Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 18:01

(dépêche)



Qui préférez-vous voir entrer au gouvernement ?

Par Rue89
Créé 12/17/2008 - 11:14

Ceux qui arrivent, ceux qui partent, ceux qui changent de poste : Rue89 joue aux pronostics pour le remaniement de janvier.

Il ne souhaitait faire qu'un mini remaniement à la fin janvier, mais Nicolas Sarkozy pourrait être contraint à un jeu de chaises musicales plus important que prévu. Un renouvellement qui n'empêcherait pas un bouleversement gouvernemental plus important en juin, après les élections européennes qui s'annoncent très délicates pour l'UMP. Sans compter l'agitation sociale qui tend à s'amplifier.

Ce premier jeu de chaises musicales a déjà commencé avec les arrivées de Patrick Devedjian au ministère de la Relance et de Bruno Le Maire en remplacement de Jean-Pierre Jouyet au secrétariat d'Etat aux Affaires européennes.

Qui pour remplacer Bertrand et Hortefeux ?

Ces changements devraient se poursuivre avec le départ de Xavier Bertrand du ministère du Travail, des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité. Le conseil national de l'UMP devrait confirmer le 24 janvier sa nomination définitive au poste de secrétaire général du parti. Fonction qu'il lui a été interdite de cumuler avec un maroquin.

Qui pour le remplacer? Un nom circule dans tous les couloirs ministériels: Brice Hortefeux, actuel ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire. L'ami de trente ans de Nicolas Sarkozy préfèrerait l'Intérieur, mais le poste de Michèle Alliot-Marie ne devrait pas être vacant avant le mois de juin.

Qui comme ministre de l'Immigration ?

Si Brice Hortefeux refusait toutefois le maroquin, des outsiders pourraient se saisir du poste. Le secrétaire d'Etat Laurent Wauquiez pourrait monter en grade et cumuler Travail et Emploi. Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire, serait également intéressé (sa secrétaire d'Etat Nathalie Kosciusko-Morizet ou, plus certainement, le socialiste Claude Allègre pourraient alors le remplacer).

Mais comme il semble peu probable que Brice Hortefeux ne s'asseye pas dans le fauteuil de Xavier Bertrand, il lui faudra un remplaçant à l'Immigration. Le secrétaire d'Etat socialiste Eric Besson serait en pôle position. Mais il ne faut pas éliminer trop vite deux autres figures de l'UMP: la déjà secrétaire d'Etat Nadine Morano et le porte-parole du parti Frédéric Lefebvre.

Qui pour remplacer Barnier et Létard ?

Les élections européennes provoqueraient également le départ de deux autres membres du gouvernement. Pas en raison d'éventuels mauvais scores, mais parce qu'à l'inverse, ils postulent pour le Parlement de Strasbourg.

Ministre de l'Agriculture et de la Pêche, Michel Barnier est le premier d'entre eux. Il pourrait également se voir offrir le poste de commissaire européen à Bruxelles que le Français Jacques Barrot laissera vacant à la fin 2009.

Pour le remplacer au gouvernement, Laurent Wauquiez fait figure de grand favori, à moins que Nicolas Sarkozy ne lui préfère une autre jeune pousse de l'UMP (le député Benoist Apparu) ou un représentant de l'ouverture (le sénateur centriste Michel Mercier).

Qui comme secrétaire d'Etat à la Solidarité ?

 

Si Michel Barnier devrait conduire aux élections européennes la liste du Sud-Est, Valérie Létard, secrétaire d'Etat à la Solidarité, espère elle être tête de liste dans le Nord-Ouest. Une femme pourrait continuer à occuper le poste, en la personne de Valérie Rosso-Debord, étoile montante de l'UMP et spécialiste des questions sociales.

La députée serait en concurrence avec Jérôme Chartier, qui donnerait une couleur plus économique au poste, ou encore Rama Yade, qui obtiendrait ainsi un lot de consolation si son poste venait à disparaître.

Dati et Yade, stop ou encore ?

 

Auparavant dans les petits papiers de l'Elysée, Rachida Dati est aujourd'hui dans le viseur du Palais. En témoignent les deux dernières contradictions publiques de Nicolas Sarkozy: sur la remise en liberté à cause d'une erreur matérielle d'un homme accusé de viol, et sur l'arrestation musclée du journaliste de Libération Vittorio de Filippis. A son passif également, la grogne des magistrats de plus en plus forte.

Toutes les raisons sont avancées pour expliquer un départ prochain: l'achèvement de la réforme de la carte judiciaire, les élections européennes, le terme de sa grossesse... Des raisons qui s'accompagnent de noms: ceux de ses successeurs potentiels. Des noms de poids lourds: encore Jean-Louis Borloo, mais aussi Xavier Darcos, qui rêve d'un ministère régalien.

Des hypothèses qui entraîneraient cependant des changements trop importants pour le moment. Rachida Dati pourrait dès lors rester en place. On voit difficilement comment elle pourrait être plus critiquée qu'actuellement, et puis une naissance adoucit les moeurs...

Rama Yade doit-elle partir ?

Ce n'est pas la meilleure amie de Rachida Dati au sein du gouvernement, mais cela n'empêche pas Rama Yade d'être tout autant sur la sellette. Surtout depuis qu'elle a repoussé l'injonction présidentielle de conduire la liste UMP aux élections européennes. Son ministre de tutelle Bernard Kouchner a même estimé que la création de son poste de secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères et aux Droits de l'homme constituait une "erreur".

Du coup, peu de personnes se bousculent pour la remplacer. Ce qui pourrait faire les affaires de Rama Yade, qui conserverait alors son maroquin. Ce dernier est d'ailleurs difficile à faire disparaître l'année du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Mais elle disposerait d'une liberté d'action réduite à néant.

Quels changements plus tard ?
Faut-il changer de Premier ministre ?

D'autres postes pourraient être concernés plus tard (dont celui de Premier ministre). Après les européennes donc, ou peut-être même au moment des régionales de 2010. Histoire d'user les ministres jusqu'à la corde et d'insuffler ensuite un vent nouveau qui puisse pousser la droite jusqu'en 2012.

Les membres du gouvernement dont l'avenir s'inscrit en pointillés sont déjà connus, soit parce qu'ils sont contestés (Michèle Alliot-Marie, Christine Boutin, Hervé Morin, Christine Lagarde, Christine Albanel), soit parce qu'ils visent justement les élections régionales (Valérie Pécresse, Roger Karoutchi), soit parce qu'ils sont transparents (Christian Blanc, Hervé Novelli, Anne-Marie Idrac).

Tout peut toutefois rapidement changer. En politique, le temps reste un critère déterminant du choix. Et Nicolas Sarkozy doit rectifier le tir pour ne pas oublier le triple cap qu'il s'était fixé lors de son élection: parité (13 femmes seulement sur les 39 membres du gouvernement aujourd'hui), diversité et ouverture. Des ajustements de dernière minute, notamment dans les secrétariats d'Etat, ne sont pas à exclure.

Julien Martin et David Servenay





Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).