Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 06:57

« Les 430 000 personnes qui ont traversé la Méditerranée (…) et les près de 3 000 qui y ont péri ou disparu, (…) nous interrogent sur la cohérence des réponses politiques avec les institutions fondatrices de l’Europe. » (Dominique Greiner dans son éditorial, "La Croix" du 14 septembre 2015).


_yartiRefugies2015D01

Le jeudi 10 septembre 2015 à Strasbourg, le Parlement Européen (la seule instance démocratique de l’Europe) a apporté un soutien très large au plan Juncker qui a proposé une clef de répartition équitable et obligatoire entre les États membres pour l’accueil des réfugiés, par 432 voix pour, 142 contre et 57 abstentions. Le parti majoritaire (PPE) a été uni dans ce vote, y compris les députés européens des pays d’Europe centrale et orientale. Mais la réunion des Ministres de l'Intérieur de l'Union Européenne du 14 septembre 2015 n'a pas abouti et aucun texte ne sera adopté avant le 8 octobre 2015.

Ce dimanche 13 septembre 2015, Angela Merkel a dû rétablir provisoirement des contrôles à la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche (la route de Salzbourg) en raison du trop grand nombre de réfugiés arrivant à Munich (plusieurs milliers par jour, 63 000 depuis deux semaines, dont 12 200 pour la seule journée du 12 septembre 2015), auquel la municipalité ne peut plus faire face dans des conditions correctes. Quant à la Hongrie, elle a fermé ce lundi 14 septembre 2015 sa frontière avec la Serbie par un épais mur de barbelés qui ressemble étrangement à un nouveau Rideau de fer.

_yartiRefugies2015D06

Cette mesure très temporaire a été prise pour des raisons pratiques (peut-être aussi politique pour convaincre les partenaires européens de l’Allemagne d’accepter une juste répartition de l’accueil), mais ne remet en cause ni la politique d’accueil de l’Allemagne, ni les accords de Schengen (qui auraient cependant certainement besoin d’un ajustement), ni évidemment l’Union Européenne (rappelons que Schengen n’est qu’un accord multilatéral qui n’a rien à voir avec les institutions de l’Union Européenne).

Revenons plutôt sur cette politique de l’accueil et sur quelques différences entre la France et l’Allemagne. La position très humaniste d’Angela Merkel, qui peut se comprendre d’un point de vue politique (changer l’image d’arrogance acquise lors de la crise grecque) et d’un point de vue économique (compenser la démographie défaillante de l’Allemagne), n’est pas le résultat d’un coup marketing de la Chancelière qui ne fait plutôt que suivre son "opinion publique". C’est peut-être pour cela qu’elle est populaire dans son pays, elle représente au mieux son peuple dans ses positions.


Une force économique

L’économiste Nicolas Bouzou rappelle par exemple que l’immigration "classique" (c’est-à-dire avant l’arrivée massive des réfugiés comme actuellement) n’a jamais eu d’effet notable sur l’économie nationale des pays d’accueil (ce que les immigrés apportent équivaut à peu près à ce qu’ils coûtent). En revanche, lorsqu’il y a un afflux massif d’immigrés, historiquement, l’économie du pays d’accueil, loin de s’effondrer comme voudraient le faire croire un grand nombre de leaders d’opinion en France, est au contraire largement boostée et favorisée. Il suffit de se rappeler par exemple les conséquences de la révocation de l’Édit de Nantes (j’y reviendrai un peu plus tard) où les réfugiés français protestants ont dopé l’économie des Pays-Bas, des pays allemands, et même, plus tard, des États-Unis et de l’Afrique du Sud en menant la révolution industrielle …hors du territoire français.

C’est sûr que ces vérités historiques ont du mal à être présentées dans une France frileuse et inquiète, surtout à quelques mois d’élections régionales dont le Front national voudrait faire un test préprésidentiel. Il a fallu l’audace et le courage humaniste d’Angela Merkel pour que François Hollande commençât timidement à esquisser une petite réaction face à la détresse de tous ces réfugiés. Au point de singer la Chancelière allemande.

