Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 07:07

Voici une attaque très claire contre la dérive droitière observée ces dernières années à l’UMP. En ligne d’horizon, l’élection présidentielle de 2017 et le projet du futur candidat de l’UMP.


yartiBaroinA01Après l’accord sur l’organisation d’une primaire présidentielle ouverte prévue pour 2016 et l’acceptation "molle" de laisser Jean-François Copé présider l’UMP jusqu’en septembre 2015, les fillonistes ne désarment pas et continuent la pression sur les copéistes. Après le manque de leadership soulevé par Laurent Wauquiez le 26 mai 2013, voici qu’un autre baron du fillonisme embraie de manière très explicite sur les valeurs.

À bientôt 48 ans, le député-maire de Troyes, successeur attitré de Roger Galley, disparu le 8 juin 2012, l’un des recordmans de longévité ministérielle (entre le 30 mai 1968 et le 13 mai 1981), François Baroin a tout pour être heureux.

Au look perpétuel de Harry Potter, compagnon de la comédienne Michèle Laroque, François Baroin était avant tout le protégé du Jacques Chirac qui l’a nommé ministre lorsqu’il avait à peine 30 ans. Après avoir été sorti du gouvernement quelques mois plus tard avec les "Juppettes", François Baroin a poursuivi une carrière politique classique qui l’a ramené au gouvernement de Dominique de Villepin du 2 juin 2005 au 15 mai 2007 puis, bien que chiraquien, il fut rappelé après la défaite des régionales, le 22 mars 2010 par Nicolas Sarkozy à Bercy, d’abord au Budget puis à l’Économie et aux Finances.

yartiBaroinA02

Après un passage éclair à l’Intérieur (26 mars au 15 mai 2007), François Baroin avait réussi à entrer dans la cour des grands le 29 juin 2011 en succédant à Christine Lagarde nommée directrice générale du FMI après la démission tonitruante de Dominique Strauss-Kahn. Place Beauvau et Bercy sont deux places fortes ministérielles essentielles pour les personnalités ambitieuses (qu’avait obtenues notamment Nicolas Sarkozy entre 2002 et 2007).

Partisan d’une droite modérée et d’un cordon sanitaire à l’égard du Front national, François Baroin s’était éclipsé du jeu des ego après le printemps 2012 : principal membre de la "bande à Copé", François Baroin (comme Valérie Pécresse) avait préféré rejoindre l’ancien Premier Ministre François Fillon dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017.

Refusant toute responsabilité dans une UMP entachée d’irrégularités, il a surtout voulu occuper le terrain des idées et des valeurs. Or, s’il s’est éloigné de Jean-François Copé (ce qui a été sans doute pour ce dernier le plus amer dans cette bataille interne), c’est pour une raison simple qui peut être associée aux petites phrases qui laissaient clairement entendre que Jean-François Copé voulait faire du "Sarkozy puissance dix" dans la récupération de l’électorat du FN.

Il a sonné la charge cette semaine dans une interview à l’hebdomadaire "L’Express" du 30 mai 2013 en étant parfaitement clair sur les valeurs. Il regrette la ligne Buisson depuis 2007 et souhaite avant tout revenir à l’inspiration des fondateurs de l’UMP, à savoir Jacques Chirac, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin : « Le FN, c’est l’extrême droite, l’ennemi irréductible des gaullistes, donc de l’UMP. Il faut rétablir le barrage établi par Jacques Chirac, qui a eu pour effet de faire éclater le FN en deux [avec le MNR de Bruno Mégret en décembre 1998]. » (il faut noter le mot très fort d’ennemi alors que dans le débat politique, on parlerait plutôt d’adversaire).

Ce qui inquiète François Baroin, c’est surtout la trop grande puissance médiatique de la "Droite forte" (qui a remplacé dans les médias la "Droite populaire"), avec « beaucoup de gens à l’UMP, rémunérés, battus ou non représentatifs, qui parlent sans légitimité » pour fustiger notamment Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, mais aussi Patrick Buisson, l’ancien conseiller présidentiel de Nicolas Sarkozy, « qui n’a aucune légitimité pour parler au nom d’un peuple qu’il n’a jamais rencontré » et pour insister sur le fait que « son influence est nocive, nous devons le combattre ! ».

Mais implicitement, il s’en prend avant tout à la ligne des pains au chocolat de Jean-François Copé, et à cette doctrine du ni-ni instaurée depuis le 20 mars 2011 qui voudrait que dans un duel électoral de second tour entre un candidat du FN et un candidat socialiste, l’UMP ne choisisse personne : « Nous devons revoir cette affaire du ni-ni » même s’il admet quelques exceptions : « il sera impossible de demander à nos militants de voter pour un candidat d’extrême gauche ou un candidat qui a des casseroles, l’abstention sera donc le refuge naturel ».

yartiBaroinA03

Pour François Baroin, ce sujet dresse un réel clivage au sein de l’UMP : « Il y a aujourd’hui, à la droite de l’UMP, une trop grande porosité avec les positions traditionnelles de l’extrême droite. ». Et d’observer « une vraie ligne de fracture (…) entre ceux qui veulent déplacer le centre de gravité vers la droite et ceux qui, comme Alain Juppé, François Fillon, moi-même et bien d’autres, naturellement, souhaitent conserver l’esprit du pacte des fondateurs ».

Évidemment, dans ses propos, l’ancien Ministre de l’Économie et des Finances n’a pas voulu s’en prendre directement à Nicolas Sarkozy lui-même, pourtant à l’origine de cette droitisation de l’UMP depuis 2004, et plus particulièrement une fois élu à l’Élysée, tant dans une rhétorique de stigmatisation que dans son discours de Grenoble.

François Baroin ne l’épargne cependant pas puisqu’il le presse de dire clairement, dès 2015, s’il veut ou pas revenir dans le jeu politique et se présenter à l’élection présidentielle de 2017. François Baroin, lui, semble avoir déjà choisi François Fillon dont il se verrait bien, au même titre que Valérie Pécresse, le Premier Ministre...


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (29 mai 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le petit-fils spirituel de Jacques Chirac (mars 2007).
Retour au gouvernement (mars 2010).
Colère à Bercy (juin 2011).
Roger Galley.
Jacques Chirac.
Nicolas Sarkozy.
François Fillon.
Jean-François Copé.
L’UMP.
Peut-on récupérer l’électorat du FN ?

yartiBaroinA04

 

 

  http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/ump-francois-baroin-veut-enterrer-136505

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).