Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 01:37

(dépêches)



http://fr.news.yahoo.com/3/20090226/twl-bangladesh-mutinerie-2f4e741.html
Des chars dans la capitale du Bangladesh
il y a 1 heure 26 min

 Imprimer
Des chars ont fait irruption jeudi dans la capitale du Bangladesh jeudi, selon les médias: la mutinerie lancée par les gardes-frontières, qui pourrait avoir fait jusqu'à 50 morts, semblait en effet s'étendre, en dépit de la reddition apparente d'un premier groupe de mutins. Lire la suite l'article
Quelques heures plus tôt, le Premier ministre Cheikha Hasina avait averti les gardes-frontières qu'elle mettrait en oeuvre "tous les moyens nécessaires pour mettre fin à la violence si les méthodes pacifiques échouent". Au cours d'un discours télévisé, elle a appellé les mutins, qui ont pris les armes pour dénoncer leurs conditions de salaire, à se rendre.

Selon la chaîne privée Channel 1, neuf chars ont pris position dans un quartier résidentiel proche du complexe dont les garde-frontières s'étaint emparés mercredi. Un autre journaliste faisait état de la présence de sept autres chars se dirigeant vers Dacca.

A Dacca, au moins dix personnes ont été tuées, mais les autorités craignaient qu'au moins 50 personnes aient trouvé la mort dans la première série d'affrontements, qui ont duré 20 heures.

Les gardes, mutinés pour réclamer de meilleures soldes ont accepté de déposer les armes, après que le ministre de l'Intérieur Shahara Khatun leur a promis l'amnistie générale.

Mais des tirs ont repris jeudi dans le pays, à Tekhnaf, Cox's Bazar, Chittagong et Naikhongchari dans le sud, Sylhet au nord-est et Rajshahi et Naogaon au nord-ouest.

Auparavant, le ministre avait également supervisé l'évacuation d'une cinquantaine de femmes et d'enfants pris au piège mercredi en pleine révolte, pour la plupart habitant dans le complexe où se trouvaient les officiers visés par la mutinerie.

Les gardes-frontières manifestaient dans les quartiers du ministère de l'Intérieur à Dacca, ainsi que dans un centre commercial voisin, paralysant la capitale bangladaise depuis tôt mercredi matin. Ils ont utilisé leurs armes contre des officiers supérieurs, dont un qui a reçu une rafale d'une dizaine de balles.

Des médecins hospitaliers ont confirmé la mort de trois passants et une vingtaine de blessés.

Le corps des gardes-frontières, appelés les Fusilliers du Bangladesh, fort de 42.000 hommes, est installé dans 64 casernes dans tout le pays.

La confrontation est le résultat de frustrations ressenties de longue date par cette force paramilitaire sur la question des salaires, qui n'ont pas suivi ceux de l'armée et exacerbées par la hausse des prix alimentaires, accrue par la crise économique mondiale, soit une augmentation de 30% au cours des derniers mois. AP

http://fr.news.yahoo.com/2/20090226/twl-bangladesh-les-paramilitaires-mutins-4bdc673.html
Bangladesh: les paramilitaires mutins commencent à déposer les armes
il y a 20 min

 Shafiq ALAM
Imprimer
Des paramilitaires bangladais entrés en rébellion ont commencé à déposer les armes et à regagner leurs casernes jeudi, au deuxième jour d'une révolte qui a fait au moins onze morts dans cet état musulman laïc d'Asie du Sud secoué depuis deux ans par une crise politique. Lire la suite l'article
Photos/Vidéos liées Carte du Bangladesh localisant les districts où les paramilitaires de la BDR se sont …Plus Agrandir la photo
Articles liés
Bangladesh: les paramilitaires mutins déposent les armes
L'évêque négationniste Williamson est arrivé à Londres
Tension au Tibet avant l'anniversaire de l'exil du dalaï-lama
Plus d'articles sur : Religions
Discussion: Religions
Nombre d'insurgés ont offert leur reddition après une adresse à la nation du Premier ministre Sheikh Hasina, a affirmé le ministre de l'Intérieur Sahara Khatun cité par la chaîne de télévision privée ATN Bangla.

Une cinquantaine d'otages ont été libérés, a pour sa part indiqué le vice-ministre de la Justice, Kamrul Islam.

La mutinerie a éclaté mercredi dans la capitale Dacca au sein du quartier général des Bangladesh Rifles (BDR), une unité des forces de sécurité chargée de la protection des frontières.

Les paramilitaires se sont apparemment révoltés pour obtenir une hausse de leur solde, des subventions pour leurs repas et davantage de congés.

Des tanks ont été déployés jeudi après-midi à proximité du QG des BDR "par mesure de dissuasion", selon un porte-parole de l'armée.

"Rendez les armes et rentrez dans vos casernes sur le champ ou je prendrai toutes les mesures nécessaires dans l'intérêt national", avait menacé plus tôt Mme Hasina dans un discours retransmis sur les chaînes nationales.

"Ne choisissez pas une voie suicidaire. Ne me forcez pas à user de la force. Nous connaissons vos problèmes. S'il vous plaît, aidez-nous", a-t-elle ajouté en adjurant les rebelles de ne pas "tirer sur leurs propres frères".

Alors qu'une reddition des BDR semblait en vue mercredi et que les mutins avaient commencé à déposer les armes en échange d'une amnistie gouvernementale, de nouveaux tirs ont éclaté jeudi poussant des milliers de personnes à chercher un abri, selon un journaliste de l'AFP.

