Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 15:09

(dépêche)



Carnage à Ambohitsorohitra

Le piège
lundi 9 février 2009, par Valis 

Même si les avis divergent sur les responsabilités du carnage il est un fait sur lequel tous sont unanimes : le seuil du tolérable est largement franchi. Il y eut des civils morts. Il y eut carnage sur des personnes de tous les âges. Et ce sont des soldats de la République de Madagascar qui ont tiré sur une foule sans arme. Ce sont des soldats qui ont abattu, trop souvent, une foule en fuite. Ce sont des soldats qui ont tiré dans le dos. Ce sont des soldats qui se sont acharnés en tirant sur des personnes qui se sont penchées pour retirer les morts et sauver des blessés. C’est à croire que des tireurs d’élite de notre Armée nationale se seraient entraînés sur des cibles humaines sans arme.

La foule, cette foule ?

On notera cependant que cette foule avait déjà le sentiment d’être invincible et d’être en position de force. Chauffée à blanc depuis la Place 13 mai où elle a été gavée de tous les discours enflammés des leaders de la lutte, elle était prête à tout. Pressée d’installer le Premier ministre que le président de la Haute Autorité de la Transition, la foule est difficile à raisonner si on peut dire. Elle a, en effet, surmonté plusieurs épreuves dans sa lutte mais surtout parce qu’elle a déjà, sans aucune résistance, franchi les barrages érigés par les forces de l’ordre de l’Etat-Major mixte opérationnel national (EMMONAT) sur les grands artères qui donnent accès à Antaninarenina et Ambohitsorohitra.

L’EMMONAT dans le coup ?

Les éléments des forces de l’ordre au sein de l’Etat-Major Mixte opérationnel national (EMMONAT) sur lesquels les manifestants de la Place 13 mai comptaient, ont finalement et malgré eux, déçu. Elle n’a pas déployé les moyens intelligents et suffisants pour dissuader la foule de ne pas se lancer à l’assaut de ce Palais. Aucune barricade ni barrière physique telles les barrières avec fils barbelés. Aucune action d’avertissement telles les actions de dispersion au gaz lacrymogène et encore moins le corps à corps pour repousser la foule. Les éléments de l’EMMONAT n’ont fait que de la figuration devant une foule qu’elle n’a même pas cherché à dissuader dans ses objectifs de prendre ce Palais et d’y installer son « Premier ministre ».

C’est à croire que ces forces de l’ordre sur lesquelles la foule a fondé ses espoirs de protection l’ont plutôt jeté en pâture aux tireurs d’élite d’Ambohitsorohitra. En tout cas, une bonne partie de cette foule a été prise au piège des stratèges, défenseurs de ce bastion de la légalité. La « légitimité » de la rue s’est inclinée devant ses martyrs face à la légalité qui, pour l’instant, tient encore le bon bout de la corde.

Mais avec ces bornes qui ont été dépassées, le pouvoir sortira-il du piège de l’effusion de sang qui lui a été tendu par l’histoire de Madagascar ? Le peuple peut-il se défaire de cette anarchie chronique qui lui colle à la peau pour devenir des chairs à canon ou des vaches à lait conformément aux réflexions d’un historien ?




Partager cet article
Repost0

commentaires

M
Je n'ai pas assisté à ce carnage de Samadi mais visualisant différentes vidéos (des médias Malagasy ou étrangères ou amateurs) et interrogeant un de mes cousins(qui était sur place et bléssé),j'ai bien constaté deux différents faits:<br /> <br /> La première étant un montage et manipulation de la scène de la part des pro-TGV à savoir la chaîne Viva(appartenant au jeune Rajoelia Andry) qui a totalement remontée la vidéo et de la part de la télévision TvPlus qui c'est contenté que d'un simple coupure de scène,qui est vraiment une des scènes importantes par contre,car relatant l'après-dialogue entre la délégation de la foule TGV et de la garde du Palais d'Ambohitsorohitra qui était déjà une sommation de la part des militaires(eh oui,"sommation" ne veut pas toujours dire "tir en l'air" mais "tir en l'air" en est déjà une car "sommation" c'est ce qu'on peut traduire en langue Malagasy comme "fampitandremana").En effet les militaires expliquaient l'interdiction d'entrer dans cette zone,classée comme "Zone rouge" et que Samedi est un jour fermé,où personne ne travaille et qu'au aucune discussion ne peut aboutir à terme car aucun responsable n'était pas sur Place.La délégation TGV (où faisait partie un général retraité,Dolin Rasolosoa,donc en connaissance de cause) connaissant cette interdiction et ayant été sommé,avertit par les militaires ... tout en incitant la foule à s'y diriger alors qu'eux s'enfuirent.Quel cynisme(cf. Un article de la presse "Le Monde":http://www.lemonde.fr/archives/article/2009/02/09/cynisme-mortel_1152709_0.html)<br /> Il existe une deuxième interprétation de ce carnage qui relate intégralement les faits vus par MaTV et quelques vidéos amateurs (pimaso.info,Youtube,Google Vidéo,...) où Rajoelina Andry bifurquait sur une dérivation(connaissant qui allait se paser peut-être,il pris la fuite sans même être arrivé à Antaninarenina (alors que la radio Viva disait qu'il était sur place,à côté du batimet du trésor,non vu à la vidéo,non vu par mon cousin qui était sur cette place).<br /> <br /> Je ne fais que relater l'évènement et s'il vous plaît n'abusez pas et plus de l'ignorance des gens,et oui les gens ont faim,mais ne les utiliser pas à satisfaire votre soif de pouvoir,de richesse,de vengeance,...
Répondre

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).