Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 01:19

(dépêches)


Supputations sur le prochain remaniement ministériel



http://fr.news.yahoo.com/4/20100322/tts-france-sarkozy-fillon-ca02f96.html
François Fillon à l'Elysée pour préparer un remaniement
il y a 30 min

             Buzzer ! Imprimer Le président Nicolas Sarkozy a reçu lundi matin son Premier ministre François Fillon pendant plus d'une heure pour tirer les leçons des élections régionales et préparer un remaniement dont l'ampleur est incertaine. Lire la suite l'article
Photos/Vidéos liées FRANÇOIS FILLON REÇU À L'ÉLYSÉE POUR PRÉPARER UN REMANIEMENT Agrandir la photo Plus de photos Gouvernement
 

Articles liés
Fillon de retour à Matignon après son entretien avec Sarkozy
Cohn-Bendit juge le fonctionnement d'Europe Ecologie "pas à la hauteur" et propose une "coopérative politique"
Les résultats, région par région
Plus d'articles sur : Régionales 2010
Discussion: Régionales 2010
Selon des sources gouvernementales, le ministre du Travail Xavier Darcos, battu lourdement en Aquitaine, paraît l'un des ministres les plus menacés, alors qu'il est censé conduire la réforme des retraites dans les prochaines semaines.

François Fillon est arrivé à 9h00 au Palais de l'Elysée. Selon son entourage, il n'était pas prévu qu'il présente sa démission, même pour la forme.

Une heure plus tard, alors qu'il était toujours là, c'est le député UMP François Baroin, un proche de l'ancien président Jacques Chirac, qui est arrivé au palais présidentiel. A 10h25, François Fillon était de retour à Matignon.

Le nom de l'actuel ministre du Budget, Eric Woerth, est cité pour remplacer, le cas échéant, Xavier Darcos afin de mener la mission à haut risque que constitue la réforme des retraites, à moins qu'un poste soit créé spécifiquement pour ce dossier.

Dans l'éventualité où Eric Woerth serait promu, François Baroin pourrait le remplacer au budget, dit-on de source gouvernementale.

Si cela se confirmait, le remaniement serait plus que l'ajustement "modeste" et "technique" annoncé ce week-end par le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant. D'autant plus que d'autres têtes pourraient tomber, comme celles de Fadela Amara (politique de la ville) ou d'Hubert Falco (anciens combattants).

Le second tour des élections régionales s'est soldé dimanche par une défaite de la droite, qui ne préside plus qu'une région métropolitaine, l'Alsace, à laquelle s'ajoutent, outre-mer, la Guyane, grâce à un transfuge de la gauche, et La Réunion.

Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou, avec Sophie Louet, édité par Yves Clarisse


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/22/97001-20100322FILWWW00551-francois-fillon-a-ete-recu-a-l-elysee.php
François Fillon a été reçu à l'Elysée
AP
22/03/2010 | Mise à jour : 11:03 Réagir
Nicolas Sarkozy a reçu ce matin François Fillon pendant une heure et quart pour préparer le remaniement ministériel, au lendemain de la défaite de la droite lors des élections régionales.

Le chef de l'Etat a raccompagné le Premier ministre sur le perron de l'Elysée à 10h20, alors que 20 minutes plus tôt, le député UMP François Baroin, proche de Jacques Chirac, était à son tour arrivé sur place pour rencontrer le président.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/22/97001-20100322FILWWW00554-raffarin-veut-un-vote-de-confiance.php
Raffarin veut "un vote de confiance"
AFP
22/03/2010 | Mise à jour : 11:07 Réactions (8)
Jean-Pierre Raffarin (UMP) a demandé aujourd'hui, après la défaite de la majorité aux régionales, que le Premier ministre François Fillon vienne faire "un discours de politique générale" devant le Parlement et qu'il y ait "un vote de confiance" sur les réformes.

Le gouvernement a "des leçons à tirer" du scrutin, a déclaré l'ancien Premier ministre sur Canal+ estimant qu'"il faut faire en sorte maintenant qu'on écoute les Français".
Selon lui, "le discours de la réforme globale est insuffisant" et "il faut des changements concrets pour la vie quotidienne des Françaises et des Français" qui "sont très inquiets" face à la crise. "Il faut leur redonner confiance et pour cela il faut montrer qu'on sait les écouter", a-t-il insisté.

