Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 18:14
(Dépêches)

Royal persiste au centre, le PS gronde

La candidate PS était vendredi en meeting à Lyon, alors qu'au sein du parti beaucoup dénoncent son plan d'ouverture vers l'UDF.

QUEL meilleur endroit que Lyon, ville de tradition centriste, dirigée par le socialiste Gérard Collomb, pour mettre en scène une main tendue à l'UDF ? Hier, dans la capitale des Gaules, Ségolène Royal devait recevoir le soutien du président du Conseil italien, Romano Prodi. Royal avait annoncé il y a quelques jours la présence de Prodi à ce meeting, mais le porte-parole du dirigeant italien avait rapidement fait savoir que son emploi du temps ne prévoyait pas de déplacement. C'est donc par vidéo que l'homme de l'Olivier (la fédération de partis politiques transalpins, créée en 2005, dont Prodi est président) a déclaré son soutien à la candidate socialiste, comme l'avait fait son homologue espagnol José Luis Zapatero à Toulouse avant le premier tour.

Prodi ne peut voir que d'un bon oeil les appels du pied de Royal à Bayrou, lui qui dirige une coalition allant de l'extrême gauche au centre droit. En début de semaine, il affirmait d'ailleurs déjà qu'une alliance entre Royal et Bayrou apporterait « clarté et ordre » dans le paysage politique français. Sans compter que, le jour même du premier tour de la présidentielle française, les Démocrates de gauche italiens et la Marguerite, parti de Prodi, annonçaient leur fusion dans un grand « Parti démocrate », le nom que Bayrou veut donner lui aussi à son nouveau parti.

« Le geste de trop »

Ségolène Royal avait aussi invité Dominique Strauss-Kahn à s'exprimer au cours de son meeting. Finie l'époque où la candidate - comme le 16 mars, en meeting à Charleville-Mézières - le snobait littéralement, refusant même de le rejoindre sur scène. Après avoir déjeuné, bien en vue avec lui mercredi à la terrasse d'un restaurant parisien, elle l'a emmené hier à Lyon dans son avion privé.

Un proche de DSK s'amusait que son mentor soit désormais mis en scène dans le rôle de « l'aspirateur à voix centristes ». Alors qu'il y a encore une semaine, Michel Rocard était vilipendé pour avoir appelé à l'union PS-UDF ! À une semaine du premier tour, Royal joue donc le tout pour le tout pour amener à elle un maximum d'électeurs de Bayrou, faisant le forcing pour organiser un débat avec lui.

L'affaire fait plus que grincer des dents au sein du PS, dont les responsables apprécient peu de voir la ligne stratégique du parti bouleversée entre les deux tours par la can didate et quelque proches, sans la moindre discussion ou même consultation de ses instances élues. Pour un proche de Laurent Fabius, la proposition de Royal de faire entrer des ministres centristes dans son gouvernement constitue « le geste de trop ».

Sur son blog, Pascal Cherki, conseiller de Paris et proche d'Henri Emmanuelli, laisse transparaître sa colère. « Ségolène Royal doit arrêter de courir derrière Bayrou qui refuse le débat droite-gauche. Cet homme est un imposteur ! », affir me-t-il. Il dénonce « le numéro de curée magistralement exécuté » de Bayrou qui, pour « aspirer la gauche, doit faire semblant de moins aimer Sarkozy que Royal ». « Face à un Sarkozy qui avance sur une ligne bonapartiste revendiquant un État fort économiquement et qui de ce fait s'adresse à la France du non au référendum, Ségolène Royal ne doit pas tomber dans la sarabande du oui comme MM. Bayrou, Delors, Rocard, Cohn-Bendit et consorts l'y invitent », implore-t-il.

Jean-Pierre Chevènement, très en cour auprès de la candidate au point que certains le voient premier ministre en cas de victoire de la candidate PS, a aussi créé de l'émoi mercredi, notamment chez les candidats aux législatives. L'ancien ministre de la Défense affirmait, sur France Info, que la gauche « peut trouver des accords de désistement mutuel » entre candidats socialistes et UDF.

« On a déjà donné des circonscriptions à Chevènement alors qu'il n'est plus rien, et maintenant il brade les nôtres aux UDF et nous serions priés de nous sacrifier. Mais on se moque du monde ! », s'insurgeait hier un responsable socialiste.

