Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 04:33

(dépêches)



Opposant de Andry Rajoelina

jeudi 2 avril 2009, par Rakotoarilala Ninaivo
Zafy Albert
         
Le Professeur Zafy Albert devient l’opposant de Andry Rajoelina à partir de ce mercredi 1er avril 2009. Il a annoncé à la presse sa nouvelle position politique ce jour à Ivandry. Ainsi, il va ériger des provinces autonomes dans tout Madagascar. Une sorte de fédéralisme qu’il avait vivement contesté lui-même durant les mouvements populaires de 1991.

Cette décision de l’ancien chef de l’Etat semble résulter de l’échec de ses négociations avec Andry Rajoelina. « Samedi dernier, nous avons encore négocié avec Andry Rajoelina » dixit le professeur Zafy Albert. Le président du Comité de Réconciliation Nationale (CRN) demande une vraie transition et une bonne décentralisation. Il a déjà affirmé que Marc Ravalomanana et ses partisans devraient aussi participer à cette transition.

HAT
La proposition de Zafy Albert sur la transition a été vivement contestée par Marson Evariste et son parti. « Nous condamnons toute alliance objective avec Marc Ravalomanana » déclarait le président du parti RPSD, au palais d’Etat d’Ambohitsirohitra, le mercredi 25 mars dernier. « Cela affaiblit la transition, et aide indirectement Marc Ravalomanana », avait-il dit.

Mais parmi les 41 membres de la Haute Autorité de la Transition (HAT), il y a un membre du TIM et un membre du parti Grad Iloafo, tous deux partisans de Marc Ravalomanana. Les deux personnalités ont été toutes exclues de leur parti juste après leur nomination.

Pour ce qui est des membres du CRN, qui se trouvent à l’intérieur de la HAT, comme Vaovao Benjamin ou Betina Bruno, ils ne peuvent plus utiliser le nom du CRN déclare le professeur Zafy Albert. « Ils ont le droit d’être membre de la HAT mais ce n’est plus au nom de la CRN » dixit le professeur Zafy Albert.

Depuis son empêchement, il est devenu une habitude pour le professeur Zafy Albert de s’opposer à tous les régimes en place à Madagascar. Il s’est opposé à Didier Ratsiraka, il s’est opposé à Marc Ravalomanana, et maintenant, il est le deuxième opposant de Andry Rajoelina. Il montre toujours sa position dès le début de chaque régime. « Le seul régime qu’il ne veut pas contester c’est le sien » dixit ses détracteurs.

7 réactions
Opposant de Andry Rajoelina
 2 avril 06:50, par zaho
Monsieur Le Professeur, il serait temps que vous nous dites ce que vous voulez exactement pour Madagascar,car étant un de vos admirateurs, j’ai de plus en plus de mal à vous suivre et à comprendre vos motivations.Et je ne pense pas être seul dans mon cas.Je suis au regret de vous dire, sans l’arrogance de RA8 et le courage de Rajaoelina et de ceux qui l’ont soutenu à Tana d’abord et en province après, RA8 serait encore au pouvoir aujourd’hui.Ce n’était pas l’opposition telle qu’elle était qui aurait pu renverser ce dictateur et il serait resté au pouvoir jusqu’en 2017.Monsieur le Président (ZAFY)ne vous mettez pas à dos le peuple malgache car si j’ai bien compris, vous voulez le retour de RA8 ?Pour moi, oui, pour qu’il soit jugé pour les crimes qu’il a commis, mais pas pour nous dicter sa vision future de Madagascar, car la sienne, on la connaît.Participez à ce chantier et ne venez pas nous dire demain que vous n’êtes pas d’accord avec ce qui aura été décidé.Merci d’avance Monsieur ZAFY.

Répondre à ce message

Vives félicitations et hommage au Prof Zafy
 2 avril 06:59, par New Africa
Il faudrait que nous respections les vrais raimandreny de ce pays.Bien que le Professeur Zafy a été empeché n’oublions jamais qu’il a été le vrai Père de la Démocratie à Madagascar.C’était sous son régime que la pluralité d’opinion, la liberté d’association et la liberté de la presse ont été les miexu promues depuis toute l’histoire de Madagscar et cela n’a encore jamais été encore égalé depuis.La preuve en est que le Prof Zafy a accepté de quitter pacifiquement et son rancune le pouvoir lorsqu’il a été empeché à cause des supercheries, de la trahison des Pasteurs Randriamanjato et consorts qui sont vraiment les démons de la destruction de tout ce qui émerge dans la politique.Soutenons le pfofesseur Zafy qui est le seul à refuser le siège au détriment des vériatbles causes des Malagasy qui réclament la vraie démocratie, le partenariat vital avec la communauté internationale et l’unité nationale.La "voyoucratie" actuelle ne mérite pas la bénédiction des vrais raiamandreny et de nous tous.Sauvons ensemble la Démocratie et soutenons Zafy Albert et les légalistes. New Africa

Répondre à ce message

Vives félicitations et hommage au Prof Zafy
 2 avril 08:11, par gasy261
tokony manova toetsaina kely nareo tim, ajanony ity fanararaotana mi-s’accroher amin’ny izay zavatra rehetra mitady hanembatsembana izao fanarenana an’i madagasikara izao, les ratsirakistes avaient perdus la bataille contre vous en 2002, ils vous ont laissés tranquille faire ce que vous vouliez ; s’autoproclamé etc..etc..., maintenant vous avez perdu la guerre, soyez loyale, mes condoléances,tenez vous tranquille pour le bien de madagascar et le vrai peuple que vous appelliez méchament" fozaorana" et c’est le reflet de vos sals caractères,..hélas !