Le sénateur de la Vienne a appelé à "un pacte majoritaire entre le gouvernement et le Parlement, c'est-à-dire le groupe UMP de l'Assemblée et le groupe UMP du Sénat". Il s'agit de décider des réformes "que nous voulons mener dans les 18 mois utiles qui restent avant la prochaine élection présidentielle", a-t-il dit.

"Avec un discours de politique générale du Premier ministre, avec un vote de confiance, il nous faut nous engager sur quelque chose de précis, sur quelque chose de très clair, pas quarante réformes, trois ou quatre grandes réformes pour lesquelles nous sommes soudés" et avec lesquelles "nous voulons des changements concrets pour les Français", a expliqué Jean-Pierre Raffarin.

http://info.france2.fr/elections/regionales-2010/le-feuilleton-d-un-eventuel-remaniement--61988759.html
Le feuilleton d'un éventuel remaniement
 L'Elysée
François Fillon et François Baroin ont été successivement reçus à l'Elysée ce matin
Heure par heure, les informations sur les tractations au lendemain de la défaite de la droite aux régionales.

Les rumeurs se multiplient sur d'éventuels changements dans le gouvernement: François Baroin pourrait remplacer l'actuel ministre du Budget Eric Woerth, cité pour remplacer le ministre du Travail Xavier Darcos battu en Aquitaine.

12h25: Eric Besson, actuel ministre de l'Immigration, a été reçu à l'Elysée, tout comme Martin Hirsch, Haut commissaire aux Solidarités actives.

12h22: Dans certains ministères, comme celui de Patrick Devedjian (Relance), les locataires faisaient leurs cartons, affirme l'AFP.

12h17 : Le président UMP du Sénat, Gérard Larcher, est arrivé à Matignon peu avant midi pour un entretien. Devaient suivre dans l'après-midi Bernard Accoyer, président UMP de l'Assemblée nationale, Jean-François Copé, patron des députés UMP, Gérard Longuet, chef de groupe des sénateurs UMP, et Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP.


11h47: Le président de la République aurait aussi reçu Jean-François Copé.

11h44: Nicolas Sarkozy aurait décidé de se séparer du ministre du Travail Xavier Darcos, lourdement battu aux élections régionales en Aquitaine, déclarent lundi des sources gouvernementales et parlementaires citées par Reuters.

11h26: François Baroin, député-maire UMP de Troyes (Aube), devrait entrer au gouvernement comme ministre du Budget, un poste actuellement occupé par Eric Woerth, a indiqué une source proche de l'UMP, lundi à l'AFP.

10h47: Jean-Pierre Raffarin demande un vote de confiance: l'ancien premier ministre souhaite que François Fillon fasse un discours de politique générale devant l'Assemblée et demande un vote de confiance sur les réformes.

10h20: François Fillon est de retour à Matignon

10h00: François Baroin est reçu à l'Elysée

9h00: François Fillon est reçu à l'Elysée


 

 

 

Le point sur les rumeurs
Convoqué à l'Elysée lundi matin, le Premier ministre François Fillon ne devait pas, selon son entourage, présenter sa démission, et le remaniement ne sera que "technique", a répété dimanche soir Claude Guéant , secrétaire général de l'Elysée, assurant que Nicolas Sarkozy était "décidé à entendre" le message du  scrutin.

Xavier Darcos devrait être le premier membre du gouvernement à faire les frais de la défaite de la majorité aux élections régionales en cédant son poste au ministère du Travail, annonce lundi la radio RTL. Il est censé conduire la réforme des retraites dans les prochaines semaines et c'est Eric Woerth, actuel ministre du Budget, qui le remplacerait pour cette mission à haut risque à moins qu'un poste soit créé spécifiquement pour conduire la réforme des retraites.

C'est François Baroin, maire UMP de Troyes, ancien ministre de l'Intérieur et de l'outre-mer de Chirac, qui reprendrait le Budget.

Ni Xavier Bertrand, secrétaire général de l'UMP, ni Jean-François Copé, président du groupe UMP à l'Assemblée, n'ont cependant confirmé cette information en début de matinée.

Le député villepiniste Georges Tron pourrait faire son entrée au gouvernement, selon une information du monde.fr. Il doit être reçu par le Premier ministre, François Fillon, affirme le site.

Eric Besson, qui a dit dimanche soir avoir sa "part de responsabilité" dans l'échec de la majorité lors des élections régionales, avait déclaré la semaine dernière qu'il souhaitait conserver le ministère de l'Immigration. Mais des rumeurs faisaient état de l'intérêt de Rachida Dati, ancienne Garde Sceaux, pour ce poste.

