Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 20:40

Si la victoire de François Hollande était prévisible depuis juin 2011, elle marque cependant un tournant dans l’histoire de la Ve République : jamais un homme sans expérience ministérielle, sans leadership personnel deux ans auparavant, n’avait réussi à se hisser dans la cour des grands jusqu’à en devenir, lentement mais sûrement, le premier d’entre eux. Malgré ma déception, saluons l’artiste !


yartiSecondTour02Selon les premières estimations, François Hollande aurait gagné l’élection présidentielle du 6 mai 2012 avec 51,8% des suffrages exprimés.

Quelle que soit l’éventuelle affinage des résultats (certains évoquent 52% ou même 53%), il est clair que la conclusion de cette très longue campagne présidentielle est sans appel, ce qui constitue pour François Hollande, et plus généralement pour le PS, une belle victoire et rompt avec une sorte de malédiction républicaine. Une belle revanche pour… Ségolène Royal et Lionel Jospin.

Saluons-la tout en la regrettant, puisque je considère qu’il y a de quoi être inquiet sur l’avenir économique de la France. Espérons que le nouveau Président saura être assez pragmatique et ne pas faire trop de concessions à ses ailes gauchisantes qui voudraient marquer encore plus leur apport à la victoire.

Rappelons à tout hasard, car la France est coutumière de ces retours de balanciers depuis une trentaine d’années, que la raison n’est pas tributaire du nombre, sauf à reprendre une expression connue du socialiste André Laignel en 1981 : « Vous avez juridiquement tort car vous êtes politiquement minoritaire. ».

La France, qui n’a jamais été autrement que démocratique, prend donc un tournant particulier avec l’élection de François Hollande. Nul doute que bon nombre d’électeurs qui ont cru de bonne foi que Nicolas Sarkozy était le responsable personnel de leurs malheurs verront très rapidement que c’était une erreur de diagnostic et qu’au contraire, il avait réussi à tenir le pays la tête hors de l’eau grâce à ses réformes courageuses.

Je pense en effet que l’échec de Nicolas Sarkozy est injuste quand on regarde le bilan globalement positif (bien que contrasté) qu’il laisse aux Français après quatre ans de dures crises financières mais il est incontestable que sa pratique présidentielle et ses stigmatisations ont pris l’ascendant sur les programmes politiques dans le choix des Français, puisque la gauche n’avait recueilli que 43% au premier tour du 22 avril 2012.

Nicolas Sarkozy, qui a pris la parole très tôt  à la Mutualité (à 20h22) a téléphoné sportivement à François Hollande pour le féliciter et a déclaré  : « J'ai essayé de faire de mon mieux pour protéger les Français. ».

Celui qui a tant raillé le tandem Sarkozy-Merkel va probablement, de son côté, téléphoner dès cette nuit (du 6 au 7 mai 2012) à Angela Merkel et ira la rencontrer d’ici dix jours. Son plan pour une relance de la croissance va être âprement négocié avec Allemagne. Après tout, si François Hollande réussissait à convaincre la chancelière, ce serait probablement un geste fondateur encourageant de son quinquennat mais qui ne devrait sans doute pas l’aider à préserver des alliés qui vont devenir assez encombrants.

Lorsqu’en début janvier 2010, François Hollande avait refusé de prendre la succession de Philippe Séguin à la première Présidence de la Cour des Comptes comme le lui avait proposé Nicolas Sarkozy, il avait évidemment en tête que son destin était ailleurs. À l’époque, il y croyait déjà très fort (et il rasait ses amis socialistes tout obnubilés par la popularité de Dominique Strauss-Kahn) mais personne n’aurait misé un seul sou sur sa victoire deux ans plus tard. Ses deux principaux alliés furent Dominique Strauss-Kahn et Nicolas Sarkozy eux-mêmes qui firent tout pour se mettre des bâtons dans les roues.

Je suis déçu, mais j’admets que dans cette campagne 2012, celle de François Hollande a été l’événement. L’événement dans la durée, la fréquence, la densité. Contrairement aux autres candidats (y compris Eva Joly), François Hollande a dû passer par deux filtres éprouvants du suffrage universel direct à deux tours, ce qui fut rude. La primaire socialiste n’a pas été une formalité, et l’élection elle-même où il s’est forgé une image de clone de Mitterrand un peu inquiétant, avec une voix complètement cassée à force de viser plus haut qu’il n’en est capable. Au point peut-être d'imiter jusqu'à son score d'élection (François Mitterrand avait gagné le 10 mai 1981 sur Valéry Giscard d'Estaing avec 51,76% des suffrages exprimés).

Chapeau l’artiste, et maintenant, au travail !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (6 mai 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Bilan de Nicolas Sarkozy.
L’impopularité présidentielle.
Mon vote du second tour.
Premier tour de l’élection présidentielle.
La logique présidentielle du PS.
Clone de Mitterrand ?
Trois raisons de voter Hollande.

Trois raisons de ne pas voter Hollande.
Hollande candidat dès janvier 2010.

yartiSecondTour01


http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/hollande-nouveau-president-de-la-116283

 

 

 

 



Partager cet article

Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).