Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 19:56

Islamisation de la Turquie : ne pas se voiler la face !

Le voile islamique a fait de nombreuses polémiques en France. Mais, d’autres pays s’enflamment aussi pour la même cause, celle de la laïcité. La Turquie par exemple.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, au pouvoir depuis le 11 mars 2003, est à la tête d’un gouvernement dit islamiste modéré démocratiquement élu.

Un démocrate-musulman

 

Au moment de prendre le pouvoir, Erdogan avait voulu tempérer l’islamisme de sa mouvance politique et rassurer les observateurs étrangers en disant que son parti (AKP, le Parti de la justice et du développement) était à l’islam ce que les démocrates-chrétiens (en Allemagne ou en Italie) étaient au christianisme. Une sorte de mouvement démocrate musulman.

Son but, éviter d’être confondu avec des islamistes fondamentalistes.

Cela ne l’avait pourtant pas empêché de proposer une loi sur l’adultère pour criminaliser l’infidélité conjugale, projet qu’il avait vite abandonné après de nombreuses protestations.

Un pays à la laïcité pointilleuse

 

La Turquie, depuis le 10 décembre 1937, vit sous un régime laïc. Sa Constitution indique dans son article 2 : « L’État turc est républicain, nationaliste, populiste, étatiste, laïc et réformateur ». Pays donc musulman à pouvoir très fortement laïc. L’armée, la magistrature, les universités sont très majoritairement laïques et partisanes de cette laïcité institutionnalisée. Quitte, pour l’armée, à se montrer menaçante.

À l’instar de l’Égypte. À la différence près que la Turquie est une démocratie. Mieux, une démocratie qui cherche à s’occidentaliser notamment en demandant (depuis 1959) son adhésion à l’Union européenne.

La Turquie de Mustafa Kemal (devenu Atatürk) fut toujours en "avance" sur la laïcité dans le monde musulman et avait pris modèle sur la France de Jules Ferry.

Cela a abouti notamment par l’accession au poste de Premier ministre d’une femme, Tansu Ciller, du 25 juin 1993 au 6 mars 1996, lors de l’élection de son prédécesseur (Suleyman Demirel) à la présidence de la République (elle n’était cependant pas la première femme dans ce cas à diriger un gouvernement dans un pays musulman).

Une crise institutionnelle secouée par des considérations laïques

 

Ceux qui s’intéressent à la vie politique turque avaient observé une véritable crise institutionnelle à l’occasion de l’élection du président de la République turque du 27 avril 2007.

Le président est désigné par les parlementaires, majoritairement membres de l’AKP. Le ministre des Affaires étrangères, Abdullah Gül, un des leaders de l’AKP, était donc leur candidat (Premier ministre du 18 novembre 2002 au 11 mars 2003, le temps qu’Erdogan, condamné pour incitation à la haine, ait retrouvé son éligibilité). Mais la classe politique craignait une crise politique et, même, l’intervention de l’armée (il manquait dix voix pour Gül).

En effet, on reprochait notamment à l’épouse de Gül d’être voilée, alors que Gül lui-même a toujours été considéré comme un modéré, notamment par l’Union européenne, car il a lancé des réformes de démocratisation du pays pour son éventuelle adhésion à l’Union européenne. L’épouse d’Erdogan aussi est voilée.

Finalement, au troisième tour, Gül a été élu le 28 août 2007 et, surtout (c’est l’important), accepté par tous les acteurs de la Turquie (y compris l’armée).

Depuis cette date, l’AKP occupe donc les deux principales fonctions à la tête de l’État turc.

Le voile de nouveau autorisé à l’université ?

 

La nuit du 6 au 7 février 2008, certains se sont peut-être mordu les doigts d’avoir laissé à l’AKP le champ libre.

Malgré la grande manifestation du 2 février 2008 à Ankara (ayant réuni 125 000 personnes), un amendement constitutionnel a été adopté par le Parlement turc (par 404 députés), qui va permettre aux jeunes filles voilées d’étudier dans les universités.

Cette mesure, nécessitant la majorité des deux tiers, a été confirmée le samedi 9 février 2008 par 411 députés sur 500 malgré le déroulement d’une nouvelle grande manifestation de protestation (de 100 000 personnes), et devra être approuvée par le président Gül.

En fait, le texte est plus anodin et dit : « Personne ne peut être privé de son droit à l’éducation supérieure. ».

Et évidemment, dit comme cela, il est difficilement contestable.

C’est d’ailleurs toute l’argumentation d’Erdogan qui explique que cette volonté d’accès inconditionnel aux universités est une réponse pour se mettre en conformité avec les attentes de l’Union européenne qui rejette toutes les discriminations (encore que la France ait adopté elle-même une loi contre le port du foulard dans les écoles) et également un élément majeur de la liberté de religion.

Un voile jusqu’à maintenant interdit à l’université

 

Le port du voile est strictement interdit dans la fonction publique depuis 1980 et dans les universités depuis 1989 (interdiction renforcée en 1997 par les militaires ayant renversé le premier gouvernement islamiste dirigé par Necmattin Erbakan).

Notons qu’en France, s’il est interdit dans les établissements d’enseignement primaire et secondaire, le port du voile est autorisé dans les universités françaises (et d’ailleurs fréquemment observé).

Deux tiers des femmes turques portent le voile islamique, ce qui leur interdit actuellement de suivre des études supérieures.

Des observateurs peuvent ainsi remarquer que permettre aux jeunes femmes voilées de s’instruire leur empêchera de sombrer dans une sorte d’inculture qui fait le lit aux fondamentalismes religieux (quels qu’ils soient).

Un risque d’islamisation de la Turquie ?

 

Mais beaucoup de pro-laïcs considèrent que le foulard est le symbole de l’islam politique et estiment que cette réforme est une véritable provocation, servant à « éroder la laïcité », à « défier la République laïque » et, finalement, à ériger « un État islamique ».

L’un des meneurs de l’opposition, Gokhan Gunaydin, a scandé samedi 9 février 2008 : « Ce qui se passe aujourd’hui au parlement consiste à éliminer le régime républicain et à le remplacer par la bigoterie. Ils veulent détruire la République démocratique laïque. ».

Une mesure très fortement polémique qui n’arrange personne

 

Ils redoutent aussi que la pression du voisinage encourage à se voiler les étudiantes qui ne portaient pas de voile dans les campus. Et les responsables des universités craignent des affrontements dans les campus et un boycottage des cours.

