Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 06:47

Selon le journaliste Émile de Girardin repris par Pierre Mendès France, « gouverner, c’est prévoir ». Pour les électeurs, voter, c’est aussi prévoir.


yartiSarkoCP01Le scrutin du second tour va se dérouler entre deux candidats qui, en ce qui me concerne, ne me conviennent pas. Pourtant, les institutions étant ce qu’elles sont, il convient malgré tout de faire un choix. Ne pas choisir, ou plutôt, choisir de s’abstenir ou de voter blanc, c’est délibérément laisser à d’autres le soin de choisir à ma place. Je dois donc choisir également, quitte à choisir le moins mauvais, ou à ne pas choisir celui que je crois être le plus mauvais pour l’avenir du pays.

Ce choix peut se décliner en plusieurs points que je vais aborder : les valeurs (le plus important), la politique nationale proposée (pas moins important, surtout en période de crise), l’homme, sa personnalité, sa capacité à présider, à décider, et enfin, son parti, son environnement partisan, et j’inclurai aussi un paragraphe un peu plus insolite.

Les élections présidentielles ponctuent depuis quarante-sept ans notre vie démocratique. Elles remettent tous les compteurs à zéro. À tel point qu’à chaque échéance, il y a une nuée d’électeurs qui se sont enthousiasmés pour le candidat qui a été élu et quelques mois ou années après, qui sont tombés dans une grande déception voire amertume, un sentiment de s’être fait tromper.

Pourtant, c’est un cycle classique qui s’est vérifié avec l’élection de François Mitterrand qui voulait rompre avec la capitalisme, avec l’élection de Jacques Chirac, pourfendeur de la fracture sociale, et enfin avec l’élection de Nicolas Sarkozy pour qui tout était possible. Le favori François Hollande, si jamais il était élu, n’échapperait pas à cette vague de déception et il serait même fort probable qu’elle survienne très tôt à cause de la persistance de la crise.

J’ai déjà évoqué quelques points positifs du bilan du quinquennat de Nicolas Sarkozy, en particulier le Traité de Lisbonne, la réponse à la crise financière depuis 2008, la réforme des universités, le Grand Paris, la politique étrangère notamment en Libye et en Côte d’Ivoire, la réforme des retraites, la question prioritaire de constitutionnalité, et j’ai juste cité aussi la sécurité routière, la revalorisation du salaire des enseignants, du minimum vieillesse, de l’allocation pour les personnes handicapées, le service minimum en cas de grèves dans le secteur public, la réforme de la carte judiciaire, la suppression de la publicité à la télévision publique, le RSA, ou encore le financement des internats d’excellence…

Mais j’ai également admis qu’un bilan (qui est très contrasté puisqu’il y a aussi des points négatifs, en particulier sur la cohésion sociale, je l’ai également évoqué) n’était pas un argument soit pour se faire élire ou réélire (Lionel Jospin en sait quelque chose) soit même pour se faire battre, car l’essentiel est la vision de l’avenir, pas celle du passé qui va bientôt appartenir aux historiens.


1. Les valeurs

L’un des éléments marquants de cette élection est l’accroissement de l’électorat du FN (plus d’un million d’électeurs en plus entre 2002 et 2012). La crise est en grande partie responsable de cet état de fait, élément qu’on peut retrouver dans les autres démocraties européennes depuis trois ans.

La première semaine de l’entre-deux tours a été particulièrement affligeante dans la chasse aux électeurs de Marine Le Pen et malheureusement, il se trouve que les deux candidats finalistes se valent dans ce sport. Les deux admettent par exemple le principe général que l’immigration est en elle-même génératrice de trouble pour le pays, chômage, déficit public, insécurité etc. L’un veut réduire l’immigration légale de moitié, l’autre du tiers. Quelles différences ? Sur les principes, aucun, et c’est cela qui est grave : la lepénisation des esprits semble avoir vaincu autant l’UMP que le PS (dont l’un des principaux leader, Arnaud Montebourg, n’a pas hésité, le 23 avril 2012 sur France 2, à parler de consensus sur la question de l’immigration entre le PS, le FN et l’UMP !).

J’aurais pensé que la gauche, qui se drape si souvent dans une morale stoïque, aurait pu être un rempart à ces idées qui vont à l’encontre du vivre ensemble : non, apparemment, seuls Jean-Luc Mélenchon à l'extrême gauche et François Bayrou au centre semblent défendre avec fermeté les valeurs d’humanisme qui ont construit la France depuis plus de deux siècles.

