Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 06:24

(dépêches)

 

 

Et vous, êtes-vous tenté par l'ENA ?

 


http://www.rue89.com/2010/05/05/fonction-publique-le-concours-de-lena-souvre-aux-seniors-150165

A débattre
Fonction publique : le concours de l'ENA s'ouvre aux seniors
Par David Servenay | Rue89 | 05/05/2010 | 10H55
Partager:Changer mon statut sur 'Twitter'Partager sur 'Facebook'Partager sur 'del.icio.us'Partager sur 'Reddit'Partager sur 'Digg'Partager sur 'Blogmarks'Partager sur 'LinkedIn'Partager sur 'Viadeo'Partager sur 'Netvibes'Partager sur 'Google'Changer mon statut sur 'HelloTxt'Buzzer !sur Yahoo!


Quand j'ai parlé de ce sujet à mon rédacteur en chef, j'ai vu une petite lueur d'envie dans son regard. Ah, la tentation du pouvoir ! Et il a raison, quelques journalistes ont réussi le prestigieux concours de l'Ecole nationale d'administration (ENA) qui, pour la première fois, s'ouvre à tous les candidats, même les plus âgés (Pascal Riché, mon rédacteur en chef, est encore très jeune).

Jusqu'en 2010, il ne fallait pas avoir plus de 40 ans pour prétendre à l'Ecole du pouvoir de la République. Même pour les candidats du troisième concours, ceux qui peuvent arguer d'une expérience professionnelle d'au moins huit ans ou d'un mandat d'élu.

Pour la première fois de son histoire, l'ENA va donc intégrer des seniors. Un point mis en avant dans la traditionnelle annonce que l'école publie dans la presse pour indiquer les dates d'inscription au concours. (Voir photo ci-dessus)

L'été dernier, le 3 août 2009, un article de loi a discrètement supprimé les limites d'âge pour les concours de la fonction publique, à l'exception de certains emplois à caractère physique (policier, pompier, surveillant de l'administration pénitentiaire, etc).

Les statistiques indiquent un rajeunissement des recrues
En temps de crise, la fonction publique continue de susciter des vocations. Et ce, d'autant plus que l'ENA recrute en ayant le choix : en moyenne, une place pour dix candidats. Dans l'esprit du législateur, l'enjeu autour de la limite d'âge est bien d'ouvrir la fonction publique :

aux seniors,
à des profils plus atypiques,
et d'accompagner le vieillissement de la population active.
En sachant que les énarques coûtent cher à l'Etat, puisque les élèves sont payés. Ils doivent d'ailleurs au minimum dix ans de service public en sortant de l'école.

Cette nouvelle règle sur l'absence de limite d'âge est aussi valable pour les instituts régionaux d'administration (IRA) et autres formations publiques d'une durée supérieure ou égale à deux ans. L'école des hauts fonctionnaires confirme que les dernières promotions s'ouvrent par le biais du troisième concours : médecin, journaliste, banquier, et même un ancien de chez McDonald, ont rejoint les bancs de l'école à Strasbourg.

Paradoxalement, les dernières statistiques disponibles font état d'un rajeunissement continu des recrues. De 44 ans en 2001, les admis de la « troisième voie » sont passés à 34 ans d'âge moyen en 2007. Une population où les candidats sont finalement peu nombreux : 115 inscrits, 76 présents à la première épreuve pour 8 places offertes pour le dernier concours 2009. Un bon 10% de sélection, dans la norme des grandes écoles.

Au passage, il faut savoir que la direction de l'école n'a eu aucune prise sur le nombre de places offertes en 2009 :

40 pour le concours externe (celui des étudiants),
32 pour le concours interne (pour les fonctionnaires),
8 pour le troisième concours.
Chaque année, c'est un arrêté du gouvernement qui détermine cette répartition, assez fixe depuis une décennie. Nouveauté pour 2010, l'ENA suit les traces de Sciences Po en ouvrant une classe préparatoire « égalité des chances ». Clôture des inscriptions : le 17 mai.