Répondre à ce message

Opposant de Andry Rajoelina
 2 avril 07:09, par Dago
Primo : il ne faut pas confondre transition de 1991 et celle de maintenant. 1991 résulte d’ un accord entre le pouvoir ( et le Président Ratsiraka était résté en place même à titre honorifique ) et les Hery Velona avec un PM neutre qui dirigeait l’ Administration et tout ceci sans la moindre intervention de la HCC. Actuellement, le Président de la HAT dispose des pouvoirs dévolus au Président de la République et au PM, le Président n’ est plus en place et la HCC a tout validé.

Secundo : les Provinces Autonomes ne se justifient plus après la mise en place des Régions qui sont beaucoup plus proches du peuple.

Tercio : On ne peut jamais être entièrement en accord mais seulement l’ ancien Président Zafy a toujours été opposant tant que ce n’ est pas lui qui dirige. Malheureusement, c’ est le seul qui a été frappé d’ empêchement par une Assemblée Nationale à majorité Hery Velona même.

S’ il veut donc mettre en place des Provinces Autonomes, qu’ il le fasse UNIQUEMENT CHEZ LUI à la villa Elisabeth mais qu’ il arrête de semer des troubles à tout bout de champ. Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles en essayant de prétendre que son but n’est point de diviser les malagasy.

Plus fédéraliste que lui, tu meurs !

Répondre à ce message

Opposant de Andry Rajoelina
 2 avril 08:08, par ton ami
O ! Pauvre Professeur.

Mais quelle réaction ? c’est ce que vous voulez non ! le destitution du président reconnut par toute la communauté !

Et maintenant vous osez dire que c’est une dictature ? nous savons tous les légalistes que la guerre commence entre vous et c’est le début de la fin du régime TGV.

Répondre à ce message

Opposant de Andry Rajoelina
 2 avril 08:24, par Balita
Tout comme Zaho, je félicite aussi le Professeur Zafy Albert sur sa sagesse, surtout en ne reconnaissant pas ce régime . Toutefois, je ne suis pas d’accord sur son souhait d’instaurer déjà les provinces autonomes. Si c’est nécessaire, on pourra en discuter froidement et sans passion, puis soumettre à référendum. Quoiqu’il en soit, j’estime que c’est une opportunité pour les légaliste et TIM de se rapprocher à lui en vue d’une alliance objective. Le but commun n’est pas de rechercher le retour immédiat du Président Ravalomanana au pouvoir mais d’une transition avec sa participation. Son retour ou non sur le rêne du pays dépendra de l’issue d’une élection ou reférendum.

Répondre à ce message

Opposant de Andry Rajoelina
 2 avril 08:42, par xena
Ny an’i Zafy anie tsy hoe ny HAT no tena olana aminy ! Ny tena olana amin’i Zafy dia ilay hoe Andry Rajoelina Merina ! Efa tokony hanaja tena amin’izay ny olona antitra toa an-dry Zafy itony !

Répondre à ce message



« Les Provinces autonomes sont un ultimatum... »

Pr. Zafy Albert
jeudi 2 avril 2009

Les « Provinces autonomes » sont de nouveau remises en selle, non par l’AREMA, mais par le président du CRN le Pr. Zafy Albert. « Les Provinces autonomes ne visent pas à diviser le pays mais constituent un ultimatum, un moyen de pression ou une stratégie de menace à l’intention du président de la Haute Autorité de Transition ( HAT ), Andry Rajoelina ». Ce sont les propos de l’ancien chef d’Etat, président du CRN, Zafy Albert, tenus ce mercredi 1er avril à la Villa La Franchise à Ivandry.

Il déplore en effet que le président de la HAT est insensible aux conseils et recommandations du CRN et de diverses autres entités, portant entre autres sur la création d’un comité indépendant en charge de l’organisation des Assises nationales.

Les assises nationales prévues les 2 et 3 avril 2009 ne reflètent pas la neutralité recherchée par le CRN et les résolutions de diverses réunions qui se sont déroulées avec un large éventail de forces vives, déclare le Pr. Zafy Albert. Le CRN n’y participera pas. Il accuse la composition de la Haute Autorité de Transition (HAT) de partialité mais souligne surtout qu’elle est sans aucun fondement légal.

Un entourage suspect
Le Pr. Zafy Albert avertit Andry Rajoelina, président de la HAT, contre les débordements dans le pays. Le président du CRN dénonce l’entourage de Andry Rajoelina qui est le reflet de celui de l’ancien président Marc Ravalomanana.

A quelques exceptions près, on doit avouer que des rapprochements sont sensibles sauf qu’à l’AREMA Matotra succède en masse l’AREMA et que le MFM a cédé sa place au TGV. Le même avertissement contre cet entourage de Andry Rajoelina a d’ailleurs été formulé par Rina Rakotomanga, journaliste exilée qui est rentrée récemment et qui a donc un regard neuf, toujours utile en de pareilles circonstances.

Recueilli par Valis



Madagascar quitte la SADC

Relation internationale
jeudi 2 avril 2009, par Rakotoarilala Ninaivo

Madagascar quitte la SADC, telle a été la déclaration faite par le président de la Haute Autorité de la Transition (HAT) Andry Rajoelina, dans sa première visite à Fianarantsoa ce mercredi 1er avril 2009. Cette décision a été prise après une concertation avec les opérateurs économiques malgaches selon l’affirmation du nouveau locataire d’Ambohitsorohitra. La majorité des opérateurs malgaches ne sont pas encore en mesure d’entrer en concurrence avec les opérateurs des pays membres de la SADC selon Andry Rajoelina.

