Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 06:56

Le PS éliminé au premier tour, l’UMP élu de justesse face au FN au second tour. Les cauchemars vont envahir l’esprit des principaux présidentiables dans les mois à venir. Le syndrome de l’Oise…


yartiSueursFroides01En parlant de l’élection législative partielle de la 2e circonscription de l’Oise, Éric Dupin avait parlé dans "Slate" du 23 mars 2013 d’un cauchemar du premier secrétaire du PS Harlem Désir appelant à voter UMP à l’élection présidentielle de 2017. Il faisait référence au premier tour du 17 mars 2013 où la candidate du PS, Sylvie Houssin, avec seulement 21,4% des voix (-9,1% par rapport au 10 juin 2012), avait perdu en dix mois de pouvoir près de dix mille suffrages sans ticket pour être présente au second tour.


L’UMP pas plus souriante que le PS

Pourtant, l’examen des résultats du second tour du 24 mars 2013 devrait aussi diffuser cette étrange impression de cauchemar à l’UMP. Si le second tour s’était soldé par un duel inégal entre Florence Italiani (FN) et Jean-François Mancel, député UMP sortant (invalidé le 25 janvier 2013), soutenu également par la gauche, et si l’issue prévisible a bien eu lieu, à savoir la réélection de Jean-François Mancel, il n’y a eu que huit cents voix d’écart entre les deux candidats. L’UMP ne doit donc son élection que de justesse, avec 51,4%.

La différence était pourtant très large au premier tour : Jean-François Mancel avait eu 40,6% et Florence Italiani 26,6%, et normalement, la candidate du FN ne devait avoir aucune réserve de voix.

Il faut bien sûr relativiser les leçons d’une élection partielle, d’autant plus que la personnalité de Jean-François Mancel (65 ans), président du conseil général de l’Oise pendant près de vingt ans (du 1er avril 1985 au 31 mars 2004), ancien secrétaire général du RPR, n’est pas exempte de reproche en terme de gestion.

Par ailleurs, l’Oise est un département particulièrement attrayant pour le FN et dans la 2e circonscription, Jean-François Mancel avait été battu par la candidate socialiste (Béatrice Marre) en juin 1997 à l’occasion d’une triangulaire au second tour à cause de la présence du FN. Le 17 juin 2012, il avait été réélu de justesse déjà (avec seulement soixante-trois voix d’avance) dans une triangulaire avec la candidate du FN, Florence Italiani, qui avait recueilli 22,3% (soit légèrement moins qu’au premier tour, tant en % qu’en nombre de voix).

Enfin, la très forte abstention, tant au premier tour (67,2%) qu’au second tour (65%) de cette élection partielle doit bien sûr tempérer les conclusions que certains voudraient définitives. D’autant plus qu’une autre législative partielle s’est déroulée au même moment à Wallis-et-Futina qui a donné une large majorité à la gauche, avec une forte participation (75,7%), mais il n’y avait aucun candidat ni de droite ni du centre.


Le vrai problème, l’incapacité à mobiliser l’électorat

Pour autant, c’est bien l’abstention des élections socialistes qui a empêché Lionel Jospin d’atteindre le second tour de l’élection présidentielle le 21 avril 2002. Et rien d’autre. L’incapacité du PS à mobiliser ses troupes pour défendre son champion.

Or, l’UMP, à peine sortie d’une grave crise interne, n’est pas mieux servie dans la mobilisation de son électorat. La présidente du Front national Marine Le Pen, c’est de bonne guerre, n’a donc pas tort de crier qu’une victoire au second tour dans un scrutin majoritaire était désormais possible, même en présence de seulement deux candidats. Une configuration qu’elle verrait bien pour l’élection présidentielle de 2017 en reprenant le vieil objectif de son père : éliminer la gauche au premier tour, et éliminer la droite au second tour.

yartiSueursFroides02

Au contraire du 17 juin 2012 où Florence Italiani avait plafonné à son score du premier tour, ce 24 mars 2013, elle a quasiment doublé son nombre de voix entre le premier et le second tour, ce qui permet à Marine Le Pen de fanfaronner dès les résultats connus : « Notre candidate a pulvérisé les capacités de progression face au candidat du système, comparativement aux élections de juin dernier. ».

Mais là aussi, il faut relativiser : en nombre de voix, Florence Italiani n’a pas réuni plus de voix qu’en juin 2012, mais a juste su mobiliser au second tour son électorat à moitié dormant au premier tour. En effet, la moitié de ses électeurs de juin dernier ne s’étaient pas déplacés au premier tour mais ont vu, par ce duel symbolique, une occasion de donner un sens à leur vote du second tour.

A priori, Jean-François Mancel n’a pas réussi à faire le plein de ses propres électeurs de juin dernier. Mais le plus grave, d’un point de vue politique, c’est qu’il ne semble pas y avoir eu beaucoup d’électeurs de gauche à se reporter sur le candidat UMP.

