Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 10:21

(dépêche)


Les réactions unanimes à l'annonce de la mort de Philippe Séguin




http://elysee.fr/documents/index.php?lang=fr&mode=view&cat_id=8&press_id=3238
 
  Publié le 07-01-10 à 09:56  
 
  Hommage à M. Philippe Seguin  
 
 C’est avec une très grande tristesse et une très vive émotion que le Président de la République vient d’apprendre la disparition soudaine de Philippe Séguin.

Il tient à exprimer à sa famille sa sympathie la plus attristée et la part qu’il prend à son chagrin. Tous ceux qui l’ont connu et l’ont côtoyé, ses proches, ses amis, ses collaborateurs, garderont le souvenir d’un homme particulièrement attachant, d’un homme à l’intelligence rare, d’un homme au tempérament chaleureux et généreux, d’un homme entier et absolument passionné. Passionné par le sport et l’histoire politique dont il était l’un des plus fins connaisseurs. Passionné surtout par la France, sa République et son Etat, il a consacré toute sa vie, toute l’étendue de ses talents et la force exceptionnelle de ses convictions à la chose publique.

Son parcours hors du commun, depuis la Tunisie de son enfance jusqu’à nos plus hautes institutions, son admiration inconditionnelle pour les idées et l’action du Général de Gaulle, avaient fait naître en lui un dévouement de tous les instants, qui n’a jamais été pris en défaut, pour les valeurs de la République, pour son école, pour l’intérêt général et pour notre indépendance nationale.

En tant que député-maire d’Epinal, puis comme ministre des affaires sociales, il a agi en permanence selon ses convictions politiques et les valeurs auxquelles il était tant attaché, en s’efforçant de permettre à tous d’avoir accès au progrès, avec le souci constant de concilier sans jamais les opposer le progrès économique et la justice sociale, avec la préoccupation chevillée au corps d’une gestion rigoureuse des deniers publics. 

Philippe Séguin n’était pas homme à transiger avec ses convictions. Chacun a en mémoire son combat homérique lors de la campagne du référendum sur le Traité de Maastricht où il déploya ses remarquables capacités d’orateur pour défendre sa vision de la souveraineté du peuple français. 

Son élection à la Présidence de l’Assemblée nationale en 1995, sa désignation en 2004 quelques années plus tard comme Premier Président de la Cour des Comptes, ont achevé de faire de lui l’une des grandes figures et l’une des grandes voix de notre vie nationale. Elles nous manqueront.




http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-01-07/hommage-disparition-de-philippe-seguin-nicolas-sarkozy-salue-l-une-des/917/0/411158
Publié le 07/01/2010 à 10:12 - Modifié le 07/01/2010 à 10:46 Le Point.fr

RÉACTION

MORT DE PHILIPPE SÉGUIN - Sarkozy : "Son amour de la République était inséparable de son amour de la France"
lepoint.fr



Nicolas Sarkozy tient à exprimer à la famille de Philippe Séguin sa sympathie la plus attristée © DEMANGE-POOL/SIPA

Vos outils
Imprimez Réagissez
      
Buzzer !sur Yahoo!Sur le même sujet
RÉACTIONS La classe politique bouleversée
DISPARITION Philippe Séguin succombe à une crise cardiaque
 Nicolas Sarkozy a réagi, jeudi matin, à la disparition de Philippe Séguin , en marge d'un colloque.

"Philippe Séguin a occupé pendant trente ans une place centrale dans notre République. Il était le pur produit de cette République du mérite, qu'il chérissait. Son amour de la République était inséparable de son amour de la France. Le gaullisme avait gardé quelque chose de vivant avec lui. Le mot lui allait comme une évidence. Rien de ce qu'il entreprenait n'était médiocre. Il avait des convictions, de la hauteur de vue, du talent. Il était mon ami, un ami très proche. Il va nous manquer, beaucoup."

