Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 09:14
(Dépêches)



Mgr Lustiger : "Vous ne me reverrez pas"

Il est arrivé avec une demi-heure de retard, poussé sur son fauteuil roulant, ombre fragile habillée d'un costume de clergyman. Le visage est émacié. Jean-Marie Lustiger n'est pas le plus vieil académicien (à 98 ans, Claude Lévi-Strauss est actuellement le doyen d'âge de l'institution), mais il est malade, comme en témoigne sa maigreur.

Quand dans la petite salle des séances s'ouvre l'élection, ce 31 mai à 15 heures, le cardinal n'est pas encore arrivé. Il a pourtant prévenu qu'il serait là. Les 28 académiciens présents patientent cinq minutes, dix, puis quinze, et vingt. "Il faut commencer", lâche l'un d'eux. Leur choix se porte vite sur Max Gallo. Mais voilà que dix minutes plus tard, alors que l'assistance planche déjà sur le dictionnaire et examine le mot "républicaniser", un huissier ouvre la porte pour laisser passer le retardataire, qui demeure près de l'entrée.

"Monsieur le cardinal, je suis heureuse de vous accueillir. Nous vous annonçons que, n'ayant pu hélas vous attendre, nous avons élu Max Gallo", lance gentiment Florence Delay, la directrice en exercice. Le silence est toujours presque parfait, dans cette assemblée où on ne prend pas la parole sans autorisation et où on ne coupe jamais celle de l'autre. Mais, à ce moment précis où l'homme d'église se met à parler, sous le portrait du cardinal de Richelieu, ce silence devient d'or.

"Le nouvel élu est notre élu à tous, rappelle le cardinal en saluant l'élection de l'historien. Mais en réalité, je ne vais pas vous le dissimuler, je ne suis pas venu pour vous retrouver, je suis venu pour vous quitter. Vous ne me reverrez pas. J'en suis triste, mais je sais que je ne cesserai pas de penser à vous. Les premiers seront les derniers. Ici, je n'ai pas été très assidu, mais là où je serai, je serai très présent pour m'occuper de l'Académie, je vous donne l'assurance de mes prières, ici et ailleurs", finit-il.

"On jouait Le Cardinal d'Espagne de Montherlant, résume l'un des présents. On n'en croyait pas nos oreilles, au sens littéral de l'expression." Les uns après les autres, les académiciens viennent embrasser ou serrer la main du vieil homme "avec cette fausse cordialité de traversée de couloir" qui permet de masquer si bien trouble et chagrin. "Quand je dis adieu, je dis à Dieu, à vous, à tous", l'entend-on glisser à son ami, l'avocat Jean-Denis Bredin. La séance est suspendue : les Immortels n'ont plus le coeur à leurs travaux, Seuls à la maison avec leur émotion ou entre eux, faussement égayés par le champagne qui coule, ils méditent ou dissertent sur cette sortie du monde "sublime", "bouleversante", "catholique" et "unique".

Ariane Chemin (Le Monde), 01 juin 2007, 16h19


Le cardinal Lustiger a fait ses adieux à ses collègues de l'Académie française

PARIS (AP) - Le cardinal Jean-Marie Lustiger, qui souffre d'une grave maladie, a annoncé jeudi à ses collègues de l'Académie française, à l'occasion de l'élection de Max Gallo au fauteuil de Jean-François Revel, qu'ils le voyaient pour la dernière fois.

Jean-Marie Rouart, qui est également académicien, a remarqué vendredi sur RTL que le cardinal était arrivé en retard, visiblement malade, très affaibli, en chaise roulante.

"Etant donné ses fonctions, il n'avait pas pu être très présent sauf justement pour les élections, et donc il s'est, d'une certaine façon, excusé avec cette phrase magnifique: 'au ciel les premiers sont les derniers, donc je pense que je serai là-bas le premier à m'occuper, à prier, à avoir tous les soins possibles et tous mes voeux vis-à-vis de l'Académie'", a raconté Jean-Marie Rouart.

D'après l'écrivain, on voyait que Mgr Lustiger "avait pris certainement beaucoup sur lui-même, mais on sentait une ferveur", "les paroles que l'on prononce dans ces moments, devant des amis que l'on ne reverra plus, elles ont un poids". "Cela serre le coeur, je ne vous le cache pas, mais je pense que cette scène était un moment de communion", a-t-il ajouté.

Le cardinal Lustiger a annoncé au mois d'avril qu'il avait été admis à la Maison médicale Jeanne-Garnier, un établissement parisien de soins palliatifs. Agé de 80 ans, l'archevêque émérite de Paris avait écrit en octobre dernier une lettre au clergé parisien pour annoncer que les médecins lui avaient diagnostiqué fin septembre une "grave maladie" qui nécessite un "traitement lourd".

Ce fils d'émigré juifs polonais, qui s'est converti en 1940, est devenu archevêque de Paris en 1981. Il a été élevé à la pourpre cardinalice deux ans plus tard, avant d'abandonner sa charge en février 2005.

Vendredi 1 juin 2007, 19h07




Mgr Lustiger hospitalisé à Paris

PARIS (AFP) - Le cardinal Jean-Marie Lustiger, 80 ans, qui souffre d'une maladie grave, a été hospitalisé lundi à Paris "pour un séjour de plusieurs semaines afin d'équilibrer son traitement", a annoncé mardi l'archévêché de Paris dans un communiqué.

"Le cardinal Lustiger a été accueilli lundi à la Maison Médicale Jeanne-Garnier (XVe) pour un séjour de plusieurs semaines afin d’équilibrer son traitement. Le 12 octobre 2006, il avait écrit aux prêtres et diacres de Paris pour leur annoncer lui-même qu’une maladie grave avait été diagnostiquée", souligne le bref communiqué.

Dans ce message, le cardinal ne précisait pas la nature de son mal, décrit par lui comme "une maladie grave dont le traitement a commencé". Dans le même message, il disait avoir "retrouvé sa voix", semblant alors démentir la rumeur d'un cancer du larynx.

Il avait réduit ses activités, participant toutefois à la messe d'obsèques de l'Abbé Pierre, le 26 janvier 2007 à Notre-Dame de Paris.

Aaron Lustiger est né le 17 septembre 1926 à Paris dans une famille de commerçants juifs d'origine polonaise et s'est converti en 1940, choisissant le prénom de Jean-Marie avant de se réfugier à Orléans. Sa mère a été déportée en 1942 à Auschwitz où elle est morte.

Ordonné prêtre en 1954, il devient aumônier des étudiants de la Sorbonne et des grandes écoles, comme Normale Sup. En 1969, il est nommé curé de la paroisse Sainte-Jeanne de Chantal à Paris (XVIe).

Grimpant les échelons de la hiérarchie ecclésiastique, il est ensuite nommé par le nouveau pape Jean Paul II évêque d'Orléans en 1979, archevêque de Paris en 1981 (succédant au cardinal François Marty) et cardinal en 1983.

Auteur de nombreux ouvrages sur la foi catholique, Mgr Lustiger a été élu en juin 1995 à l'Académie Française au fauteuil du cardinal Albert Decourtray.

Mardi 24 avril 2007, 13h27







Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).