La mort de onze personnes a été confirmée, mais le soulèvement a peut-être fait cinquante morts parmi des officiers retenus en otages par les rebelles, selon le vice-ministre de la Justice.

"Les troupes du BDR nous ont affirmé que 50 officiers avaient été tués", a-t-il ajouté sans être en mesure de confirmer ce chiffre, faute d'avoir vu les corps.

"Les membres des BDR ont commencé à déposer les armes en notre présence. Mais ils sont 15.000 -- et environ 12.000 d'entre eux pourraient être armés", a déclaré Kamrul Ahsan.

Le processus de reddition semble avoir été interrompu jeudi alors que des responsables policiers ont affirmé que la révolte s'était étendue en dehors de la capitale.

Face à de telles craintes, la Commission nationale de régulation des télécommunications a ordonné la fermeture des réseaux de téléphonie mobile.

"Des informations ont fait état de violences dans beaucoup d'endroits du pays. La Commission a ordonné aux six opérateurs de fermer leurs réseaux pour contenir les violences", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Commission.

En poste depuis moins de deux mois, Sheikh Hasina avait remporté une écrasante victoire, fin décembre, aux élections législatives censées rétablir la démocratie après deux années d'un état d'urgence imposé par un régime de transition soutenu par l'armée.

Peuplé de 144 millions d'habitants, l'ex-Pakistan oriental, devenu indépendant en 1971, a été le théâtre de nombreux coups d'Etat et de violences politiques qui ont alterné avec des plages démocratiques.

http://fr.news.yahoo.com/4/20090226/twl-bangladesh-mutinerie-41953f5.html
Reddition des mutins de Dacca
il y a 29 min

 Anis Ahmed
Imprimer
A la suite d'un appel du Premier ministre, Sheikh Hasina, les paramilitaires des Bangladesh Rifles (BDR) ont achevé de déposer les armes après une mutinerie qui a fait une cinquantaine de morts. Lire la suite l'article
Photos/Vidéos liées LES MUTINS DE DACCA ONT DÉPOSÉ LES ARMES Agrandir la photo De nouveaux tirs avaient éclaté dans la journée au QG des BDR, dont le mouvement de révolte lancé mercredi a semblé gagner du terrain dans le reste du pays.

Un porte-parole de la chef du gouvernement a déclaré que les mutins de Dacca avaient tous déposé les armes. "Tous les soldats rebelles se sont rendus avec leurs armes et le processus a été mené à bien", a-t-il dit.

En province, toutefois, la situation restait confuse.

Ce retour au calme à Dacca fait suite à une allocution télévisée de Sheikh Hasina.

"Déposez vos armes immédiatement et rentrez dans les casernes", a-t-elle dit. "Ne m'obligez pas à prendre des actions très fermes et ne poussez pas ma patience au-delà des limites tolérables !"

La mutinerie des BDR, une force principalement chargée de la surveillance des frontières mais qui peut prêter main forte à l'armée et à la police en cas de troubles intérieurs, est apparemment motivée par un contentieux sur le versement de la solde.

Jeudi en début d'après-midi, "des fusillades ont de nouveau été entendues (...) dans le complexe des Bangladesh Rifles alors même que nous nous attendions à une fin rapide du soulèvement", avait déclaré un policier.

Mais selon la police, l'appel du Premier ministre a été écouté et les tirs se sont calmés. Les BDR ont repris la remise de leurs armes contre une promesse d'amnistie, tandis que la police évacuait le voisinage de leur QG.

Au moins six chars des forces gouvernementales et dix blindés avaient pris position autour du complexe.

INCERTITUDE EN PROVINCE

En province, aucune information ne faisait état du retour des mutins dans leurs casernes. D'après des responsables locaux de la police, des fusillades impliquant des éléments des BDR ont éclaté jeudi dans une dizaine de villes de garnison.

"Des affrontements font rage dans la caserne des BDR où des militaires ont fait une sortie et ont ouvert le feu", a témoigné un journaliste de Reuters à Sylhet, dans le nord-est du pays.

Dans le Sud, des soldats des BDR ont dressé des barrages sur une grand axe routier reliant deux régions et plusieurs camps de l'armée ont été occupés par les paramilitaires ailleurs.

Les autorités ont ordonné la suspension des réseaux de téléphonie mobile pour couper court, selon l'un des opérateurs, aux rumeurs et à la désinformation.

Le Bangladesh, un pays de 140 millions d'habitants qui est l'un des plus déshérités de la planète, a connu une série de coups d'Etat militaires depuis son indépendance en 1971 mais la mutinerie de cette semaine ne semble pas répondre à des mobiles politiques.

Le mouvement illustre néanmoins l'ampleur de la tâche qui attend Sheikh Hasina, qui a remporté les élections législatives de décembre ayant scellé le retour de la démocratie au terme de près de deux ans d'un gouvernement intérimaire sous tutelle de l'armée.

Une cinquantaine de personnes ont trouvé la mort dans la fusillade déclenchée mercredi par des mutins des BDR, selon le ministre des Affaires parlementaires, Mohammad Quamrul Islam. Le précédent bilan était de cinq morts et des dizaines de blessés.

D'après des témoins, la police a récupéré jeudi les corps de six officiers des BDR aux abords du QG de cette force à Dacca. La veille, les corps de deux officiers avaient été retrouvés.

Version française Grégory Blachier, Jean-Loup Fiévet et Jean Décotte

Partager cet article

Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).