Plus tôt, l'Élysée a diffusé un communiqué dont voici les principaux extraits :

"C'est avec une très grande tristesse et une très vive émotion que le président de la République vient d'apprendre la disparition soudaine de Philippe Séguin. Il tient à exprimer à sa famille sa sympathie la plus attristée et la part qu'il prend à son chagrin. Tous ceux qui l'ont connu et l'ont côtoyé, ses proches, ses amis, ses collaborateurs, garderont le souvenir d'un homme particulièrement attachant, d'un homme à l'intelligence rare, d'un homme au tempérament chaleureux et généreux, d'un homme entier et absolument passionné. (...) Philippe Séguin n'était pas homme à transiger avec ses convictions. Chacun a en mémoire son combat homérique lors de la campagne du référendum sur le traité de Maastricht, où il déploya ses remarquables capacités d'orateur pour défendre sa vision de la souveraineté du peuple français. Son élection à la présidence de l'Assemblée nationale, en 1995, sa désignation, en 2004, quelques années plus tard, comme premier président de la Cour des comptes ont achevé de faire de lui l'une des grandes figures et l'une des grandes voix de notre vie nationale. Elles nous manqueront."

Retouvez toutes les autres réactions à la disparition de Philippe Séguin.


http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-01-07/reactions-la-mort-de-philippe-seguin-bouleverse-la-classe/917/0/411128
Publié le 07/01/2010 à 08:38 - Modifié le 07/01/2010 à 10:44 Le Point.fr

HOMMAGE

RÉACTIONS - La classe politique bouleversée par la mort de Philippe Séguin
lepoint.fr



Jean-Louis Debré, Lionel Jospin et Charles Pasqua sont parmi les premiers à avoir réagi au décès de Philippe Séguin, jeudi matin © montage lepoint.fr

Vos outils
Imprimez Réagissez
      
Buzzer !sur Yahoo!Sur le même sujet
HOMMAGE Sarkozy salue "une grande voix de notre vie nationale"
DISPARITION Séguin succombe à une crise cardiaque
 L'annonce de la disparition de Philippe Séguin , jeudi matin, a suscité une vague d'émotion dans la classe politique française. Voici les principales réactions :

Nicolas Sarkozy, président de la République
"Philippe Seguin a occupé pendant trente ans une place centrale dans notre République. Il était le pur produit de cette République du mérite qu'il chérissait. Son amour de la République était inséparable de son amour de la France. Le Gaullisme avait gardé quelque chose de vivant avec lui. Le mot lui allait comme une évidence. Rien de ce qu'il n'entreprenait n'était médiocre. Il avait des convictions, de la hauteur de vue, du talent. Il était mon ami, un ami très proche. Il va nous manquer, beaucoup." ( retrouvez ici la suite de la déclaration du chef de l'État )

À DROITE


Charles Pasqua, ancien ministre de l'Intérieur
"Je suis bouleversé par la perte d'un ami très cher. C'était un homme passionné et foncièrement bon qui a fait beaucoup pour son pays. Il n'avait pas d'ambition personnelle, mais une ambition pour la France. Il avait l'étoffe d'un chef d'État." (RTL)

Valéry Giscard d'Estaing, ancien président de la République
"C'était une personnalité hors du commun avec un grand talent et qui enrichissait le débat politique national. Il était dans le sillon de ce que l'on appelle le gaullisme social." (RTL)

Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale
"C'est une immense tristesse, une très grande perte. Philippe Séguin était une personnalité exceptionnelle, très riche par sa culture, par ses convictions de républicain, de gaulliste, de démocrate. Son parcours est exemplaire de rigueur et d'honnêteté. Nous sommes consternés." (France Info)

Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel
"Philippe Séguin a marqué la vie politique française depuis de nombreuses années. C'était une personnalité forte, complexe, capable de résister, capable de dire non, mais, surtout, il y avait chez lui une certaine idée de la France, un grand respect de la République et, surtout, le désir ancré profondément de faire en sorte que la France, la nation française, soit respectée, forte et fière." (i-Télé)