Rien ne dit que si Nicolas Sarkozy n’avait pas droitisé autant son discours du premier tour, notamment avec cette notion stupide de frontières (ce qui m’a écœuré personnellement), la candidate du FN n’eût pas obtenu un score supérieur à 20% voire 25% au premier tour. Rien. Et tout laisse à penser qu’en cas d’élection de François Hollande, le FN relooké en parti marine au culte de la personnalité encore plus criant qu’à l’époque paternelle verrait son audience encore monter par la haine que pourraient attiser des mesures comme le droit de vote des étrangers, ce qu’a bien su déjà faire François Mitterrand à une époque où il a laissé volontairement prospérer ce parti dans les médias à partir du 13 février 1984 (l’ancien directeur adjoint de cabinet de François Mitterrand, Gilles Ménage, avait confirmé que le Président avait bien donné des consignes claires à Antenne 2 pour que Jean-Marie Le Pen fût régulièrement invité à "L’Heure de Vérité").

De plus, je suis incapable de savoir si Nicolas Sarkozy a jeté de l’huile sur le feu ou si, plus simplement, il n’a fait qu’accompagner (avec des propos que je réprouve) une société qui se délite de plus en plus. D’ailleurs, le FN avait atteint 15% déjà en 1988 et Nicolas Sarkozy existait à peine dans la vie politique nationale. Et son éventuel départ ne ferait sûrement pas diminuer ce niveau d’alerte. Je crois que la société n’a pas eu besoin des stigmatisations (inutilement provocatrices) de Nicolas Sarkozy pour se déliter toute seule (c’est lui donner un pouvoir qu’il n’a pas) mais je regrette qu’en tant que Chef de l’État et donc, garant de la cohésion nationale, il n’ait pas eu des propos pacificateurs et rassembleurs comme en avaient tenu ses prédécesseurs.

Il faudra également m'expliquer en quoi un Président serait rassembleur lorsqu'il ne veut rassembler que le "peuple de gauche" et pas l'ensemble des Français. Les deux candidats restés en lice sont tous les deux germes de division du peuple français, sources de clivages profonds de la société française.

Par ailleurs, toujours sur le plan des valeurs, François Hollande s’est engagé dans une éthique qui m’apparaît contestable et très douteuse et cela m’inquiète pour l’avenir. Ses positions en faveur de l’euthanasie active, alors qu’il y a la très bonne loi Leonetti du 22 avril 2005, et sur l’expérimentation des cellules souches d’embryons humains vont à l’encontre de mes valeurs.

Pour les cellules souches, la seule restriction qu’il souhaite mettre est d’éviter tout aspect marchand, ce qui est fort bien mais nettement insuffisant car cela signifie qu’il accepte le principe même, odieux, de l’instrumentalisation du vivant (il vaut mieux la situation actuelle d’interdiction avec dérogation que d’autorisation avec un encadrement qui serait de toute façon insuffisant).

Ces deux mesures sont des brèches inadmissibles vers une société que je ne veux à aucun prix, un mix entre "1984" et "Bienvenue à Gattaca". À terme, il y aurait des euthanasies non consenties. En Belgique, l’épreuve de la réalité n’est pas très belle : un tiers des personnes euthanasiées n’ont pas exprimé explicitement leur consentement (rapport Régis Aubry du 14 février 2012). À terme, il y aurait fabrication de l’humain vivant à simple finalité thérapeutique pour d’autres humains vivants. Ce serait l’inverse de l’abolition de la peine de mort, ce serait une régression terrible dans la pensée nationale.


2. Le projet présidentiel pour la nation

C’est la partie la plus politique puisqu’il s’agit de connaître les différentes mesures qui seront décidées pour les cinq prochaines années, à condition que l’Assemblée Nationale suive l’Élysée, ce qui, en un mois de distance, a les grandes chances de se réaliser (sans peut-être une majorité absolue très affirmée).

Du côté de Nicolas Sarkozy, à part une lettre fleuve, il n’y a pas vraiment de programme à proprement parlé. Il y a surtout quelques idées fortes dont aucune ne m’a apparu vraiment transcendante et certaines plutôt négatives par rapport à la solidarité nationale et à la cohésion sociale (faudra-t-il obligé un chômeur surdiplômé de se réorienter dans la plomberie ou la maçonnerie ? La question me paraît pertinente).