Le Premier ministre a reconnu dès dimanche que les régionales étaient un "succès pour la gauche" tout en déclarant : "J'assume ma part de responsabilité". "Ce vote, nous devons le respecter", a ajouté François Fillon. Il a ajouté que "le combat pour la croissance et l'emploi" restaient la "priorité absolue du gouvernement". Il a également estimé qu'il "fallait garder le cap pour les élections nationales" et a rappelé les chantiers fixés par le gouvernement", notamment la réforme des retraites.


Nombre de commentaires Diminuer la taille des Textes Augmenter la taille des Textes Imprimer Envoyer à un ami Partager Réagir et voter >>Commentaires (20)
http://www.lefigaro.fr/politique/2010/03/22/01002-20100322ARTFIG00015-sarkozy-maintient-fillon-et-garde-le-cap-.php#xtor=AL-5

Sarkozy maintient Fillon et prépare un remaniement

Mots clés : UMP, régionales 2010, Nicolas Sarkozy De Nagy-bocsa, François Fillon, Jean-françois Copé

Par Charles Jaigu
22/03/2010 | Mise à jour : 08:38 Réactions (227)

Nicolas Sarkozya voté, dimanche,dans le XVIe arrondissement de Paris. Crédits photo : REUTERS
Le chef de l'État va passer toute la journée à consulter les responsables de la majorité pour préparer,très rapidement, un remaniement technique.
 
Que faire ? Dimanche soir, Nicolas Sarkozy a sans aucun doute connu la soirée électorale la plus difficile depuis le début de son quinquennat. Le sauvetage de l'Alsace et la victoire inespérée à la Réunion - la région d'outre-mer la plus peuplée -, auxquels il faut ajouter le basculement possible de la Guyane ont donné un peu d'oxygène au chef de l'État. Néanmoins, le bilan de cette élection reste sombre pour le président, qui doit donc reprendre l'initiative. Il a reçu François Fillon en tête à tête en fin d'après-midi dimanche, puis Xavier Bertrand et Brice Hortefeux. Il a ensuite passé la soirée avec ses collaborateurs. Ce lundi matin, il reçoit le premier ministre à 9 heures «pour faire le point sur le message des Français».

François Fillon ne présentera pas sa démission, comme il est d'usage après une élection perdue. Le chef de l'État juge excessif de «dramatiser» ainsi la défaite de la droite. Dans la journée, il aura un rendez-vous avec les présidents des deux Assemblées et des deux groupes majoritaires - dont Jean-François Copé -, afin d'encadrer au mieux la bronca prévisible des élus inquiets.

«Il s'attendait à ces résultats qui sont décevants. Il avait dit avant les régionales qu'une élection a toujours une signification, un message. Il est décidé à entendre le message», a assuré Claude Guéant, le secrétaire général de l'Élysée.

Quel message ? Pas celui de lever le pied sur les réformes. «Nous n'avons pas entendu dans ce vote que les gens demandaient moins de réformes», insiste l'Élysée, en citant à l'appui un sondage BVA pour Les Échos qui indique qu'une majorité de Français souhaitent le maintien des réformes. Ni celui de mettre fin à l'ouverture. «L'ouverture à gauche, ça ne veut pas dire la fermeture à droite», fait savoir l'entourage présidentiel. Un «remaniement technique» devrait d'ailleurs intervenir dès ce lundi qui marquera le renforcement de la droite au gouvernement. Tout au long de la semaine qui a précédé le premier tour, le chef de l'État a voulu évacuer l'hypothèse d'un remaniement lourd. «Il faut arrêter avec cette instabilité ministérielle où on change les ministres tout le temps», avait-il affirmé le 9 mars dernier.

À l'Élysée, certains ont plaidé ardemment pour une grande lessive de printemps, avec départ de Fillon à la clé. Ils ne voient pas d'autre moyen d'éviter le battage médiatique qui risque de l'affaiblir encore plus dans l'opinion. «Quel que soit le cas de figure, il n'y aura pas de grand remaniement», avait déjà rétorqué samedi à La Croix le secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant, très mécontent des rumeurs qui donnaient François Fillon partant pendant le week-end.