Photo : une annonce pour le concours de l'ENA dans le journal (Audrey Cerdan/Rue89)

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89
► Peck : « Si on veut parler du pouvoir, il faut passer par l'ENA »
Ailleurs sur le Web
► Les statistiques du concours de l'ENA
► Le FAQ de l'ENA
Partager:Changer mon statut sur 'Twitter'Partager sur 'Facebook'Partager sur 'del.icio.us'Partager sur 'Reddit'Partager sur 'Digg'Partager sur 'Blogmarks'Partager sur 'LinkedIn'Partager sur 'Viadeo'Partager sur 'Netvibes'Partager sur 'Google'Changer mon statut sur 'HelloTxt'Buzzer !sur Yahoo!
fonctionnaires seniors
7819 visites Version imprimable

3
 
De fdrebin
Dilettante doué | 11H13 | 05/05/2010 | 
"En sachant que les énarques coûtent cher à l'Etat, puisque les élèves sont payés"

Les énarques coûtent chers? Un élève issu du troisième concours touche 2 138,05 € nets / mois!

Un cadre supérieur à ce prix là, ça ferait envie à bien des boîtes privées...

http://www.ena.eu/index.php?page=formation/initiale/statut

Quant à la classe prépa "égalité des chances" de l'ENA, elle n'a rien à voir avec le système mis en place à l'IEP de Paris.

Pour l'ENA, il s'agit d'une classe préparatoire au même concours que les autres candidats et située au sein même de l'ENA alors qu'à l'IEP de Paris, il s'agit de préparer un concours d'entrée dérogatoire au sein des lycées de ZEP ayant passé une convention.

http://www.letudiant.fr/etudes/iep/reussir-son-entree-a-sciences-po-1164...
5 votesvoir le commentaire dans son contexte

 
De fdrebin
Dilettante doué | 12H19 | 05/05/2010 | 
Ok...

Dans l'enseignement supérieur, on suit une formation avec "des profs des tables, des chaises et tout ... " comme tu dis, et on obtient un diplôme. A l'ENA c'est différent puisqu'il s'agit d'une école d'application suite à concours de recrutement et non une école qui délivrerait un diplôme.

Pour entrer à l'ENA, il faut passer un concours très difficile qui donne accès au statut de fonctionnaire et qui marque le début de la carrière. S'il y a début de carrière, il y a versement d'un salaire, logique, non?

La première année de la carrière (ou les deux premières années dans le cas des élèves de l'ENA) de tout fonctionnaire est une année dite de "stage" à l'issue de laquelle le fonctionnaire est titularisé ou licencié. C'est tout le sens du classement de sortie de l'ENA ou des autres écoles d'application, chaque années des élèves ne sont pas titularisés.

L'objectif de l'ENA et des autres écoles d'application (je suis moi même ancien élève de l'IRA de Lille), c'est d'harmoniser les parcours des fonctionnaires recrutés par le concours et qui ont des origines très diverses (étudiants, anciens du privé, fonctionnaires de niveaux inférieurs). Apprendre la rédaction administrative, la gestion publique, la comptabilité... apprendre à être un de mes futurs patrons, oui, ça nécessite une formation spécifique.

On pourrait parfaitement imaginer que ce type de formation soit donnée dans l'enseignement supérieur avec des concours spécifiques à chaque ministère piur recruter les cadres supérieurs. C'est ce qui existait avant 1945. L'ENA a été conçue pour que les fonctionnaires de tous les ministères aient le même commencement de carrière et reçoivent une culture professionnelle commune.

Dernière chose, je suis fonctionnaire titulaire et je pourrais décider de passer le concours interne de l'ENA pour faire progresser ma carrière. Si on suivait ta logique, je devrais renoncer à tout salaire sous prétexte que j'irais dans une "école"?

