Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 00:32

(dépêche)

 

 


Être payé pour le démarrage de votre PC

Publié le 21/11/2008 - Source : Presence PC

Une nouvelle forme de procès est en train d’inonder les cours de justice américaine : obliger votre employeur à vous payer pour le temps de démarrage de votre machine.

Travaille ou travaille pas ?
Un article paru dans une revue d’avocat traite d’une nouvelle question juridique posée dans de plus en plus de cours américaines. De nombreux employeurs américains, tels que AT&T, comptabilisent les heures travaillées de leurs employés en fonction de la durée de fonctionnement de leur ordinateur. Les machines en question sont des ordinateurs de bureau et le système compte les heures passées sur la plateforme de travail des employés.

Or, de plus en plus d’employés portent plaintes estimant que leur employeur devrait payer le temps que la machine passe à démarrer et à s’éteindre, ce qui peut avoisiner, selon les plaintes, 15 minutes à 30 minutes par jour. Les employés affirment qu’ils travaillent durant cette période (passent des coups de fil, s’organisent, etc.). Les employeurs affirment que pendant le démarrage des PC, les employés discutent, prennent des pauses café ou cigarettes, bref, ils ne travaillent pas.

30 minutes non payées par jour
C’est une question pour le moins intéressante. 15 minutes à 30 minutes par jour pour le démarrage et l’arrêt de la machine peuvent paraître exagérées. Il faut néanmoins comprendre qu’il s’agit de plateforme lourde appartenant à des centres d’appels par exemple. Une machine mal optimisée peut donc mettre un temps fou à lancer toutes les applications s’exécutant au démarrage et qui permettent souvent à l’employeur de surveiller les activités de l’employé (antivirus, logiciel de surveillance du navigateur web ou des frappes du clavier, lancement de la plateforme permettant de recevoir les appels téléphoniques).

La question est maintenant de savoir si le démarrage d’un PC compte comme du temps travaillé et de savoir si l’employeur n’a pas un devoir d’optimiser les machines ou passer à un système qui démarre plus rapidement.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
C'est vraiment pas sérieux... C'est fou d'en arriver là.
Répondre
J
Sujet très intéressant dont l'intérêt vaut, en creux, par le contraste avec nos pratiques françaises du décompte du temps de travail.<br /> Cet article en dit donc long sur ce qui n'est pas dit. Une mise en perspective aurait été la bien venue. Une touche d'ironie finale aurait peut-être suffit.<br /> Jusqu'à présent le salarié pouvait prétendre être payé dès lors qu'il se rendait au travail avec assiduité. On assiste depuis quelques décennies (dans les pays où un droit du travail est appliqué) à des dérives restreignant le cadre où le salarié peu être rémunéré: pause café, pause cigarette, pause pipi... Les temps de trajet pour mission sont forfaitisés, les forfaits repas en mission ont souvent disparu, les participations de l'employeur aux frais réels ne cessent de diminuer (et parfois d'être niés) jusqu'aux livreurs qui doivent posséder leur propre véhicule pour être embaucher... Bientôt on devra apporter son propre ordinateur au bureau pour avoir le droit de travailler!!!<br /> L'employeur ne cesse de rogner partout où il le peut sur sa part de contrat. Rapport de force ne cessant de pencher à son avantage (chantage au chomage, recul des syndicats,...). Cette dépêche sur le décompte du temps de démarrage d'un ordinateur dans le temps de travail s'inscrit hélas dans la continuité de cette guerre larvée que certains employeurs imposent à leurs salariés et présuppose pour ces derniers de nouveaux reculs.<br /> Car cette guerre inique agit, hélas, de façon insidieuse sur les esprits (comme le fait la calomnie: il en restera toujours quelque chose). Beaucoup d'employeurs n'en sont pas à ce genre de mesquinerie - heureusement - mais on connait bien les outrances de certaines DRH déshumanisant le cadre de travail sous la pression des dirigeants eux-mêmes déshumanisés. Et on voit que quelques années après avoir "attaqué" sur le thème de la pause café, cigarette, pipi, certaines mettent en pratique et ne reculeraient pas devant une forfaitisation pour l'oter, purement et simplement, du temps de travail... Si ce n'est déjà fait (témoignages?). On va, pourquoi pas, bientôt évaluer notre faculté de concentration, lui mettre un ratio et l'appliquer à notre rémunération. Vivement les robots!!!<br /> Mais pour l'heure, on voudrait rendre responsable le salarié de la défaillance des outils de travail mis à sa disposition!!! On ne lui dit pas encore que c'est de sa faute, mais ça revient au même.<br /> A force de pressions de cet ordre, les DRH se transforment en "marchands de tapis" négociant à la minute près le temps effectif de travail... Et dire qu'on accuse les syndicats de revendications mesquines et outrancières. Mais fort heureusement tout cela se passe aux US, pas chez nous ;)
Répondre

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).