«Les six mois les plus durs du quinquennat» 

Tout au long de la journée, l'Élysée va s'efforcer de doser au mieux ce «petit remaniement», qui devrait être dominé par une ouverture… au centre - dont les voix ont fait défaut à la droite dans ces élections -, et à la droite. «Ce sera un réaménagement peut-être plus important que prévu, mais sans toucher aux ministres régaliens», croyait savoir dimanche une source proche de l'Élysée. «Sarkozy veut toujours  laisser ce gouvernement réformer les retraites, quitte à se carboniser, et, ensuite, faire un grand remaniement, avec du sang neuf, pour aborder 2011  », traduit l'un de ses fidèles. Ce proche prévient déjà que François Fillon devrait recevoir une lettre de mission très précise pour copiloter la réforme des retraites avec Xavier Darcos, ou son successeur, si Nicolas Sarkozy décidait de changer son ministre du Travail pour cause de résultat trop faible en Aquitaine. Une hypothèse qu'écartaient malgré tout plusieurs élus, qui jugeaient «injuste» de sortir des ministres qui sont allés au combat électoral. Un point de vue que le chef de l'État a repris en Conseil des ministres le 10 mars.

Une chose est sûre : l'Élysée se prépare à une conjoncture politique et sociale explosive. «On va connaître les six mois les plus durs du quinquennat  », résume un intime, qui ajoute : «S'il réussit la réforme les retraites, et oublie la ­Rolex et l'Epad, il remontera. Sinon, ce sera une autre histoire.»

LIRE AUSSI

» Large victoire de la gauche, mais pas de Grand Chelem

» Régionales : l'abstention en baisse au second tour, à 49%

» EN IMAGES - La débâcle des ministres candidats

» ANALYSE - «Le sursaut espéré par la droite n'a pas eu lieu»

» VOTRE AVIS - Quelles conclusions tirez-vous des élections régionales ?

Par Le Figaro

 Par Charles Jaigu

Commentaires (227) J'aimeJ'aime (4) Partager Classer


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/22/97001-20100322FILWWW00596-cboutin-veut-un-large-remaniement.php
C.Boutin veut un large remaniement
AFP
22/03/2010 | Mise à jour : 12:10 Réagir
Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD) allié à l'UMP, a souhaité aujourd'hui un large remaniement du gouvernement qui montrerait que "l'alerte" lancée par les électeurs aux régionales a été entendue.

"Il faut répondre rapidement à l'alerte envoyée par les Français et le remaniement du gouvernement fait partie des symboles forts. Il ne faut pas se contenter d'un remaniement technique", affirme Christine Boutin alors que le président Nicolas Sarkozy a entamé ce matin des consultations en vue de modifier le gouvernement.

"Ce sera une manière de montrer très rapidement que le message des Français a été entendu", ajoute l'ancienne ministre du Logement qui affirme incarner "une partie des électeurs de droite qui se sont abstenus".

Selon un responsable de la majorité, Christine Boutin a rendez-vous avec le chef de l'Etat en début de semaine, à la demande de ce dernier.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/22/97001-20100322FILWWW00565-baroin-devrait-etre-ministre-du-budget.php
Baroin pressenti au Budget
AFP
22/03/2010 | Mise à jour : 11:25 Réactions (7)
François Baroin, député-maire UMP de Troyes (Aube), devrait entrer au gouvernement comme ministre du Budget, a indiqué une source proche de l'UMP.

"Le président Nicolas Sarkozy a proposé le Budget à François Baroin qui l'a accepté", a affirmé cette source. L'entrée de ce chiraquien au gouvernement pourrait être de nature à calmer ce courant de l'UMP qui, à commencer par François Baroin lui-même, n'a pas ménagé ses critiques à l'endroit du président Sarkozy.


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/22/97001-20100322FILWWW00583-woerth-pourrait-remplacer-darcos.php
Woerth pourrait remplacer Darcos
AFP/AP
22/03/2010 | Mise à jour : 11:53 Réactions (2)
Après la sévère défaite de la majorité aux régionales, Nicolas Sarkozy a rencontré François Fillon pour préparer un remaniement, tout en excluant un changement de cap dans les réformes réclamé par la première secrétaire du PS Martine Aubry, qui sort renforcée du scrutin.

Selon le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, le chef de l'Etat et son Premier ministre devaient parler du "remaniement technique" du gouvernement. Selon des sources concordantes, L'Elysée et matignon ne seraient pas d'accord sur l'ampleur du remaniement, François Fillon plaidant pour un large mouvement.

