Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 12:45

L’Italie a enfin un nouveau gouvernement. Enrico Letta est le nouvel homme fort du pays, avec derrière lui, l’ensemble de la classe politique traditionnelle. Seul, le parti protestataire de Beppe Grillo a refusé ce gouvernement de consensus.


yartiLettaEA01Serait-ce le spectre d’Aldo Moro qui revient à Rome ? Une fusillade est intervenue au Palais du gouvernement italien au moment même où le nouveau chef du gouvernement, le 83e de la liste, prêtait serment ce dimanche 28 avril 2013 dans la matinée. Trois blessés dont l’auteur des coups de feu qui a été immédiatement arrêté.

Sans commenter cet inquiétant attentat dont l’information est trop "fraîche" pour en comprendre les raisons, revenons à la politique intérieure italienne. La veille, 27 avril 2013, au cours d’une conférence de presse, l’ancien ministre Enrico Letta (46 ans), numéro deux du parti démocrate italien (PD), avait annoncé qu’il avait réussi à constituer une large majorité d’union nationale autour du gouvernement qu’il était chargé de former trois jours auparavant. Une majorité forte de 437 députés sur 630 et de 218 sénateurs sur 319, soit plus des deux tiers des parlementaires, viendra à sa rescousse dans la semaine.

Il a ainsi réussi là où son collègue Pier Luigi Bersani (61 ans) avait échoué le 28 mars 2013. Cela clôt ainsi la crise politique en Italie depuis le 8 décembre 2012 (la perte du soutien du parti de Silvio Berlusconi au gouvernement de Mario Monti), que les élections générales des 24 et 25 février 2013 n’avaient pas réussi à arrêter.

yartiLettaEA02

Enrico Letta, issu de la démocratie chrétienne italienne, est un petit prodige de la politique italienne puisqu’il a été le ministre le plus jeune de l’histoire italienne, lorsqu’il fut nommé le 21 octobre 1998 (à 32 ans) Ministre pour les politiques communautaires (puis du 22 décembre 1999 au 11 juin 2001, Ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, et du 17 mai 2006 au 8 mai 2008, le Secrétaire d’État à la Présidence du Conseil des ministres de Romano Prodi).

Il avait postulé la direction du PD au cours de la primaire du 24 juillet 2007 et s’était retrouvé en troisième position derrière Walter Veltroni (qui avait largement gagné la primaire avec plus des trois quarts des voix) et Rosy Bindi. Lors de la primaire du 25 octobre 2009, il avait fait équipe avec Bersani et ils l’avaient remportée dès le premier tour avec 53%.

yartiLettaEA06

Mission remplie également pour le vieux Président de la République italienne, Giorgio Napolitano (87 ans), qui a dû accepter à contre cœur sa réélection le 20 avril 2013, contrevenant à toutes les traditions historiques et surtout, à la raison liée à l’âge, par la simple motivation qu’il était, lui aussi, le seul capable de réunir une majorité du collège électoral. Chose assez rare dans la politique italienne, c’est Giorgio Napolitano qui a lui même esquissé les grandes lignes du gouvernement d’Enrico Letta.

yartiLettaEA07

Quel était le problème ? Essentiellement numérique : si le parti démocrate italien (PD) avait gagné les élections, ce n’était pas suffisant pour avoir la majorité au Sénat, tandis que le PdL (Peuple de la Liberté), parti de Silvio Berlusconi, avait réussi à résister honorablement et que le Mouvement 5 étoiles était entré massivement au Parlement italien. Or, ce mouvement nouveau, très différent des autres partis politiques, que je dirais essentiellement basé par cette mauvaise expression de "société civile" (mais je n’ai pas trouvé d’autre expression pour la remplacer) avait refusé tout accord avec le PD, seule majorité susceptible d’éviter l’union nationale.