Le Parti républicain du peuple (CHP), d’opposition, soupçonne, quant à lui, que l’AKP veuille exploiter les sentiments religieux pour gagner les élections municipales qui se profilent en 2009.

« Le voile divise le pays. (...) Il réduit les femmes en citoyens de deuxième classe », a protesté Nur Serter, une parlementaire du CHP.

Kemal Anadol, le président du groupe CHP du Parlement, avait demandé en vain à ses collègues, avant le vote, d’avoir du bon sens, « pour qu’ils évitent de prendre une décision qui provoquera le chaos ».

Étrangement, les autorités religieuses ne sont pas non plus favorables à cette mesure, car l’amendement n’autorise que le fichu traditionnel noué sous le menton et pas le "turban" qui enveloppe la tête et le cou.

Une situation complexe difficile à apprécier sans nuance...

 

Mais... il vaut peut-être mieux un gouvernement AKP (qui apaise le fondamentalisme islamiste) qu’une prise de pouvoir islamiste par la force comme l’Iran en a connu, ou une anarchie due à des opposants islamistes qu’a connue l’Algérie et que connaissent encore aujourd’hui l’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan et le Cachemire (entre autres).

Petit à petit, Erdogan donne des arguments à ses partenaires européens pour... ne pas accueillir la Turquie au sein de l’Union européenne.

À la grande joie de certains.

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison

Pour aller plus loin :

La laïcité en France et en Turquie.

Turquie : le Parlement légalise le port du voile à l’université, le pays reste divisé

Le Parlement turc autorise le voile à l’université

Turquie : feu vert au voile à l’université, grande manifestation



http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=35742 

 



      Article paru sur Agoravox.









        Article paru aussi
        sur CentPapiers.










 Article paru aussi sur LePost.



 http://www.lepost.fr/article/2008/02/25/1104029_islamisation-de-la-turquie-ne-pas-se-voiler-la-face.html








Présidentielle américaine : Obama, le futur roi du monde ?


Où en sont les primaires américaines ? Petit résumé d’étape de la situation pré-présidentielle aux États-Unis où les mécanismes électoraux sont fort complexes.


Nul ne peut nier que la personne qui sera élue le 4 novembre 2008 à la Présidence des États-Unis aura une influence déterminante dans la marche du monde. Nous l'avons d'ailleurs constaté lors du choix présidentiel de l'an 2000.


Des candidats qui sortent souvent d'un chapeau

Pourtant, la préparation de la campagne présidentielle, la désignation (assez) démocratique du candidat des deux grands partis (j'écris ‘assez' car il y a dans le processus beaucoup à y redire, processus qui fera l'objet d'un autre article), et finalement, l'élection du ‘champion' se font d'une manière tout à fait inhabituelle pour des électeurs français, à tel point qu'un Bill Clinton, obscur gouverneur d'Arkansas, a pu diriger pendant huit ans la première puissance mondiale (le républicain Huckabee est devenu gouverneur de cet État de 1996 à 2007).

En France, depuis 1965, la plupart des candidats ayant obtenu plus de 10% des voix ont eu un passé politique prestgieux : ancien Premier Ministre, ou plusieurs fois à la tête de ministères régaliens (j'y inclus improprement les Finances). Et finalement, les rares candidats à n'avoir pas eu cette expérience ont quand même été anciens ministres : Jean Lecanuet, Alain Poher, Ségolène Royal et François Bayrou (j'exclus Jean-Marie Le Pen et Georges Marchais issus de partis qui n'envisageaient pas de gouverner). L'expérience politique fut d'ailleurs l'une des forces de Nicolas Sarkozy en 2007.

Commençons déjà par dire qu'à une élection présidentielle américaine, il n'y a pas seulement deux candidats (des deux grands partis), mais beaucoup plus.

Pour 2008, outre Ralf Nader (74 ans) qui vient d'annoncer, pour la cinquième élection, sa candidature en indépendant (sous l'étiquette écologiste en 2000, il avait été critiqué pour avoir empêcher l'élection d'Al Gore), il y aura un candidat du Parti vert, du Parti socialiste des États-Unis, du Parti socialiste des travailleurs, du Parti réformateur, du Parti libertarien, du Parti constitutionnaliste... (ces trois derniers partis souhaitant soutenir le candidat républicain Ron Paul) avec également des procédures de primaires.


Les Républicains derrière MacCain

Chez les Républicains, la situation est clarifiée.

Après l'abandon de Romney le 7 février 2008, il n'y a plus d'incertitude : le vétéran John MacCain sera le candidat des Républicains. À 71 ans, il est âgé d'un an de plus que Ronald Reagan lors de sa première élection en 1980.

Actuellement (*), MacCain a obtenu 1 019 délégués et il en faut 1 191 pour atteindre l'investiture. En comptant les 272 délégués pour Mitt Romney qui a annoncé son soutien à MacCain, on peut dire que la majorité absolue lui est déjà acquise.

En face, essentiellement Ron Paul (qui plafonne à 14 délégués) et surtout Mike Huckabee, ancien pasteur baptiste représentant les conservateurs les plus réactionnaires du Parti républicain, qui a réussi quelques belles victoires (notamment la Géorgie et le Kansas), ce qui lui a permis de récolter 254 délégués. Certains estiment que son entêtement à ne pas renoncer encore à ce stade de la compétition (alors qu'il n'a plus aucune chance) a pour but de prendre des positions au sein du Parti républicain qui ne l'apprécie guère, voire de devenir le Vice-Président de John MacCain (poste qu'a exclu catégoriquement Condoleezza Rice le 22 février 2008).

MacCain est revenu de loin. Battu par Huckabee et Romney dans les premières primaires en janvier dernier, il était même en manque de financement. Sa victoire dans le New Hampshire et surtout dans le Michigan l'a ‘relancé'. Le contraire, finalement, des primaires de 2000 où il avait très bien commencé face à George W. Bush qu'il déteste depuis longtemps.

MacCain est d'abord un candidat républicain ‘centriste', c'est-à-dire modéré, capable d'attirer vers lui des électeurs hésitants, ceux de la ‘mare aux canards' (équivalent au ‘marais' français).