A 10h00, François Baroin, député-maire de Troyes, est lui aussi arrivé à l'Elysée pour en repartir une heure plus tard. Ce chiraquien pourrait entrer au gouvernement. Plusieurs sources à l'UMP ont évoqué le poste de ministre du Budget, actuellement détenu par Eric Woerth, qui changerait donc de portefeuille. Eric Woerth remplacerait dans ce cas Xavier Darcos, au Travail.

Dans certains ministères, comme celui de Patrick Devedjian (Relance), les locataires faisaient leur cartons.

Pour le reste, le remaniement concernerait essentiellement des postes de secrétaires d'Etat: parmi les noms fréquemment cités figurent Fadela Amara (politique de la Ville) ou le président de la Gauche moderne, Jean-Marie Bockel (Justice). Le président remplacerait ainsi quelques figures de l'"ouverture" par des ministres de droite, dans l'optique d'apaiser la grogne qui commence à pointer parmi les parlementaires UMP, remontés par l'échec aux élections régionales.

En revanche, selon Claude Guéant, le chef de l'Etat ne reviendra pas sur le principe de sa politique d'ouverture à la gauche, et donc sur la nomination des ex-socialistes Bernard Kouchner (Affaires étrangères) et Eric Besson (Immigration).

http://www.lepost.fr/article/2010/03/22/1998899_remaniement-un-proche-de-villepin-entre-amara-letard-et-darcos-sortent-besson-deplace.html
Remaniement: un villepiniste entre, Amara et Darcos sortent, Besson déplacé?
 remaniement ministériel, Nicolas Sarkozy, François Fillon, Eric Besson, Georges Tron, Fadela Amara
Par La rédaction du Post le 22/03/2010 à 10:56, vu 6135 fois, 26  
Nicolas Sarkozy et François Fillon ont fait "le point" sur le "remaniement technique"ce matin à l'Elysée. Voici ce qui se prépare...


 
Francois Fillon et Nicolas Sarkozy, à Bruxelles, le 11 décembre 2008.
MAXPPP

Que va faire Nicolas Sarkozy? Va-t-il changer quelque chose à l'issue de ce second tour des régionales, qui a vu la gauche confirmer son bon résultat du premier tour puisqu'elle détient désormais 21 régions sur 22 en métropole. De son côté, la droite a sauvé la face, puisque si elle perd la Corse, elle garde l'Alsace et prend La Réunion et la Guyane.

En tout cas, la majorité a changé de ton dimanche soir par rapport au soir du premier tour, reconnaissant cette fois-ci la défaite.

1. Renforcement de la droite au gouvernement?

"Nicolas Sarkozy est décidé à entendre le message des Français", selon le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant. Le même assurait samedi à La Croix qu'il y aura un remaniement... mais à minima. "Ce sera un remaniement modeste, technique". Ce "remaniement technique", qui devrait d'ailleurs intervenir dès ce lundi, marquera le renforcement de la droite au gouvernement, avec une ouverture au centre, selon Le Figaro.

Nicolas Sarkozy a reçu François Fillon ce lundi à 9h pour "faire le point" sur le "remaniement technique". La discussion entre les deux hommes a duré environ une heure vingt. Le Premier ministre est revenu à Matignon lundi en milieu de matinée.

Dimanche, Nicolas Sarkozy avait déjà reçu François Fillon en tête à tête en fin d'après-midi, puis Xavier Bertrand et Brice Hortefeux. Avant de passer la soirée avec ses collaborateurs, indique Le Figaro.


2. Ce qui se prépare...

Georges Tron pressenti
Selon Le Monde, les négociations pour le remaniement ont déjà commencé. Le quotidien affirme que dimanche en fin de soirée, François Fillon souhaitait faire entrer le député villepiniste Georges Tron au gouvernement. Une manière d'affaiblir le clan de Dominique de Villepin -qui devrait annoncer, jeudi, la création "d'un mouvement au service des Français"- après avoir déjà recruté son ex-directeur de cabinet Bruno Le Maire au gouvernement.

Fadela Amara, Valérie Létard et Xavier Darcos out?
François Fillon souhaiterait faire sortir du gouvernement Fadela Amara, la secrétaire d'Etat chargée de la politique de la ville, ainsi que Valérie Létard, la secrétaire d'Etat chargée des économies vertes, auprès de Jean-Louis Borloo, toujours selon Le Monde. Après sa lourde défaite en Aquitaine, le ministre des affaires sociales, Xavier Darcos, est aussi "sur la sellette", d'après le quotidien. Il pourrait être remplacé par Eric Woerth, actuellement ministre du Budget.