Cette décision intervient aussi au lendemain de la décision de la SADC de suspendre Madagascar. La SADC a aussi annoncé qu’elle peut prendre d’autre mesure à l’encontre de la grande île. Parmi ces mesures, les partisans de la transition craignent beaucoup l’intervention militaire de la brigade de la SADC.

Avant dire
Andry Rajoelina a déjà annoncé que Madagascar peut éventuellement quitter la SADC. Cette annonce a été faite à Ambohitsorohitra, dans la soirée du lundi 30 mars 2009, quand au milieu des journalistes, il a déclaré que la SADC est en combine avec Marc Ravalomanana.

Marc Ravalomanana a désigné un mauricien, ancien Secrétaire général de la SADC, à la tête de l’EDBM. Et c’est ce mauricien qui a aidé l’ancien chef de l’Etat à s’enfuir au Swaziland selon Andry Rajoelina. « C’est normal alors que la SADC défend Marc Ravalomanana » dixit le président de la HAT. Ce dernier insiste qu’il n’y a que le groupe Tiko qui peut profiter de l’adhésion de Madagascar au sein de la SADC.

Andry Rajoelina protège ainsi les industries malgaches. Parmi ces industries, il y a la Savonnerie Tropicale. Qui dit Savonnerie Tropicale dit Nadine Ramaroson, l’alliée politique d’Andry Rajoelina, prétendante au poste de ministre de la population. La Savonnerie Tropicale a le plus souffert de l’entrée des produits mauriciens à Madagascar. Et l’Île Maurice est membre de la SADC. Normal que Madagascar quitte la SADC. C’est la réponse du berger à la bergère.

9 réactions
Madagascar quitte la SADC
 2 avril 06:42, par loulou
toujours des accumulations d’erreurs et de stupidités venant du gouvernement tgv !!!!!!!!!!!!

Répondre à ce message

accumulations d’erreurs et de stupidités
 2 avril 07:20, par atsinanana
je suis tout à fait d’accord avec vous. cette fois-ci c’est sûr, le tgv se dirige vers un ravin et va certainement s’écraser. vous savez, quand on est dirigé par des fous... Pety, Sareraka... Tokony mba notendrena ho HAT koa ireny adala mandehandeha rehetra eny @ tanàna ireny... Henatra fotsiny ny mbola tsy hamotsorana sy hanendrena ho HAT koa an-dry Coutiti...Hihihihihi...Que des dahalo !!!

Répondre à ce message

accumulations d’erreurs et de stupidités
 2 avril 07:23, par atsinanana
ry Ramaro... mianakavy indray izany no hanao didikofehy lehibe @ fihariana ara-toekarena eto...

Répondre à ce message

Madagascar quitte la SADC
 2 avril 07:57, par QUOUSQUE TANDEM
Aujourd’hui la SADC, demain l’UA et après-demain l’ONU. Ensuite rupture des relations diplomatiques avec les pays ne reconnaissant pas la Haute Administration de la Trahison et les qualités indéniables du disc jockey. Très bien aussi les perquisitions des entreprises étrangères : nous n’avons pas besoin de leurs devises, n’est-ce pas ?

Répondre à ce message

Madagascar quitte la SADC
 2 avril 08:02, par ton ami
Et dans un instant la francophonie va se retirer Madagascar de cette organisation par la faute de qui ?

Je ne vois plus quel organisation ou pays reconnaît ce pouvoir. Peut être Ben laden ...... qui sait ?

Répondre à ce message
Madagascar quitte la SADC
 2 avril 08:39, par gasy261
bien décidé, la sadc n’ apporte rien à madagascar que de la m..., ils ont tari leur richesse en afrique et pense devaliser madagascar

Répondre à ce message

Madagascar quitte la SADC
 2 avril 08:43, par Balita
Et la stupidité continue. vraiment, ce petit voyou n’a pas le sens de l’État mais prend sa décision selon ses humeurs du moment. Et ou est la continuité de l’État dans tout ça ? Notre adhésion dans la SADC avait fait l’objet d’un long processus complexe et ce, dans le but de recueillir les avantages certains pour le pays. Touchons du bois que comme les précédentes fois, ce n’est qu’une déclaration de plus pour amuser ses fanatiques. Et quels opérateurs économiques ont concerté avec lui pour cette prise de décision ? Les Ramaroson, Injet ou Bolloré... ?

Répondre à ce message

Madagascar quitte la SADC
 2 avril 08:44, par rakoto09
Messieurs et Mesdames pro-ra8, A vous lire j’ai l’impression que ce qui vous intéresse c’est vraiment le chaos à M/car aucun esprit d’objectivité, tout ce que vous faîtes c’est bien ce que font les autres c’est futile et vous osez même à chaque fois predire tout ce qui va advenir. J’ai l’impression que vous êtes plus intelligent que tout le monde, pour preuve c’est qu’on vous a botté du pouvoir.

Répondre à ce message

Madagascar quitte la SADC
 2 avril 08:59, par Bena
Plus intelligents que tout le monde, c’est difficile à dire, mais on sait au moins qui sont les stupides au pouvoir. Savez-vous que même le Royaume Merina de Ranavalona 1ere était mieux coté sur le plan inernational que TGV actuellement ? On va quitter SADC, UA, ONU aussi. Il ne reste qu’à nommer Coutiti ministre de la désense et on aura tout vu.