D'ailleurs, si je devenais énarque, je devrais renoncer à un tiers de mon salaire pendant deux ans juste pour progresser d'un rang dans la carrière...
12 votesvoir le commentaire dans son contexte

 
De fdrebin
Dilettante doué | 13H07 | 05/05/2010 | 
Article incomplet plutôt.

Lorsqu'elle existait encore, la limite d'âge pouvait être repoussée en y ajoutant :
- la durée du service militaire ou de l'engagement comme militaire de carrière
- un report de 5 ans pour les anciens sportifs de haut niveau
- un an par enfant ou adulte handicapé à charge

Dernier point, la limite d'âge n'était pas opposable aux mères de trois enfants et plus ainsi qu'aux personnes handicapées.

http://www.rue89.com/tele89/2008/07/15/peck-si-on-veut-parler-du-pouvoir-il-faut-passer-par-lena
Peck : « Si on veut parler du pouvoir, il faut passer par l'ENA »
Par Olivier de Bruyn | Journaliste | 15/07/2008 | 17H28
Partager:Changer mon statut sur 'Twitter'Partager sur 'Facebook'Partager sur 'del.icio.us'Partager sur 'Reddit'Partager sur 'Digg'Partager sur 'Blogmarks'Partager sur 'LinkedIn'Partager sur 'Viadeo'Partager sur 'Netvibes'Partager sur 'Google'Changer mon statut sur 'HelloTxt'Buzzer !sur Yahoo!
(De nos archives) Les (premières) années Mitterrand et les illusions perdues. Une grande école de la République (l'ENA) avec ses codes et ses ambitions. Une promotion dorée où s'illustrèrent Royal, Hollande et Villepin… Sur le tournage de « L'Ecole du pouvoir », téléfilm ambitieux de Raoul Peck, les ambiguïtés d'une époque sont passées au crible.

Paris, un jour de printemps. A deux pas de musée d'Orsay, une maison bourgeoise (forcément bourgeoise) du VIIe arrondissement est transformée en plateau de tournage. Une équipe de techniciens s'y affaire depuis les premières heures de la matinée, et installe câbles, caméras, écrans de contrôle…

La journée de travail sera consacrée à une scène intimiste, où l'équipe se faufilera dans les couloirs exigus d'un appartement provisoirement abandonné par ses habitants. Puis à une séquence en extérieur, où une trentaine de figurants donneront l'illusion d'une foule en liesse. Les assistants gèrent un planning serré (à peine deux mois de travail pour trois heures de film).

L'époque : les derniers feux du giscardsme, l'élection de Mitterrand

Un tournage comme les autres ? Pas vraiment. Produit par et pour la télévision (Canal + et Arte), « L'Ecole du pouvoir » relève du projet atypique, ambitieux, potentiellement polémique. Le sujet : la promotion Voltaire de l'ENA, où s'illustrèrent, entre autres, de jeunes inconnus qui n'allaient pas le rester longtemps.

Parmi eux, Ségolène Royal, Dominique de Villepin, François Hollande, Frédérique Bredin… L'époque : les derniers feux du giscardisme, l'arrivée au pouvoir de la gauche, l'élection de François Mitterrand et la croyance collective en des lendemains qui chantent plus juste.

Le téléfilm, divisé en deux parties de une heure et demie (diffusion les lundi 19 et 26 janvier sur Canal+), dessine le portrait d'une génération en son temps, avec ses espoirs bientôt rongés par les biens connus principes de réalité.

En fil rouge : la radiographie d'une « grande école » de la République, le jeu inévitable de l'ambition et du pouvoir, l'analyse du formatage « inévitable » des « élites ». Derrière la caméra : Raoul Peck, ex-ministre de la Culture dans son pays natal (Haïti). Un cinéaste expert dans les fictions aux prises avec les tumultes du monde (« L'Homme sur les quais », « Lumumba » ou « Sometimes in April », sur le Rwanda).