Eric Besson déplacé?
Le ministre de l'identité nationale, à qui on a reproché d'avoir fait le jeu du FN aux régionales, a reconnu sa part de responsabilité dans la défaite de la majorité hier. "L'idée de le déplacer à un ministère moins exposé est envisagée", selon Le Monde.

Fillon reste en place
De son côté, même s'il a déclaré dimanche soir qu'il allait évoquer lundi avec le chef de l'Etat sa "part de responsabilité" dans la défaite, François Fillon ne devrait pas présenter sa démission, selon l'Elysée.
 



3. "Sarkozy veut laisser ce gouvernement réformer les retraites"

Comme Nicolas Sarkozy ne souhaiterait pas lever le pied sur les réformes, le chef de l'Etat pourrait être tenté de garder son gouvernement pour mener à bien la réforme des retraites, avant de le changer pour préparer l'élection de 2012.

"Sarkozy veut toujours laisser ce gouvernement réformer les retraites, quitte à se carboniser, et, ensuite, faire un grand remaniement, avec du sang neuf, pour aborder 2011", a confié l'un de ses fidèles au Figaro.

Pourtant, selon un sondage CSA publié dans la nuit de dimanche à lundi, un tiers des Français voudrait que le chef de l'Etat "ralentisse le rythme des réformes" et une majorité (54%) qu'il adopte "un style plus présidentiel".


Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler? Ecrivez à politique@lepost.fr avec votre correction et en indiquant l'url du post.

(Sources: Le Monde.fr, Le Figaro.fr, L'Express.fr, Liberation.fr)

A lire sur LePost.fr:
- Rouste aux régionales: exit Xavier Darcos?
- Sarkozy va-t-il (vraiment) changer quelque chose?
- Remaniement: et si Sarkozy nous collait une bonne droite?
- Remaniement: s'il a lieu, à quoi va-t-il servir?
- NKM à la Santé, Lagarde au Quai d'Orsay? Ça jase sur le remaniement

  
Par La rédaction du Post

http://www.lepost.fr/article/2010/03/18/1993481_nkm-a-la-sante-lagarde-au-quai-d-orsay-ca-jase-sur-le-remaniement.html
NKM à la Santé, Lagarde au Quai d'Orsay? Ça jase sur le remaniement
 remaniement ministériel, élections régionales, Christine Lagarde, Nathalie Kosciusko-Morizet, Frédéric Lefebvre, Fadela Amara
Par Aude Baron de La rédaction du Post le 18/03/2010 à 12:56, vu 8128 fois, 14  

Va-t-on assister à un jeu de chaises musicales après le second tour des régionales ? Dans les couloirs de l'Elysée et des ministères, il se murmure que Nicolas Sarkozy pourrait opérer à "quelques adaptations gouvernementales", comme le souligne LeMonde.fr.

Le chef de l'Etat sera obligé de s'y coller "si la pression est trop forte", estime un responsable de l'IFOP cité par LeMonde.fr.

Même son de cloche dans les coulisses de l'UMP. "Je connais mon Sarko. Il n'écoute rien quand il est dans le combat, mais il entend", confie au Nouvel Obs un "hiérarque de l'UMP".

Kouchner viré, Lagarde aux Affaires étrangères ?

Bernard Kouchner "pourrait faire les frais d'une Bérézina électorale et céder les Affaires étrangères à sa collègue de l'Economie", selon l'agence de presse Reuters, citée par LeMonde.fr.

 De son côté, Christine Lagarde rêverait de gérer les Affaires étrangères, selon la même source.

Toutefois, il convient de prendre cette rumeur avec des pincettes, car elle "serait alimentée par des diplomates qui ne supportent plus leur ministre" d'un côté, et par l'envie de Lagarde de déménager au Quai d'Orsay, précise encore Reuters.





NKM à la Santé ou La Défense ?

Autre victime potentielle d'un éventuel remaniement, Roselyne Bachelot. L'actuelle ministre de la Santé pourrait faire les frais de sa gestion de la grippe A.

Elle "devrait rester au gouvernement, mais changer d'affectation", selon LeFigaro.fr. Et le site du quotidien d'ajouter que l'actuelle secrétaire d'Etat à l'Economie numérique, Nathalie Kosciusko-Morizet, pourrait la remplacer.