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre
"C'était un homme à caractère exceptionnel. Il n'avait peur de personne, il résistait à tout, il avait de fortes convictions et beaucoup de courage, beaucoup d'audace. Non seulement c'était un orateur, mais il avait ce trait de caractère qui faisait de lui une personnalité à fort rayonnement, dont le vide marquera la vie politique pendant des années." (Radio Classique)

Alain Juppé, ancien Premier ministre
"C'est avec stupeur que j'ai entendu cette nouvelle ce matin. Nous nous connaissions très bien, nous avons beaucoup travaillé ensemble, nous partagions ce même attachement à la République. Ce n'était pas quelqu'un de facile, nous avons eu des divergences fortes, notamment sur l'Europe. C'était une intelligence, c'est une grande perte pour la République. Il avait une parole qui restait très puissante sur la vie publique." (France Info)

Michèle Alliot-Marie, Garde des Sceaux
"Notre tristesse est à la hauteur de la personnalité hors normes de Philippe Séguin. Il a mis son intelligence aigue, son exigence sourcilleuses, son talent oratoire, son engagement sans faille, au service de ses idées. Dans chacune des hautes fonctions qu'il a occupées, il a fait preuve de son grand sens de l'Etat, de son indépendance d'esprit, de sa passion pour la France et le service de ses concitoyens. Gaulliste social, homme d'engagement et de convictions, Philippe Séguin aura marqué de son empreinte la vie politique et publique de la 5ème république." (communiqué)

Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
"J'apprends avec tristesse et émotion le décès de Philippe Séguin, premier président de la Cour des comptes. Je tiens à saluer la mémoire d'une des plus grandes figures du gaullisme social, homme d'engagement, de caractère et d'action. Homme fidèle à ses racines, Philippe Séguin était également président du conseil d'administration de l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, pour le rayonnement duquel il s'est toujours beaucoup battu, avec une énergie et un volontarisme sans faille. Pupille de la nation, diplômé de l'École normale d'instituteurs, puis élève à l'École nationale d'administration, son parcours exceptionnel est celui d'un enfant de la République."

Christian Estrosi, ministre de l'Industrie
"La perte d'un homme d'État qui va beaucoup manquer à la France." ( sur son compte Twitter )

Christine Boutin, présidente du conseil général des Yvelines, ex-ministre du Logement
"Un homme de conviction, grand républicain, profondément social et passionnément attaché à la France." ( sur son compte Twitter )

Roger Karoutchi, ancien secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement
"C'est une catastrophe humaine, familiale, personnelle. C'était un homme d'exception, un très grand républicain." (France Info)

Frédéric Lefebvre, porte-parole de l'UMP
"Philippe Séguin était un homme droit et passionné qui a consacré toute son énergie au service des autres. Sa mort sonne comme un coup de tonnerre, il nous plonge dans une profonde tristesse." (communiqué)


AU CENTRE


François Bayrou, président du MoDem
"Le premier mot qui vient à l'esprit, c'est républicain. Il était républicain par son parcours et par ses valeurs. Deuxième trait de caractère, il ne renonçait pas à combattre même s'il apparaissait seul contre tous. Il avait sûrement un certain orgueil, bienvenu dans cette affirmation du combat pour les idées. Il avait un caractère, que certains diront mauvais mais souvent le mauvais caractère est la traduction dans le langage de tous les jours du caractère tout court. Tout le monde entendait bien derrière son grand rire, une trace de mélancolie. Cette fêlure sur fond de tristesse le rendait plus attachant aux yeux de ceux qui l'aimaient. Il va manquer profondément à la vie publique en France." (AFP)


À GAUCHE

Martine Aubry, première secrétaire du PS
"C'est avec une grande tristesse que j'apprends la disparition de Philippe Séguin. C'était un homme que j'appréciais, pour lequel j'ai estime et amitié. J'ai pu apprécier ses engagements gaullistes et son ouverture d'esprit, au-delà de nos différences politiques. Avec Philippe Seguin disparaît un très grand serviteur de l'Etat qui a eu toute sa vie une passion pour l'intérêt général. C'était un républicain respecté bien au-delà de son camp qui a profondément marqué la vie politique. Ces dernières années, grâce à son travail admirable à la Cour des comptes, il était devenu pour la République un sage dont la voix était une référence et une boussole." (communiqué)

Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
"Dans son rôle de président de la Cour des Comptes, il avait su valoriser et renouveler cette institution avec l'exigence de la bonne gestion des deniers publics. Philippe Séguin était un homme de convictions qui savait garder une véritable liberté d'esprit. Il avait ainsi gagné l'estime et le respect au-delà de sa famille politique." (communiqué)

Bertrand Delanoë, maire de Paris
"[Je suis] très triste d'apprendre ce décès brutal d'un homme jeune, qui est une personnalité très attachante. Certes, nous avons été face à face pour la bataille à la mairie de Paris en 2001, mais il n'y a eu entre nous aucun propos blessant ni attaque personnelle. J'ai aimé faire de la politique avec lui sans avoir les mêmes convictions que lui." (RTL)

Laurent Fabius, ancien Premier ministre
"C'est un homme que j'estimais beaucoup. C'était un homme des grandes causes, il n'aimait pas les querelles médiocres et allait à l'essentiel. Il avait une conception noble de la politique et un amour charnel de la République." (RTL)

Lionel Jospin, ancien Premier ministre
"C'était un fort caractère et un homme qui s'inscrivait dans une tradition gaulliste. C'était un serviteur de l'État qui présidait aux destinées de la Cour des comptes. Nous devons le regretter." (France Inter)

Robert Badinter, sénateur des Hauts-de-Seine, ancien garde des Sceaux
"[Je ressens un] mélange de chagrin, de regret, de reconnaissance pour lui. Républicain, ça allait de soi, ce qu'il y avait de plus remarquable chez lui, c'était l'intensité de sa conviction patriotique, engagement vis-à-vis de la France très profond. Il était l'un des rares qui maintenaient au Parlement la tradition de l'éloquence." (France Info)

Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre et président du MRC
"C'est un grand manque. Je me souviens de son opposition au traité de Maastricht. Il avait montré que la France pouvait se donner un projet et un destin républicain. Il a le mérite d'avoir tenté d'éviter le piège dans lequel la France se trouve aujourd'hui. Je salue l'homme qui a tenté, même s'il n'a pas réussi, et je regrette que nous n'ayons pas pu nous retrouver entre républicains des deux rives. Depuis qu'il a quitté la vie politique, il a manqué à la République." (France Info)


http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-01-07/reactions-la-mort-de-philippe-seguin-bouleverse-la-classe/917/0/411128


http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2010-01-07/reactions-la-mort-de-philippe-seguin-bouleverse-la-classe/917/0/411128
Publié le 07/01/2010 à 08:38 - Modifié le 07/01/2010 à 13:50 Le Point.fr

HOMMAGE

RÉACTIONS - La classe politique bouleversée par la mort de Philippe Séguin
lepoint.fr



Jean-Louis Debré, Lionel Jospin et Charles Pasqua sont parmi les premiers à avoir réagi au décès de Philippe Séguin, jeudi matin © montage lepoint.fr

Vos outils
Imprimez Réagissez
      
Buzzer !sur Yahoo!Sur le même sujet
DISPARITION Philippe Séguin succombe à une crise cardiaque
EN IMAGES Un homme libre en politique
PORTRAIT Séguin aura servi la France jusqu'au bout
REGARDEZ Les larmes de Fillon
ITINÉRAIRE Une figure du gaullisme
MAASTRICHT Séguin, le chef de file du "non"
HOMMAGE Sarkozy : "L'amour de la République, l'amour de la France"
COUR DES COMPTES Son successeur sera nommé par Sarkozy
 L'annonce de la disparition de Philippe Séguin , jeudi matin, a suscité une vague d'émotion dans la classe politique française. Voici les principales réactions :