L'intrigue mêle fiction et faits réels

Initialement, le film aurait dû être réalisé par l'Anglais Peter Kosminsky, auteur, entre autres, des « Années Blair ». Des problèmes insolubles de planning en ont décidé autrement. Et les producteurs de « L'Ecole du pouvoir » (Hervé Chabalier et Claude Chelli, de Capa) ont finalement confié le film à Raoul Peck, dont les compétences pour ce genre de projets, vu sa filmo, ne font évidemment aucun doute. (Voir la vidéo.)







Fiction ou pas ? Personnages authentiques ou non ? Acteurs pastichant leurs prestigieux modèles ou refusant le mimétisme ? Depuis le début de la matinée, l'équipe de tournage, échaudée par un papier publié le week-end précédent dans les colonnes du « Figaro », insiste trois fois plutôt qu'une.

Oui, le téléfilm s'inspire en partie d'événements réels. Oui, son scénario repose, en amont, sur un volumineux travail d'enquête auprès des membres des différentes promotions de l'ENA. Oui, on reconnaîtra ici ou là des caractéristiques rappelant telle ou telle personnalité.

Pourtant, assène-t-on aux journalistes en visite, « L'Ecole du pouvoir » relève à 100% de la catégorie « fiction » et ne cherche en aucun cas à coller aux basques du « vérisme » ou, pire encore, de l'anecdote people. Le dessein du film ? Plus universel, confie Raoul Peck. (Voir la vidéo.)







Pour mener à bien son projet, le metteur en scène a dû résoudre un problème plus épineux que les autres : celui du casting. L'ampleur du téléfilm et son ambition ne laissaient personne indifférent dans le milieu des jeunes comédiens du cinéma français. Beaucoup de (prestigieuses) candidatures spontanées, donc.

Oui, mais voilà : fidèle à ses habitudes et à son exigence, Peck ne cherchait pas des « noms », mais des acteurs, des vrais, susceptibles d'incarner les contradictions de leur personnage respectif. Résultat : pas de recrutement sur CV, mais des essais pour tout le monde.

A l'arrivée, une distribution composée de comédiens passionnés par les thèmes du film et la « méthode » Peck. Parmi eux, Robinson Stévenin, Thibault Vinçon (« Les Amitiés maléfiques », d'Emmanuel Bourdieu), Céline Sallette (« Le Grand Alibi », de Pascal Bonitzer) ou Elodie Navarre. Pour les jeunes acteurs, ce tournage ne ressemble visiblement à aucun autre. (Voir la vidéo.)







Milieu d'après-midi. A toute allure, les techniciens abandonnent l'appartement confiné où l'on tourne depuis le matin. Destination : le coin de la rue, où il s'agit, en un minimum de temps, de reconstituer un des moments clés de la mythologie mitterrandienne, la visite au Panthéon, le 21 mai 1981.

Relookés selon les critères de l'époque, les comédiens s'agglutinent avec les figurants derrière des barrières de sécurité. Circulation (plus ou moins) bloquée dans la rue. Mise en place rapide. Peck enchaîne quelques prises.

Une heure plus tard, la scène est dans la boîte, comme on dit. Le cinéaste et ses acteurs enchaînent avec les préparatifs pour les séquences du lendemain. Encore des histoires de pouvoir, de désillusion et de politique… Attente fébrile de découvrir le résultat sur un écran, même petit.

Vidéos : David Servenay

► L'Ecole du pouvoir De Raoul Peck - avec Robinson Stévenin, Elodie Navarre, Céline Sallette, Thibault Vinçon, Valentin Merlet, Emilie Deville… - les lundis 19 et 26 janvier à 20h50 sur Canal+.

