Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 13:55
(Dépêches)


Désaccords entre Bayrou et Royal sur l'économie

PARIS (Reuters) - Ségolène Royal et François Bayrou ont assumé samedi leurs désaccords en matière d'économie, notamment sur l'intervention de l'Etat, les 35 heures, les retraites ou les réformes européennes.

Lors d'un débat sur BFM TV et RMC, la candidate du PS, du MRC et du PRG a défendu pied à pied face au président de l'UDF ses propositions économiques et sociales et a affirmé qu'elle n'était prisonnière d'aucun dogme.

"Sur la question économique, nous avons des désaccords et mon objectif ici n'est pas de chercher à convaincre François Bayrou puisque le pacte présidentiel que j'ai proposé sera mis en application si les Français me confient cette responsabilité", lors du second tour le 6 mai, a-t-elle déclaré.

Le candidat de l'UDF, "en désaccord assez profond" avec le programme économique socialiste, a d'abord critiqué son coût "au même niveau que les promesses électorales de Nicolas Sarkozy, à peu près 60 milliards" d'euros.

MAÎTRISE DES DÉPENSES CONTRE INVESTISSEMENTS

C'est "un déséquilibre considérable supplémentaire apporté à nos dépenses publiques. Je pense que c'est un mauvais choix et que, d'ailleurs, ça ne sera pas soutenable", a-t-il ajouté.

François Bayrou a en outre exprimé son désaccord sur l'"idée qu'en donnant de l'argent à un grand nombre de catégories de Français on va relancer la machine. Ça n'a jamais marché et ça ne peut pas marcher dans une économie ouverte comme la nôtre".

"Il n'y a pas de dogme, il y a une nouvelle vision du développement économique", a répondu Ségolène Royal. "Je considère que la nouvelle croissance économique s'appuie sur trois piliers : la compétitivité économique, la compétitivité sociale" et l'écologie, a-t-elle ajouté.

Alors que François Bayrou critiquait le fait qu'elle revienne "trop souvent à l'idée que l'Etat peut faire les choses à la place de la société", la présidente de la région Poitou-Charentes a assuré que "le 'pacte présidentiel' n'est pas un pacte étatique, bien au contraire et c'est ça sa grande modernité".

"Toutes les réformes économiques et sociales sont faites en partenariat, sous forme de contrats" avec les entreprises, les partenaires sociaux, ou les régions, a-t-elle ajouté.

Selon la candidate du PS, "le pacte présidentiel ne coûte pas 60 milliards mais 35 et ce sont des dépenses actives. Je considère que toutes les dépenses publiques qui sont proposées dans ce pacte rapportent davantage qu'elles ne coûtent".

GÉNÉRALISER LES 35 HEURES ?

Interrogé sur la limitation du temps de travail, François Bayrou a qualifié de "très mauvaise idée" la généralisation des 35 heures prônée par Ségolène Royal car "les plus petites entreprises vont être bouleversées dans leur organisation".

Affirmant au contraire que "le passage aux 35 heures a entraîné une amélioration de la compétitivité" des entreprises lorsque le dialogue social avait permis de moderniser l'organisation du travail, Ségolène Royal a confirmé qu'elle voulait travailler avec les partenaires sociaux pour parvenir à la généralisation des 35 heures.

"Je maintiens que c'est un progrès humain considérable et que ce qui compte c'est 35 heures travaillées de façon très productive (...) plutôt que de travailler 39 heures avec des salariés démotivés", a-t-elle ajouté.

Selon elle, "ce qui est important ce n'est pas le dogme du chiffre des 35 heures, c'est comment on travaille, comment on se forme, comment l'organisation de l'entreprise s'améliore".

LA LOI SUR LES RETRAITES

A propos de la loi Fillon sur les retraites, Ségolène Royal a promis une nouvelle fois qu'elle "serait revue, en particulier parce qu'elle a créé une inégalité insupportable au dépend des femmes".

Insistant sur l'équilibre précaire du système de retraite en France, François Bayrou a jugé au contraire que "ceux qui pensent qu'on va revenir sur la loi Fillon se trompent".

"La France ne peut pas être le pays dans lequel on travaille le moins d'heures dans l'année et le moins d'années dans la vie", a-t-il dit.

Ségolène Royal a répondu qu'"une des clefs de la solution du problème des retraites, c'est la relance de la croissance".

"On sait bien que si l'on remet deux à trois millions de travailleurs au travail, on résout le problème de déficit des comptes sociaux", a-t-elle expliqué.

DIFFERENDS SUR LA BCE ET LE SMIC EUROPEEN

Sur les questions européennes, Ségolène Royal et François Bayrou se sont opposés sur l'idée d'un salaire minimum et la modification des statuts de la Banque centrale européenne (BCE).

Pour la candidate socialiste, le smic européen "est un objectif indispensable sinon les délocalisations continueront".

François Bayrou a jugé, à l'inverse, que "c'est une idée pas sérieuse, qui ne résiste pas à l'examen une seconde".

Selon lui, un smic européen reviendrait soit à "tuer l'ensemble des pays de l'Est européen" soit à "complètement déséquilibrer" la France.

La candidate de gauche a répété qu'elle plaiderait si elle est élue pour une réforme du statut de la BCE "parce que je veux que l'Europe s'occupe aussi de croissance et d'emploi".

Soulignant que la critique de la BCE était "un point d'accord entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy", le président de l'UDF a affirmé qu'"ils se trompent tous les deux".

Se plaçant en défenseur de la maîtrise de l'inflation, il a rappelé qu'un euro moins cher s'accompagnerait d'une hausse des taux d'intérêt. Dans cette situation, "vous ne pouvez plus ni consommer ni investir donc vous affaiblissez l'économie française", a-t-il expliqué.

Ségolène Royal a de son côté estimé qu'il n'était "pas incompatible d'avoir un euro fort plus un objectif de croissance et un objectif de lutte contre le chômage".

Samedi 28 avril 2007, 16h44



François Bayrou prend acte des désaccords entre lui et Madame Royal

Dans une ambiance sereine, François Bayrou et Ségolène Royal ont débattu devant les caméras de BFM-TV. Il n'empêche, François Bayrou a réaffirmé ses désaccords avec le programme économique de la candidate du parti socialiste : "C'est une très mauvaise idée à mes yeux" a--t-il estimé sur la généralisation des 35 heures, par exemple. Sur l'euro et l'instauration d'un salaire minimum, là aussi, François Bayrou a marqué une ferme divergence d'avec ce que propose Madame Royal. Sur les questions de société, la vision d'une France réconciliée, François Bayrou et Ségolène Royal ont là précisé un certain nombre de convergences, malgré des points comme les signes extérieurs d'appartenance à la Nation. Dans l'ensemble, le débat s'est déroulé dans une ambiance détendue, des rires venant souvent ponctuer les interventions de l'un ou de l'autre. Une autre forme de démocratie est en train de naître. Sans allégeance, mais sans combat non plus.

28 avril 2007



Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).