Répondre à ce message



Marc Ravalomanana accuse

Swaziland – SADC
jeudi 2 avril 2009

Intervenant ce mercredi 1er avril 2009 à la tribune du sommet extraordinaire de la SADC, l’ancien chef d’Etat Marc Ravalomanana, a relaté sa fuite et les derniers moments de son séjour au palais d’Etat d’Iavoloha. Il a affirmé qu’il « a été forcé de quitter le pouvoir sous la menace d’une arme le 17 mars 2009. Sa femme et son fils étaient pendant ce temps, obligés de se cacher dans la forêt car ils étaient entourés par des soldats qui les menaçaient ».

Marc Ravalomanana accuse Andry Rajoelina de terrorisme contre les ministres, contre les députés et contre les sénateurs. Il accuse aussi le président de la Haute Autorité de l’Etat d’ « avoir organisé, le 8 mars 2009, une mutinerie au sein d’une faction de l’Armée ».

Plaidant sa cause, l’ancien chef d’Etat malgache a diabolisé Andry Rajoelina et a demandé à la SADC de l’aider pour retourner au pays.

Recueilli par Valis

8 réactions
Marc Ravalomanana accuse
 2 avril 06:37, par TIAGASY
Bienvenue aux valeureux soldats de la SADEC,

Espérons que vous avez été contrôlés négatifs au test du SIDA avant de débarquer chez nous à Madagascar qui, contrairement à la plupart de vos pays, a été épargné par ce fléau.

Espérons aussi que vous allez bien vous conduire avec les filles et les femmes de notre beau pays et que vous n’allez pas vous mettre à violer à tout va comme vos compatriotes de la RDC et du Zimbabwe

(le taux de viol en Afrique du sud est le plus élevé de tous les pays du monde)

Répondre à ce message

Marc Ravalomanana accuse
 2 avril 07:15, par ragasy
Malheureusement, ce qu’ont fait les soldats de notre propre pays est pire que le SIDA cher compatriote :

 plus aucune dignité, aucun sens de l’honneur
 indiscipline caractérisée chez des hommes sensés incarner l’obéissance à leur hiérarchie
 terroriser ses propres con-citoyens pour de l’argent
 bel exemple pour nos jeunes !

S’il faut les soldats de la SADC pour bouter ces hors-la-loi de nos casernes et redorer le blason de nos militaires, alors, aucune hésitation, qu’ils viennent !

Répondre à ce message

Marc Ravalomanana accuse
 2 avril 08:50, par consultant politique
Le retour du Président Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka , les exilés politiques est très important pour le bien de notre pays puisque on peut établir une assise nationale reconnue internationalement si tout le monde sans exception est autour d’une table ronde pour sortir cette crise .Avant d’y arriver, il faut que nous passions par des guerres de force de la part de l’antagoniste( Président Marc, Ratsiraka , Andry Rajoelina,Zafy ...)qui tendent vers à la table ronde Conseil pour le civil : priez pour la nation et "turn off your tap"

Répondre à ce message

Marc Ravalomanana accuse... et ment ?!
 2 avril 07:46, par Pseudo
http://www.google.com/hostednews/af...

Répondre à ce message

Marc Ravalomanana accuse... et ment ?!
 2 avril 08:30, par Mimie
Un tissu de mensonges (mifona a mifona nefa mamerina ihany !) qui ne serviront à rien d’autre qu’à ternir un peu plus son propre image.

Répondre à ce message

Marc Ravalomanana sal menteur
 2 avril 08:30, par gasy261
la honte,

Répondre à ce message

Marc Ravalomanana accuse
 2 avril 08:49, par Nickson
Ry zalahy mpanohana azy koa no tena tsy misy ilaina azy. Noheveriko mba misaina ihany ireto tim miseho manambany ny sasany ho foza orana ity kay tena poak’aty. Tsy ny apparence marina no hi-juger-na ny olona.

Répondre à ce message

Marc Ravalomanana accuse
 2 avril 08:49, par Mahita
Fa inona no mampatahotra anareo ?

Fa iza marina no mpandainga eto amin’ity firenena ity ? Koa tsy marina ve fa noho ny tsy fahazoany Atoa Ravalomanana antoka ny fitandroana ny ainy sy ny fianakaviany no nahatonga azy handaoa any Mcar ? Satria mantsy nanao fikomiana ireo miaramila vitsivitsy zay efa niezaka ny hifofo ny ainy mba hialany tao Iavoloha. Dia mbola lainga ve izany ? Ireo andian tafika sasany moa dia toa nanara drenirano fotsiny na dia tsy nankato sy tsy nekeny eritreriny velively aza izao fanongana-mpanjakana izao. Manainga antsika vahoaka manaraka ny ara dalàna mba hijoro hatrany, tsy hihemotra fa hiroso hatrany satria fitondrana jiolahimboto, mpandroba, mpanao an keriny no misy ankehitriny. MITSANGANA ;MIJOROA; SAHIA satria adidintsika @ taranaka izany. MASINA NY TANINDRAZANA

Répondre à ce message

Madagascar : Ravalomanana dit avoir transmis le pouvoir "sous la menace"

1er avril 2009 - Il y a 15 heures

ANTANANARIVO (AFP) — Le président évincé de Madagascar, Marc Ravalomanana, a affirmé dans un discours au sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe (SADC) avoir été forcé de transmettre les pleins pouvoirs "sous la menace d'une arme" et "encerclé par des soldats".

M. Ravalomanana a tenu ces propos au cours de sa présentation de la situation à Madagascar lundi devant les dirigeants de l'Afrique australe à l'occasion d'un sommet au Swaziland, selon le discours en anglais transmis mercredi à l'AFP.

