Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 07:53

Une équipe de scientifiques a démontré que la grippe A avait eu des conséquences près de quatre fois plus graves que la grippe saisonnière. Retour sur une épidémie.


yartiGrippeA201201Le virus de la grippe A(H1N1) refait surface dans l’actualité avec une publication le 26 juin 2012 dans "The Lancet Infectious Deseases", une revue scientifique très renommée spécialisée en médecine. On pourra télécharger l’article intégral de neuf pages à ce lien.

C’est une étude qui donne finalement raison à la décision raisonnable de Roselyne Bachelot, alors Ministre de la Santé, de suivre les préconisations de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) en prévenant la grippe A par la vaccination de toute la population en automne 2009 et hiver 2010. J’avais déjà évoqué le rôle majeur et absolument indispensable de la vaccination comme base de la santé publique et exemple de l’exercice de la responsabilité politique.

Toute décision politique dans ce domaine était de toute façon vouée à être contestée, soit parce qu’elle aurait négligé l’importance de l’épidémie et on aurait alors critiqué l’incompétence des pouvoirs publics à la juguler, soit au contraire, pour avoir surestimé les effets en proposant une solution surdimensionnée et coûteuse qui aurait été peut-être inutile.

Avant la parution de cette étude, Roselyne Bachelot, qui se répand actuellement dans tous les médias pour vendre son livre de confidences sur la campagne présidentielle, avait confirmé que si c’était à refaire, elle aurait refait la même chose concernant la grippe A(H1N1) et elle a raison de le dire : quand on est aux responsabilités, responsable de la santé des soixante-cinq millions de Français, il vaut toujours mieux en faire trop que pas assez (Laurent Fabius en sait quelque chose, injustement impliqué dans l’affaire du sang contaminé à la fin des années 1980).

Car cette grippe A n’était pas une grippe anodine. Au contraire de la grippe saisonnière, elle ne touchait pas seulement les personnes fragiles. Au contraire, parce qu’elles avaient été au contact avec un cousin du virus H1N1 dans leur jeunesse, les personnes âgées de plus de 65 ans en 2009 risquaient bien moins d’être touchées que les plus jeunes (moins de 65 ans).

Par ailleurs, la vaccination contre la grippe A a permis de tester en grandeur réelle les dispositifs de veille sanitaire qui avaient été mis en place quelques années auparavant pour la grippe aviaire et son éventuelle répercussion sur la population. Les éventuels paramètres pour la grippe A (disponibilité des centres de vaccination, interdiction aux médecins généralistes de vacciner etc.) ont ainsi pu être évalués pour une amélioration du dispositif.

Jusqu’à cette étude internationale, les données officielles de l’OMS indiquaient qu’il y a eu dans le monde 18 449 décès causés par le virus H1N1 entre avril 2009 et août 2010. Cependant, ces statistiques ne se basaient que par des analyses confirmées en laboratoire qui ont été remontées au niveau international. Or, il y a eu beaucoup de décès, notamment dans les pays pauvres, qui n’ont jamais été suivis de prélèvements pour confirmer l’origine du décès et même en cas de prélèvements, la présence du virus pouvait ne plus être décelable pour certaines raisons techniques.

yartiGrippeA201202

Une large équipe internationale de scientifiques, menée par Fatimah S. Dawood, des Centers for Disease Control and Prevention, Influenza Division, à Atlanta (USA), a donc cherché à estimer le nombre exact de décès par la grippe A en cherchant à modéliser les statistiques disponibles dans le monde, ce qui était assez ambitieux car toutes les données ne sont pas répertoriées globalement et parfois, pas avec les mêmes normes.

Ce travail gigantesque aura une importance très élevée pour la prévention mondiale des épidémies. De plus, il a été réalisé de manière totalement indépendante d’intérêts privés.

La méthode adoptée a été la suivante : les chercheurs ont distingué trois sortes de pays, des pays à hauts revenus, des pays pauvres et des pays entre les deux, et ils ont cherché à estimer le taux de contamination du virus (symptomatic attack rate), puis le taux de mortalité pour les personnes contaminées (symptomatic case fatality ratio) à partir des analyses de laboratoires. Ils ont également classé la population en trois groupes : moins de 18 ans, entre 18 et 64 ans et plus de 64 ans. Ils ont renoncé à créer un groupe pour les moins de 5 ans (enfants en bas âge) en raison de l’absence trop grande de données. Enfin, ils ont corrélé avec l’espérance de vie dans chaque pays.

