Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 10:05

(dépêches)




http://fr.news.yahoo.com/63/20090608/tpl-pourquoi-je-n-ai-pas-vot-modem-ce-7-5cc6428_1.html
Pourquoi je n'ai pas voté Modem ce 7 juin
il y a 1 heure 3 min

 Capitaine Haddock - LePost Imprimer J'ai toujours été proche de François Bayrou. J'ai toujours voté pour lui, que ce soit à l'UDF ou au MoDem. Je ne lui avais jamais fait d'infidélités, sauf quand je n'avais pas le choix (2ème tour des présidentielles, les régionales 2004...). Lire la suite l'article
Photos/Vidéos liées Pourquoi je n'ai pas voté Modem ce 7 juin Agrandir la photo Plus de photos Élections européennes
 

Articles liés
Parlement européen: à droite toute !
Nicolas Sarkozy et Dany le Vert vedettes de la presse française
Elections européennes: la droite en tête partout (ou presque)
Plus d'articles sur : Élections européennes
Discussion: Élections européennes
Mais ce matin, en me rendant au bureau de vote, j'étais tiraillé. La saillie bayrouiste en-dessous de la ceinture du débat de jeudi m'a profondément, terriblement, atrocement, violemment déplu. Déçu. Trahi même. Quand on veut laver plus blanc en politique comme François Bayrou, on évite ce genre de remarque. Il n'avait qu'à se baisser pour recueillir un grand nombre de voix, les déçus de la droite, de la gauche, de la politique, et j'ai peur qu'il ait laissé des plumes dans l'histoire.

Décus. On est nombreux. Ca a causé des remous chez tous les électeurs du Modem que je connais (ça n'a aucune valeur statistique, mais quand même!). D'après ce que j'ai su, l'une a voté Europe Espéranto, l'autre a choisi le PS et la dernière pensait à l'abstention...

 

Je ne comprenais pas les électeurs qui se décidaient dans l'isoloir. Mais pour la première fois, j'en ai fait partie.

Qu'on soit clair: de mon point de vue, le programme du MoDem était le meilleur. Marielle de Sarnez, la tête de liste, ne m'était pas du tout antipathique, tout comme Christophe Ginisty, qui sévit dans les parages (et que j'ai trouvé un peu gêné aux entournures sur le sujet). Mais je n'ai pas voulu, que, à cause ou malgré moi, le parti de François Bayrou devance Europe Ecologie.

Cette façon de faire de la politique, ou plutôt de la polémique à deux balles, me déplaît profondément. Alors sans rancune François, mais j'ai voté Dany le Rouge Vert. Juste pour t'embêter, et pour que tu ne le refasses plus.


Réagissez à l'info : Pourquoi je n'ai pas voté Modem ce 7 juin!

Lendemain d'élections: joie ou gueule de bois?
Benoît Hamon, pas élu, va-t-il quitter son poste de porte-parole du PS?
Vidéo: Bayrou reconnait son échec personnel dans la défaite du Modem
Le film "Home" a-t-il fait le jeu de Cohn-Bendit?
Eva Joly: "Je sentais qu'il y avait une grande attente"

http://fr.news.yahoo.com/3/20090608/tpl-europeennes-reaction-dati-cfb2994.html
Rachida Dati confirme qu'elle quitte le ministère de la Justice
il y a 33 min

 Imprimer Au lendemain de son élection au Parlement européen, la ministre de la Justice Rachida Dati confirme lundi qu'elle va quitter la place Vendôme à une date qui "n'est pas encore fixée" et qui sera décidée par Nicolas Sarkozy. Lire la suite l'article
Articles liés
Européennes en GB: Les Travaillistes au pouvoir en troisième position
Parlement européen: à droite toute !
Nicolas Sarkozy et Dany le Vert vedettes de la presse française
Plus d'articles sur : Élections européennes
Discussion: Élections européennes
"Je quitte, oui" (le ministère de la Justice, NDLR), a déclaré la garde des Sceaux sur France-Inter. "Pour la date de départ, c'est la décision du président de la République (...) Elle n'est pas encore fixée".

Evoquant l'élection du ministre du Travail Brice Hortefeux, alors qu'il était troisième sur la liste UMP de la circonscription Massif Central-Centre, "ce sera une décision entre lui et le président de la République", a-t-elle souligné.