Aujourd'hui, MacCain semble faire de la surenchère conservatrice pour unifier son parti mais a déjà un gros avantage sur le Parti démocrate, puisqu'il peut commencer dès maintenant à taper sur les Démocrates. Et ses thèmes de campagne peuvent être en décalage avec les attentes des Américains : il préfère parler de la sécurité nationale et de l'Irak à évoquer les sujets économiques qu'il avoue très mal maîtriser.

Cependant, les ‘boules puantes' sont sorties. Dans le New York Times du 21 février 2008, il est accusé sans preuve qu'il aurait eu une liaison amoureuse avec une responsable de lobbying il y a huit ans. Sa femme Cindy le soutient (tiens tiens, comme Hillary soutenait Bill Clinton ?) et le médiateur du journal a fait son mea culpa en disant que c'était une information qui n'était pas à diffuser sans preuve. Malgré tout, les rumeurs sont là et peuvent considérablement entacher l'image moralement très stricte de MacCain.


Les Démocrates très partagés

Chez les Démocrates, tout reste encore possible, pour reprendre un slogan français.

Mais la voix du possible se réduit de plus en plus pour Hillary Clinton. C'est d'ailleurs étrange que cette descente aux enfers pour elle. Dès la fin du billclintonisme, il était déjà question de sa candidature. En attendant, elle se fait élire sénatrice et montre qu'elle est très à l'aise avec la vie politique nationale, tant politiquement que médiatiquement.


Hillary Clinton, la candidate naturelle

Hillary Clinton, c'est une force de l'intelligence. C'est aussi une femme, ce qui changerait un peu pour les États-Unis. Déjà dans le monde, beaucoup de pays ont placé des femmes à leur tête (je ne sais pas si je dois inclure la France ou pas, avec Édith Cresson en 1992).

Et surtout, c'était la candidat idéale du Parti démocrate. Préparée, connue, attendue. ‘Naturelle' dirait-on en France. Surtout depuis qu'Al Gore, devenu Prix Nobel de la Paix et trop occupé dans ses affaires privées, a renoncé à la compétition.

Certes, certains pouvaient voir d'un mauvais œil l'aspect dynastique des choses.

Par exemple, lire cette succession de deux familles régnantes pour 24 ans pourrait inquiéter :

1988 : Bush.
1992 : Clinton.
1996 : Clinton.
2000 : Bush.
2004 : Bush.
2008 : Clinton.

Encore que les Américains puissent raffoler des histoires à la Kennedy et que finalement, contrairement à la France, excepté Richard Nixon, les candidats battus ne persévèrent pas (dommage pour Al Gore).

Hillary Clinton subit aussi des violentes attaques typiquement machistes (alors que Ségolène Royal n'en a subies qu'au sein même de la direction du PS et de manière feutrée). Et elle est l'objet, pour certains électeurs, d'un très fort rejet. Car représentante de l'etablishment et des lobbies.


Et voilà Obama

Et puis, voici l'arrivée dans la cour des grands de Barack Obama.

On parle d'un ‘jeune sénateur noir'. C'est évidemment faux (**). Il a 46 ans (47 ans à l'élection), soit un an de plus que Bill Clinton à son élection de 1992, et il n'est pas noir mais métis, ce qui est important : en effet, il ne représente pas plus les Noirs que les Blancs et d'ailleurs, son enfance à Hawaï et en Indonésie l'a éloigné de son origine kenyane même si, après, dans sa vie professionnelle, il s'est consacré à des populations noires défavorisées dans un quartier sud de Chicago. Il n'est pas musulman mais chrétien (Église unie du Christ), mais ses origines familiales (‘musulmanes athées') et son enfance lui ont fait connaître l'islam (qui ne peut pas être, en lui-même, un axe du Mal).

Barack Obama, comme Hillary Clinton, est très brillant intellectuellement : Université Columbia de New York, puis (en cours de carrière), Harvard (qu'avait fait aussi son père, cause de son abandon familial). Sa femme Michelle Robinson est également une brillante juriste de Chicago, très influente, et a poussé Obama à faire de la politique.

Dès 1996, Obama est élu sénateur de l'État de l'Illinois puis en 2004, après avoir éliminé d'autres rivaux démocrates, il se fait élire au Sénat fédéral contre un sortant républicain. Mais juste avant cette élection triomphale (70%), à la Convention du Parti démocrate qui a investi John Kerry comme candidat, il est choisi pour faire un discours qui a marqué beaucoup de responsables démocrates. Certains caciques disaient en gros : il est bien ce p'tit jeune, il pourrait être un excellent candidat en 2012 ou en 2016 !!


Une campagne percutante

Mais Obama ‘déplace les lignes'. Dès les premières primaires de janvier, il gagne quelques États et Hillary Clinton est déstabilisée. Obama ne représente pas les Noirs. Mais surtout les jeunes. Et même les femmes ! Au fil des primaires, Obama a redonné beaucoup d'espoir au Parti démocrate. Surtout parce qu'il a réussi à amener chez les Démocrates de nombreux nouveaux électeurs (Faut-il comparer ceux-là avec les nouveaux inscrits du PS en 2006 pour soutenir Ségolène Royal ?).

Le Super Tuesday (5 février 2008) a été mi-figue mi-raison, et surtout n'a pas permis de départager les deux candidats. Deux, car bien vite, John Edwards a abandonné la partie.

Aujourd'hui (*), Barack Obama a fait désigner 1 375 délégués alors que Hillary Clinton n'en a que 1 279. Il en faut 2 025 pour être investi. Dans ce décompte sont compris aussi les super-délégués (dont l'existence sera expliquée dans un article à venir) qui sont des apparatchiks du Parti démocrate et qui peuvent changer d'avis en fonction des circonstances. Ils sont 795 (soit 20% du nombre total de délégués !) très majoritairement favorables à Hillary Clinton. Mais le mouvement semble s'inverser. Dans les supputations actuelles, 241 choisissent Hillary Clinton (qui a eu des défections depuis janvier) et 182 Barack Obama. Et les autres super-délégués réfléchissent et sont très sollicités.

L'avance de Obama est désormais remarquable depuis les primaires du 12 février 2008. Jusqu'alors outsider, il devient le favori. Depuis le Super Tuesday, il a gagné tous les États en jeu (onze victoires).

Tout le monde explique donc que pour rester dans la course, Hillary Clinton doit gagner le Texas et l'Ohio le 4 mars prochain. Mais surtout, gagner largement pour rattraper son retard de délégués (contrairement aux Républicains, la désignation est à peu près à la proportionnelle).