"Je n'ai jamais démissionné. J'ai été forcé de transmettre le pouvoir sous la menace d'une arme, le 17 mars", a affirmé M. Ravalomanana dans ce discours.

"Ma famille et moi-même étions encerclés par des soldats qui menaçaient nos vies. Mon fils et sa femme ont été forcés de se cacher dans la forêt. La seule échappatoire était de quitter le pays", a-t-il ajouté.

"Le 17 mars, il (son rival Andry Rajoelina) a envoyé des troupes (de l'armée) au palais d'Etat de Iavoloha, où je résidais et travaillais. Les troupes ont dispersé des milliers de mes partisans positionnés à l'extérieur du palais, avant de l'attaquer", a affirmé M. Ravalomanana.

Réagissant auprès de l'AFP mercredi, le chef de l'état-major général de l'armée malgache, le colonel André Andriarijaona, a répliqué: "c'est faux, il n'y a pas eu de marche sur Iavoloha, cela n'a jamais été prévu de marcher là-bas".

"Il (Ravalomanana) dit peut-être ça pour avoir l'appui de la SADC", a ajouté le colonel Andriarijaona.

La version des faits de M. Ravalomanana diverge de témoignages recueillis par l'AFP.

Un diplomate occidental en poste à Madagascar et présent à plusieurs reprises au palais de Iavoloha dans la matinée du 17 mars a notamment déclaré mercredi n'avoir "pas vu de soldats, ni de véhicules militaires".

"Je n'ai pas été témoin de l'utilisation de la force. Les partisans du président Ravalomanana étaient toujours là (devant l'entrée du palais)", a ajouté ce diplomate.

M. Ravalomanana "avait déjà signé l'ordonnance (remettant son pouvoir à un directoire militaire) quand on est entré la première fois dans son bureau, vers 11H30 locales" (08H30 GMT), a-t-il précisé.

Un journaliste de l'AFP, présent devant le palais de 10H30 à 15H30 le 17 mars, n'a pas été témoin d'une présence militaire. Les barrages filtrants installés par les partisans de M. Ravalomanana étaient toujours actifs, selon ce journaliste.

Lâché par l'armée, Marc Ravalomanana a été contraint à la démission le 17 mars et a transféré les pleins pouvoirs à un directoire militaire, qui les a remis quelques heures plus tard au chef de l'opposition Andry Rajoelina, devenu président de la Haute Autorité de la transition (HAT).

Ces transferts de pouvoir avaient ensuite été validés par la Haute Cour constitutionnelle.



Pety Rakotoniaina reprend du service

Commune urbaine de Fianarantsoa
jeudi 2 avril 2009

Sa femme est membre de la HAT et lui de nouveau maire de la ville de Fianarantsoa.
Ce mercredi 1er avril 2009, l’ancien maire élu de la Commune urbaine de Fianarantsoa, Pety Rakotoniaina, redevient le premier magistrat de la ville grâce à Andry Rajoelina, président de la Haute Autorité de la Transition (HAT). Ancien candidat lors de la dernière élection présidentielle, Pety Rakotoniaina a été condamné le 19 mai 2008 par la Justice pour vol de voitures, entre autres délits dans lesquels il a été accusé de complicité, à 10 ans de travaux forcés. Bien que n’ayant pas encore été amnistié, il exerce de nouveau depuis ce mercredi 1er avril ses fonctions de maire.

En tout cas, la décision de Andry Rajoelina surprend. Les politiques et les partisans du « changement TGV » s’en réjouissent mais les « légalistes » et les « loyalistes » s’étonnent. Ialy Rakotoniaina est membre de la HAT et son époux est de nouveau maire de la ville de Fianarantsoa avant qu’il ne retrouve tous ses droits civiques et politiques. Ou bien la HAT a-t-elle entre temps amnistié les anciens détenus politiques ?

Lors de son escale dans la ville de Fianarantsoa avant de reprendre son envol pour Toliara, le président de la HAT a rencontré la population de Fianarantsoa au stade municipal d’Ampasambazaha. Il a raccompagné les anciens détenus politiques originaires de Fianarantsoa qu’il a graciés, dont l’ancien député Haja. Il a annoncé des mesures populaires telles que la baisse des prix de l’huile alimentaire, la rupture avec la SADC, la promotion de la vigne et du vin local.

A Toliara, le président de la HAT a informé qu’à la suite d’échanges de réflexions et de points de vue avec les coopératives de transport à l’échelle nationale, les frais de transport de passagers connaîtront une baisse conséquente. Ainsi, les frais de transport Tana-Toamasina seront de 17 000 Ar. contre 20 000 Ar auparavant. La liaison terrestre Tana-Toliara est fixée à 55 000 Ar. au lieu de 65 000 Ar.

Recueilli par Valis

2 réactions
Pety Rakotoniaina reprend du service
 2 avril 07:42, par ton ami
De firy ndray zao ny omby ho very ao Fianaratsoa ao !!!! koa efa ny dahalo indray ty no ampiakarian ao an-tanàna koa

Répondre à ce message

Pety Rakotoniaina reprend du service
 2 avril 09:07, par Bena
Mety io satria ny Filoha Ra8 aza mbola haverina ihany koa, na dia hanao fifidianana aza eto ka efa hisy lany, tsy olana fa mbola azo averina izy satria ny mandat-ny teo aloha tsy mbola lany.

Répondre à ce message


Assises mal assises : Assises quand même !

jeudi 2 avril 2009, par Ndimby A.