Partager:Changer mon statut sur 'Twitter'Partager sur 'Facebook'Partager sur 'del.icio.us'Partager sur 'Reddit'Partager sur 'Digg'Partager sur 'Blogmarks'Partager sur 'LinkedIn'Partager sur 'Viadeo'Partager sur 'Netvibes'Partager sur 'Google'Changer mon statut sur 'HelloTxt'Buzzer !sur Yahoo!
Ena peck télé
18065 visites Version imprimable 18 votes
Annonces Google
Mutuelle pour Séniors
La meilleure mutuelle au meilleur prix: comparez 200 contrats en 5s !
www.Mutuelle-Conseil.com
Ecole de Cinema
Devenez Realisateur Monteur Formations audiovisuelles
www.acfamultimedia.com
3IS Image et Son
Ecole des professionnels du cinéma Admissions directes en 3e année
www.3is.fr
3
 
De nemo3637
Déchoukeur | 14H40 | 19/01/2009 | 
L'ENA a représenté à un moment donné le vivier nécessaire au recrutement de l'élite. Mais cette insitution a été victime d'une dérive bureaucratique emblématique du système étatiste français.
En France pour être introduit il faut avoir parcouru un tracé de carrière donné et pas autre chose, avoir des diplomes et pas forcément des compétences avérées. Cette sclérose de l'Etat finit par créer une aristocratie inefficace et inutile.
Ceux qui combattent l'Etat et le capitalisme ne peuvent qu'en tirer argument et se réjouir de cette dégénérescence.
9 votesvoir le commentaire dans son contexte

 
De Numerosix
Prisonnier dans le village global | 16H17 | 19/01/2009 | 
Moi , j » avais tendance à critiquer les enarques , comme tout le monde , mais depuis l'avenement de Sarkozy et ses ministres dont beaucoup n » ont pas fait l » ENA , je pense malheureusement que les non -enarques au pouvoir, c'est encore bien pire que les enarques .
11 votesvoir le commentaire dans son contexte

 
De iconoclaste07
chargé d'etudes stats | 17H50 | 19/01/2009 | 
L'ENA n'a jamais été mise en place pour sélectionner une élite mais pour lui donner une légitimité républicaine . L'élite n'a jamais eu besoin d'une école pour se reproduire. L'élitisme républicain est une vaste blague non pas à gogos mais à la classe moyenne « inférieure » pour qu'elle ne puisse pas se réclamer de cette élite. Cela s'est fait à un moment où on ouvrait les universités aux méritants et où il fallait fermer l'accès aux postes les plus élevés de la société à cette nouvelle classe moyenne . La légitimité a été donnée par la réussite au concours. Mais tout le monde connaît la manière dont se déroule le grand-oral qui sort de toutes les règles des concours administratifs. Il n'y a pas d'anonymat. Ce qui permet tout les passe-droits. C'est plus la « distinction “ chère à Bourdieu que les véritables capacités que l'on apprécie.


http://www.ena.fr/index.php?page=formation/initiale/concours/statistiques

Statistiques concours
 

Pour l'année 2009, le nombre d’inscrits aux 3 concours était de 1352 pour un total de 80 places offertes.

Répartition par concours du nombre de candidats et des places offertes en 2009

Concours Inscrits Présents à la 1ère épreuve Présents à la dernière épreuve Places offertes
Externe 838 543 529 40
Interne 399 311 301 32
3ème 115 76 72 8
Total 1352 930 902 80

Pour l'année 2008, le nombre d’inscrits aux 3 concours était de 1388 pour un total de 80 places offertes.

Répartition par concours du nombre de candidats et des places offertes en 2008

Concours Inscrits Présents à la 1ère épreuve Présents à la dernière épreuve Places offertes Admissibles
Externe 865 553 529 40 80
Interne 424 311 302 32 64
3ème 99 70 69 8 19
Total 1388 934 900 80 163

Pour l'année 2007, le nombre d’inscrits aux 3 concours était de 1588 pour un total de 80 places offertes. Le taux de sélectivité a donc été de 1/15 pour le concours externe, 1/10 pour le concours interne et 1/10 pour le troisième concours.