Nicolas Sarkozy, président de la République
"Philippe Seguin a occupé pendant trente ans une place centrale dans notre République. Il était le pur produit de cette République du mérite qu'il chérissait. Son amour de la République était inséparable de son amour de la France. Le gaullisme avait gardé quelque chose de vivant avec lui. Le mot lui allait comme une évidence. Rien de ce qu'il entreprenait n'était médiocre. Il avait des convictions, de la hauteur de vue, du talent. Il était mon ami, un ami très proche. Il va nous manquer, beaucoup." ( retrouvez ici la suite de la déclaration du chef de l'État )

À DROITE

François Fillon, Premier ministre
"Aujourd'hui, je perds un ami et la France perd l'un de ses plus grands serviteurs et l'une de ses plus belles voix politiques. Une voix tonitruante, profonde, toujours féconde, une voix aussi parfois tourmentée (...). L'éloquence imprégnera longtemps les murs du Parlement. Il restera comme l'un des présidents de l'Assemblée nationale les plus brillants et les plus respectés (...). La République était le fil de la vie de Philippe Séguin. Ce matin, ce fil s'est rompu... et je pense avec émotion à sa famille." ( regardez l'allocution du chef du gouvernement )

Jacques Chirac, ancien président de la République
"Mon épouse Bernadette et moi avons appris avec une infinie tristesse la brutale disparition de Philippe Séguin. La France perd aujourd'hui un homme d'honneur, un homme d'État d'une exceptionnelle intelligence. Philippe Séguin aura consacré sa vie au service de la France et à l'intérêt général. À Épinal comme à l'Assemblée nationale, au gouvernement comme à la tête de la Cour des comptes, Philippe Séguin aura toujours su batailler pour faire triompher ses fortes convictions, en ayant toujours à coeur d'améliorer la situation des plus fragiles et de renforcer le poids et la grandeur de notre pays. Avec lui, les mots de République, de Nation et d'État prenaient tout leur sens. Je perds, pour ma part, un ami pour lequel j'avais un grand respect et une profonde affection." (communiqué)

Valéry Giscard d'Estaing, ancien président de la République
"C'était une personnalité hors du commun avec un grand talent et qui enrichissait le débat politique national. Il était dans le sillon de ce que l'on appelle le gaullisme social." (RTL)

Charles Pasqua, ancien ministre de l'Intérieur
"Je suis bouleversé par la perte d'un ami très cher. C'était un homme passionné et foncièrement bon qui a fait beaucoup pour son pays. Il n'avait pas d'ambition personnelle, mais une ambition pour la France. Il avait l'étoffe d'un chef d'État." (RTL)

Bernard Accoyer, président de l'Assemblée nationale
"C'est une immense tristesse, une très grande perte. Philippe Séguin était une personnalité exceptionnelle, très riche par sa culture, par ses convictions de républicain, de gaulliste, de démocrate. Son parcours est exemplaire de rigueur et d'honnêteté. Nous sommes consternés." (France Info)

Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel
"Philippe Séguin a marqué la vie politique française depuis de nombreuses années. C'était une personnalité forte, complexe, capable de résister, capable de dire non, mais, surtout, il y avait chez lui une certaine idée de la France, un grand respect de la République et, surtout, le désir ancré profondément de faire en sorte que la France, la nation française, soit respectée, forte et fière." (i-Télé)

Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre
"C'était un homme à caractère exceptionnel. Il n'avait peur de personne, il résistait à tout, il avait de fortes convictions et beaucoup de courage, beaucoup d'audace. Non seulement c'était un orateur, mais il avait ce trait de caractère qui faisait de lui une personnalité à fort rayonnement, dont le vide marquera la vie politique pendant des années." (Radio Classique)

Alain Juppé, ancien Premier ministre
"C'est avec stupeur que j'ai entendu cette nouvelle ce matin. Nous nous connaissions très bien, nous avons beaucoup travaillé ensemble, nous partagions ce même attachement à la République. Ce n'était pas quelqu'un de facile, nous avons eu des divergences fortes, notamment sur l'Europe. C'était une intelligence, c'est une grande perte pour la République. Il avait une parole qui restait très puissante sur la vie publique." (France Info)