Une tendance obamophile

Les sondages actuels (*) ont de quoi inquiéter Hillary Clinton. Au Texas, Obama l'emporterait maintenant avec 47,8% contre 46,3% (environ 3% d'intervalle d'indétermination, donc ex æquo, ce qui compte, c'est la tendance : encore très récemment, Hillary Clinton était donnée gagnante) et dans l'Ohio, Obama réduit son retard (initialement de 20%) avec 41,6% contre 49,6% à Hillary Clinton.

Même les sondages fédéraux (vu le mécanisme de désignation par États, le pourcentage de la population américaine dans son ensemble n'a pas beaucoup d'influence sinon pour sonder les tendances) sont nettement à l'avantage de Obama avec 48,0% contre Hillary Clinton avec 42,0% (le 12 février encore, Obama était en retard avec 43,7% contre Hillary Clinton avec 45,3%).

Un autre sondage (USA Today/Gallup) publié ce 26 février 2008 affirme que 70% des Américains pensent que Obama aura l'investiture et 63% des électeurs démocrates pensent qu'il est le mieux placer pour battre le candidat républicain.

Car les plus inquiétants, ce sont les sondages qui simulent l'élection réelle, pas les primaires.

Dans un match Hillary Clinton vs MacCain, elle perdrait globalement 44,7% contre 46,5% pour MacCain, même si un sondage la donne gagnante 48% à 43% (AP-Ipsos). Un autre, le plus récent, donne 5% d'avance à MacCain (LA Times/Bloomberg). Une légère remontée est toutefois constatée pour Hillary Clinton et peut être en rapport avec les accusations contre la probité de MacCain (?).

Dans un match Obama vs MacCain, depuis plusieurs semaines, la victoire reviendrait à Obama 46,7% contre 43,5% à MacCain. Un sondage très récent (CDS News/New York Times) lui donne même 12% d'avance (mais USA Today/Gallup lui donne toutefois 1% de retard aux mêmes dates).

Je précise bien sûr que tous ces sondages sont très fluctuants et peuvent donc évoluer dans un sens ou un autre, surtout d'ici novembre (encore huit mois !). Ce qui est sûr, c'est que le score entre le candidat démocrate et le candidat républicain sera longtemps très serré.


Obama, le vote désormais utile

À l'heure actuelle, c'est clair que Obama est plus solide que Hillary Clinton pour batailler contre MacCain. Ce qui effraie le clan Clinton qui a conquis l'appareil du Parti démocrate depuis seize ans.

Ainsi, l'intérêt du Parti démocrate, en terme de vote utile, se déplace subrepticement de Hillary Clinton vers Barack Obama.

De ce fait, et depuis les premiers échecs de Hillary Clinton début janvier, les nerfs sont à rude épreuve. Surtout que Obama a réussi à collecter un immense trésor de guerre (plus de 100 millions de dollars), alors que Hillary Clinton a dû emprunter sur ses fonds propres.

Les nerfs peuvent même se lâcher. Ainsi, le 18 février 2008, un représentant de Hillary Clinton était même allé jusqu'à envisager d'essayer de retourner l'opinion des ‘pledged delegates' (délégués engagés) élus sous la bannière de Obama alors qu'ils ont un mandat impératif, ce qui revient à vouloir violer la volonté des électeurs. Phil Singer, le porte-parole de Hillary Clinton, a vite démenti, mais cet incident a montré que les esprits sont très fébriles face à la solide progression de Obama.


Obama, nouvelle cible

Les attaques fusent contre Obama. Parfois en dessous de la ceinture. Souvent de mauvaise foi. Ou contradictoires. Les plus viles d'ailleurs sont du fait même de Bill Clinton (jouant le rôle du méchant).

On peut en citer quelques unes, puisque MacCain ne manquerait pas de les utiliser si Obama était investi.

1. Obama n'a pas d'expérience. Et est comparé par Hillary Clinton à l'Université George Washington à Bush Jr qui a eu un « résultat tragique » en politique étrangère. (il faut dire que les déclarations de Obama sur le Pakistan n'ont pas de quoi rassurer).

2. Obama n'a que du verbe mais pas d'action (tiens, cela fait penser à un candidat français).

3. Obama va islamiser l'Amérique (aidé d'une photographie de 2006 le représentant portant un turban et une tunique blanche offerts par les habitants de Wajir, au Kenya dont son père est originaire) alors qu'il est protestant lui-même.

4. Obama n'utilise même pas ses propres mots et reprends les discours de ses copains (en l'occurrence, celui du gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick, qui se trouve être aussi son directeur de campagne).

5. Obama revient sur sa promesse de plafond de ses dépenses électorales, argument que pourrait reprendre MacCain qui a eu des difficultés à collecter des fonds pour sa campagne (mais Hillary Clinton refuse de plafonner ses propres dépenses électorales). Il avait promis de rester aux 85 millions de dollars de financement public pour limiter l'influence des lobbys.

6. Obama est financé par de nombreux lobbies (comme tous les autres grands candidats).

7. Obama irait voir Raul Castro, Hugo Chavez, et même Ahmadinejad (là, c'est un réel clivage, Hillary Clinton, qui avait voté la guerre en Irak, reste dans l'orthodoxie ‘bushienne' qui a toujours prévalu pour Cuba,le Venezuela, l'Iran, la Corée du Nord...).

8. Obama propose une couverture santé universelle moins large que Hillary Clinton (souscription obligatoire uniquement pour les enfants mais facultative pour les adultes).

9. Obama critique l'ALENA qui a été réalisée en 1994 (sous Bill Clinton) et qui est très impopulaire car de nombreux emplois manufacturés sont partis au Canada ou au Mexique (Hillary Clinton avait considéré en 2006 que c'était une « aubaine » pour l'économie américaine).


Obama, un leader charismatique

Le débat du 21 février 2008 à Austin a montré un Obama extrêmement maître de lui et Hillary Clinton, loin d'avoir réussi à le déstabiliser, a même semblé reconnaître - même si elle le nie - sa probable défaite en se disant avoir été honorée d'avoir débattu avec lui.

Alors qu'on disait que Obama n'était excellent que devant les foules dans les meetings, et peu à l'aise dans les débats contradictoires (comme Bush Jr en 2000), il dévoile aussi une grande capacité à faire des débats.

Le débat de ce 26 février 2008 à Cleveland, les deux candidats ont estimé que tout les opposait, ce qui est gênant pour rassembler leur parti après les primaires.

