Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2013 6 16 /03 /mars /2013 00:10

La double exposition sur Van Gogh "Rêves de Japon" et Hiroshige "L’art du voyage" à la Pinacothèque de Paris ferme ses portes ce dimanche 17 mars 2013 à 18h30.


yartizPINAH01Il ne reste plus que quelques heures pour admirer les trente et une toiles de Van Gogh et les cent soixante-quatorze estampes d’Hiroshige. J’ai évoqué quelques œuvres de Van Gogh dans un précédent article et j’évoque ici Hiroshige.

J’ai été d’ailleurs impressionné par la foule pour voir les estampes d’Hiroshige. Il y avait nettement plus de monde pour cette exposition que celle de Van Gogh, à ma grande surprise. Les organisateurs ont dû d’ailleurs réguler le flux des visiteurs (comme au Louvre) tant les salles étaient pleines. La nécessité de maintenir les estampes dans des conditions atmosphériques particulières rendaient d’ailleurs plus difficile leur observation : il faut faire la queue pour aller d’une estampe à l’autre.

Ces petits désagréments très ordinaires ne sont évidemment rien face à la richesse que la Pinacothèque a livrée aux visiteurs. Je ne connaissais pas beaucoup Utagawa Hiroshige (1797-1858) qui est sans doute l’un des plus grands dessinateurs japonais de cette époque avec son aîné Katsushika Hokusai (1760-1849).

Il a réalisé cinq mille quatre cents estampes et près de cent vingt livres illustrés décrivant les paysages et la vie quotidienne des Japonais de la première moitié du XIXe siècle. Certaines de ses gravures étaient reproduites à vingt mille exemplaires.

J’imagine la grande difficulté des organisateurs de l’exposition à sélectionner seulement quelques dizaines estampes de celles appartenant au Musée national d’Ethnographie de Leyde, aux Pays-Bas. À côté de ces œuvres, on a également exposé quelques objets d’époque, comme une paire de vieilles "geta", des sandales traditionnelles en bois datant de 1820.

Chaque gravure ou dessin est une œuvre exceptionnelle : parfois jusqu’à quinze couleurs, Hiroshige se permet quelques clins d’œil, notamment en indiquant quelques éléments administratifs (comme numéro d’estampe etc.) à l’intérieur même du décor. Il décrit des pèlerinages au Japon, et donne une vue à chaque étape du voyage, avec des personnages et des décors extraordinairement bien reproduits.

Ces dessins étaient très appréciés à l’époque et faisaient office de nos cartes postales contemporaines. Ce sont aussi des images qui préfigurent la bande dessinée et cela donne une idée du développement des futurs mangas au Japon.

La Pinacothèque montre aux visiteurs plusieurs séries à succès d’estampes sur différents itinéraires ou thèmes : "Les Cinquante-trois Stations du Tokaido" (1834), qui correspond à la route côtière entre Edo (Tokyo) et Kyoto (500 km), "Lieux célèbres de la capitale de l’Est" (1835), "Les Soixante-neuf Stations du Kisokaido" (1842), route difficile par le Nord, à travers les montagnes, et "Les Cent Vues célèbres d’Edo" (1858). Ce type de séries faisait aussi penser aux "Trente-six vues du Mont Fuji" de Hokusai (avec "La Grande vague de Kanagawa", l’estampe la plus célèbre au monde).

Dominique Blanc, en introduisant le sujet dans "Connaissance des arts", expliquait ainsi : « Les dessins d’Hiroshige ont hissé l’édition populaire des estampes japonaises au rang de grand art. Son œuvre, dédiée quasi tout entière à la représentation des paysages célèbres du Japon, offre une vision renouvelée de la tradition picturale, qui a parfaitement assimilé la construction des vues à l’occidentale. ».

Et c’est effectivement cela qui m’a frappé, au-delà de la beauté des formes et des couleurs et de l’intérêt documentaire des dessins, à savoir, ce modernisme précoce dans la composition, dans le cadrage, car j’imaginerais facilement Hiroshige tenant une caméra. Hélas, ce serait de l’uchronie puisqu’il est mort avant l’invention du cinéma, mais les perspectives sont parfois amusantes.

Ainsi, cette vue des chevaux assez surprenante, avec des auberges en arrière-plan. L’auteur a plaqué une vision très particulière d’une rue en insistant sur les chevaux.

yartizPINAH04

Ou encore cette vue plongeante d’une rue commerçante avec au fond, le mont Fuji comme porté par les nuages dans un espace divin très éloigné des humains.

yartizPINAH03

Mais le plus flagrant dans la composition est également les formes géométriques. Ci-dessous, par exemple, dans cette ascension sous la pluie, le triangle se retrouve de nombreuses fois, la pente du chemin, les sapins penchées par le vent, les toits, les manteaux, etc. On peut noter aussi que les porteurs protègent leur client de la pluie.

yartizPINAH02

Pour l’anecdote, il est amusant de voir que sur beaucoup d’estampes, les hommes ont parfois les fesses nues (le climat est chaud) alors que les femmes portent toujours des robes très longues.