Le modèle a été dressé à partir des données statistiques de douze pays référents qui ont un système de surveillance épidémiologique fiable : Bangladesh, Danemark, Allemagne, Inde, Kenya, Pays-Bas, Nouvelle-Zélande, Nicaragua, Pérou, Grande-Bretagne, États-Unis et Vietnam (à l’origine, il y avait un treizième pays, le Cambodge, mais les données ont été collectées seulement pendant cinq mois au lieu des douze mois du protocole).

La conclusion de l’étude a apporté une estimation qui est de l’ordre de 15 fois plus grand que les données officielles basées uniquement sur des analyses de prélèvement en cas de décès : « We estimated that 151 700-575 400 respiratory and cardiovascular deaths associated with 2009 pandemic influenza A H1N1 occurred during the first year of virus circulation in every country in the world. ».

yartiGrippeA201203

Autrement dit, le nombre de décès causés par la grippe A pendant la première année de la circulation du virus est compris entre 151 700 et 575 400, soit une valeur médiane de 284 500, répartis ainsi : 201 200 décès (fenêtre de 195 700 à 395 600) provenant d’une insuffisance respiratoire due à la grippe A et 83 300 décès (fenêtre de 46 000 à 179 900) provenant d’une insuffisance cardiovasculaire due à la grippe A, ce qui correspond à quinze fois plus de morts que ceux répertoriés après analyses en laboratoire.

Ce modèle de calcul a pu être comparé avec certaines études spécifiques indépendantes qui ont été réalisées pour connaître l’estimation du nombre de victimes dans certains pays (en particulier : Mexique, Bangladesh, États-Unis, Japon).

Au niveau mondial, 59% des décès estimés par la grippe A seraient survenus en Afrique et en Asie du Sud-Est, avec un très fort taux de mortalité en Afrique, ce qui encouragerait à renforcer les dispositifs sanitaires dans ces régions du monde (ce qui n’est pas très nouveau).

Globalement, le nombre de victimes de la grippe A serait donc analogue à celui de la grippe saisonnière (et bien moindre que la grippe espagnole de 1918). Cependant, il y a une très grande différence qui a justifié toute l’attention portée par les pouvoirs publics à ce virus. En effet, la grippe A a touché essentiellement une population bien plus jeune que pour la grippe saisonnière. 80% des décès correspondraient à des personnes de moins de 65 ans.

Un paramètre intéressant pour démontrer la gravité de la grippe A bien plus élevée que celle de la grippe saisonnière, c’est d’estimer le nombre d’années de vie perdues (YLL : number of years of life lost) en raison de la grippe A qui se calcule en tenant compte de l’espérance de vie dans chaque pays.

yartiGrippeA201206

Et le résultat est sans appel puisque, mondialement, il y aurait eu environ 3,5 fois plus d’années de vie perdues à cause de la grippe A par rapport à la grippe saisonnière : près de dix millions d’années de vie perdues au lieu de moins de trois millions pour la grippe saisonnière.

Les mesures prises pour contenir au maximum l’épidémie du virus de la grippe A(H1N1) ont été déterminantes dans les conséquences de l’épidémie sur les vies humaines. Dans les pays qui n’ont pas eu le dispositif approprié (en particulier en Afrique), les pertes en vies humaines par la grippe A ont été lourdes.

Critiquer des mesures de précaution extrême, refuser le principe essentiel de la vaccination, croire à de simples blagues de potaches, et pourquoi pas, puisque c'es à la mode, dénoncer les groupes pharmaceutiques qui profitent évidemment (puisque c'est leur objet) de la vente de médicaments (pourquoi donc ne dénonce-t-on pas tout autant les groupes alimentaires qui vendent de la nourriture, ou les groupes pétroliers qui vendent de l’essence, ou encore toute autre industrie qui fournit des produits indispensables à la vie quotidienne et au bien être ?), c’est avoir une bien déplorable idée de la valeur d’une vie humaine…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (2 juillet 2012)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Se vacciner pour la grippe A.
Comment des blagues deviennent paroles d’Évangile pour la grippe A ?
"Estimated global mortality associated with the first 12 months of 2009 pandemic influenza A H1N1 virus circulation : a modelling stydy ("The Lancet", 26 juin 2012).


(Les deux tableaux et la figure sont tirés de l’article scientifique dont il est question).
(Cliquer sur les images pour les agrandir).

 

yartiGrippeA201205



http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/le-virus-de-la-grippe-a-h1n1-119361

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).