Hillary Clinton en est réduite actuellement à pinailler sur les mots de vocabulaire (reprochant à Obama de ‘dénoncer' et pas de ‘rejeter' le soutien financier de Louis Farrakhan, connu pour ses dérapages antisémites).

Notons aussi que ce débat d'hier, c'était le dixième débat public entre Barack Obama et Hillary Clinton (pour comparaison avec l'élection française, un seul débat de second tour en 2007, et trois débats, il me semble, pour les primaires du PS en 2006).

Évidemment, Barack Obama a un discours très démagogique et populiste. Il martèle ses slogans sur le fait qu'il est possible de redonner espoir et de conduire le changement. Un thème repris aussi bien par Romney que par d'autres candidats (en France, Giscard d'Estaing en 1974, Mitterrand en 1981 et Sarkozy en 2007 ont gagné l'élection présidentielle avec cette thématique somme toute très banale).

Mais l'homme, la personnalité est exceptionnelle. Son charisme fait déplacer de véritables foules, et a la capacité de faire le lien entre ces foules et lui (Il vint même saluer les deux mille malheureux supporters qui n'avaient pu rentrer dans une salle par exemple).

Martin Luther King ? John F. Kennedy ? Jesse Jackson ?...

Non, aucun modèle. Ou tous sont sa référence. De toutes façons, il faut ratisser large.


Un soutien croissant pour Obama

Obama bénéficie de nombreux soutiens. Le clan Kennedy. Oprah Winfrey (la présentatrice télévisée milliardaire). John Kerry. Robert De Niro. George Clooney. Eddie Murphy (qui vient de recevoir l'oscar du plus nul acteur). Plusieurs syndicats très puissants (les Teamsters, avec ses 1,4 million de membres, le SEIU avec 1,9 millions de membres, et l'UFCW, avec 1,3 millions de membres). Entre autres.

Pour l'instant, ni Al Gore (populaire), ni John Edwars (le concurrent malheureux), ni Howard Dean (président du Parti démocrate) n'ont encore pris position. Ni (il me semble) Jimmy Carter.

En France, c'est l'obamania à fond. Les députés français, du PCF à l'UMP, plébiscitent Obama. Il est sûr que s'il était élu, il ne révolutionnerait pas les États-Unis qui ont un socle institutionnel très stable. Personne n'est dupe. Son éruption dans le débat fédéral a d'abord étonné puis il s'est bien intégré dans le jeu politique (ses financements en étant la preuve palpable).

C'est certainement banal de le dire. Mais, à moi aussi, il me plaît bien.


Une image restaurée de l'oncle Sam

Barack Obama donnerait une nouvelle image des États-Unis. Sans doute plus tolérante, plus à l'écoute du monde extérieur. Et intérieur. Une image de nouveauté, de modernité (mais est-ce que ce sont des valeurs sûres ?). Une image aussi d'intelligence.

Un moyen aussi d'en finir enfin avec l'anti-américanisme primaire qui sévit parfois en France.

Car les États-Unis forment une nation très contrastée, très multiple, entre les milieux intellectuels et cosmopolites de New York, les industriels de l'aéronautique du Nord-Ouest, les fanatiques de l'informatique de Californie, les propriétaires de ranchs du Texas, le Middle Est...

Toutes ces images, floutées par l'arrogance guerrière du clan Bush, seront de toutes façons nettement mieux représentées par le prochain Président des États-Unis.

Quel qu'il soit.


Next

Prochaine étape : les primaires du 4 mars 2008 au Texas (193 délégués), Ohio (141), Rhode Island (21) et Vermont (15).

Et sans doute la fin du suspens...


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison



(*) Sources : Realpolitics au 27 février 2008.
(**) J'ai moi-même commis cette erreur dans un article sur Al Gore.

NB : Les autres sources de l'article proviennent essentiellement des dépêches AFP, AP et Reuters des deux dernières semaines.


http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=36640



Nul ne peut nier que la personne qui sera élue le 4 novembre 2008 à la Présidence des États-Unis aura une influence déterminante dans la marche du monde. Nous l’avons d’ailleurs constaté lors du choix présidentiel de l’an 2000.


.Des candidats qui sortent souvent d’un chapeau

Pourtant, la préparation de la campagne présidentielle, la désignation (assez) démocratique du candidat des deux grands partis (j’écris ‘assez’ car il y a dans le processus beaucoup à y redire, processus qui fera l’objet d’un autre article), et finalement, l’élection du ‘champion’ se font d’une manière tout à fait inhabituelle pour des électeurs français, à tel point qu’un Bill Clinton, obscur gouverneur d’Arkansas, a pu diriger pendant huit ans la première puissance mondiale (le républicain Huckabee est devenu gouverneur de cet État de 1996 à 2007).

En France, depuis 1965, la plupart des candidats ayant obtenu plus de 10% des voix ont eu un passé politique prestgieux : ancien Premier Ministre, ou plusieurs fois à la tête de ministères régaliens (j’y inclus improprement les Finances). Et finalement, les rares candidats à n’avoir pas eu cette expérience ont quand même été anciens ministres : Jean Lecanuet, Alain Poher, Ségolène Royal et François Bayrou (j’exclus Jean-Marie Le Pen et Georges Marchais issus de partis qui n’envisageaient pas de gouverner). L’expérience politique fut d’ailleurs l’une des forces de Nicolas Sarkozy en 2007.

Commençons déjà par dire qu’à une élection présidentielle américaine, il n’y a pas seulement deux candidats (des deux grands partis), mais beaucoup plus.

Pour 2008, outre Ralf Nader (74 ans) qui vient d’annoncer, pour la cinquième élection, sa candidature en indépendant (sous l’étiquette écologiste en 2000, il avait été critiqué pour avoir empêcher l’élection d’Al Gore), il y aura un candidat du Parti vert, du Parti socialiste des États-Unis, du Parti socialiste des travailleurs, du Parti réformateur, du Parti libertarien, du Parti constitutionnaliste… (ces trois derniers partis souhaitant soutenir le candidat républicain Ron Paul) avec également des procédures de primaires.


.Les Républicains derrière MacCain

Chez les Républicains, la situation est clarifiée.

Après l’abandon de Romney le 7 février 2008, il n’y a plus d’incertitude : le vétéran John MacCain sera le candidat des Républicains. À 71 ans, il est âgé d’un an de plus que Ronald Reagan lors de sa première élection en 1980.

