conseil des ministres) et Alain Joyandet (moins connu).

 

échec assumé à Toul

http://fr.news.yahoo.com/ap/20080319/tpl-gouvernement-remaniement-morano-cfb2994.html

 

 

Voici donc les six nouveaux secrétaires d’État.

 

 

.Christian Blanc chargé du Grand Paris

 

65 ans, député depuis 2002, ancien président de la RATP et d’Air France.

 

Christian Blanc est avant tout un rocardien qui a su mener à bien la réconciliation en Nouvelle-Calédonie avec les Accords de Matignon en 1988.

 

Démarrant une carrière de haut fonctionnaire (il est préfet de Seine-et-Marne en 1985), il se voit confier la RATP en 1989 puis Air France en 1993, deux postes dont il a démissionné à la suite de désaccords avec le gouvernement. Il poursuit son chemin de manière très diverses (notamment avec des start up et une banque).

 

Il entre dans le monde politique en 2002 lors de l’élection partielle consécutive à la démission d’Anne-Marie Idrac. La troisième circonscription des Yvelines est UDF, mais l’UMP cherchant à la conquérir, François Bayrou réussit à convaincre Christian Blanc de se présenter et est finalement élu député contre le candidat UMP, renforçant le sentiment d’existence de l’UDF malgré la transhumance des parlementaires provoquée par la création de l’UMP.

 

En 2006, il demande audacieusement la démission de Jacques Chirac pour stopper l’immobilisme et lance un comité d’action pour la modernisation de la France avec Alain Lambert et Jean-Marie Bockel (maintenant, son collègue au gouvernement), insistant notamment sur péril de l’importante dette publique comme l’a si souvent martelé François Bayrou dans sa campagne présidentielle.

 

Pourtant, en 2007, comme André Santini, Christian Blanc soutient dès le premier tour de la présidentielle Nicolas Sarkozy puis se fait réélire député sous l’étiquette NC.

 

Christian Blanc a beaucoup réfléchi sur l’indispensable redynamisation de l’économie française et fut à l’origine de la création des pôles de compétitivité mis en place par Jean-Pierre Raffarin.

 

 

.Hubert Falco chargé de l’Aménagement du Territoire

 

60 ans, maire de Toulon depuis 2001.

 

Hubert Falco est une vieux routier de la politique varoise et après les baronnies de Maurice Arreckx et de François Trucy, il est devenu le maître du Var lorsqu’il a repris au FN Jean-Marie Chevallier la mairie de Toulon.

 

Loin du sérail politique, Hubert Falco assume ses origines modestes et son absence de diplôme due à la mort de son père et à la reprise de l’entreprise familiale.

 

loin du sérail politique

http://www.nouveleconomiste.fr/Portraits/1227-Falco.html

 

Élu député en 1988, puis 1993, élu sénateur en 1995, Hubert Falco devient président du Conseil général du Var en 1994 (à la suite de l’échec de Maurice Arreckx battu par un FN), qu’il abandonne en 2001 pour cause de cumul de mandats. Il devient Secrétaire d’État aux Personnes âgées entre 2002 et 2004.

 

Hubert Falco est en quelques sortes le nettoyeur du système Arreckx dans le Var et a misé sur sa volonté de rendre plus transparente la vie politique varoise.

 

 

.Anne-Marie Idrac chargée du Commerce extérieur

 

56 ans, ancienne présidente de la RATP et de la SNCF.

 

Anne-Marie Idrac est née dans la politique, fille d’André Colin, ancien résistant et un des leaders de la démocratie chrétienne bretonne, membre MRP de sept gouvernements entre 1946 et 1958.

 

D’abord ‘technocrate’ et énarque, épouse de préfet, elle entre dans les deux gouvernements Juppé comme Secrétaire d’État aux Transports (1995-1997) puis s’investit à l’UDF, devenant une jeune espoir de François Bayrou qui la bombarde secrétaire générale de l’UDF et lui donne une investiture dans la 3e circonscription des Yvelines.

 

Élue députée en 1997 puis 2002, elle s’éloigne de la politique pour prendre en charge la RATP en 2002 puis la SNCF en 2006 (pour succéder à Louis Gallois nommé à EADS) dont elle ne voit pas le renouvellement de mandat en février 2008.

 

Son retour en politique en fait une nouvelle ‘centriste sarkozyste’ (dont je ne connais pas l’étiquette officielle) au sein du gouvernement au même titre que Christian Blanc.

 

 

.Yves Jégo chargé de l’Outre-Mer

 

46 ans, maire de Montereau depuis 1995, député de Seine-et-Marne depuis 2002.