Tournant important dans l’histoire de ce régime de transition : hier, l’armée n’a plus procédé à une répression musclée des manifestations pro-légalité et pro-Ravalomanana, et a joué son véritable rôle de maintien de la paix en protégeant les manifestants contre les provocations habituelles d’une poignée d’excités payés par des malotrus. Les pro-TIM et leurs alliés ont donc pu avoir accès un instant à la Place du 13 mai, avant de choisir de la quitter après une concertation courtoise avec les gendarmes. A quoi devons-nous cette évolution salutaire ? A une prise de conscience des bidasses que la loi préhistorique du plus fort était finie ? A une fermeture des cercles mess des officiers ? A une recherche de respectabilité du régime de transition, suite aux lectures assidues des éditoriaux de Tribune.com par les apparatchiks du régime de transition (lol, faut pas rêver) ? A une marche arrière devant le scandale international des images vidéo du CAPSAT sur internet, et dont certaines copies sont distribuées dans les ambassades locales ? Rayer la mention inutile, du moins si vous en trouvez une.

Volonté d’apaisement a la veille des assises nationales ?
Cependant et finalement, cela pourrait aussi n’être qu’un nouvel état d’esprit qui se veut apaisant et en marche vers une démocratie réelle. On se demande par ailleurs par quel miracle. Quoi qu’il en soit, on a tellement critiqué le comportement des soudards aux bérets rouges qu’il serait injuste de ne pas prendre note de ce revirement positif, que l’on doit à la gendarmerie et à la Police nationale. On note entre parenthèses que ce changement de comportement intervient au lendemain de la rencontre de Monja Roindefo avec « les représentants des représentants » de la communauté internationale (entendre par là les seconds couteaux, aucun des chefs de mission diplomatiques n’ayant fait le déplacement). Plus de retenue a-t-il pu être arraché auprès du chef du Gouvernement ? Le nouveau pouvoir est en effet soucieux de ne pas donner du Gouvernement de transition la perception d’un Etat-voyou, peu propice aux tentatives de séduction des carnets de chèque des bailleurs de fonds.

Il est évident que ce changement de comportement des forces de sécurité ne peut que faire baisser la tension, à la veille de l’ouverture des Assises nationales. Ces rencontres de la plus haute importance nécessitent un climat serein et apaisé pour être pleinement productives. La préparation et l’organisation de ces assises présentent des lacunes certaines, et l’absence des pro-TIM, des pro-légalité, du CRN (puissant en Province) et du MFM les rend dès le départ biaisées et bancales. Toutefois, on sent quand même une volonté de la part de plusieurs parties de les optimiser. Alors, comme deux jours ne pourront jamais suffire pour refaire le monde, il faudra peut-être envisager des rencontres supplémentaires pour affiner, et se contenter pour cette première édition d’un accord minimaliste mais consensuel.

Si le Comité de coordination des organisations citoyennes (CCOC) s’est désisté, la participation de la plupart des organisations de la société civile qui militent sérieusement depuis des années (telles que le CERES, le SEFAFI ou le CNOE entre autres) donne un cachet de crédibilité à ces rencontres. Elles ont sans doute compris qu’on ne peut changer un système qu’en s’infiltrant à l’intérieur, et qu’il fallait malheureusement « faire avec » dans le présent contexte. Ces organisations, ayant prôné depuis un certain temps des États Généraux de la Démocratie, s’étaient alliées un temps avec le CCOC, mais ont décidé de ne pas suivre cette structure de coordination et de continuer sur leur propre voie. Malgré leurs nombreuses imperfections, ces Assises nationales ont le mérite de se tenir. La sagesse commence par ces mots : si on n’a pas ce que l’on aime, il faut aimer ce que l’on a.

Rien ne peut se faire sans le tim et les « légalistes »
La position du TIM et des pro-légalité risque donc d’être fragilisée si ces Assises nationales se passent bien et débouchent sur une adhésion plus ou moins large vers une sortie de crise. Cependant, il faut aussi que les participants aux Assises nationales acceptent le fait qu’aucune sortie de crise ne sera possible sans tenir compte des dizaines de milliers de personnes qui battent le pavé chaque jour, symboles de centaines de milliers de personnes parmi la fameuse « majorité silencieuse », même si l’expression en horripile certains (1). Et si les esprits éclairés n’arrivent à imposer ce point de vue pendant les Assises nationales, les résolutions de celles-ci risquent de ne pas être profondes et durables. En effet, les fractures au sein de la société sont si profondes qu’aucune des deux principales parties belligérantes ne peut prétendre s’imposer sur le plan national de manière claire, et les blessures mal cicatrisées d’aujourd’hui créent les gangrènes de demain. Avoir la victoire dans les rues des grandes villes ne signifie pas que cette position de force peut durer dans le temps et l’espace. Il y en a un qui doit méditer amèrement sur cela du côté du Malawi.

La présence du TIM et des légalistes à Ambohijatovo comme symbole d’une résistance à la prise du pouvoir par Andry Rajoelina ne peut donc être négligée, si toutefois le désir de réconciliation est sincère au sein du Gouvernement actuel. Ceci étant dit, entre d’une part la prise en compte de cette opposition formée par les partisans de Marc Ravalomanana et les réfractaires au principe du coup d’état, et d’autre part le retour de « Dada » au pouvoir, il y a un fossé qui sera extrêmement difficile à franchir. Car avec les fractures qui existent au sein de la population et de l’armée, accentuées par des révélations pas toujours à l’avantage de Marc Ravalomanana, il faut être lucide : il est impossible d’envisager qu’on puisse revenir au statu quo ante, autrement dit revenir en arrière et faire comme si la crise 2009 n’avait jamais existé. Mais cette lucidité doit également nous rappeler que, quoiqu’en dise la propagande TGV-iste, Andry Rajoelina est arrivé au pouvoir par un coup d’état, même s’il a été par la suite validé par la HCC. Ce raccourci coupable vers le Sommet de l’Etat pèsera toujours sur ses épaules, tout autant que les bévues de Marc Ravalomanana pèsent sur les siennes.