Actuellement (*), MacCain a obtenu 1 019 délégués et il en faut 1 191 pour atteindre l’investiture. En comptant les 272 délégués pour Mitt Romney qui a annoncé son soutien à MacCain, on peut dire que la majorité absolue lui est déjà acquise.

En face, essentiellement Ron Paul (qui plafonne à 14 délégués) et surtout Mike Huckabee, ancien pasteur baptiste représentant les conservateurs les plus réactionnaires du Parti républicain, qui a réussi quelques belles victoires (notamment la Géorgie et le Kansas), ce qui lui a permis de récolter 254 délégués. Certains estiment que son entêtement à ne pas renoncer encore à ce stade de la compétition (alors qu’il n’a plus aucune chance) a pour but de prendre des positions au sein du Parti républicain qui ne l’apprécie guère, voire de devenir le Vice-Président de John MacCain (poste qu’a exclu catégoriquement Condoleezza Rice le 22 février 2008).

MacCain est revenu de loin. Battu par Huckabee et Romney dans les premières primaires en janvier dernier, il était même en manque de financement. Sa victoire dans le New Hampshire et surtout dans le Michigan l’a ‘relancé’. Le contraire, finalement, des primaires de 2000 où il avait très bien commencé face à George W. Bush qu’il déteste depuis longtemps.

MacCain est d’abord un candidat républicain ‘centriste’, c’est-à-dire modéré, capable d’attirer vers lui des électeurs hésitants, ceux de la ‘mare aux canards’ (équivalent au ‘marais’ français).

Aujourd’hui, MacCain semble faire de la surenchère conservatrice pour unifier son parti mais a déjà un gros avantage sur le Parti démocrate, puisqu’il peut commencer dès maintenant à taper sur les Démocrates. Et ses thèmes de campagne peuvent être en décalage avec les attentes des Américains : il préfère parler de la sécurité nationale et de l’Irak à évoquer les sujets économiques qu’il avoue très mal maîtriser.

Cependant, les ‘boules puantes’ sont sorties. Dans le New York Times du 21 février 2008, il est accusé sans preuve qu’il aurait eu une liaison amoureuse avec une responsable de lobbying il y a huit ans. Sa femme Cindy le soutient (tiens tiens, comme Hillary soutenait Bill Clinton ?) et le médiateur du journal a fait son mea culpa en disant que c’était une information qui n’était pas à diffuser sans preuve. Malgré tout, les rumeurs sont là et peuvent considérablement entacher l’image moralement très stricte de MacCain.


.Les Démocrates très partagés

Chez les Démocrates, tout reste encore possible, pour reprendre un slogan français.

Mais la voix du possible se réduit de plus en plus pour Hillary Clinton. C’est d’ailleurs étrange que cette descente aux enfers pour elle. Dès la fin du billclintonisme, il était déjà question de sa candidature. En attendant, elle se fait élire sénatrice et montre qu’elle est très à l’aise avec la vie politique nationale, tant politiquement que médiatiquement.


.Hillary Clinton, la candidate naturelle

Hillary Clinton, c’est une force de l’intelligence. C’est aussi une femme, ce qui changerait un peu pour les États-Unis. Déjà dans le monde, beaucoup de pays ont placé des femmes à leur tête (je ne sais pas si je dois inclure la France ou pas, avec Édith Cresson en 1992).

Et surtout, c’était la candidat idéale du Parti démocrate. Préparée, connue, attendue. ‘Naturelle’ dirait-on en France. Surtout depuis qu’Al Gore, devenu Prix Nobel de la Paix et trop occupé dans ses affaires privées, a renoncé à la compétition.

Al Gore devenu Prix Nobel
http://rakotoarison.over-blog.com/article-7183727.html

Certes, certains pouvaient voir d’un mauvais œil l’aspect dynastique des choses.

Par exemple, lire cette succession de deux familles régnantes pour 24 ans pourrait inquiéter :

1988 : Bush.
1992 : Clinton.
1996 : Clinton.
2000 : Bush.
2004 : Bush.
2008 : Clinton.

Encore que les Américains puissent raffoler des histoires à la Kennedy et que finalement, contrairement à la France, excepté Richard Nixon, les candidats battus ne persévèrent pas (dommage pour Al Gore).

dommage pour Al Gore
http://www.agoravox.fr/article.php3 ?id_article=30345

Hillary Clinton subit aussi des violentes attaques typiquement machistes (alors que Ségolène Royal n’en a subies qu’au sein même de la direction du PS et de manière feutrée). Et elle est l’objet, pour certains électeurs, d’un très fort rejet. Car représentante de l’etablishment et des lobbies.


.Et voilà Obama

Et puis, voici l’arrivée dans la cour des grands de Barack Obama.

On parle d’un ‘jeune sénateur noir’. C’est évidemment faux (**). Il a 46 ans (47 ans à l’élection), soit un an de plus que Bill Clinton à son élection de 1992, et il n’est pas noir mais métis, ce qui est important : en effet, il ne représente pas plus les Noirs que les Blancs et d’ailleurs, son enfance à Hawaï et en Indonésie l’a éloigné de son origine kenyane même si, après, dans sa vie professionnelle, il s’est consacré à des populations noires défavorisées dans un quartier sud de Chicago. Il n’est pas musulman mais chrétien (Église unie du Christ), mais ses origines familiales (‘musulmanes athées’) et son enfance lui ont fait connaître l’islam (qui ne peut pas être, en lui-même, un axe du Mal).

Barack Obama, comme Hillary Clinton, est très brillant intellectuellement : Université Columbia de New York, puis (en cours de carrière), Harvard (qu’avait fait aussi son père, cause de son abandon familial). Sa femme Michelle Robinson est également une brillante juriste de Chicago, très influente, et a poussé Obama à faire de la politique.

Dès 1996, Obama est élu sénateur de l’État de l’Illinois puis en 2004, après avoir éliminé d’autres rivaux démocrates, il se fait élire au Sénat fédéral contre un sortant républicain. Mais juste avant cette élection triomphale (70%), à la Convention du Parti démocrate qui a investi John Kerry comme candidat, il est choisi pour faire un discours qui a marqué beaucoup de responsables démocrates. Certains caciques disaient en gros : il est bien ce p’tit jeune, il pourrait être un excellent candidat en 2012 ou en 2016 !!


