Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 17:08

(dépêches)




http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/03/22/regionales-pecresse-bat-karoutchi-pour-l-investiture-ump-en-ile-de-france_1171242_823448.html#ens_id=1170797
http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-823448,50-1171242,0.html
Régionales : Pécresse bat Karoutchi pour l'investiture UMP en Ile-de-France
LEMONDE.FR avec AFP | 22.03.09 | 16h06  •  Mis à jour le 22.03.09 | 18h50


Valérie Pécresse a remporté la primaire UMP en Ile-de-France pour la tête de liste aux élections régionales de 2010 face à son collègue du gouvernement, Roger Karoutchi, selon plusieurs sources anonymes au sein du parti citées par l'AFP. Mme Pécresse a remporté le scrutin interne avec 59,9 % des voix contre 40,1 % pour M. Karoutchi au terme d'une campagne particulièrement intense. Soit un écart de "6 000 voix" entre les deux rivaux, selon ces sources, pour une participation de 48,8 % dans la région.

Mme Pécresse, favorite des sondages dans la dernière ligne droite, avait promis le renouvellement des générations avant les élections présidentielle et législatives qui se dérouleront en 2012. M. Karoutchi, chef de l'opposition au Conseil régional d'Ile-de-France depuis 1998 et élu régional depuis 1992, s'était beaucoup investi dans cette campagne, à tel point qu'il disait que c'était "le combat de [sa] vie".

"RECONQUÊTE"

"Ce soir, nous lançons la reconquête de l'Ile-de-France dans l'unité et la volonté de changement", a déclaré la nouvelle tête de liste UMP pour l'Ile-de-France, appellant son ancien rival à se joindre à elle pendant la campagne. Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, qui avait apporté son soutien à Mme Pécresse, a aussitôt salué sa "victoire exemplaire" et annoncé qu'il présiderait "son comité de soutien".

Les primaires en Ile-de-France ont focalisé toute l'attention de cet exercice de démocratie interne décidé par l'UMP pour désigner ses chefs de file au scrutin régional. Parmi les autres vainqueur de ce scrutin interne, on retrouve le secrétaire d'Etat aux PME, Hervé Novelli, qui a gagné dans le Centre, Brigitte Barèges victorieuse en Midi-Pyrénées, Alain Lambert en Basse-Normandie, Alain Suguenot en Bourgogne, Thierry Lazaro dans le Nord/Pas-de-Calais ou Raymond Couderc en Languedoc-Roussillon.

Désormais en ordre de marche, l'UMP espère effacer sa défaite lors du scrutin de 2004. Depuis, la droite ne contrôle plus que l'Alsace et la Corse, deux régions où les sortants étaient dispensés de primaires.
 




 




http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/01/23/pecresse-et-karoutchi-du-duel-au-tandem_1145878_823448.html
http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-823448,50-1145878,0.html
Pécresse et Karoutchi, du duel au "tandem"
LE MONDE POUR DIRECTMATINPLUS | 23.01.09 | 14h31  •  Mis à jour le 20.03.09 | 17h47


l s'agit du mal des primaires. Peu de partis démocratiques parviennent à en masquer les symptômes : déchirures multiples et malaises internes chroniques. En novembre dernier, c'est le PS qui exposait ses stigmates en plein congrès de Reims. L'UMP ne manquait alors pas d'ironiser sur les luttes fratricides de l'opposition. Aujourd'hui, c'est au tour de la majorité présidentielle de tenter de tamiser la lumière médiatique du duel à fleurets non mouchetés que se livrent Valérie Pécresse, ministre de la Recherche et de l'Enseignement supérieur, et Roger Karoutchi, secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement. Tous deux sont candidats à la candidature pour conduire l'UMP francilienne aux prochaines élections régionales.

 
Nicolas Sarkozy a beau multiplier les rappels à l'ordre, ses deux ministres accumulent crocs-en-jambe ou petites phrases, tout en menant une chasse active aux soutiens. Hier soir, Christine Lagarde, ministre de l'Economie, devait s'afficher avec Roger Karoutchi lors d'une réunion publique dans le 12e arrondissement de Paris. La semaine dernière, c'est Alain Juppé qui répondait à une invitation de Valérie Pécresse, à Vélizy-Villacoublay (Essonne). Mais la course aux soutiens ne se fait pas sans tête-à-queue. En octobre 2008, alors que la ministre de la Justice, Rachida Dati, est chahutée par la magistrature et que son aura médiatique pâlit, Roger Karoutchi vient à sa rescousse et déclare dans Le Monde : "Il n'y a pas de problème Dati. La garde des Sceaux a fait un travail remarquable." Un mois plus tard, l'élue de Paris invite Roger Karoutchi dans le 7e arrondissement et lui déclare publiquement son soutien. Le 11 janvier, c'est au tour de Valérie Pécresse de venir au secours de la garde des Sceaux, à la suite d'une polémique sur son retour anticipé aux affaires après son accouchement. "J'aurais fait la même chose", déclare sa collègue ministre et mère de trois enfants. Quatre jours plus tard, c'est à Valérie Pécresse que Rachida Dati apporte son soutien, entraînant un coup de sang de son rival.

"ILS SONT ALLÉS TROP LOIN"

Pourtant, depuis six mois, plusieurs signaux rouges sont apparus dans la campagne de Roger Karoutchi, chef de l'opposition régionale et candidat "naturel" de l'UMP. Déjà, la seule candidature de Valérie Pécresse déclarée en août, est inimaginable sans l'accord tacite du président de la République. Ensuite, en octobre, un sondage réalisé par l'Ifop, pour un proche de Nicolas Sarkozy, souligne le déficit de notoriété de Roger Karoutchi. Et le couvert est resservi, le 8 janvier, quand Le Figaro publie un sondage Opinion-Way qui désigne Valérie Pécresse comme "meilleure candidate" avec 20 points d'avance sur l'élu des Hauts-de-Seine. Coup de colère de Karoutchi qui crie au scandale et déclare qu'il saisit la Commission des sondages.

Jean-François Copé, président du groupe majoritaire à l'Assemblée et maire de Meaux, a suggéré la création d'un "tandem" par les deux ministres. "Trop tard, soupire Jean-François Lamour, président du groupe UMP au Conseil de Paris. "Ils sont allés trop loin", estime le député de Paris qui souhaite que le "débat politique" prenne le pas sur la foire d'empoigne. Valérie Pécresse assure qu'il n'y a "aucun problème avec Roger". "Il a toute légitimité pour être tête de liste dans les Hauts-de-Seine", précise la ministre, sûre de représenter le renouvellement. "Certains veulent priver les militants de l'UMP de leur choix. La question est de savoir qui a intérêt à se passer de leur vote", souligne, pour sa part, Roger Karoutchi, certain de son implantation locale. Une place de numéro deux serait difficile a accepter pour Karoutchi. En 2004 déjà, il s'était fait rafler la place de tête de liste pour la région par… Jean-François Copé. Le très actif président du comité de soutien à Copé était alors… Nicolas Sarkozy.



Eric Nunès


Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).