Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 07:37

Étrange dialogue entre un favori des sondages et un ambitieux qui pense avec deux élections d’avance : sans que cela ne soit relevé, le candidat socialiste a reconnu n’avoir jamais eu aucune influence sur les décisions prises du gouvernement Jospin. Une gaffe sortie spontanément qui a confirmé sa totale inexpérience à la gestion des affaires de l’État.



yartiHollandeCope01Elle est passée il y a déjà des siècles avec ce trou de campagne dû à l’émotion intense des tueries de Toulouse et Montauban, mais il m’a semblé intéressant de revenir sur la dernière émission politique de David Pujadas, "Des Paroles et des actes" diffusée sur France 2 le jeudi 15 mars 2012.


Des Paroles et des actes

Disons-le clairement car le contraste est frappant avec "Parole de candidat" de TF1. L’émission de France 2 renoue depuis plusieurs mois avec les grandes émissions politiques auxquelles la télévision française a su habituer ses concitoyens, comme "Cartes sur table", "L’Heure de Vérité" ou encore "Sept sur sept".

Malgré des premiers pas timorés, David Pujadas contrôle un peu mieux son émission en recadrant de plus en plus fermement les réponses de ses invités si elles s’éloignent trop des questions.

C’est une vraie émission politique, avec de vraies questions, et si elle pêche sans doute par sa trop grande durée (plusieurs heures), elle se distingue par deux éléments originaux et très intéressants : la capacité de l’équipe à retrouver les informations précises quand un débatteur se permet un écart avec la vérité (le plus souvent statistique) et à les donner avant la fin de l’émission, et le moment très attendu du débat entre deux personnalités de premier plan.


Les face-à-face politiques sont rares

À l’exception des duels de second tour, les débats entre deux leaders politiques sont très rares en France à tel point qu’on les ressort régulièrement dans l’historique des émissions politiques (débat Raymond Barre vs François Mitterrand, débat Laurent Fabius vs Jacques Chirac, débat Jean-Marie Le Pen vs Bernard Tapie etc.).

"Des Paroles et des actes" a déjà proposé au public plusieurs débats de premier plan pour la campagne présidentielle : Jean-Luc Mélenchon vs Marine Le Pen, Laurent Fabius vs Nicolas Sarkozy, Manuel Valls vs François Bayrou, Alain Juppé vs François Hollande, Jack Lang et Jean-Luc Mélenchon vs Jean-François Copé.


Le "renard" Copé

François Hollande était l’invité principal de l’émission du 15 mars 2012. Il avait déjà été invité le jeudi 26 janvier 2012. Pourquoi est-il le seul candidat (sauf erreur de ma part) à y être invité deux fois depuis janvier ? Est-ce un décomptage qui commence dès l’automne ?

yartiHollandeCope03

Le débatteur censé mener la contradiction fut Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP. Selon quelques indiscrétions, il semblerait que François Hollande aurait préféré avoir le Premier Ministre François Fillon comme contradicteur, un personnage plus à son niveau, selon lui. Finalement, il a accepté son rival interne de l’UMP.

Tout le monde connaît Jean-François Copé et ses détracteurs mieux que les autres : il est avant tout un redoutable débatteur. Intelligent et habile, travailleur et beau parleur, il a le sens de la formule et surtout, il ne s’embarrasse pas des scrupules qui font douter les intellectuels : Jean-François Copé a compris que pour gagner en politique, il fallait foncer, quitte à aller dans le décor, et qu’il ne fallait pas s’ennuyer avec la vérité. Le bluff, l’audace, la mauvaise foi, l’éloignement avec la réalité, tout est possible chez lui avec une assurance et une confiance en lui exceptionnelles.

À cela, il faut ajouter un réel don de la communication et de l’élocution, et une malice qui le rend presque attachant, son côté enfant terrible. Sa physionomie du visage pourrait le comparer à un renard, mais les crocs qu’il n’hésite pas à montrer avec un sourire décomplexé et sans complaisance et des yeux sans concession pourrait l’assimiler à un chien féroce. Il faut donc imaginer que Jean-François Copé est une sorte de Nicolas Sarkozy avec quelques bagages en plus, comme l’ENA et une audace démultipliée.