"Avec Michel Barnier (tête de liste Majorité présidentielle en Ile-de-France) on a toujours dit du jour où on a été investi le 25 janvier (...) que si nous étions élus, nous allions au Parlement". AP

http://fr.news.yahoo.com/70/20090608/tfr-europe-ecologie-a-va-tre-dur-claude-0b4fd8a.html
Europe-Ecologie: «Ça va être dur, Claude Allègre entrant au gouvernement»
il y a 19 min

 La Rédaction de Mediapart Imprimer MEDIAPART--Les écologistes, troisième force politique nationale? Le succès électoral de la liste Europe-Ecologie consacre pour ses militants la réalisation d'un rêve longtemps attendu : devenir le presque égal du PS à gauche. Reportage à la soirée électorale de la liste conduite par Daniel Cohn-Bendit, Eva Joly et José Bové. Lire la suite l'article
Articles liés
Nicolas Sarkozy et Dany le Vert vedettes de la presse française
Île-de-France : l'UMP et les Verts devancent largement le PS et le MoDem
La spectaculaire percée d'Europe Ecologie
Plus d'articles sur : Parti socialiste
Discussion: Parti socialiste

Lire l'article complet sur Mediapart.fr (sur abonnement)

http://fr.news.yahoo.com/70/20090608/tfr-remaniement-sarkozy-a-les-mains-libr-0b4fd8a.html
Remaniement: Sarkozy a les mains libres pour poursuivre l'ouverture
il y a 17 min

 La Rédaction de Mediapart Imprimer MEDIAPART - Lire la suite l'article
Articles liés
Nicolas Sarkozy et Dany le Vert vedettes de la presse française
Bayrou: "La polémique avec Cohn-Bendit a troublé"
Peillon: "Une sorte de 21 avril pour le PS"
Plus d'articles sur : Nicolas Sarkozy
Avec plus de 28% des suffrages recueillis dimanche par la majorité présidentielle, Nicolas Sarkozy a les mains libres pour mener le remaniement annoncé. D'un côté, cette victoire lui permet de safficher en sauveur et rassembleur de la droite. De lautre, ce score, relativement faible pour une majorité qui ne dispose pas de réserve de voix, lautorise à poursuivre sa stratégie douverture, qui sest révélée payante, et à évincer les maillons faibles du gouvernement.


Lire l'article complet sur Mediapart.fr (sur abonnement)

http://fr.news.yahoo.com/4/20090608/tts-france-europeennes-ca02f96_1.html
Le paysage politique français bouleversé
il y a 2 heures 2 min

 Yves Clarisse Imprimer Le paysage politique français a été bouleversé par les élections européennes, qui ont vu les principaux rivaux de Nicolas Sarkozy mordre la poussière et fait apparaître une donne totalement inédite à gauche. Lire la suite l'article
Photos/Vidéos liées LE PAYSAGE POLITIQUE FRANÇAIS BOULEVERSÉ Agrandir la photo
Articles liés
Parlement européen: à droite toute !
Nicolas Sarkozy et Dany le Vert vedettes de la presse française
Elections européennes: la droite en tête partout (ou presque)
Plus d'articles sur : Élections européennes
Discussion: Élections européennes
Un scrutin européen est loin de dessiner exactement le rapport de forces que donne une élection nationale, surtout quand l'abstention frôle le taux record de 60%, et le parti présidentiel a eu le triomphe modeste dimanche soir.

Mais les sanglots à peine réprimés du premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, et le mea culpa du dirigeant centriste François Bayrou en disaient long sur l'ampleur du changement qui est intervenu sur la scène politique française.

"C'est un tremblement de terre", a résumé le socialiste Pierre Moscovici, ancien ministre des Affaires européennes.

Avec 28% des suffrages - seulement deux points de moins que Nicolas Sarkozy au premier tour de la présidentielle de 2007 - l'UMP et ses alliés du Nouveau centre réalisent le meilleur score d'un parti de droite au pouvoir depuis 30 ans.

Or, ce résultat est obtenu en plein marasme économique et alors que le chef de l'Etat bat des records d'impopularité.

Même si ses opposants soulignent que 70% des électeurs ont voté pour d'autres formations, l'UMP peut savourer un succès lors d'élections intermédiaires qui ont rarement réussi à la droite - comme à la gauche - lorsqu'elles étaient au pouvoir.

LE PS K.O. DEBOUT

Le gouvernement a immédiatement vu dans ce résultat un encouragement à poursuivre les réformes et le Premier ministre François Fillon a appelé à la mobilisation générale.

Nicolas Sarkozy voit en outre son principal opposant à droite, François Bayrou, qui avait axé toute sa campagne électorale sur une opposition frontale au président dans la perspective du scrutin de 2012, battu et humilié.