Une information confirmée par Le Point, en témoigne ce message publié sur Twitter par Charlotte Chaffanjon, journaliste à l'hebdo :





Interpellée par des internautes, la journaliste insiste : "C'est sérieux... Mais fort de son expérience, Lefebvre l'a invitée à attendre le remaniement."

La Santé n'est pas complètement étrangère à la "geekette" du gouvernement puisque NKM a été présidente du groupe parlementaire santé et environnement en 2002.





Toutefois, d'autres bruits de couloir la pressentent au ministère de la Défense. La secrétaire d'Etat "s'intéresse de près à ce portefeuille", affirmait début mars le bon blog Secret Défense.

Fadela Amara éjectée ?

Tout comme Roselyne Bachelot, la secrétaire d'Etat à la Ville serait "dans le collimateur", croit savoir Reuters, citée par LeMonde.fr.

Fadela Amara pourrait tout bonnement être exclue du gouvernement, selon Le Canard Enchaîné. Elle pourrait atterrir à la tête de la Halde, poursuit l'hebdo satirique. Une information également relayée par l'agence de presse Reuters.


Rappelons que l'ancien socialiste Malek Boutih est lui aussi en bonne position pour s'emparer du poste.

Ouverture : stop ou encore ?

Fadela Amara et Bernard Kouchner seraient sur la sellette, mais selon un responsable de l'UMP, les virer serait une très mauvaise idée, soulignant que ça n'aurait "aucun sens".

Dans les rangs de l'UMP, ça grogne contre la politique d'ouverture de Nicolas Sarkozy, qui serait allé trop loin.



Rendez-vous la semaine prochaine pour lever le suspense.


Une information, un témoignage sur cette histoire ? Une faute d'orthographe, une erreur à signaler? Ecrivez à web@lepost.fr avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du post


(Sources: LeMonde.fr, LeFigaro.fr, Wikipédia NKM, Secret Défense, Le Canard Enchaîné)

A lire sur LePost.fr:
- Mauvais scores de l'UMP: des ministres sur un siège éjectable?
- Vous espériez du changement après les régionales? C'est mort!
- Fillon: "Ma démission? Ce sera pas très longtemps avant les échéances de 2012"


A lire sur le web :
- Benoit Hamon sceptique sur l'efficacité d'un remaniement (LeFigaro.fr)

  
Par Aude Baron de La rédaction du Post (1523

http://www.lemonde.fr/depeches/?seq_id=3208&cont_dep_id=37&dep_id=41968954#

La pression des régionales s'accumule sur Nicolas Sarkozy
Reuters | 17.03.10 | 22h40

par Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy ne pourra pas faire comme s'il ne s'était rien passé, après le second tour des élections régionales dimanche, mais un remaniement ministériel risque de ne pas suffire, estiment des analystes politiques.

Officiellement, l'Elysée renvoie à l'interview que le président de la République a accordée la semaine dernière, trois jours avant le premier tour, qui s'est soldé par une abstention record et une poussée de la gauche au détriment de l'UMP.

Le chef de l'Etat avait alors de nouveau exclu un impact national de ce scrutin régional et écarté un fort remaniement ministériel, à "quelques adaptations gouvernementales" près.

Mais pour Frédéric Dabi, directeur du département opinion publique de l'institut Ifop, "si la pression est trop forte, si la sanction est trop écrasante, le président ne pourra pas ne pas en tenir compte" et un remaniement important s'imposera.

Il cite le précédent de François Mitterrand, qui avait sacrifié son Premier ministre Edith Cresson après une déroute de la gauche en 1992, bien qu'il lui ait renouvelé sa confiance.

Pour François Miquet-Marty, directeur de l'institut Viavoice, cependant, si un remaniement peut être souhaitable, "il ne suffira pas, surtout s'il est superficiel".

Même un remaniement plus profond ne répondrait pas à la question posée, estime cet analyste, car c'est l'image même de Nicolas Sarkozy qui est selon lui atteinte.

"C'est moins un remodelage de l'exécutif qu'une vision nouvelle qui s'impose, c'est ce qu'attendent les électeurs UMP", souligne François Miquet-Marty.

En attendant, le jeu des pronostics postélectoraux agite de nouveau le petit monde médiatico-politique.