Du côté de François Hollande, ce sont les vieilles recettes de la gauche dans l’opposition : en cas d’élection, il creuserait à l’évidence les déficits publics, notamment avec le recrutement de 60 000 fonctionnaires supplémentaires et les contrats aidés (qui n’ont jamais marché, dixit Martine Aubry pendant la primaire). Car il n’a pas dit où il prendrait l’argent, si ce n’était cette taxe idéologique de 75% sur les hauts revenus qui ne rapporterait rien selon son entourage même.

S’il croit avoir gagné le bras de fer avec ses partenaires européens, le candidat socialiste se trompe car le pacte de croissance ne représente pas la même chose entre eux : d’un côté, une sorte de relance avec de l’argent public, de l’autre, des réformes structurelles pour améliorer la compétitivité des entreprises, réformes qu’avaient réalisées Gerhard Schröder en Allemagne dès 2004. La règle d’or que le favori refuse obstinément est pourtant la première clef qui protège les peuples de gouvernants trop portés sur la dépense par clientélisme.

Les dernières expériences socialistes en France ont abouti à des catastrophes économiques : les nationalisations en 1981 ont été une aberration économique, et les 35 heures en 1997 ont été une mesure anachronique dans un monde globalisé où, au contraire, il faudrait travailler plus (Nicolas Sarkozy a très bien saisi cet enjeu, tant dans sa campagne de 2007 que ce 1er mai 2012 au Trocadéro). Les 35 heures ont gelé les salaires des travailleurs pendant une décennie, ont fait augmenter de 40% le coût du travail et ont plombé l’économie lors la crise de 2000-2001 (bulle Internet).

Or, maintenant, nous sommes dans une crise bien plus durable (la pire depuis 1929 !) et toutes les mesures dépensières vont mener le pays à la ruine. Le retour à l’équilibre serait prévu pour François Hollande à 2017, c’est-à-dire à la fin du prochain quinquennat, avec des prévisions de croissance complètement farfelues. Aucun plan B n’a été imaginé par ses équipes. Heureusement, certains proches du candidat socialistes sont plus raisonnables et affirment à moins d’une semaine du second tour que François Hollande « ne pourra réaliser la totalité de [son] programme car tout simplement, les moyens du pays ne le permettent pas » ! Il s’agit de Jérôme Cahuzac sur France 2 le 30 avril 2012.

Ce n’est pas pour rien si dix-neuf économistes français apolitiques ont décidé de soutenir Nicolas Sarkozy dans une tribune au journal "Le Monde" du 2 mai 2012 : « Les perspectives ouvertes par M. Sarkozy nous impressionnent beaucoup plus favorablement. (…) Pour améliorer la vie de ses citoyens, compter dans le monde et rester à la hauteur de ses engagements internationaux, la France doit encore se moderniser profondément. Ni de droite ni de gauche, la science économique aide à délibérer les choix, et elle a informé le nôtre : des deux candidats, Nicolas Sarkozy nous semble le mieux capable de prendre l'avenir à bras-le-corps. ».

yartiSarkoCP02

Cela pour le volet économique. Sur le volet de la démocratie, on ne peut pas dire non plus que François Hollande engendre confiance et enthousiasme.

D’abord, rappelons que Nicolas Sarkozy a été bien plus entreprenant que ses prédécesseurs dans l’approfondissement d’une démocratie adulte.

La question prioritaire de constitutionnalité est un élément novateur majeur du droit français. Des droits nouveaux ont été attribués aux parlementaires, notamment dans la nature du texte discuté en séance publique (le texte corrigé par la commission et pas le texte du gouvernement, c’est un point clef dans l’élaboration de la loi). La limitation à deux mandats présidentiels successifs évite aussi l’appropriation trop longue par un seul du pouvoir suprême (François Mitterrand a duré quatorze ans, Jacques Chirac douze ans).

Nicolas Sarkozy a fait désigner un membre de l’opposition à présidence cruciale de la Commission des finances de l’Assemblée Nationale (Jérôme Cahuzac) et à la première Présidence de la Cour des Comptes (Didier Migaud), et n’a pas hésité à promouvoir la candidature d’un potentiel rival à la tête du FMI.