"Le vote sanction a été sanctionné par les Français", a commenté le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand.

Avec un peu plus de 8% des voix, le dirigeant centriste, dont le fonds de commerce historique était pourtant l'Europe, est considérablement affaibli par sa défaite, lui qui ambitionnait, comme en 2007, de devenir le chef de l'opposition.

"Le résultat d'aujourd'hui est une déception (...) Je prends ma part de responsabilité", a-t-il déclaré.

A gauche, le bouleversement est encore plus profond.

Le Parti socialiste, qui craignait de descendre sous la barre des 20%, la pulvérise et se retrouve à un peu plus de 16%.

Victime du spectacle sans cesse renouvelé de ses rivalités internes et d'une campagne en zigzags, d'abord à la recherche d'un vote sanction contre Nicolas Sarkozy avant de recentrer le message vers le changement en Europe, il est K.O. debout.

Ses dirigeants ne cherchent même pas à minimiser l'ampleur de la rouste - il s'agit du deuxième plus mauvais score de son histoire aux européennes - et les couteaux s'aiguisent, même si le poste du premier secrétaire ne paraît pas encore menacé.

LES VERTS INCONTOURNABLES ?

Martine Aubry a lancé un appel pathétique dimanche soir.

"Je demande aux Français de garder espoir dans le Parti socialiste", a-t-elle dit avant de reconnaître que sa formation n'était "pas encore crédible" aux yeux de l'électorat.

Crédibles, les Français ont jugé que l'ancien dirigeant de Mai 68 Daniel Cohn Bendit, le leader anti-OGM José Bové et l'ancienne juge anticorruption Eva Joly l'étaient.

Parti de rien, ou presque, Europe Ecologie fait pratiquement jeu égal avec le PS, à plus de 16% des voix, sans avoir donné dans l'antisarkozysme, privilégiant la défense de l'environnement à la seule échelle qui compte, celle de l'UE.

"Les Français ont fait un grand référendum : ils ont voté pour la survie de la planète", a estimé sur France 3 Jean-Luc Bennhamias, ancien Vert ayant rejoint François Bayrou.

Daniel Cohn-Bendit, qui dément toute ambition politique nationale, a dès dimanche soir fait l'objet d'appels du pied venant de tous les bords politiques, y compris de l'UMP, mais il a refusé de parler d'autre chose que du Parlement européen.

Les Verts français pourraient toutefois s'installer comme une force incontournable sur la scène politique française, comme ils le sont par exemple en Belgique, où ils participent régulièrement aux gouvernements régionaux et fédéral à des postes importants, avec les socialistes.

Le Vert allemand Joschka Fischer, camarade de barricades de Daniel Cohn-Bendit en 1968, n'a-t-il pas été ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Gerhard Schröder ?

Edité par Eric Faye

http://fr.news.yahoo.com/3/20090608/tpl-europeennes-reaction-hortefeux-bertr-cfb2994_2.html
Xavier Bertrand : "on a besoin de Brice Hortefeux au gouvernement"
il y a 1 heure 8 min

 Imprimer "Je pense qu'on a besoin de Brice Hortefeux au gouvernement", a réagi lundi Xavier Bertrand, à propos du ministre du Travail, élu dimanche alors qu'il était troisième sur la liste UMP de la circonscription Massif Central-Centre aux élections européennes. Lire la suite l'article
Articles liés
Parlement européen: à droite toute !
Nicolas Sarkozy et Dany le Vert vedettes de la presse française
Elections européennes: la droite en tête partout (ou presque)
Plus d'articles sur : Élections européennes
Discussion: Élections européennes
"Nous savions pertinemment que Michel Barnier et Rachida Dati s'engageaient à aller siéger parce que nous les avions placés en tête de la liste", a souligné M. Bertrand sur RTL.

"Pour Brice Hortefeux, il s'est engagé dans cette campagne de manière totalement désintéressée, il n'était pas candidat en tête de liste. Mais dans sa région qu'il aime beaucoup, la région Auvergne, il avait décidé de venir en soutien de cette liste. Et puis franchement le succès tel, inimaginable dans cette région (...) fait qu'aujourd'hui on a plutôt à gérer le succès", a constaté le secrétaire général de l'UMP.

"Moi je pense qu'on a besoin de Brice Hortefeux au gouvernement", a jugé Xavier Bertrand, ajoutant que Brice Hortefeux doit "en parler avec Nicolas Sarkozy". "S'il y avait été pour siéger, très franchement, il aurait été la tête de liste dans cette grande région", a-t-il insisté.