Une véritable réconciliation nationale est donc la seule voie obligée, et implique que pro-TIM et pro-TGV fassent taire leurs divergences. La solution proposée par Albert Zafy d’utiliser une manière consensuelle pour gérer la transition était plus que sage, malgré certains commentaires trop occupés à placer le débat dans un contexte ethnique. De même les paroles de Roland Ratsiraka, qui a eu le courage de dire au sein du camp TGV-iste qu’il était nécessaire d’associer le TIM pour partir sur de bonnes bases. Malheureusement, il est fort à craindre que Andry Rajoelina ait choisi la solution de facilité : conclure à son invulnérabilité et son omnipotence d’après les apparences trompeuses de son passage éclair de la rue publique aux Palais de la République.

Sans doute aussi se fie-t-il à la force inébranlable de sa garde prétorienne et des prisonniers qui se disent politiques pour protéger son fauteuil. Mais l’ancien Maire d’Antananarivo doit se rappeler de Ratsiraka ou Ravalomanana au temps de leur splendeur, et qui ont été renversés par des mouvements de foule. Par conséquent, si une base solide n’est pas posée, on restera toujours le pays des prises de pouvoir via la Place du 13 mai. Est-ce bien ce que nous voulons, cette perpétuation d’une tradition d’île de pirates ?

Solution a portée de main
La solution nous semble pourtant à portée de main, tout en ouvrant la porte à une reconnaissance de la transition par la Communauté internationale.

Primo, réduire la fracture entre les deux principaux belligérants et leurs supporters. D’un coté, assurer le retour de Marc Ravalomanana au poste de Président de la République, avec aucun pouvoir et un rôle symbolique. D’un autre coté, laisser Andry Rajoelina à la tête de la HAT, également avec un contenu symbolique. Le pouvoir exécutif doit être laissé aux mains d’un Premier ministre choisi par consensus entre toutes les forces politiques du pays. C’est également le PM qui doit représenter le pays sur la scène internationale. Toutefois, il faudrait tenter d’arranger tout ce processus en utilisant ce qui peut encore l’être de la Constitution, malgré les viols répétés que cette vénérable dame a subis.

Secundo, la gestion de la transition doit être transparente et consensuelle entre toutes les forces vives de la classe politique et de la société civile. Toute exclusion de fait ou de choix ne peut être qu’une façon de brider le processus, et donc de le voir échouer dans quelques années. L’accord d’Octobre 1991 est un bon exemple, et sur cette base il est possible de créer une véritable transition sereine et productive, et dont les fruits ont une chance d’être pérennes. La HAT devra donc être recomposée pour inclure tout le monde, et ne pas avoir l’image d’un simple regroupement de copains et de coquins.

Tertio, créer la base la plus large possible autour de la réconciliation nationale. Il s’agit de faire amnistie sur les sujets qui fâchent, comme par exemple les événements du 7 février pour lequel les responsabilités ne peuvent être que partagées entre Monja Roindefo et la Garde présidentielle. Amnistie également pour les mutins, et sur les exactions dont ont été victimes certains opérateurs, dont Tiko. Les expériences des commissions « Vérité et réconciliation » en Afrique du Sud, au Libéria ou au Rwanda peuvent être appliquées. Il ne s’agit pas de dire que les problèmes n’ont pas existé, mais que malgré le fait qu’ils aient existé, on choisit de passer l’éponge pour aller de l’avant et construire ensemble un avenir meilleur. Cela ne devrait pas être impossible à Madagascar, car nous n’avons pas connu les horreurs de l’Apartheid ou du génocide comme dans ces pays, qui ont pourtant réussi leur processus de réconciliation. Toutefois, il faut obtenir du groupe Tiko la réparation de tous les manquements au fisc. Tous ceux qui sont accusés de délits économiques depuis 2002 doivent également s’acquitter de leur dus.

Cependant, on ne peut qu’être sans illusion : les hommes politiques Malgaches ont démontré depuis 1960 que leur ambition dévorante les encourageait à ne pas se soucier de l’avenir. Ces idées n’ont donc que très peu de chances de se voir adoptées, car elles n’arrangent pas tout le monde. L’homme d’Etat pense à la prochaine génération, le politicien Malgache est prédestiné à ne penser qu’à la prochaine élection. Ou à la prochaine crise.

----------------------------------------------
Note  : (1) Au sujet de la majorité silencieuse, on notera que celle-ci l’est de moins en moins grâce au web 2.0. Les blogs sur Madagascar fleurissent comme les bourgeons au printemps. Autre exemple d’initiative : la mise en ligne d’une pétition sous forme d’Appel à la majorité silencieuse par Citoyenne malgache.
----------------------------------------
Post-Scriptum qui n’a rien à avoir avec le sujet : un avis éclairé peut-il m’expliquer ce que devient une balle d’un tir de sommation ? Car en voyant les images des rafales tirées en l’air par les soldats du CAPSAT l’autre jour sur la montée d’Ambohijatovo, je me dis que les balles ne devaient pas être perdues pour tout le monde.

3 réactions
Assises mal assises : Assises quand même !
 2 avril 06:58, par Citoyenne Malgache
Assises mal assises ??? C’est le cas de dire : "Seza rivotra ny sezan’ialahy !"