Michèle Alliot-Marie, garde des Sceaux
"Notre tristesse est à la hauteur de la personnalité hors normes de Philippe Séguin. Il a mis son intelligence aiguë, son exigence sourcilleuse, son talent oratoire, son engagement sans faille, au service de ses idées. Dans chacune des hautes fonctions qu'il a occupées, il a fait preuve de son grand sens de l'État, de son indépendance d'esprit, de sa passion pour la France et le service de ses concitoyens. Gaulliste social, homme d'engagement et de convictions, Philippe Séguin aura marqué de son empreinte la vie politique et publique de la Ve république." (communiqué)

Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP
La République française vient de perdre un grand homme, un homme d'État. Homme de courage, Philippe Séguin a parfois pris des positions qui n'allaient pas dans le sens des modes et des conformismes. Il fut l'un des premiers et des plus talentueux pour nous rappeler où les dérives technocratiques de l'Europe pouvaient nous conduire. Et le discours qu'il prononça à la tribune de l'Assemblée nationale lors des débats sur le traité de Maastricht restera comme l'un des plus importants de l'histoire parlementaire et politique de la France. Homme d'exigence au caractère affirmé, il sut tout au long de sa carrière politique faire vivre le gaullisme et l'idéal républicain. Homme de convictions, ce gaulliste social a mis en oeuvre ses idées en tant que ministre du Travail et des Affaires sociales en s'attelant particulièrement à la préservation de l'équilibre des comptes sociaux (...). Militants, sympathisants, élus et responsables du Mouvement populaire, nous sommes tous endeuillés par la mort de Philippe Séguin." (communiqué)

Roger Karoutchi, ancien secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement
"C'est une catastrophe humaine, familiale, personnelle. C'était un homme d'exception, un très grand républicain." (France Info)

Philippe de Villiers, président du Mouvement pour la France
"C'était un patriote exigeant, un grand serviteur de la France, d'une grande rigueur intellectuelle, d'une grande culture et d'une grande curiosité d'esprit. (...) J'ai perdu un ami dont la pensée et l'action sont intimement ancrées dans la défense de la souveraineté nationale. (...) Nous nous sommes retrouvés dans le grand combat de Maastricht, avec Charles Pasqua. On nous appelait alors les trois conscrits de Maastricht. (...) J'avais conservé des liens avec Philippe Séguin et on se retrouvait souvent dans les stades parce qu'il était comme moi un passionné de foot", a-t-il ajouté. (AFP)

Jean-Marie Le Pen, président du Front national

"Homme de caractère, pupille de la nation, c'était un patriote qui condamnait le traité de Maastricht. Adversaire politique loyal, Philippe Séguin s'était mis en marge du monde politique continuant de servir le pays à la tête de la Cour des comptes." (communiqué)

AU CENTRE

François Bayrou, président du MoDem
"Le premier mot qui vient à l'esprit, c'est républicain. Il était républicain par son parcours et par ses valeurs. Deuxième trait de caractère, il ne renonçait pas à combattre même s'il apparaissait seul contre tous. Il avait sûrement un certain orgueil, bienvenu dans cette affirmation du combat pour les idées. Il avait un caractère, que certains diront mauvais, mais souvent le mauvais caractère est la traduction dans le langage de tous les jours du caractère tout court. Tout le monde entendait bien derrière son grand rire une trace de mélancolie. Cette fêlure sur fond de tristesse le rendait plus attachant aux yeux de ceux qui l'aimaient. Il va manquer profondément à la vie publique en France." (AFP)

À GAUCHE

Martine Aubry, première secrétaire du PS
"C'est avec une grande tristesse que j'apprends la disparition de Philippe Séguin. C'était un homme que j'appréciais, pour lequel j'ai estime et amitié. J'ai pu apprécier ses engagements gaullistes et son ouverture d'esprit, au-delà de nos différences politiques. Avec Philippe Séguin disparaît un très grand serviteur de l'État qui a eu toute sa vie une passion pour l'intérêt général. C'était un républicain respecté bien au-delà de son camp qui a profondément marqué la vie politique. Ces dernières années, grâce à son travail admirable à la Cour des comptes, il était devenu pour la République un sage dont la voix était une référence et une boussole." (communiqué)