Evoquant le président du MoDem de François Bayrou, l'ancien ministre a avancé qu'"on doit toujours respecter l'enjeu d'une élection -là l'Europe- on doit toujours respecter ses adversaires politiques", mais "il n'a pas respecté cette règle". "François Bayrou lui a voulu mettre l'Europe au service de ses ambitions et ça les Français l'ont sanctionné", a-t-il jugé. AP

http://fr.news.yahoo.com/4/20090607/tts-union-europeennes-barroso-ca02f96_1.html
Une victoire pour le projet européen, estime José Manuel Barroso
il y a 9 heures 1 min

 Imprimer Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a estimé dimanche que les résultats des élections européennes constituaient un succès pour ceux qui soutiennent le projet européen. Lire la suite l'article
Photos/Vidéos liées BARROSO VOIT DANS LES RÉSULTATS DES ÉLECTIONS UNE VICTOIRE POUR LE PROJET EUROPÉEN Agrandir la photo Plus de photos Élections européennes
 

Articles liés
Parlement européen: à droite toute !
Nicolas Sarkozy et Dany le Vert vedettes de la presse française
Elections européennes: la droite en tête partout (ou presque)
Plus d'articles sur : Élections européennes
Discussion: Élections européennes
"Globalement, les résultats représentent une victoire indéniable pour les partis et les candidats qui soutiennent le projet européen et qui veulent voir l'Union européenne fournir des réponses en termes de politiques à leurs préoccupations quotidiennes", a déclaré Barroso.

"Les forces politiques qui répondent de façon constructive aux défis politiques, et qui se sont engagées de façon constructive lors de la dernière législature, occuperont l'immense majorité des sièges dans le prochain parlement européen", a-t-il ajouté.

"La participation, comparée à celle de 2004, montre que l'heure n'est pas à l'autosatisfaction. Les politiciens nationaux, dont les débats se cantonnent encore trop souvent au cadre national, doivent s'affirmer de façon plus constante comme des acteurs à la fois nationaux et européens", a dit encore le président de la Commission.

Barroso, qui n'a pas encore fait officiellement acte de candidature à un nouveau mandat à la tête de la Commission, est soutenu par une majorité de gouvernements des Vingt-Sept.

Le député européen Vert Daniel Cohn-Bendit, dont la liste a effectué une percée en France, a appelé dimanche soir à une coalition anti-Barroso au parlement européen.

Version française Pascal Liétout

http://fr.news.yahoo.com/3/20090608/tpl-europeennes-synthese-cfb2994.html
Européennes: succès pour l'UMP, nouveau 21-Avril pour le PS, surprise Europe Ecologie
il y a 5 heures 47 min

 Emmanuel GeorgesPicot Imprimer Une première place attendue pour l'UMP, une défaite cinglante pour le PS, la surprise Europe Ecologie: tels sont les enseignements des élections européennes de dimanche en France, marquées par une abstention record de près de 60%. Lire la suite l'article
Articles liés
Parlement européen: à droite toute !
Nicolas Sarkozy et Dany le Vert vedettes de la presse française
Elections européennes: la droite en tête partout (ou presque)
Plus d'articles sur : Élections européennes
Discussion: Élections européennes
Sans surprise, les listes de la majorité présidentielle sont sorties en tête du scrutin. Avec 27,87% des voix, selon les résultats définitifs du ministère de l'Intérieur, l'UMP et ses alliés ont réalisé lors d'une élection intermédiaire toujours difficile pour le pouvoir un score proche de celui de Nicolas Sarkozy au premier tour de la présidentielle de 2007 (31,18%).

La majorité présidentielle a remporté 29 sièges à Strasbourg, contre 14 pour le PS et Europe écologie, six pour le MoDem, cinq pour le Front de gauche, trois pour le FN et un pour Libertas, selon les résultats définitifs.

Les responsables de la majorité avaient le sourire dimanche soir. Dans une allocution dès 20h20, François Fillon s'est réjoui du "très bon résultat de la majorité présidentielle". C'est la première fois depuis 1979 que le parti au pouvoir est en tête des européennes.

Le Premier ministre a attribué ce "succès" au "travail accompli par la présidence française de l'Union européenne" au second semestre 2008, à "l'unité" de la droite et à la "clarté" de son projet européen.

Cette absence de vote-sanction va permettre à Nicolas Sarkozy de poursuivre sa politique. "Nous allons continuer de moderniser la France", a dit M. Fillon, qui a renouvelé son appel à "l'unité nationale" face à la crise. "C'est la sanction du vote-sanction", a estimé le ministre du Travail Brice Hortefeux sur France-2.