Conclusion, c’est un large accord avec la classe politique "classique" qui a eu lieu autour d’Enrico Letta : le PD, le PdL et aussi la coalition menée par le chef du gouvernement sortant Mario Monti (70 ans). Il faut dire qu’Enrico Letta avait sans doute plus de facilité à obtenir un accord PD-PdL que Pier Luigi Bersani dans la mesure où son oncle, Gianni Letta (78 ans), ancien ministre, reste l’un des plus proches de Silvio Berlusconi (et fut son candidat à l’élection présidentielle de mai 2006).

yartiLettaEA04

La base de cette union nationale a deux volets : d’une part, une réforme des institutions pour éviter un nouveau blocage comme celui que vient de connaître l’Italie depuis cinq mois ; d’autre part, la poursuite des réformes économiques pour tenter un redémarrage industriel et un assainissement de la dette publique. Pour Enrico Letta, il est clair que l’austérité n’est pas la panacée : « La situation actuelle ne peut plus durer, en Italie comme en Europe, car les politiques d’austérité ne suffisent plus. ».

Les vingt-deux autres ministres ont également prêté serment au Palais Chigi ce dimanche matin. Le numéro deux du gouvernement est Angelino Alfano (42 ans), chef du PdL (depuis le 1er juillet 2011) et ancien Ministre de la Justice de Silvio Berlusconi du 8 mai 2008 au 27 juillet 2011, nommé Vice-Président du Conseil et Ministre de l’Intérieur. Angelino Alfano fait figure de véritable dauphin politique de Silvio Berlusconi (76 ans).

yartiLettaEA03

Le directeur général de la Banque d’Italie depuis 2006, Fabrizio Saccomanni (70 ans), sans parti, a été nommé Ministre de l’Économie et des Finances, le poste clef de ce gouvernement. L’ancienne commissaire européenne Emma Bonino (65 ans), qui était plus ou moins candidate potentielle à l’élection présidentielle d’avril 2013, a été nommée Ministre des Affaires étrangères. La Ministre de l’Intérieur sortante, Anna Maria Cancellieri (70 ans), proche de Mario Monti, et également candidate potentielle à l’élection présidentielle, a été nommée Ministre de la Justice.

Gaetano Quagliariello (53 ans), du PdL, est au stratégique poste des Réformes institutionnelles. Enfin, Mario Mauro (51 ans), proche de Mario Monti (et ancien du PdL), Vice-Président du Parlement Européen depuis juillet 2004, est nommé Ministre de la Défense. Mario Mauro et Gaetano Quagliariello avaient fait partie de la commission nommée par le Président Napolitano le 30 mars 2013 pour faire des propositions de réformes institutionnelles.

C’est aussi un gouvernement sans précédent pour la "diversité" qui comprend sept femmes (un record bien que cela ne représente qu’un petit tiers), dont une ministre originaire du Zaïre, l’ophtalmologue Cécile Kyenge (48 ans), du PD, chargée de l’Intégration, nouvellement élue députée en février dernier.

yartiLettaEA05

Pour Enrico Letta, ce gouvernement n’est pas un gouvernement "technocrate" comme ce fut le cas pour le précédent dirigé par l’économiste Mario Monti, mais bien un gouvernement politique qui veut avancer dans les réformes.

Il en ressort cependant qu’il sera très difficile à Enrico Letta de conserver durablement cette majorité très large lorsqu’il viendra au fond de ses projets de réformes, dans le concret. C’était en tout cas la seule manière de contrer le Mouvement 5 étoiles, refusant obstinément de se prêter à une coalition, qui pourrait sans doute bénéficier d’un accroissement d’audience dans les années à venir si la situation économique ne venait pas à s’embellir.

Et en France, serait-il pertinent d’imaginer une union nationale pour impliquer toute la classe politique dans les réformes structurelles qu’il sera nécessaire d’engager ? Certains y ont déjà pensé, et j’aurai sans doute l’occasion de l’évoquer prochainement


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 avril 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La réélection de Giorgio Napolitano.
L’union nationale en France ?

yartiLettaEA08 



http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/habemus-lettam-un-gouvernement-d-134987

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).