Enfin, sur la transparence du budget de l’Élysée, il a permis à la Cour des Comptes (présidée par un membre de l’opposition, je le répète) d’en faire un rapport chaque année alors qu’avant 2007, aucun Président de la République n’avait levé l’opacité complète de cette ligne budgétaire qui mélangeait ses propres revenus et le budget de fonctionnement de l’Élysée, ce qui permettait toutes les dérives (en particulier de 1981 à 2007). L’augmentation des indemnités présidentielles n’a rien eu de choquant puisqu’il s’agissait de les mettre au même niveau que celles du Premier Ministre.

La baisse de rémunération de 30% des salaires du Président et des ministres proposée par François Hollande est surtout démagogique, n’apporterait rien de plus dans le budget de l’État même s’il s’agit d’une mesure symbolique qui aurait le sens de l’exemplarité s’il était question de baisser les pensions de retraite ou le salaire des fonctionnaires (mesures qu’a évitées Nicolas Sarkozy mais qui ont été récemment décidées au Royaume-Uni et en Espagne, par exemple).

Quant à la démocratie irréprochable, il faudra demander à l’ancien premier secrétaire du PS comment se sont passés les dépouillements du congrès de Reims en novembre 2008, et pourquoi l’on parle d’affaires politico-financières dans les Bouches-du-Rhône et dans le Pas-de-Calais. Le PS et l’UMP, deux grands partis à la recherche de fonds, se valent dans ce domaine, avec leur lot de pourriture.


3. La personnalité

La personnalité est un critère important lorsqu’on choisit un homme (ou une femme) à la tête de l’État. Il faut imaginer toutes les décisions graves qu’un Président de la République est amené à prendre et qui parfois concernent la vie ou la mort.

Si la manière est loin d’être irréprochable, Nicolas Sarkozy a montré un courage et un dynamisme dans la fonction présidentielle qui ont fait de lui un véritable manager de la maison France. Il a su réformer le pays, sans doute de façon assez brouillonne, mais sans avoir peur de l’impopularité, ce qui est une marque de détermination (et aussi d’intérêt général : un homme qui ne se préoccuperait que de lui-même ferait tout pour rester populaire, donc ne ferait aucune réforme).

De l’autre côté, c’est l’inconnu total. François Hollande n’a eu aucune expérience ministérielle, n’a jamais eu le pouvoir qu’à Tulle ou qu’au conseil général de Corrèze qui a battu le record national du surendettement. Ce n’est pas rien quand son ancienne compagne et mère de ses quatre enfants, quelqu’un qui le connaît donc assez bien, a dit qu’en trente années de vie politique, il n’avait jamais rien fait (Ségolène Royal pendant la primaire).

L’inexpérience ministérielle pourrait être doublée par l’inexpérience ministérielle du Premier Ministre le plus probable, Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, qui aurait déjà désigné son futur cabinet (sans attendre l’élection !).

De la manière de se comporter dans la vie politique, François Hollande a surtout montré deux aspects de sa personnalité, les deux ayant pour finalité le consensus mou : l’indécision et l’hypocrisie.

Principale indécision, c’est lorsqu’il est à la tête du PS et qu’il a refusé, au congrès du Mans, le 20 novembre 2005, de clarifier la position du PS sur la construction européenne alors qu’il venait de se diviser en deux parties égales lors du référendum du 29 mai 2005.

L’hypocrisie, on peut la retrouver à plusieurs reprises. Par exemple, il est contre le cumul des mandats mais il continue malgré tout de cumuler ses mandats de député et de président du conseil général (comme Arnaud Montebourg du reste), et lorsqu’on lui demande ce qu’il fera en cas d’échec le 6 mai 2012, il a répondu sur France 2 le 26 avril 2012 qu’il ne postulerait pas à la tête du PS mais demanderait le renouvellement de ses mandats.

Autre hypocrisie qui montre qu’il aime autant que son concurrent les petites machineries politiciennes : conseiller économique de François Mitterrand, il s’est fait passer pour un élu de droite dans une interview sur France Inter pour faire la promotion des livres "De la Reconquête" et "De la Renaissance" (publiés en début 1983, éd. Fayard) écrits par un mystérieux Caton, supposé de droite, qui n’était autre qu’André Bercoff sur consigne de Jacques Attali !

Hypocrisie de fustiger un Président sortant à la remorque de la Chancelière allemande Angela Merkel alors que lui-même aurait cherché à nouer un accord secret avec elle (selon RMC le 2 mai 2012).