.Une campagne percutante

Mais Obama ‘déplace les lignes’. Dès les premières primaires de janvier, il gagne quelques États et Hillary Clinton est déstabilisée. Obama ne représente pas les Noirs. Mais surtout les jeunes. Et même les femmes ! Au fil des primaires, Obama a redonné beaucoup d’espoir au Parti démocrate. Surtout parce qu’il a réussi à amener chez les Démocrates de nombreux nouveaux électeurs (Faut-il comparer ceux-là avec les nouveaux inscrits du PS en 2006 pour soutenir Ségolène Royal ?).

Le Super Tuesday (5 février 2008) a été mi-figue mi-raison, et surtout n’a pas permis de départager les deux candidats. Deux, car bien vite, John Edwards a abandonné la partie.

Aujourd’hui (*), Barack Obama a fait désigner 1 375 délégués alors que Hillary Clinton n’en a que 1 279. Il en faut 2 025 pour être investi. Dans ce décompte sont compris aussi les super-délégués (dont l’existence sera expliquée dans un article à venir) qui sont des apparatchiks du Parti démocrate et qui peuvent changer d’avis en fonction des circonstances. Ils sont 795 (soit 20% du nombre total de délégués !) très majoritairement favorables à Hillary Clinton. Mais le mouvement semble s’inverser. Dans les supputations actuelles, 241 choisissent Hillary Clinton (qui a eu des défections depuis janvier) et 182 Barack Obama. Et les autres super-délégués réfléchissent et sont très sollicités.

L’avance de Obama est désormais remarquable depuis les primaires du 12 février 2008. Jusqu’alors outsider, il devient le favori. Depuis le Super Tuesday, il a gagné tous les États en jeu (onze victoires).

Tout le monde explique donc que pour rester dans la course, Hillary Clinton doit gagner le Texas et l’Ohio le 4 mars prochain. Mais surtout, gagner largement pour rattraper son retard de délégués (contrairement aux Républicains, la désignation est à peu près à la proportionnelle).


.Une tendance obamophile

Les sondages actuels (*) ont de quoi inquiéter Hillary Clinton. Au Texas, Obama l’emporterait maintenant avec 47,8% contre 46,3% (environ 3% d’intervalle d’indétermination, donc ex æquo, ce qui compte, c’est la tendance : encore très récemment, Hillary Clinton était donnée gagnante) et dans l’Ohio, Obama réduit son retard (initialement de 20%) avec 41,6% contre 49,6% à Hillary Clinton.

Même les sondages fédéraux (vu le mécanisme de désignation par États, le pourcentage de la population américaine dans son ensemble n’a pas beaucoup d’influence sinon pour sonder les tendances) sont nettement à l’avantage de Obama avec 48,0% contre Hillary Clinton avec 42,0% (le 12 février encore, Obama était en retard avec 43,7% contre Hillary Clinton avec 45,3%).

Un autre sondage (USA Today/Gallup) publié ce 26 février 2008 affirme que 70% des Américains pensent que Obama aura l’investiture et 63% des électeurs démocrates pensent qu’il est le mieux placer pour battre le candidat républicain.

Car les plus inquiétants, ce sont les sondages qui simulent l’élection réelle, pas les primaires.

Dans un match Hillary Clinton vs MacCain, elle perdrait globalement 44,7% contre 46,5% pour MacCain, même si un sondage la donne gagnante 48% à 43% (AP-Ipsos). Un autre, le plus récent, donne 5% d’avance à MacCain (LA Times/Bloomberg). Une légère remontée est toutefois constatée pour Hillary Clinton et peut être en rapport avec les accusations contre la probité de MacCain (?).

Dans un match Obama vs MacCain, depuis plusieurs semaines, la victoire reviendrait à Obama 46,7% contre 43,5% à MacCain. Un sondage très récent (CDS News/New York Times) lui donne même 12% d’avance (mais USA Today/Gallup lui donne toutefois 1% de retard aux mêmes dates).

Je précise bien sûr que tous ces sondages sont très fluctuants et peuvent donc évoluer dans un sens ou un autre, surtout d’ici novembre (encore huit mois !). Ce qui est sûr, c’est que le score entre le candidat démocrate et le candidat républicain sera longtemps très serré.


.Obama, le vote désormais utile

À l’heure actuelle, c’est clair que Obama est plus solide que Hillary Clinton pour batailler contre MacCain. Ce qui effraie le clan Clinton qui a conquis l’appareil du Parti démocrate depuis seize ans.

Ainsi, l’intérêt du Parti démocrate, en terme de vote utile, se déplace subrepticement de Hillary Clinton vers Barack Obama.

De ce fait, et depuis les premiers échecs de Hillary Clinton début janvier, les nerfs sont à rude épreuve. Surtout que Obama a réussi à collecter un immense trésor de guerre (plus de 100 millions de dollars), alors que Hillary Clinton a dû emprunter sur ses fonds propres.

Les nerfs peuvent même se lâcher. Ainsi, le 18 février 2008, un représentant de Hillary Clinton était même allé jusqu’à envisager d’essayer de retourner l’opinion des ‘pledged delegates’ (délégués engagés) élus sous la bannière de Obama alors qu’ils ont un mandat impératif, ce qui revient à vouloir violer la volonté des électeurs. Phil Singer, le porte-parole de Hillary Clinton, a vite démenti, mais cet incident a montré que les esprits sont très fébriles face à la solide progression de Obama.

essayer de retourner l’opinion des pledged delegates
http://www.politico.com/news/stories/0208/8583.html

a vite démenti
http://marcambiner.theatlantic.com/archives/2008/02/clinton_campaign_will_not_lobb.php


.Obama, nouvelle cible

Les attaques fusent contre Obama. Parfois en dessous de la ceinture. Souvent de mauvaise foi. Ou contradictoires. Les plus viles d’ailleurs sont du fait même de Bill Clinton (jouant le rôle du méchant).

On peut en citer quelques unes, puisque MacCain ne manquerait pas de les utiliser si Obama était investi.

1. Obama n’a pas d’expérience. Et est comparé par Hillary Clinton à l’Université George Washington à Bush Jr qui a eu un « résultat tragique » en politique étrangère. (il faut dire que les déclarations de Obama sur le Pakistan n’ont pas de quoi rassurer).

