Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 01:27

(dépêches)

 

 



Les Groenlandais votent massivement pour l'autonomie renforcée

Mercredi 26 novembre 2008 - 08h48 - LeMonde.fr

 

Avec 75,5 % d'"aap" (oui), les Groenlandais ont massivement voté, mardi 25 novembre, en faveur de l'autonomie élargie vis-à-vis du Danemark. Mais sans doute seront-ils obligés d'adopter une politique de regroupement urbain de la population qu'ils reprochent aux Danois d'avoir appliquée il y a un demi-siècle.

 

Dans la discothèque Manhattan, la seule de Nuuk, capitale de la plus grande île du monde quatre fois la France, mais 56 000 habitants seulement le premier ministre groenlandais, Hans Enoksen, n'avait pas attendu les résultats finaux pour lancer la danse mardi soir. "J'espère connaître un Groenland indépendant avant de quitter la politique", a dit ce responsable de Siumut, le parti social-démocrate local, âgé de 52 ans, qui a entamé depuis des années un processus de "groenlandisation" du pays.

Dès lundi, des affiches annonçant la prochaine étape, le 21 juin 2009, date de l'entrée en vigueur du nouveau traité établissant les relations entre le Groenland et le Danemark, avaient été accrochées dans les couloirs des partis politiques prônant le "oui". A partir de cette date, le Groenland pourra adopter, au rythme qui lui conviendra, 32 domaines de compétences aujourd'hui gérés par le Danemark, dont les plus lourds sont la justice et la police, et les plus alléchants les ressources minérales et pétrolières.

Quand il se jugera prêt, le Groenland pourra surtout de lui-même entamer son processus d'accession à l'indépendance, et n'aura besoin que d'un vote du Parlement danois, qui lui est à ce jour largement acquis. "Nous pouvons faire ce que nos aînés n'ont jamais pu faire, choisir notre destin, exiger le respect", a déclaré M. Enoksen au Monde. "Le temps de l'impérialisme est terminé", a lancé Juliane Henningsen, députée socialiste groenlandaise au Parlement danois.

"Les partisans du oui ont mené une campagne nationaliste, accuse Palle Christiansen, numéro deux du parti Les démocrates, le seul qui avait appelé à voter non. Ils disaient que si les gens ne votaient pas oui, ils n'étaient pas de vrais Groenlandais." Pour beaucoup, il y a de fait un côté revanche dans le vote de mardi. "En 1954, le Danemark a menti et informé l'ONU que les Groenlandais n'existaient plus en tant que peuple à cause de la mixité, ce qui nous a privé de droits spécifiques, explique Kuupik Kleist, président du parti IA (socialiste). Il y a donc une énorme part symbolique avec ce référendum car nous nous réapproprions enfin notre identité."

Si le ton de la campagne n'a toutefois pas été agressif vis-à-vis des Danois, beaucoup se rappellent la façon dont le Danemark a certes modernisé ce pays immense au climat très rude dans les années 1950 et 1960, mais en menant une politique de concentration des habitants des hameaux les plus dispersés. L'accès généralisé à l'Etat-providence avait un prix, et des milliers de Groenlandais chasseurs de phoques et pêcheurs se sont retrouvés trop vite entassés dans des barres d'immeubles aujourd'hui décrépites en plein coeur de Nuuk, où l'alcool et la drogue font des ravages.

A peine plus d'un quart des Groenlandais ont une quelconque formation atteignant au moins le niveau du lycée, ce qui constitue le plus gros frein au développement du pays. "Nous avons eu trente ans pour le faire depuis la première autonomie et le niveau ne s'est pas élevé", critique Ivalo Olsen, une jeune enseignante groenlandaise, "l'une des deux seules enseignantes Groenlandaises parmi les trente professeurs de l'unique lycée de Nuuk", précise-t-elle, hormis les professeurs de langue groenlandaise. Tous les autres sont danois. Elle a voté non au référendum, "car je crois que c'est une trop grosse utopie de penser que l'on pourra gérer un pays avec le niveau d'études que nous avons ici".

Le manque d'enseignants qualifiés, notamment dans les hameaux isolés, est un défi énorme. Il existe, depuis deux ans, un fonds destiné à encourager les habitants de la cinquantaine de villages dont l'économie repose sur la chasse à rejoindre les villes du pays. "Ils ont beaucoup de mal à avoir de bons enseignants, explique Per Berthelsen, ministre des finances et des affaires étrangères. Nous voulons encourager leurs habitants à rejoindre les villes, mais c'est très sensible car ces gens ont l'impression d'être sous-estimés." "Vous ne pouvez plus forcer les gens à quitter leurs villages comme l'ont fait les Danois, ce serait un suicide politique", explique Knud Kristensen, député du parti libéral Atassut.