Répartition par concours du nombre de candidats et des places offertes en 2007

Concours

Inscrits

Présents à la 1ère épreuve

Places offertes

Externe

981

609

40

Interne

479

332

32

3ème

128

85

8

Total

1588

1026

80

Répartition du taux de féminisation en 2007

Concours

Admissible

Admis

Externe

44,44 %

41,46 %

Interne

27,69 %

35,48 %

3ème

6,25 %

12,50 %

Evolution de la moyenne d'âge des admis en 2007

Concours

Externe

Interne

3ème

2001

25

34

44

2002

24

34

38

2003

23

33

36

2004

23

32

36

2005

24

32

36

2006

24

33

37

2007

24

32

34

- ENA, Direction de la formation - Service du recrutement et des évaluations -



http://www.ena.fr/index.php?page=formation/initiale/concours/questions
 Concours d'entrée > Réponses aux questions fréquentes (FAQ) 
Réponses aux questions fréquentes (FAQ)
 
> Conditions de diplômes, Calcul de l’ancienneté, Limite d’âge, Dossiers d’inscription, Décompte des participations, Affectations dans les centres de préparation, Cycle accéléré, Rémunération, Situation administrative, Rentrée, Logement.
Conditions de diplômes
Quels sont les conditions de diplôme donnant accès au concours externe de l’ENA ?


être titulaire d'un diplôme national sanctionnant au moins trois années d'études supérieures (art. 9 du décret n°2002-50 du 10 janvier 2002). Sont également admis à concourir les candidats qui justifient de qualifications au moins équivalentes attestés :
1° Par un diplôme ou un autre titre de formation délivré en France, dans un autre Etat membre de la Communauté européenne ou dans un autre Etat partie à l'accord sur l'Espace économique européen ;
2° Par tout autre diplôme ou titre sanctionnant une formation ou par toute attestation prouvant que le candidat a accompli avec succès un cycle d'études au moins équivalent à celui sanctionné par le diplôme requis (art.1 du décret n°2007-196 du 13/02/2007)
Les 3 concours d’entrée à l’ENA sont accessibles aux ressortissants de l’Union Européenne depuis 2004. Une commission ad hoc peut statuer sur le niveau d’équivalence des diplômes délivrés dans l’Union européenne ou à l’étranger.
Les candidats des pays situés hors de l’Union Européenne ne peuvent pas se présenter au concours d’entrée à l’ENA. Ils peuvent passer les tests de sélection pour l’entrée aux cycles internationaux. (en savoir plus : contacter l’ambassade de France).
Comment déterminer la catégorie de cycle préparatoire (1ère catégorie, 2eme catégorie) auquel je dois me présenter?

Les personnes titulaires d'un diplôme national sanctionnant au moins trois années d'études supérieures et figurant sur une liste établie par arrêté du ministre chargé de la fonction publique cochent 1ère catégorie sur leur dossier d'inscription.
Les personnes non titulaires d'un diplôme sanctionnant trois années d'études supérieures cochent la 2ème catégorie sur leur dossier (exemple : DEUG ; BTS ; DUT ...)
Les personnes sans diplôme cochent la 2ème catégorie sur leur dossier d’inscription.
Calcul de l'ancienneté
Comment calculer les 4 années de service effectif permettant de se présenter au concours interne et au cycle préparatoire au concours interne ?