Petit bémol, plus de sept Français sur dix ont voté pour des listes qui ne soutiennent pas Nicolas Sarkozy.

Pour le PS, l'échec est cinglant. Pour le premier test électoral de Martine Aubry, le premier parti d'opposition, avec 16,48%, réalise sa deuxième plus mauvaise performance aux européennes, après les 14,5% de Michel Rocard en 1994.

Les socialistes ont été victimes de la dispersion des voix à gauche, qui rappelle celle de la présidentielle de 2002, fatale à Lionel Jospin. "Une sorte de 21-Avril", a estimé Vincent Peillon.

Le PS paie son désastreux congrès de Reims, son absence de projet et sa crise de leadership. Si elle n'est pas menacée par un putsch, comme celui qui coûta son poste à Michel Rocard, la Première secrétaire Martine Aubry sort affaiblie de son premier scrutin.

Dans une déclaration solennelle à 21h, Mme Aubry a reconnu l'échec. "Nous ne sommes pas encore crédibles", a convenu la Première secrétaire, insistant sur la nécessité d'une "profonde rénovation" du parti.

Dès dimanche soir, plusieurs responsables l'ont appelée à des "changements". "Il faut bouger", a lancé Pierre Moscovici sur France-2. L'ancien ministre des Affaires européennes a souhaité que le PS "se remette au boulot sur les idées", et plaidé pour la mise en chantier de primaires pour la désignation du candidat socialiste en 2012.

Les socialistes ont été victimes de la concurrence des listes Europe Ecologie de Daniel Cohn-Bendit, qui créent la surprise avec 16,28%, talonnant le PS.

Le rassemblement de José Bové aux amis de Nicolas Hulot constitué pour ce scrutin signe le meilleur score réalisé par des écologistes, devant les 10,6% d'Antoine Waechter en 1989. Daniel Cohn-Bendit et ses amis - qui ont devancé les socialistes en Ile-de-France et dans le Sud-Est - ont bénéficié de la déroute du PS et d'une campagne dynamique, centrée sur les enjeux européens.

"Triomphant", "Dany" a promis de poursuivre "cette aventure extraordinaire qu'a été ce rassemblement", afin qu'il "s'incruste dans le paysage politique français".

Avec seulement 8,45%, le MoDem François Bayrou ne peut plus se targuer d'être la troisième force de la vie politique française. Le centriste, qui va devoir revoir sa stratégie pour 2012, a promis de "tirer des leçons" de cette "déception". Il a probablement pâti de l'altercation qui l'a opposé jeudi soir sur France-2 à Daniel Cohn-Bendit, lorsqu'il a accusé le leader des Verts de complaisance pour la pédophilie.

Au sein de la gauche radicale, le Front de gauche de Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon (6,05%) remporte de peu son match contre le Nouveau parti anticapitaliste d'Olivier Besancenot (5%).

Avec 6,34% des voix pour le Front national, Jean-Marie Le Pen est réélu pour un dernier mandat au Parlement européen.

Les listes Libertas de Philippe de Villiers et Frédéric Nihous se contenteront d'un seul élu. Les autres listes n'obtiendront aucun député au Parlement de Strasbourg.

Ce scrutin européen a été entaché par une abstention-record. Ce sont 59,36% des 44,5 millions électeurs inscrits qui ont boudé les urnes. Le précédent record datait de 2004 (57,2%). AP

http://fr.news.yahoo.com/70/20090608/twl-parlement-europen-droite-toute-3d40b91.html
Parlement européen: à droite toute !
il y a 22 min

 La Rédaction de Mediapart Imprimer MEDIAPART - En obtenant presque autant d'élus que dans le Parlement sortant, les conservateurs ont remporté les élections au Parlement européen avec une victoire écrasante devant les socialistes qui ont perdu une soixantaine de sièges. Mais ce scrutin marque surtout la montée de lextrême droite et des partis anti-européens, alors que les électeurs ont presque systématiquement désavoué leurs gouvernements en pratiquant un vote sanction. Lire la suite l'article
Articles liés
Européennes en GB: Les Travaillistes au pouvoir en troisième position
Nicolas Sarkozy et Dany le Vert vedettes de la presse française
Elections européennes: la droite en tête partout (ou presque)
Plus d'articles sur : Élections européennes
Discussion: Élections européennes

Lire l'article complet sur Mediapart.fr (sur abonnement)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).