Voici quelques autres vues intéressantes que la brochure présente également, pour avoir un petit aperçu de cette exposition.


yartizPINAH05

yartizPINAH06

yartizPINAH07

yartizPINAH10

yartizPINAH08

yartizPINAH09

yartizPINAH11

yartizPINAH12

yartizPINAH13

yartizPINAH14

yartizPINAH15

yartizPINAH16



Cette exposition a lieu à la Pinacothèque :
Hiroshige : 28 place de la Madeleine à Paris 8e.
Van Gogh : 8 rue Vignon à Paris 9e.
Jusqu’au dimanche 17 mars 2013.
Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h30.
Nocturne le mercredi et vendredi jusqu’à 21h00.
Métro : Madeleine.
Prix du billet normal : 10,00 euros.
Billet double pour les deux expositions temporaires : 17,00 euros.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 mars 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Brochure officielle de l’exposition (à télécharger).
Van Gogh à la Pinacothèque de Paris.
Hiroshige à la Pinacothèque de Paris.


http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/dernieres-heures-pour-hiroshige-a-132472

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

bastos 17/03/2013 10:49


Bonjour


Connaissez vous le dernier livre sur van Gogh ? Il s'agit d'un inédit du célèbre éditeur Robert Morel, édité chez équinoxe : Enquête sur la mort de Vincent van Gogh


Toute sa vie, Robert Morel a été passionné par la personnalité de Vincent van Gogh. Dès les années 1950, il lui consacre de nombreux travaux (Plon, le Figaro littéraire, Le Club du Livre
Chrétien…) et même, en 1953, un drame radiophonique « La passion de Vincent Van Gogh Peintre et Martyr » (rediffusé en 2002 par la radio de Brême).


En 1989, il avait le projet de publier les résultats d’une enquête sur la mort de van Gogh. Durant des années, il avait recoupé, regroupé, étudié, une documentation énorme. Il avait été en
relation suivie avec Vincent Wilhem van Gogh, le fil de Théo, mais aussi avec le fils du Dr Gachet et Adeline Ravoux, témoins directs des derniers jours de Vincent. Le 18 août 1954, cette
dernière lui a d’ailleurs adressé, à sa demande, un long témoignage inédit. Robert Morel devait malheureusement décéder avant d’avoir pu mener cette publication à son terme.


Le temps a passé et aujourd’hui il n’y a plus une certitude mais plutôt deux hypothèses sur les circonstances du coup de feu fatal.


Avant propos de l'éditeur :


En avril 1989, Robert Morel, auteur et éditeur réputé, m’apporta le projet d’un livre consacré à la mort de Vincent van Gogh, qui selon les conclusions de ses recherches ne se serait pas suicidé.


Il travaillait à l’élaboration de cette hypothèse depuis de nombreuses années et ne se sentait plus en mesure de mener seul à son terme, cette étude. Il me proposa donc de l’éditer, ce que
j’acceptais à la lecture des pages de ce manuscrit.


Malheureusement, Robert Morel devait décéder quelques mois plus tard, en 1990, avant d’avoir pu mener à bien cette édition.


Les révélations de cette enquête bouleversaient radicalement la version alors unanimement admise du suicide du peintre.


Et puis, le temps a passé…


La parution, en novembre 2011 aux États-Unis de « Van Gogh the life » par Steven Naifeh et Gregory White Smith provoqua une telle tempête médiatique que peu de personnes n’ignorent aujourd’hui la
remise en cause de la version du suicide du peintre maudit.


La crédibilité de ces deux auteurs, déjà prix Pulitzer pour leur biographie de Pollock, a été renforcée par l’imprimatur que leur a accordé M. Leo Jansen fondateur et directeur du Van Gogh Museum
à Amsterdam.


Une évidence s’impose désormais : Robert Morel avait raison et ce qui pouvait sembler il y a 23 ans une théorie fantaisiste apparaît aujourd’hui, comme un nouvelle réalité sur la mort de van
Gogh.


Avec Odette Ducarre, sa femme, qui travaillait à ses côtés et ses enfants François, Ève et Marie, nous sommes heureux de rendre enfin publique cette enquête qui tout en décrivant les derniers
jours de Vincent, magnifie sa générosité et son sens du partage qui furent la quête permanente de toute son existence.


Janluc Bastos


Association des amis de robert morel


www.robert-morel.fr

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).