Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 09:25

(dépêche)


Objectif Grand Chelem aux régionales 2010 pour Martine Aubry : un pari risqué




http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20100118.OBS3902/martine_aubry_vise_toujours_le_grand_chelem_aux_regiona.html
ELECTIONS REGIONALES
Martine Aubry vise toujours le grand chelem aux régionales
NOUVELOBS.COM | 19.01.2010 | 18:31
 82 réactions
"Pourquoi pas les 26 régions avec les Dom-Tom", parie Martine Aubry. Quant aux candidats MoDem sur les listes de Ségolène Royal, il s'agit "de décisions locales".


Martine Aubry, première secrétaire du PS (Sipa)
Martine Aubry persiste et signe. Alors que Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, qualifiait d'"un peu présomptueux" son objectif de grand chelem aux régionales, Martine Aubry a répété qu'il était "possible" pour les socialistes de remporter la totalité des régions.
"C'est possible. Nous nous donnons cette ambition de gagner les 22 régions, pourquoi pas les 26 avec les Dom-Tom", a déclaré la première secrétaire du PS, dimanche 17 janvier, lors du "Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI".

"Des décisions locales" en Poitou-Charentes
Martine Aubry a également affirmé ne pas avoir "à apprécier" la présence de cinq candidats du MoDem sur la liste de Ségolène Royal en Poitou-Charentes, évoquant "des décisions individuelles", "des décisions locales".
"Si au niveau régional, en Poitou-Charentes, Ségolène Royal avait passé un accord avec le MoDem de François Bayrou, avec l'accord de François Bayrou, cela me poserait un problème", a-t-elle expliqué, rappelant la position du PS: tenter de rassembler la gauche au premier tour et ouvrir la porte à des alliances au second.
Mais "il s'agit là d'individus", a-t-elle souligné. "Je n'ai pas à apprécier cette situation locale, ce n'est pas un accord entre le PS et le MoDem de François Bayrou, ce n'est donc pas contraire" à la position du parti, a-t-elle jugé.
"Je pense que, quand on a des grandes choses à faire ensemble pour l'avenir, et notamment pour 2012, il faut respecter les choix de ses partenaires", a-t-elle déclaré. "Ce que nous avons à construire avec eux est beaucoup plus important que des petits coups qu'on pourrait faire à très court terme".

"Des capacités" pour diriger la France
Quant à savoir qui conduira les couleurs de la gauche en 2012, Martine Aubry a estimé avoir "des capacités" pour diriger la France, "comme d'autres" au Parti socialiste. "Mais ce n'est pas pour ça que je serai candidate", a-t-elle précisé, citant également Dominique Strauss-Kahn, l'actuel directeur général du FMI, "qui est lui aussi quelqu'un qui peut tout à fait diriger notre pays".
"J'ai été numéro deux du gouvernement (...) j'ai rempli des fonctions importantes, j'ai travaillé dans une entreprise, je dirige une ville", a détaillé Mme Aubry, estimant toutefois que "tout ça à soi seul ne suffit pas". "Il faut qu'à un moment donné, on soit l'homme ou la femme de la situation."

"J'y pense tous les matins en mettant mes boucles d'oreille"
Alors que François Hollande a dit la semaine dernière qu'il se "prépare" à être candidat à la présidentielle 2012, Martine Aubry a pour sa part affirmé penser pour l'instant plus aux présidents de région qu'à celui de la République.
"J'y pense tous les matins en mettant mes boucles d'oreille, je ne pense pas du tout à la présidentielle", a-t-elle lancé, faisant référence à la déclaration de Nicolas Sarkozy en 2002, qui avait dit penser à la présidentielle "pas seulement en (se) rasant".

(Nouvelobs.com avec AP)

http://www.lefigaro.fr/politique/2009/12/12/01002-20091212ARTFIG00692-regionales-aubry-vise-le-grand-chelem-.php
Régionales : Aubry vise le grand chelem

lefigaro.fr avec AFP et AP
12/12/2009 | Mise à jour : 19:47 | Commentaires  214 | Ajouter à ma sélection

«Nous allons régionaliser le débat national», a averti Martine Aubry. Crédits photo : AFP
La patronne du PS qui a lancé samedi à Tours la campagne de son parti estime que ce dernier doit non seulement garder les vingt régions qu'il dirige mais peut aussi «toutes les gagner». Elle entend régionaliser le débat.
 
Soucieuse de montrer un parti qui travaille, Martine Aubry sait aussi se montrer ambitieuse. La première secrétaire du PS a lancé samedi à Tours la campagne des élections régionales avec pour objectif le grand chelem pour les socialistes. «Nous avons un grand nombre de régions et nous devons toutes les garder, c'est évident, mais nous pouvons toutes les gagner! Cela dépend de nous», a lancé la patronne du PS, alors que son parti dirige 20 des 22 régions métropolitaines. Seules manquent l'Alsace et la Corse. La maire de Lille s'est dite prête à «mouiller (sa) chemise», devant un millier de militants réunis au Parc des Expositions de Tours, lors de la convention nationale de ratification des listes.