La dernière hypocrisie est sans doute le recueillement à Nevers le 1er mai 2012 devant la dépouille de l’ancien Premier Ministre Pierre Bérégovoy qui s’est suicidé il y a dix-neuf ans. Pas vingt ans, dix-neuf ans. Étrangement, son ancien patron (il fut secrétaire général de l’Élysée quand François Hollande y était conseiller technique) avait été complètement oublié par le candidat socialiste les années précédentes. De là à imaginer une récupération à deux balles où l’on pourrait synthétiser à la fois le mérite de l’ajusteur fraiseur nommé à Matignon et la vision très socio-libérale de l’économie de l’ancien grand argentier qui fut félicité par le "Financial Times", il y a un pas que certains pourraient franchir, enfin, ceux qui ont une certaine mémoire politique.

Indécision et hypocrisie qui peuvent parfois rimer avec irresponsabilité, comme ce conseil avisé fourni à Lionel Jospin de François Hollande de ne surtout pas faire l’indispensable réforme des retraites avant l’élection présidentielle de 2002 alors que la conjoncture internationale était favorable car en pleine croissance.


4. L’environnement du Président

On a parlé de l’État UMP mais l’État PS n’est pas inexistant non plus. Regardez déjà dans les conseils généraux et régionaux pour voir comment cela fonctionne, où les élus salarient des militants qui deviennent ensuite élus d’autres collectivités etc.

L’élection de François Hollande entraînerait un monopole quasi-historique du PS sur toutes les instances représentatives, mairies, départements, régions, Sénat, Assemblée Nationale, gouvernement et Présidence de la République. Les premières indiscrétions montrent d’ailleurs que de nombreux hauts fonctionnaires vont valser s’ils ne présentent pas une adhésion au nouveau Président.

Il n’est pas sûr que cette forte concentration des pouvoirs par un seul parti soit un gage de démocratie apaisée et irréprochable.


5. Considérations insolites

C’est insolite car il a beau être le candidat de l’opposition, François Hollande est le candidat du système. Journaux, livres, émissions, sondages, la grande majorité des médias roulent pour François Hollande depuis juin 2011. Ce n’est pas étonnant que Nicolas Sarkozy ait conduit sa campagne en revenant à la base. Il aurait certes été plus intelligent de le faire également pendant l’exercice du pouvoir.

Autres remarques qui peuvent faire réfléchir : l’échec de Nicolas Sarkozy entraînerait de facto la mainmise pour une quinzaine d’années de Jean-François Copé sur la droite républicaine, ce qui ne se ferait certainement pas dans le cas contraire. Mais l’autre conséquence, c’est aussi un renforcement du parti de Marine Le Pen qui a toujours prospéré sous les gouvernements de gauche qui, par une erreur de discernement, ne va pas manquer d’accroître les inégalités sociales et la précarité.


Ce dimanche 6 mai 2012...

Ce dimanche 6 mai 2012, je serai de toute façon triste du résultat, car aucun des candidats du second tour n’a l’attention de rassembler le peuple français pour mettre en œuvre une politique d’unité nationale dans l’optique d’un redressement des finances publiques et d’une préparation à une plus grande croissance (par la réindustrialisation de la France). L’intérêt général sera bafoué au profit d’un des deux grands partis de gouvernement.

Mais à bien y réfléchir, je préfère Nicolas Sarkozy à François Hollande car il s’agit d’élire un homme qui doit avoir l’expérience de la décision, de sa gravité, et l’énergie et la détermination pour réformer le pays.

En ce sens, j'aboutis à une conclusion qui est différente du candidat que j'avais soutenu, François Bayrou, qui a annoncé tardivement, le 3 mai 2012 dans la soirée, qu'il voterait à titre personnel pour le candidat socialiste dont il n'a cessé de critiquer le programe économique pendant toute la campagne. Il n'en reste pas moins que la diversité de ce centre fait le richesse de la vie politique et les prémisses d'un futur rassemblement d'unité nationale.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (04 mai 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le bilan de Nicolas Sarkozy.
L’esprit de Valence.
Sur la morale, ils se valent…
Oui à Hollande.
Non à Hollande.
Ni Hollande, ni Sarkozy.
L’impopularité présidentielle.
La limace et la hyène.
Manichéisme désuet.
Récupération des voix du FN.
La position de François Bayrou.
Le débat entre Sarkozy et Hollande.


yartiSarkoCP03


http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/choisir-c-est-prevoir-116018




Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).