 

En politique depuis presque trente ans, il est fonctionnaire territorial depuis 1986. Gaulliste social, il a exprimé des idées progressistes sur la politique de la ville, l’intégration (sa ville s’y prête bien), l’entrée de la Turquie à l’Union Européenne…

 

Certains pensent que sa grande fidélité à Nicolas Sarkozy auraient dissuadé Jean-Pierre Raffarin puis Dominique de Villepin de le nommer dans leur équipe gouvernementale en avril 2004 puis en juin 2005.

 

Chargé des nouveaux adhérents UMP, Yves Jégo souhaiterait se présenter à la présidence du Conseil régional d’Île-de-France en 2010 (convoitée aussi par un autre secrétaire d’État, Roger Karoutchi).

 

Dans son blog ce 19 mars 2008, Yves Jégo s’engage ainsi dans ses nouvelles responsabilités : « Je m’emploierai à démontrer que l’Outre-Mer, fort de son métissage et de sa jeunesse, est une chance pour la France ».

 

dans son blog

http://yvesjego.typepad.com/blog/2008/03/message-de-resp.html

 

La nomination d’Yves Jégo va sans doute rééquilibrer la situation au sein de l’UMP de Seine-et-Marne, dominée par les anciens ministres Jean-François Copé (député-maire de Meaux et président du groupe des députés UMP) et Christian Jacob (député-maire de Provins et président de l’UMP de Seine-et-Marne).

 

 

.Alain Joyandet chargé de la Coopération et de la Francophonie

 

54 ans, maire de Vesoul depuis 1995.

 

Ancien journaliste, il fonde un groupe de presse locale (Franche-Comté). Sénateur de 1995 à 2002 et député depuis 2002.

 

Ami d’Alain Juppé, puis proche de Nicolas Sarkozy, qui l’a conforté par un déplacement à Vesoul à trois jours du premier tour des municipales, Alain Joyandet est secrétaire national de l’UMP chargé des fédérations et a échoué face à Jean-François Copé pour diriger le groupe des députés UMP.

 

Dans son blog ce 19 mars 2008, il ne cache pas sa joie d’être nommé au gouvernement.

 

dans son blog

http://www.joyandet.fr/site/index.php?2008/03/19/263-nomme-au-secretaire-d-etat-a-la-cooperation-et-a-la-francophonie

 

 

.Nadine Morano chargée de la Famille

 

44 ans, députée de Toul depuis juin 2002 et porte-parole de l’UMP.

 

J’aurais plus de mal à l’objectivité avec Nadine Morano car je la connais depuis 1988 à Nancy. C’est une femme qui n’a pas sa langue dans sa poche et sa franchise, que j’ai vu œuvrer auprès de tous (contre tous ?!), y compris les plus grands, est très rafraîchissante et part du principe que chacun est égal et que les titres et fonctions ne font pas d’une personne un surhomme infaillible.

 

Son rôle de porte-parole de l’UMP en a fait un ‘roquet’ désagréable allant parfois à faire des déclarations très excessives et totalement infondées (notamment sur la rétention de sûreté).

 

J’espère que cette nouvelle fonction permettra à Nadine Morano de donner toute sa mesure dans des sujets où elle a des idées très peu orthodoxes (notamment sur l’homosexualité ou sur l’euthanasie).

 

idées très progressistes

http://fr.news.yahoo.com/afp/20080319/tpl-gouvernement-social-famille-euthanas-ee974b3.html

 

 

.Un peu plus de politique, un peu moins de paillettes

 

Un tour de vis très politique, replié sur l’UMP, sans ouverture socialiste ni débauchage centriste (ni Jean-Marie Cavada ni Michel Mercier ne font leur entrée au gouvernement).

 

Bref, une opération chirurgicale pour mieux professionnaliser l’action gouvernemental.

 

François Fillon a de quoi pavoiser.

 

Enfin, sauf pour les 63% qui jugent aujourd’hui inefficace l’action économique de son gouvernement.

 

63% jugent

http://www.lexpress.fr/inof/quotidien/actu.asp?id=468532&xtor=RSS-96

 

 

 

Aussi sur le blog.

http://rakotoarison.over-blog.com/article-17870198.html

 

 

Sylvain Rakotoarison (19 mars 2008)

http://www.rakotoarison.eu

 

 

Pour aller plus loin :

 

Changements dans la composition gouvernementale.

http://rakotoarison.over-blog.com/article-17863346.html

 

Communiqué de l’Élysée du 18 mars 2008 à 20h03.

http://elysee.fr/documents/index.php?lang=fr&mode=view&cat_id=1&press_id=1178

 

Composition actualisée du 2e gouvernement de François Fillon.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernement_Fran%C3%A7ois_Fillon_%282%29

 

Les modifications à l’Élysée.

http://www.lejdd.fr/cmc/politique/200811/sarkozy-dans-les-pas-de-mitterrand_103293.html

 

 

http://ann.over-blog.com/ajout-trackback.php?ref=562534&ref_article= 17870198

http://adminv1.over-blog.com/trackback.php?Id= 17870198

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).