Une année de stage ne compte pas dans le calcul des années d’ancienneté (par exemple l’année de stage effectuée dans le cadre des Institut régionaux d’administration, de l’Ecole du Trésor public, de l’Ecole des greffes, etc).
Les années d’allocataires de recherche (Thèse à l’Université) sont prises en compte.
Après réussite au concours de l’IUFM, l’année de stage est prise en compte.
Il est à noter également que la durée d’un travail effectué à temps partiel est appréciée comme un travail effectué à temps plein. Toufefois, ces dispositions ne sont pas applicables aux agents non-titulaires effectuant un temps partiel, puisque ceux-ci ne relèvent pas des dispositions du statut général des fonctionnaires ; pour les agents non-titulaires, le décompte des services à temps incomplet doit être opéré conformément aux régles jurisprudentielles dégagées en la matière, qui ne retiennent lesdits services qu'à concurrence de leur durée effective "en appliquant une réduction proportionnelle par rapport au temps plein".
Le volontariat civil (VSNE ou VIE) est pris en compte.
Limite d'âge
Il n'y a plus de limite d'âge.

L'article 27 de la loi 2009-972 du 3 août 2009, en abrogeant le 5e alinéa de la loi n°83-634 du 13 juillet 1983, supprime la possibilité d'instituer des limites d'âge pour les candidats à un concours lorsque celui-ci est suivi d'une période de scolarité d'une durée au moins égale à deux ans.
Dossiers d'inscription
Quand se procurer les dossiers d’inscription ?

Les dossiers d’inscription sont disponibles (en téléchargement sur le site ou par courrier auprès du service des concours) uniquement pendant la période d’ouverture des inscriptions (à partir de la parution au Journal Officiel de l’arrêté portant ouverture des inscriptions au concours et de l’arrêté portant ouverture des épreuves de sélection pour l’entrée au cycle préparatoire). C’est à dire, de mars à mai pour le concours, et de novembre à janvier pour les cycles préparatoires.
Décompte des participations aux concours d'entrée, aux cycles préparatoire au concours interne et aux cycles de préparation au troisième concours
Combien de fois peut-on concourir ?

Concours externe, interne et troisième concours : "Nul ne peut concourir plus de trois fois à l'un des concours d'accès ni plus de cinq fois au total à l'ensemble des concours". (Pour en savoir plus, consulter l'article 1 du décret n°2002-50 du 10 janvier 2002)
Cycles préparatoire au concours interne : "Nul ne peut se présenter plus de trois fois aux épreuves d'accès au cycle préparatoire". (Pour en savoir plus, consulter l'article 27 du décret n°2002-50 du 10 janvier 2002)
Cycles de préparation au troisième concours : "Nul ne peut se présenter plus de deux fois aux épreuves d'accès au cycle de préparation". (Pour en savoir plus, consulter l'article 38 du décret n°2002-50 du 10 janvier 2002)
Le décompte des participations commence dès lors que le candidat a participé à au moins une épreuve.




Affectations dans les centres de préparation à Paris et en régions
Quelle est la liste des centres de préparation conventionnés par l'ENA ?

Préparation au concours externe : liste des 11 centres de préparation  (71 ko)
Préparation au concours interne : liste des 7 centres de préparation  (68 ko)
Préparation au troisième concours : liste des 5 centres depréparation  (66 ko)

Décision annuelle du directeur relative au conventionnement des Centres de préparation  (76 ko)

Comment sont gérées les affectations dans les centres de préparation ?

L'ENA ne gère pas les épreuves de sélection ni les affectations dans les cycles de préparation au concours externe. Il est nécessaire de contacter directement le centre choisi (voir ci-dessus).
Le Service des concours et examens gère les inscriptions et l'organisation des épreuves d'accès. Les lauréats des épreuves d'accès au cycle préparatoire au concours interne et au cycle de préparation au troisième concours formulent, dans un premier temps, 5 à 7 voeux par ordre de préférence sur la liste des centres de préparation conventionnés (voir ci-dessus).
Les affectation sont ensuite effectuées par le Secrétariat général, Service des élèves et du cycle préparatoire, sur la base des dossiers administratifs uniquement (sans communication des notes). L'ENA s'efforce de prendre en considération la situation familiale en sachant que le nombre de place par centre est limité.
Le cycle accéléré
Qu'est -ce que le cycle accéléré ? Comment l'intégrer ?