La question est donc délicate pour cette jeune future nation inuit : ces hameaux isolés de chasseurs et de pêcheurs occasionnent un coût énorme pour une économie exsangue qui n'a toujours pas vu l'ombre d'un gisement de pétrole que promettent les experts américains. Mais ils représentent en même temps la source même de l'identité groenlandaise que le pays est en train de se réapproprier.

Plus d'infos sur Le Monde.fr

 

Le Groenland choisit massivement le régime d'autonomie élargie

Mercredi 26 novembre 2008 - 09h33 - Slim ALLAGUI

 

Les Groenlandais ont choisi, à une écrasante majorité et sans surprise, le régime d'autonomie élargie ouvrant la voie à l'indépendance de cette île stratégique de l'Arctique sous hégémonie danoise depuis près de 300 ans.

 

Selon les résultats officiels définitifs du référendum organisé mardi, le oui l'emporte par 75,5% des suffrages exprimés contre 23,5% au non. 39.000 électeurs de 80 villes et villages étaient appelés à se prononcer.

"Le Groenland a reçu un mandat pour aller plus loin" sur le chemin de l'indépendance, a confié à la télévision groenlandaise Hans Enoksen, le chef du gouvernement local visiblement ému.

Il a également remercié "le peuple groenlandais pour ce beau résultat".

Outre le droit à l'autodétermination et la reconnaissance en tant que peuple conformément au droit international, le régime, négocié par le gouvernement de Nuuk avec le Danemark, accorde aux Groenlandais le droit à leurs propres ressources (pétrole, gaz, or, diamants, uranium, zinc, plomb).

La langue groenlandaise devient par ailleurs la langue officielle.

Peuplé de 57.000 habitants (50.000 Inuits et 7.000 Danois de la métropole), l'île bénéficiait jusqu'alors d'un statut d'autonomie interne depuis 1979.

A Nuuk, la capitale, qui abrite le quart de la population, l'émotion était manifeste en particulier sur les visages des plus âgés. Les feux d'artifices ont éclairé le ciel avant même la publication des résultats définitifs.

"C'est un jour de fête, un jour historique, que j'attendais depuis des années", a ainsi estimé Anne Sofie Fisker, sexagénaire.

"Il était temps que l'on recouvre nos droits et libertés volés à nos ancêtres, un peuple de chasseurs libres et fiers dont on a colonisé les terres", a renchéri David Brandt, un ancien marin-pêcheur, résumant les frustrations accumulées depuis des générations.

Pour l'ex-chef du gouvernement groenlandais, Lars-Emil Johansen, un des fondateurs du régime d'autonomie interne en 1979, "c'est le désir de retrouver leur fierté, de relever la tête après tant d'injustices du passé, qui ont fait voter les Inuits en masse".

"Oui bien sûr nous pouvons nous en sortir, oui nous le pouvons", a-t-il affirmé, rêvant déjà d'indépendance dans "un avenir pas trop lointain", à l'instar du chef du gouvernement actuel.

"C'est une aspiration légitime, car le désir d'indépendance est profondément ancré dans l'âme inuite", a-t-il ajouté.

Certains, rares, déplorent ce nouveau régime.

"Nous n'avons pas les moyens financiers d'assumer les responsabilités rétrocédées par le Danemark. Et c'est une illusion de croire que les ressources du sous-sol, encore hypothétiques, vont asseoir les bases de notre économie afin de réaliser notre indépendance", a déclaré le président des Démocrates Jens Frederiksen.

L'île renfermerait dans ses eaux d'importantes réserves d'hydrocarbures, selon des estimations de scientifiques américains, en particulier au pôle nord, qui suscite les convoitises d'autant plus que le réchauffement climatique, constaté ces dernières années, pourrait en faciliter la prospection et l'exploitation.

Recouvert à plus de 80% par la calotte glaciaire, ce territoire, qui renferme 10% des réserves d'eau douce de la planète, est aussi le plus menacé par le réchauffement climatique en Arctique.

Sur le plan stratégique, le "oui" n'aura pas enfin d'influence sur la politique étrangère et de sécurité de l'île, qui demeure du ressort de Copenhague, ni sur l'avenir de la base américaine de Thulé, selon le gouvernement de Nuuk.

Un accord a été signé en 2004 sur la modernisation de l'accord de défense de 1951 passé par Copenhague et Washington, destiné à mettre à niveau cette base dans le cadre du système antimissiles américains, selon Josef Motzfeldt, ancien ministre groenlandais des Affaires étrangères, co-signataire de cet accord.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).