MYRIAM LÉVY (Figaro), le 28 avril 2007, 12h26




Sarkozy s'affiche avec VGE

Le fondateur de l'UDF était vendredi au côté du candidat UMP qui tenait un meeting en Auvergne.

C'EST DU PUR Sarkozy. Dans une petite entreprise de la ville de Châteldon, dans le Puy-de-Dôme, le candidat fait le tour des machines-outils qui fabriquent des chariots de distribution de repas pour les hôpitaux. Puis, après un discours devant une trentaine d'ouvriers, il se tourne vers quelques journalistes et ne peut s'empêcher de commenter sa prestation lors de l'émission « À vous de juger », sur France 2 : « 5,4 millions, c'est tout de même pas mal ! Elle n'avait fait que 4 millions. Et je fais ça juste après TF1, la veille, où j'étais déjà à plus de 10 millions ! » Autre record de la journée : hier soir, à Clermont-Ferrand, son équipe annonçait plus de douze mille personnes venues voir Nicolas Sarkozy. Selon son entourage, la « plus forte mobilisation politique jamais vue dans ces terres de gauche » où Nicolas Sarkozy, avec 26,28 % des voix, est arrivé juste derrière Ségolène Royal (29,32 %), dans le Puy-de-Dôme.

Autre record, ces dernières heures, fait pour rassurer Nicolas Sarkozy : le nombre de centristes qui désormais le rejoignent. Plus de 23 parlementaires UDF, dont 19 députés, auraient déjà annoncé qu'ils votent Sarkozy. Hier, le député UDF Charles de Courson, pourtant militant du centrisme intransigeant voulu par François Bayrou, avait accepté l'invitation de Brice Hortefeux, régional de l'étape et ami de trente ans du candidat, à accompagner Nicolas Sarkozy dans son déplacement. Ce comptable pointilleux s'est dit déterminé à « expliquer pourquoi il vote Sarkozy » devant les militants UMP, renvoyant à plus tard la question de savoir s'il appartiendrait ou non à la « majorité présidentielle » de Nicolas Sarkozy s'il est élu. Toujours dans son rôle d'intercesseur, Brice Hortefeux avait également organisé une « rencontre républicaine » avec le sénateur socialiste Michel Charasse, lequel a voulu montrer son amitié pour le candidat de la droite, lui qui n'a jamais caché qu'il était allergique à Royal.

Un rare privilège

Mais le record du jour, pour Nicolas Sarkozy, était d'être reçu par Valéry Giscard d'Estaing, dans la maison de famille des Giscard, à la sortie du petit village de Chanonat. Un privilège très rare que Jacques Chirac n'a pas connu. L'ancien président de la République a d'ailleurs accompagné ensuite Nicolas Sarkozy au meeting qui se tenait dans le Parc des expositions de Clermont-Ferrand. Tenu par le devoir de réserve, en tant que membre du Conseil constitutionnel, le fondateur de l'UDF ne s'est pas exprimé publiquement. Il a déjà reçu une lettre de Jean-Louis Debré dans laquelle ce dernier, président du Conseil constitutionnel depuis peu, s'émouvait de ce « manquement ». Les amis de VGE confient néanmoins que le fondateur de l'UDF « bougonne » beaucoup contre les embardées de François Bayrou.

Et Nicolas Sarkozy, qui sera demain à Valenciennes avec Jean-Louis Borloo, à la demande de celui-ci, entend bien afficher que tout le centre droit fait mouvement vers lui quand François Bayrou « discute » avec Ségolène Royal. Hier, Nicolas Sarkozy a aussi revu de près avec son équipe le grand meeting qui se tiendra dimanche à Bercy. « Rassemblement » et « Renouveau » seront au programme. Bien sûr, quelques personnalités devraient être présentes dans la foule. Mais la « surprise » de la journée devrait être la présence de l'amiral Philippe de Gaulle. De Giscard à de Gaulle, les sarkozystes s'enthousiasment : il ne sera pas dit que le sarkozysme « ne rassemble pas ».

HARLES JAIGU (Figaro), le 28 avril 2007,  08h57



Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).