Tout y est propice: que Nicolas Sarkozy reçoive mercredi le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, avec qui il n'a pas la réputation de s'entendre, et voilà lancée l'idée qu'il a offert un maroquin à Jean-François Copé - lequel ne paraît pourtant pas pressé de renoncer à sa liberté de parole.

Il se murmure que Bernard Kouchner, icône du "strabisme à gauche" reproché à Nicolas Sarkozy par des élus UMP, pourrait faire les frais d'une Bérézina électorale et céder les Affaires étrangères à sa collègue de l'Economie, Christine Lagarde.

Mais cette rumeur serait alimentée par des diplomates qui ne supportent plus leur ministre et par le fait que la locataire de Bercy n'a jamais caché que le Quai d'Orsay la faisait rêver, dit-on de source gouvernementale.

TÊTE-À-TÊTE AVEC BERTRAND

"Si à l'issue d'élections régionales, la conclusion de Nicolas Sarkozy c'est de virer les ministres d'ouverture, ça n'a aucun sens", estime pour sa part un responsable de l'UMP.

D'autres ministres sont, dit-on sans le moindre début de confirmation, dans le collimateur, comme Roselyne Bachelot, pour cause de gestion erratique de la grippe A, ou la secrétaire d'Etat Fadela Amara, qui pourrait être recasée à la tête de la Haute autorité pour la lutte contre les discriminations (Halde).

A l'UMP, c'est le secrétaire général, Xavier Bertrand, homme de confiance de Nicolas Sarkozy, qui est la cible des critiques.

Le chef de l'Etat l'a invité mercredi à déjeuner en tête-à-tête pour lui manifester son "amitié" et son "soutien", dit-on de source proche de la direction de l'UMP.

Il s'apprêterait cependant à l'encadrer plus étroitement en renforçant le rôle de deux de ses proches à la direction du parti, le ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux et le secrétaire d'Etat aux Collectivités territoriales Alain Marleix.

"L'idée est de bétonner la commission des investitures de l'UMP pour calmer les ardeurs et les frondeurs", explique un responsable de la majorité.

Selon une source gouvernementale, Xavier Bertrand ferait pour sa part campagne pour tenter de revenir au gouvernement.

Mais remanier en profondeur le gouvernement après les régionales, en se reniant au passage, reviendrait pour Nicolas Sarkozy à griller prématurément une de ses principales cartouches à deux ans de la présidentielle de 2012.

Il suffirait au demeurant que la catastrophe ne soit pas dimanche celle annoncée par la gauche et les sondages - par exemple que l'UMP garde l'Alsace et gagne la Guyane - pour que la pression se fasse moins forte.

"Le président de la République pourrait alors rester sur sa ligne (pas de conséquences nationales)", explique un cadre UMP.

Un espoir tempéré par une autre source proche de la direction du parti présidentiel. "Ce n'est pas le nombre de régions qu'il faut regarder mais le score gauche-droite", explique cette source. "A 60-40 pour la gauche, les élus UMP commencent vraiment à se poser des questions."

Avec Sophie Louet et Service France, édité par Yves Clarisse



http://www.lemonde.fr/depeches/?seq_id=3208&cont_dep_id=38&dep_id=42000130#top

François Fillon à l'Elysée pour préparer un remaniement
Reuters | 22.03.10 | 09h50

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy a reçu lundi matin le chef du gouvernement, François Fillon, pour tirer les leçons des élections régionales et préparer un remaniement.

Xavier Darcos, battu lourdement mais sans surprise en Aquitaine, paraît l'un des ministres les plus menacés, alors qu'il est censé conduire la réforme des retraites dans les prochaines semaines, selon des sources gouvernementales.

Le nom de l'actuel ministre du Budget, Eric Woerth, est cité pour remplacer, le cas échéant, son collègue chargé du Travail dans cette mission à haut risque. A moins qu'un poste soit créé spécifiquement pour la réforme des retraites.

Si cela se confirmait, le remaniement serait plus que l'ajustement "modeste" et "technique" annoncé ce week-end par le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant.

Le chef du gouvernement est arrivé à 9h00 au Palais de l'Elysée. Selon son entourage, il n'était pas prévu qu'il présente sa démission, même pour la forme.

Le second tour des élections régionales s'est soldé dimanche par une défaite de la droite, qui ne préside plus qu'une région métropolitaine, l'Alsace, à laquelle s'ajoutent, outre-mer, la Guyane, grâce à un transfuge de la gauche, et La Réunion.

Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse





Partager cet article

Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).