Lionel Jospin, ancien Premier ministre
"C'était un fort caractère et un homme qui s'inscrivait dans une tradition gaulliste. C'était un serviteur de l'État qui présidait aux destinées de la Cour des comptes. Nous devons le regretter." (France Inter)

Laurent Fabius, ancien Premier ministre
"C'est un homme que j'estimais beaucoup. C'était un homme des grandes causes, il n'aimait pas les querelles médiocres et allait à l'essentiel. Il avait une conception noble de la politique et un amour charnel de la République." (RTL)

Michel Rocard, ancien Premier ministre
"Je le connaissais un peu et je l'appréciais beaucoup (...). C'était un grand honnête homme, très compétent, très consciencieux au travail, colérique, chaleureux, enthousiaste, un peu cogneur, un peu brutal, mais toujours pointu et toujours près des faits." (AFP)

Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes
"Dans son rôle de président de la Cour des comptes, il avait su valoriser et renouveler cette institution avec l'exigence de la bonne gestion des deniers publics. Philippe Séguin était un homme de convictions qui savait garder une véritable liberté d'esprit. Il avait ainsi gagné l'estime et le respect au-delà de sa famille politique." (communiqué)

Bertrand Delanoë, maire de Paris
"[Je suis] très triste d'apprendre ce décès brutal d'un homme jeune, qui est une personnalité très attachante. Certes, nous avons été face à face pour la bataille à la mairie de Paris en 2001, mais il n'y a eu entre nous aucun propos blessant ni attaque personnelle. J'ai aimé faire de la politique avec lui sans avoir les mêmes convictions que lui." (RTL)

Robert Badinter, sénateur des Hauts-de-Seine, ancien garde des Sceaux
"[Je ressens un] mélange de chagrin, de regret, de reconnaissance pour lui. Républicain, ça allait de soi, ce qu'il y avait de plus remarquable chez lui, c'était l'intensité de sa conviction patriotique, engagement vis-à-vis de la France très profond. Il était l'un des rares qui maintenaient au Parlement la tradition de l'éloquence." (France Info)

Jean-Pierre Chevènement, ancien ministre et président du MRC
"C'est un grand manque. Je me souviens de son opposition au traité de Maastricht. Il avait montré que la France pouvait se donner un projet et un destin républicain. Il a le mérite d'avoir tenté d'éviter le piège dans lequel la France se trouve aujourd'hui. Je salue l'homme qui a tenté, même s'il n'a pas réussi, et je regrette que nous n'ayons pas pu nous retrouver entre républicains des deux rives. Depuis qu'il a quitté la vie politique, il a manqué à la République." (France Info)

Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière
"C'est une nouvelle triste pour ses proches, mais politiquement ce n'était absolument pas mon monde et je ne crois pas qu'on puisse faire de différence comme ça entre la droite sociale (incarnée par Philippe Séguin, NDLR) et la droite pas sociale." (LCI)

À LA COUR DES COMPTES

Pierre-Yves Richard, magistrat à la Cour des comptes aux côtés de Philippe Séguin
"Philippe Séguin était un président très humain et fidèle en amitié. Il n'avait pas hésité à défendre publiquement un ami commun en difficulté dans une affaire judiciaire montée en épingle, en dépit de toutes les allégations qui circulaient sur lui. Il voulait que la Cour des comptes devienne une juridiction financière indépendante et un véritable troisième ordre de juridiction, à côté du judiciaire et de l'administratif. Et puis, Philippe Séguin avait un côté très napoléonien. Il était très tourné vers l'Empire. Les couloirs de la rue Cambon s'en souviendront : il a fait inscrire plusieurs références à Napoléon et Bonaparte dans les couloirs de la Cour." (lepoint.fr)






Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).