Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 15:44

(dépêche)



Passage de témoin dans la famille de Jesse Jackson

LE MONDE | 07.11.08 | 14h45 • Mis à jour le 07.11.08 | 14h45
CHICAGO ENVOYÉE SPÉCIALE

Chicago, le père et le fils sont des figures incontournables. Le révérend Jesse Jackson, 67 ans, a été l'un des compagnons de Martin Luther King. Il dirige dans les quartiers défavorisés du South Side une coalition d'associations qui luttent contre les inégalités raciales. Son fils, Jesse Jackson Junior, 43 ans, représente au Congrès la deuxième circonscription de l'Illinois. A eux deux, ils illustrent le fossé de générations qu'a fait apparaître, dans la communauté noire, la candidature de Barack Obama.

Pendant le discours de victoire de M. Obama, mardi 4 novembre, les caméras ont montré au monde entier les larmes de Jesse Jackson. "Barack Obama était là, debout, si majestueux, a-t-il expliqué le lendemain à la radio publique. Je savais que les gens dans les villages du Kenya, de Haïti, ou dans les palais en Chine ou en Europe regardaient ce jeune Africain-Américain assumer la position de leader." En même temps, il ne pouvait pas s'empêcher de penser aux absents. Martin Luther King, assassiné en 1968 ; Medgar Evers... "C'était un sentiment double. L'ascension de Barack Obama ; et le prix qui avait été payé pour l'amener là."

Candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle en 1984 et 1988, Jesse Jackson avait été surnommé le "président de l'Amérique noire". Il a été tenu à l'écart de la campagne, ce qu'il a eu du mal à accepter. Il a reproché à Barack Obama de fermer les yeux sur les inégalités raciales qui persistent, "pour rassurer les Blancs". Quelques semaines avant le scrutin, il avait été surpris par un micro resté ouvert à reprocher à M. Obama de "prendre les Noirs de haut". M. Obama venait de signifier aux pères africains-américains, prompts à déserter le foyer, qu'ils ont des responsabilités.

Du côté du révérend se reflète la réserve de ceux qui ne veulent pas se laisser emporter par l'événement et qui soulignent que la discrimination n'a pas pris fin le 4 novembre. Ou qui craignent de "baisser la garde", écrit Courtland Milloy, dans le Washington Post, et se demandent comment interpréter le vote des Blancs en faveur de Barack Obama. "Soit mes vues sur les Blancs sont erronées, soit les Blancs ont changé. Je ne peux pas m'habituer tout à fait à l'idée que j'ai tort sur les Blancs. Alors, c'est peut-être que la situation du pays est si effrayante qu'elle dépasse la question de la race."

MÉFIANCE DE LA "VIEILLE GARDE"

Jesse Jackson Junior, lui, est confortablement installé dans les institutions politiques. Né après le combat historique de Martin Luther King, il a réussi à être élu dans un district qui compte 40 % de Blancs. Il codirige la campagne nationale de Barack Obama et a été prompt à se distancier des propos de son père. Il brigue maintenant le fauteuil de Barack Obama au Sénat. Selon la procédure en cas de démission d'un sénateur, c'est le gouverneur de l'Etat qui choisit arbitrairement un remplaçant. Jesse Jackson figure dans les favoris : il a fait valoir qu'il serait souhaitable que le siège reste acquis à un Africain-Américain (M. Obama est l'unique Noir du Sénat).

Quand il s'est lancé dans la course, M. Obama n'avait qu'une poignée de soutiens dans la "vieille garde". La génération historique s'est ralliée, mais Jesse Jackson entend rester critique. "Martin Luther King avait soutenu Kennedy contre Nixon. Il a quand même fallu que nous marchions pour obtenir une loi sur les logements publics. Il avait soutenu Johnson contre Goldwater. Il a quand même fallu manifester pour obtenir le droit de vote. Quand M. Obama sera à la Maison Blanche, tout le monde voudra l'accaparer. Le mouvement des droits civiques devra se rappeler à son attention."

Corine Lesnes
Article paru dans l'édition du 08.11.08




Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).