2. Obama n’a que du verbe mais pas d’action (tiens, cela fait penser à un candidat français).

3. Obama va islamiser l’Amérique (aidé d’une photographie de 2006 le représentant portant un turban et une tunique blanche offerts par les habitants de Wajir, au Kenya dont son père est originaire) alors qu’il est protestant lui-même.

4. Obama n’utilise même pas ses propres mots et reprends les discours de ses copains (en l’occurrence, celui du gouverneur du Massachusetts, Deval Patrick, qui se trouve être aussi son directeur de campagne).

5. Obama revient sur sa promesse de plafond de ses dépenses électorales, argument que pourrait reprendre MacCain qui a eu des difficultés à collecter des fonds pour sa campagne (mais Hillary Clinton refuse de plafonner ses propres dépenses électorales). Il avait promis de rester aux 85 millions de dollars de financement public pour limiter l’influence des lobbys.

6. Obama est financé par de nombreux lobbies (comme tous les autres grands candidats).

7. Obama irait voir Raul Castro, Hugo Chavez, et même Ahmadinejad (là, c’est un réel clivage, Hillary Clinton, qui avait voté la guerre en Irak, reste dans l’orthodoxie ‘bushienne’ qui a toujours prévalu pour Cuba,le Venezuela, l’Iran, la Corée du Nord…).

8. Obama propose une couverture santé universelle moins large que Hillary Clinton (souscription obligatoire uniquement pour les enfants mais facultative pour les adultes).

9. Obama critique l’ALENA qui a été réalisée en 1994 (sous Bill Clinton) et qui est très impopulaire car de nombreux emplois manufacturés sont partis au Canada ou au Mexique (Hillary Clinton avait considéré en 2006 que c’était une « aubaine » pour l’économie américaine).


.Obama, un leader charismatique

Le débat du 21 février 2008 à Austin a montré un Obama extrêmement maître de lui et Hillary Clinton, loin d’avoir réussi à le déstabiliser, a même semblé reconnaître –même si elle le nie– sa probable défaite en se disant avoir été honorée d’avoir débattu avec lui.

Alors qu’on disait que Obama n’était excellent que devant les foules dans les meetings, et peu à l’aise dans les débats contradictoires (comme Bush Jr en 2000), il dévoile aussi une grande capacité à faire des débats.

Le débat de ce 26 février 2008 à Cleveland, les deux candidats ont estimé que tout les opposait, ce qui est gênant pour rassembler leur parti après les primaires.

Hillary Clinton en est réduite actuellement à pinailler sur les mots de vocabulaire (reprochant à Obama de ‘dénoncer’ et pas de ‘rejeter’ le soutien financier de Louis Farrakhan, connu pour ses dérapages antisémites).

Notons aussi que ce débat d’hier, c’était le dixième débat public entre Barack Obama et Hillary Clinton (pour comparaison avec l’élection française, un seul débat de second tour en 2007, et trois, il me semble, débats pour les primaires du PS en 2006).

Évidemment, Barack Obama a un discours très démagogique et populiste. Il martèle ses slogans sur le fait qu’il est possible de redonner espoir et de conduire le changement. Un thème repris aussi bien par Romney que par d’autres candidats (en France, Giscard d’Estaing en 1974, Mitterrand en 1981 et Sarkozy en 2007 ont gagné l’élection présidentielle avec cette thématique somme toute très banale).

Mais l’homme, la personnalité est exceptionnelle. Son charisme fait déplacer de véritables foules, et a la capacité de faire le lien entre ces foules et lui (Il vint même saluer les deux mille malheureux supporters qui n’avaient pu rentrer dans une salle par exemple).

Martin Luther King ? John F. Kennedy ? Jesse Jackson ?…

Non, aucun modèle. Ou tous sont sa référence. De toutes façons, il faut ratisser large.


.Un soutien croissant pour Obama

Obama bénéficie de nombreux soutiens. Le clan Kennedy. Oprah Winfrey (la présentatrice télévisée milliardaire). John Kerry. Robert De Niro. George Clooney. Eddie Murphy (qui vient de recevoir l’oscar du plus nul acteur). Plusieurs syndicats très puissants (les Teamsters, avec ses 1,4 million de membres, le SEIU avec 1,9 millions de membres, et l’UFCW, avec 1,3 millions de membres). Entre autres.

Pour l’instant, ni Al Gore (populaire), ni John Edwars (le concurrent malheureux), ni Howard Dean (président du Parti démocrate) n’ont encore pris position. Ni (il me semble) Jimmy Carter.

En France, c’est l’obamania à fond. Les députés français, du PCF à l’UMP, plébiscitent Obama. Il est sûr que s’il était élu, il ne révolutionnerait pas les États-Unis qui ont un socle institutionnel très stable. Personne n’est dupe. Son éruption dans le débat fédéral a d’abord étonné puis il s’est bien intégré dans le jeu politique (ses financements en étant la preuve palpable).

C’est certainement banal de le dire. Mais, à moi aussi, il me plaît bien.


.Une image restaurée de l’oncle Sam

Barack Obama donnerait une nouvelle image des États-Unis. Sans doute plus tolérante, plus à l’écoute du monde extérieur. Et intérieur. Une image de nouveauté, de modernité (mais est-ce que ce sont des valeurs sûres ?). Une image aussi d’intelligence.

Un moyen aussi d’en finir enfin avec l’anti-américanisme primaire qui sévit parfois en France.

Car les États-Unis forment une nation très contrastée, très multiple, entre les milieux intellectuels et cosmopolites de New York, les industriels de l’aéronautique du Nord-Ouest, les fanatiques de l’informatique de Californie, les propriétaires de ranchs du Texas, le Middle Est…

Toutes ces images, floutées par l’arrogance guerrière du clan Bush, seront de toutes façons nettement mieux représentées par le prochain Président des États-Unis.

Quel qu’il soit.


.Next

Prochaine étape : les primaires du 4 mars 2008 au Texas (193 délégués), Ohio (141), Rhode Island (21) et Vermont (15).

Et sans doute la fin du suspens…



Aussi sur le blog.
http://rakotoarison.over-blog.com/article-17098111.html


Sylvain Rakotoarison
http://www.rakotoarison.eu



(*) Sources : Realpolitics au 27 février 2008.
(**) J’ai moi-même commis cette erreur dans un article sur Al Gore.

NB : Les autres sources de l’article proviennent essentiellement des dépêches AFP, AP et Reuters des deux dernières semaines.


http://adminv1.over-blog.com/trackback.php?Id=17098111


Partager cet article

Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).