Dans son débat face à François Hollande, Jean-François Copé ne l’a donc pas épargné, attaquant surtout sur les reculades et le flou des propositions du candidat socialiste, tant sur l’OTAN que sur le programme nucléaire de la France ou sur l'immigration illégale. François Hollande a même montré une très faible combativité, restant parfois silencieux devant l’arrogance de son contradicteur, beaucoup plus dynamique qu’un Laurent Fabius ou un Jack Lang.


La gaffe qui "casse"

Et puis, dans le flot du dialogue, François Hollande s’est plu à souligner que Jean-François Copé n’était qu’un faire-valoir et pas un décideur. Comme chef de l’UMP, il n’a aucun pouvoir et c’est même confirmé avec sourire par l’intéressé. C’est alors que le naturel est revenu chez François Hollande : voulant faire un beau mot, il a concédé qu’il avait aussi été dans son cas (chef de parti)… et qu’il n’avait eu aucun pouvoir !

yartiHollandeCope04

Voici le dialogue exact, à la cinquième minute de la confrontation :

FH : Je ne prends pas de décision comme vous, enfin, pas comme vous, puisque vous ne prenez pas de décision, mais comme Nicolas Sarkozy, euh...
JFC : ça, c'est clair !
FH : Je ne vais les prendre à la légère.
JFC : C'est dit un peu méchamment, mais c'est pas faux.
FH : Non, très gentiment.
JFC : Très gentiment ! Mais alors, dans ce cas, pour rester…
FH : J'ai été dans votre position, de chef de parti. On ne prend pas de décision...

yartiHollandeCope02

D’ailleurs, juste après avoir fini sa phrase, François Hollande a fait une grimace montrant clairement qu’il a pris conscience de sa gaffe et espérant qu’elle ne serait pas relevée par son opposant. Avec le regard d’un élève qui a fauté et qui regarde son professeur pour savoir s’il a été vu.

En clair, François Hollande venait de détruire la seule argumentation sur son expérience de responsable politique. En effet, il est critiqué non sans raison pour n’avoir exercé aucune responsabilité ministérielle, aussi minime soit-elle. Pour sa défense, il avait soutenu que toutes les décisions du gouvernement Jospin (1997 à 2002) avaient toujours été prises avec lui, comme premier secrétaire du Parti socialiste.

Jean-Luc Mélenchon peut même s’enorgueillir d’être le seul des trois candidats de la gauche gouvernementale présents en 2012 à avoir eu une expérience ministérielle.

Et là, curieusement, juste pour le plaisir de la plaisanterie courtoise (son art raffiné qu’il s’applique pourtant à ne plus pratiquer), il venait d’avouer qu’il n’avait eu aucune capacité de décision lorsqu’il était à la tête du PS quand celui-ci était au pouvoir.


Indifférence discrète

Toujours aussi curieusement, Jean-François Copé n’a même pas relevé cet aveu de non décision, peut-être trop concentré dans ses propres attaques, puisque quelques secondes après, il essayait de démontrer que François Hollande était flou et sans conviction : « J’ai compris une chose, à force de vous regarder, et là encore, cette émission, c’était très clair pour ça. Vous avez une technique, c’est que vous êtes, comment dire, un peu comme l’anguille, là, c’est-à-dire vous écoutez et vous dites systématiquement à chacun ce qu’il a envie d’entendre. ».

Ou peut-être parce qu’il avait aussi évoqué le "bilan" de François Hollande, comme président du Conseil général de Corrèze, département parmi les plus endettés de France. Les responsabilités d’un élu local ne sont toutefois pas du tout comparables à celles d’un chef de l’État.


Qu’en sera-t-il lorsque le France sera en confrontation avec ses partenaires ?

De ce débat, il en est ressorti un candidat qui peinait face à la discussion, incapable de tenir le cap et de faire face à un interlocuteur coriace et habile. Je l’imagine ainsi très mal dans des négociations européennes, au cours de marathons nocturnes éprouvants qui nécessitent endurance et combativité. Surtout quand on veut remettre en cause un traité déjà accepté et signé par vingt-six États.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 mars 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Extraits vidéo du débat du 15 mars 2012.
La chasse aux sorcières en Hollandie.
Copé 2017 ?
Juppé vs Hollande.
Fabius vs Sarkozy.
Valls vs Bayrou.
Jack Lang et Mélenchon vs Copé.


 

  http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/debat-hollande-versus-cope-l-aveu-113143

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).