Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 01:52

(dépêche-blog)

 

Quand Ségolène Royal et François Hollande étaient "transcourants", au PS...

 

Plus de vingt ans après...

Rédigé par François Silva le Samedi 19 Mai 2007
Depuis les années 80, les socialistes affichent leur volonté de rénover le PS. Pour quels résultats?

En février 1985, François Hollande, Jean-Michel Gaillard, Jean-Yves Le Drian et Jean-Pierre Mignard lançaient un appel dans le Monde pour secouer le Parti socialiste, celui «de la glaciation morale et du repli frileux». Il fallait choisir de «faire prévaloir les compromis honnêtes, les principes humains, le respect de l'autre, le souci de la justice». Ils se disaient «attentifs autant au progrès social qu'à l'efficacité économique» et souhaitaient engager un débat sur «le mode de participation des électeurs à l'élaboration de la pensée politique».

C'est ainsi que les trois mousquetaires lancèrent les transcourants, en créant avec quelques autres, dont Jean-Pierre Jouyet et Ségolène Royal, le club Démocratie 2000, qui devint ensuite le club Témoins dans les années 90. Ils allaient agiter le landernau socialiste en proposant de dépasser les questions de personnes (se concrétisant par des courants) pour s'attaquer aux mutations idéologiques d'un Parti socialiste et d'une gauche devant trouver de nouveaux repères. Us allaient créer à Lorient un rendez-vous annuel. Pendant près de dix ans, cette université d'été allait constituer un moment fort, chaque année, permettant d'être un lieu de rencontre entre tous ceux du PS, de gauche, mais aussi d'ailleurs. Le seul impératif était de vouloir échanger autour des enjeux nouveaux et préparer le futur. Les transcourants lancèrent une revue, des colloques à Paris, un réseau de clubs en province. Le congrès de Rennes de 1990 allait leur donner raison, annonçant la défaite de 1993 (et les suivantes).

Ainsi, les transcourants, un peu en dehors et peu en dedans du PS, commençaient à proposer de nouveaux champs de réflexion en dehors des idées reçues. Le déclin de la gauche avait commencé dès la fin des années 70. Car elle était l'union de trois sensibilités qui ont structuré le pôle progressiste en France au cours du XXe siècle: socialiste, communiste et radical. La chute du mur de Berlin a accéléré le déclin du PC, qui appartient maintenant à l'histoire. Le Parti radical était l'expression de l'émergence des classes moyennes rurales issues de la Révolution (paysans républicains, artisans, commerçants, instituteurs). Il est mort lentement avec la fin du monde rural (qui était majoritaire en France jusqu'à la fin des années 50). Cette union a exprimé une certaine social-démocratie à la française pour laquelle l'Etat avait un rôle prédominant de régulation de l'économie et du social, qui s'est réalisée par une pratique de gestion gouvernementale sans aggiornamento idéologique.

Dès le début, Jacques Delors fut le président d'honneur de Démocratie 2000. Il était celui qui pouvait faire bouger les lignes figées et les idées. La construction européenne était un élément clé des transcourants, position qui était loin de faire l'unanimité à gauche (on l'a clairement vu pour le référendum en 2005). Ce sont naturellement les membres du club qui se mobilisèrent pour préparer au début de l'automne 1994 la précampagne présidentielle de Jacques Delors dans des locaux de la rue Saint-Andrédes-Arts. Il était tellement évident pour ces transcourants que Jacques Delors incarnait cet espoir de faire et de dire une politique de gauche différente. Son refus de se porter candidat commença le déclin des transcourants animés jusqu'alors par François Hollande et Jean-Pierre Jouyet. Chacun reprit progressivement sa liberté. Mais la victoire de Lionel Jospin en 1997 correspondit à la fin des transcourants, certains s'impliquant complètement dans la vie politique en se rapprochant d'un Jospin ou d'un Strauss-Kahn, ou tout simplement en devenant députés. Beaucoup tournèrent la page en s'investissant, vers d'autres horizons, dans des projets universitaires, associatifs, d'écriture, de carrière dans le privé ou dans un ministère... Le retour surprise de la gauche a fait oublier à tous que les questions posées ne s'étaient pas envolées avec la victoire de la gauche plurielle qui tenait plus aux lourdes erreurs de la droite qu'à une vraie poussée de gauche. L'arrogance de la campagne présidentielle de Lionel Jospin était symptomatique de cet oubli que le monde avait changé et qu'il fallait proposer de nouvelles solutions.

Pour proposer de nouvelles solutions, il faut penser les évolutions accélérées que connaît la France postindustrielle, en proie à un individualisme exacerbé. Ségolène Royal a repris beaucoup des idées laissées en jachère par les transcourants dans les années 80-90. Sa campagne a amorcé un vaste mouvement allant dans ce sens, tant dans la méthode que dans la philosophie qui l'anime. Mais les limites de l'exercice sont vite apparues: cafouillages, campagne solitaire, idées trop générales et pas assez approfondies... Dans tous les cas, pour que ces questions se construisent et émergent, il faut savoir laisser le temps au temps. Mais force est de constater que l'on a perdu du temps.

Par François Silva

PROFESSEUR, ANCIEN TRESORIER DU CLUB DEMOCRATIE 2000

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).