Ce revirement des militaires serait-il dû à la menace d’intervention de la SADC ? Quoique logistiquement, je me demande comment et à quelle prix cette intervention pourrait-elle se passer. Notre insularité ne facilite pas les choses, il me semble.

Merci Ndimby pour le lien ;-)

Répondre à ce message

Assises mal assises : Assises quand même !
 2 avril 08:38, par franescof
“La sortie de crise passe obligatoirement par une voie concertée”

C’est ce que vous avez écrit. J’apprécie votre attitude équilibrée entre Rajoelina et Ravalomana (voir article sur.les assises nationales). Problème les hommes politiques malgaches semblent ignorés le mot : compromis, concertation.

Tout d abord permettez moi de faire part mon étonnement et mon incompréhension de l’ écart entre la qualité des journaux (La Tribune, L’Express Les Nouvelles.com, Topmada.com.....), la richesse de la ste civile, et l’ absence de culture démocratique des dirigeants politques quelqu’ils soient. Je suis également agréablement étonné par les militaires. Ils ne semblent pas du tout avoir l’air d’être obsédés par la prise de pouvoir (avec le désordre qui s’installe ils vont peut-être changés d’attitude ?).

Andry Rajoelina avait parlé de légitimité pour justifier son coup d’état, les légalistes et les pro Ravalomana pourraient avancer le même raisonnement quand on constate l’ampleur de leur manifestation.

Rajoelina va t-il prendre des initiatives, Ou attendre comme l’avait fait l’ancien Président ? L’un comme l’autre ne veulent pas entendre parler de compromis.

On aurait pu espérer sur les conclusions des assises. Tous les observateurs extérieurs malgaches dont vous, savent (savaient) très bien quelles étaient les conditions de leurs réussites.

On peut se mettre à rêver : Rajoélina rétablit la légalité en laissant la Présidence de la République à « l’ancien » Pdt de l’assemblée nationale (celui ci s’engage à ne pas être candidat à la présidentielle). Il désigne Rajoélina comme premier ministre qui prend dans son équipe des minsitres TIM (fidèles à Ravalomana).

Après des assises consensuelles, ce cabinet organise des élections législatives dans les 6 mois (quel mode de scrutin ?) dont les différents paramètres ont été formellement acceptés par les deux camps .... et la sté civile. Les observateurs interationaux sont invités à suivre le déroulement des élections.

Quelque soit le résultat des élections (pour ou contre Rajoélina), ce dernier devient l’homme qui a sorti Madagascar de la crise et élu ou pas à la Présidentielle qui suivrait (6 moins un an, plus), il devient un personnage incontournable de la politique malgache, il a le temps devant lui.

Dommage ce n’était qu’un rêve.

Pour terminer trois points : je me suis rendu dans votre pays en novembre 2008 : votre pays devrait être sinon le plus prospère au moins un des plus prospère d’ Afrique. Combien y a t il de pays africains qui ont à la fois un climat européen (sur les plateaux) et tropical ?

Pour rétablir la légalité une partie des malgaches voudraient que des troupes de la SACD viennent combattre..... l’armée malgache. Pour mettre le pays à feu et à sang, la recette est garantie.

Enfin dernier point : j’espère que celui qui exercera le pouvoir se fera un honneur de conserver le MAP qui donne aux dirigeants des objectifs précis et permet à la population de demander des comptes. J’aimerais, que mon pays, la France ait un document de ce type. Même si Ravalomana s’en est servi abusivement, c’est un bon outil

Répondre à ce message

Assises mal assises : Assises quand même !
 2 avril 08:48, par lalatiana
Bonjour Ndimby,

Merci encore une fois de votre papier ... Je serai bref ce matin pour cause de nuit courte ...

Bien que profondément révolté par ce coup d’état, je risque de devoir m’y résigner simplement parce qu’il va falloir faire en sorte DE MANIERE URGENTE que la continuité de l’Etat soit assurée.

L’enjeu en est en effet la survie d’une économie et la vie de milliers de compatriotes.

D’autant de ce que l’on voit de Ravalomanana (à moins qu’il ne s’agisse encore d’une superbe manipulation des ces Docteurs es-désinformation) n’est pas rassurant en termes d’intelligence politique et de reconstruction de sa crédibilité/légitimité, et donc d’un éventuel retour.

Le compromis risque donc d’être de mise.

Mais il sera difficile (IMPOSSIBLE) de leur pardonner leur bassesse, leur cynisme, leur mépris, leur avidité... Et il sera d’autant difficile de le leur pardonner que nous sommes obligés de plier, le couteau sur la gorge, dans ce chantage citoyen.

La page est peut être à tourner... La suivante est à ecrire ... Mais on mobilisera toutes les énergies pour qu’elle soit plus belle et pour les virer aux prochaines échéances démocratiques...

J’ai bien dit démocratiques ... parce que je suis convaincu que NOTRE démocratie est à bâtir. A nous d’en fournir le moyen aux citoyens ...

C’est un autre projet...

Pour que vive madagascar... Bien à vous

Répondre à ce message



Partager cet article
Repost0

commentaires

C


bonjour,avant de repondre a votre blog,je rend un grand hommage a son exellence le PROFESSEUR ZAFY ALBERT,a son age il n arrete pas de lutter pour une vie equitable pour tous les MALGACHES,je lui
donne tout mon soutien afin qu il reussise a assagir ses jeunes nouveaux dans la politique,une seule erreur, et le climat de guerre civile se declenche,beaucoup n attendent que cela,merci docteur
vous me reconnaitrer certainement j adore le peuple MALGACHE,voir ayache et spano 1998a bientot



Répondre

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).