C’est cette idée qui pourrait donner un boulevard à Marine Le Pen en 2017 : le PS et l’UMP ne sont plus capables de mobiliser leur propre électorat et la mécanique du front républicain ne fonctionnera plus comme le 5 mai 2002. Le Front national serait donc un parti capable d’être majoritaire, au même titre que le PS et l’UMP.


Un contexte très défavorable

Il faut dire aussi que la démission surprise de Jérôme Cahuzac (le 19 mars) et la mise en examen surprise de Nicolas Sarkozy (le 21 mars), qui sont des symptômes finalement normaux d’une démocratie saine (la justice égale pour tous), n’ont pas apporté une image très rassurante des deux principaux partis de gouvernement dans un contexte de crise économique majeure.

Un autre sujet de satisfaction pour Marine Le Pen est sans aucun doute que le match, qu’elle avait déjà gagné en 2012, contre le (co)président du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon, a été de nouveau largement gagné dans cette partielle. En effet, la surenchère dans la démagogie ne favorise que son aile droite, droite extrême, au détriment de son aile gauche, gauche radicale. Le 17 mars, le candidat mélenchoniste (Pierre Ripart) n’avait même pas recueilli deux mille voix (avec 6,6%) soit 30% de moins que le 10 juin 2012.


Le seul chemin : construire ensemble

Si le Président François Hollande, connu pour ne jamais rien décider, laissait entrevoir ce jeudi 28 mars 2013 sur France 2 qu’il se satisferait de ce climat politique, il donnerait à Marine Le Pen, plus vite que prévu, des perspectives prometteuses mais inquiétantes.

Pourtant, s’il y a bien une chose qui exaspère les électeurs et qui les incite à rester chez eux lors des scrutins, c’est lorsqu’on les prend pour des imbéciles.

Or, c’est à peu près ce que fait le PS en refusant d’admettre qu’il conduit aujourd’hui une politique sensiblement équivalente à celle du quinquennat précédent (retour à l’équilibre budgétaire, renforcement de la compétitivité, TSCG, refonte du code du travail, Grand Paris, politique de la sécurité, politique industrielle, etc.) qu’il cherche à emballer dans un clivage droite/gauche dépassé, avec une phraséologie socialiste qui ne dupe plus personne et quelques projets sociétaux qui hérissent la droite (comme le mariage des couples homosexuels ; Jean-François Mancel s'y était déclaré en 2011).

Le courage en politique, c’est d’aller au-delà de ces clivages totalement archaïques et anachroniques, et de bâtir enfin une grande coalition, celle qu’avait conduite le chancelier Schröder il y a une dizaine d’années et qui a permis à l’Allemagne de redémarrer son industrie et donc son économie. À situation exceptionnelle, majorité exceptionnelle. C’est l’unité nationale que prône depuis plusieurs années François Bayrou.

Ce n’est qu’en impliquant tous les partis gouvernementaux dans la recherche des meilleures solutions, indiscutables dès lors qu’un consensus aurait été établi, au-delà des luttes politiciennes sans intérêt, que les électeurs auront le sentiment qu’on les respecte et, dès lors, seront prêt à participer à l’effort national par leur soutien.

Cela fait plus de trente ans que le PS tient un langage décalé. Maintenant qu’il est (à nouveau) au pouvoir, c’est lui qui a l’initiative pour enfin parler vrai, et rassembler vraiment.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (25 mars 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Analyse détaillée du programme du FN.
Démagogie populaire.
Procédé sournois.
Marine Le Pen.
Marine et Giulia.
Marine Le Pen vs Jean-Luc Mélenchon.
Le Pen au 2e tour ?
Le front républicain ?


yartiSueursFroides03 

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/sueurs-froides-dans-l-oise-132999

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

T

bonjour ! ces deux gros lobbys que sont PS et UMP paient simplement leur inaction, pire, leur soumission au monde de la finance. ce sont les banques, Goldman Sachs et toutes ses ramifications qui
dirigent absolument tout ce qui se passe sur notre planète. je déteste Marine Le Pen. mais quand elle parle " d'UMPS " , c'est tellement vrai... et elle séduit ! les choses vont dans son sens.
est-ce à dire que l'on verra un jour le FN au pouvoir ? en France, je ne pense pas. Mélenchon ? il paie son image de gueulard jamais content. PS et UMP sont donc partis pour continuer leur
partage du pouvoir, sans que rien ne bouge. il ne reste plus qu'à attendre l'effondrement du système. le président en place à ce moment précis dira solennellement : " nous devons fonctionner
autrement, tourner la page de ces années de diktat de la finance. " en oubliant que son parti fit tout autrefois pour défendre celui-ci.
Répondre

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).