C’est un cycle de préparation au concours interne et au troisième concours réservé aux inscrits à la préparation par correspondance de l’IGPDE. Chaque année environ 30 places sont ouvertes
Peuvent y participer, les candidats au concours interne inscrit auprès de l’IGPDE par correspondance et sélectionnés par une commission présidée par le président du jury du concours précédent.
Sont inscrits d’office, les lauréats du cycle de préparation au troisième concours ayant choisi la préparation par correspondance.

Rémunération
Quel est le montant de la rémunération des stagiaires des cycles préparatoires à l’ENA ?

Pour les stagiairse titulaires et les agents contractuels de la fonction publique avant leur  entrée au cycle, la rémunération est équivalente au traitement brut sans les primes.

Les stagiaires du cycle de préparation au troisième concours ayant choisi une formation à temps plein peuvent bénéficier d’une bourse attribuée par l’ENA d’un montant de 1736,70 euros bruts par mois.



Quel est le montant de la rémunération d’un élève de l’ENA ?

Pour un élève issu du concours externe, la rémunération est de 1 396,82 euros nets par mois (indice 359).
Pour un élève issu du concours interne ou du troisième concours, la rémunération s'élève à 2 138,05 euros nets par mois (indice 359)
Statut des élèves
Quelle est la situation administrative des élèves de l’ENA ?

Les élèves ayant la qualité de fonctionnaire titulaire avant la réussite au concours, sont en position de détachement auprès de l’ENA pendant la durée de la scolarité. A l’issue de la scolarité, ils seront intégrés dans leur nouveau corps de sortie.
Les élèves n’ayant pas la qualité de fonctionnaire titulaire avant la réussite au concours, ont la qualité de fonctionnaire stagiaire à l’ENA. A l’issue de la scolarité, ils seront fonctionnaires, intégrés dans leur corps de sortie.
Quelle est la situation administrative des stagiaires des cycles préparatoires ?

Les stagiaires du cycle préparatoire au concours interne sont stagiairesdu cycle préparatoire, détachés auprès de l’ENA pendant la durée du cycle (1 ou 2 ans, en fonction de leur catégorie).
Les stagiaires du cycle préparatoire au concours interne non titulaires avant leur entrée au cycle (agents publics) sont mis en congé de leur administration sans traitement. Ils sont affectés à l’ENA en qualité de stagiaire du cycle préparatoire et sont rémunérés par l’ENA.
Les stagiaires du cycle de préparation au troisième concours ayant choisi une formation à temps plein ont la qualité de stagiaire du cycle de préparation et peuvent bénéficier d’une bourse attribuée par l’ENA d’un montant de 1 736,70 euros bruts par mois.

Rentrée
Quand se déroule la rentrée à l’ENA ? 

La pré-rentrée administrative se déroule à Paris, le lendemain de la proclamation des résultats.
La rentrée pédagogique se déroule à Strasbourg, généralement pendant la première semaine du mois de janvier.
Quand se déroule la rentrée dans les centres de préparation ?

Pour les cycles de préparation au concours interne et au troisième concours, la rentrée a toujours lieu le 2 novembre de l’année des épreuves de sélection jusqu’au 31 octobre de l’année n+1 (ou n+2 pour les 2ème catégorie).
S’agissant des préparations au concours externe, le calendrier est celui de l’année universitaire.
Logement
Question : comment les lauréats du concours peuvent-ils trouver un logement à Strasbourg ?

L’Ecole bénéficie d’une maison des élèves située au cœur de Strasbourg. Les réservations peuvent se faire via le site http://www.resid-strasbourg.fr.
Par ailleurs, une base de données regroupant les annonces de bailleurs privés strasbourgeois est consultable à l’adresse suivante http://www.alumni.ena.fr/logement.
- ENA, Janvier 2010 -

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).