«Seize régions socialistes ont maintenu leur taux d'imposition malgré les transferts de charge. Celle qui a augmenté le plus les impôts, c'est celle qui n'est pas encore de gauche mais qui va l'être bientôt, c'est l'Alsace!», a-t-elle déclaré, très applaudie. «Quand on voit ce bilan, on comprend bien pourquoi Nicolas Sarkozy veut changer de terrain», a-t-elle poursuivi, assurant que les socialistes n'accepteront «aucune leçon de bonne gestion de la part de la droite». «Nous allons régionaliser le débat national : tous les jours, parler d'emploi, tous les jours parler de logement, tous les jours parler de santé et préparer l'avenir parce que c'est là, dans les régions, que nous préparons ce que l'Etat ne veut pas accompagner au niveau national».

«De A comme Alsace à R comme Rhône-Alpes, toutes les régions doivent porter un projet de justice et d'espoir pour l'avenir!», a-t-elle lancé, opposant les «trois E» du PS (emploi, éducation, environnement) aux «trois I» de l'UMP: identité nationale, immigration et insécurité. Voulant «régionaliser» le scrutin, à l'inverse de Nicolas Sarkozy, elle a critiqué le «casting sur papier glacé» de l'UMP, ironisant sur les ministres candidats, comme Valérie Pécresse ou Xavier Darcos, «délaissant l'enregistrement de leur clip karaoké» qualifié de «ringard», pour «se lancer dans les élections».


Grincements de dents

Les listes, affichant renouvellement, diversité et ouverture à la société civile - avec le syndicaliste CGT Denis Parise (Molex) et les anciens sportifs Stéphane Caristan ou Roxana Maracineanu -, ont été massivement ratifiées par 208 voix contre 20. Quelques grincements de dents toutefois de la part des fédérations de l'Ariège et des Hauts-de-Seine, furieuses de se voir imposer des candidats non validés par les militants. Restent le Var et l'Indre sur lesquels le Bureau national se prononcera mardi.

Le cas de Georges Frêche, exclu du PS qui ne lui oppose aucun candidat, n'a pas été évoqué à la tribune alors que tempêtent certains socialistes, comme Arnaud Montebourg ou Paul Quilès, absents samedi. Concernant Julien Dray, une place sera libérée pour lui en Essonne si le calendrier de ses démêlés judiciaires le permet. Une surprise, Razzy Hammadi, secrétaire national, proche de Benoît Hamon, candidat dans le Var, se retrouve en quatrième position dans le Calvados.


«Contrat socialiste pour les régions»

Tous les candidats devront porter le «contrat socialiste pour les régions», acté samedi. Ce document de 8 pages stipule: «nous développerons la démocratie participative sous toutes ses formes». Une phrase qui fleure bon la méthode de Ségolène Royal, pourtant absente de la Convention. D'ailleurs, dans les mesures-phares, figure le «pass contraception» cher à la présidente de Poitou-Charentes. Le contrat prévoit une série de mesures concernant l'emploi, la mobilité des jeunes, la «social-écologie», la fiscalité ou encore le logement et la santé. Voici les principales :

- 200.000 «contrats de continuité professionnelle» pour les salariés victimes ou menacés de licenciements. Une formation qualifiante d'un an avec éventuellement un complément de revenus. «Une première étape de la sécurité sociale professionnelle»

- une «mission régionale de lutte contre les discriminations»

- un «Pack pour l'autonomie des jeunes» (PAJ) pour favoriser l'accès au logement, à la santé, au permis de conduire, pour jeunes sortis du lycée et d'apprentissage. La région pourra se porter caution pour un dépot de garantie, avancer le financement du permis

- l'«objectif 1 euro» par trajet en plafonnant le coût des abonnements domicile-travail

» Martine Aubry présente le projet du PS pour les régions

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-12-14/campagne-le-ps-vise-le-grand-chelem-des-regions/917/0/404603
Publié le 14/12/2009 à 08:48 Le Point.fr

CAMPAGNE

Le PS vise le grand chelem des régions
Avec AFP



La première secrétaire du parti veut un PS ambitieux pour les régionales © Remi OCHLIK/IP3

Vos outils
Imprimez Réagissez
      
  "Nous pouvons toutes les gagner !" Martine Aubry, première secrétaire du PS, a placé la barre très haut en lançant samedi à Tours la campagne du PS des élections régionales, avec pour objectif rien de moins que le grand chelem.

"Nous avons un grand nombre de régions et nous devons toutes les garder, c'est évident, mais nous pouvons toutes les gagner ! Cela dépend de nous", a lancé la patronne du PS, alors que les socialistes dirigent 20 des 22 régions métropolitaines. Seules manquent l'Alsace et la Corse. La maire de Lille s'est dite prête à "mouiller (sa) chemise", devant un millier de militants réunis au Parc des expositions de Tours, lors de la convention nationale de ratification des listes. "De A comme Alsace à R comme Rhône-Alpes, toutes les régions doivent porter un projet de justice et d'espoir pour l'avenir !", a-t-elle lancé, opposant les "trois E" du PS (emploi, éducation, environnement) aux "trois I" de l'UMP : identité nationale, immigration et insécurité.

Tous les candidats devront porter le "contrat socialiste pour les régions", acté samedi, avec un éventail de mesures-phares, des "contrats de continuité professionnelle" à l'"objectif de 1 euro" par trajet domicile-travail. Parmi eux, les présidents de région sortants, de Jean-Paul Huchon (Île-de-France) à Alain Rousset (Aquitaine) et Jean-Jack Queyranne (Rhône-Alpes).


Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).