_yartiRefugies2015D03

Angela Merkel était en effet allée le 10 septembre 2015 à la rencontre des réfugiés arrivés en Allemagne. Elle fut acclamée par la plupart des réfugiés qui l’ont appelée (comme la presse allemande depuis plusieurs années) "Mama Merkel" ! La spontanéité du peuple allemand, venu leur offrir des cadeaux, les accueillant avec une grande chaleur humaine, rappelait l’arrivée des Allemands de l’Est pouvant enfin se rendre à l’Ouest. Une génération est passée, pas la générosité.

C’est dans ce même esprit que François Hollande s’est senti obligé d’aller, lui aussi, à la rencontre des réfugiés en région parisienne ce samedi 12 septembre 2015. L’absence de communication de l’Élysée a empêché la presse d’y être présente (peur d’avoir des incidents ?) mais les images que la Présidence de la République a fournies ont montré évidemment beaucoup moins de ferveur et d’enthousiasme.


Pas de "grand remplacement"

Ce fut le 9 septembre 2015 que les premiers réfugiés syriens sont arrivés en France. Ils avaient été pris en charge à Munich dans des cars affrétés par la France. Or, les témoignages ont afflué pour expliquer que les réfugiés n’avaient pas du tout l’intention de venir en France et préféraient rester en Allemagne, nouvel eldorado économique sur le continent. Car les réfugiés ne sont plus des entités abstraites dont on pourrait parler sans connaissance de cause. Ils sont maintenant près des rédactions des journaux et ceux-ci ne se privent pas de les interroger, de comprendre leurs motivations, leurs sentiments.

_yartiRefugies2015D05

Un jeune homme de 23 ans a même lâché : « Nos parents ont été choqués de savoir qu’on était en France. ». C’est clair, s’ils avaient le choix, la plupart des réfugiés ne voudraient pas aller en France mais rester en Allemagne ou traverser la Manche pour atteindre la Grande-Bretagne (d’où le camp de rétention à Calais). C’est presque une gifle pour la France. Certains sont évidemment plus pragmatiques et se disent en substance : nous voulions l’Allemagne et puis, finalement, c’est la France, pourquoi pas ?

Cet état d’esprit très majoritaire montre à l’évidence que toutes les Cassandre de malheur qui ont le toupet de parler en France de "grand remplacement" ou même d’une "invasion" à propos de l’arrivée massive de ces réfugiés se trompent complètement. Non, la France n’est pas attractive …même pour les réfugiés ! Ils ne cherchent pas à bénéficier de la sécurité sociale, de la CMU et d’autres prestations sociales. Non, ils ne veulent pas aller en France ! Ils veulent juste sauver leur peau et celle de leurs proches !

La xénophobie amplifiée ces derniers jours, qui dit bien ce qu’elle dit, à savoir (en grec), la PEUR des étrangers, est totalement déraisonnable et ne se fie à aucune réalité. Seulement un mythe de croire que la France ne sera plus la France. Mais justement, la France ne sera plus la France si elle est égoïste, indifférente à la détresse du monde, refusant d’aider quand elle le peut, repliée sur elle-même, aigrie, réduite à se refermer.

_yartiRefugies2015D02

C’est pour cela que le dessin de Plantu paru dans "Le Monde" le 9 septembre 2015 m’a semblé excellent. Il met en action des salariés visiblement syndiqués qui s’accrochent à un code du travail manifestement trop lourd pour permettre des embauches massives lorsque des secteurs économiques le permettent, tout en regardant d’un œil plein de réticence des réfugiés arriver sans revendication sociale, si ce n’est de pouvoir encore vivre, ce qu’ils ne peuvent plus faire dans leur pays.


De nouveaux ambassadeurs de la France et de l’Europe ?

L’intérêt de la France, c’est évidemment de les accueillir, et de les accueillir chaleureusement. Comment imaginer le sentiment d’un réfugié qui arrive dans un pays qui l’accueille ? Le premier pays, on lui offre des petits cadeaux, de grandes banderoles honorent sa venue. Il a envie d’être reconnaissant, il sera prêt à travailler pour ce pays, à l’aider même s’il retourne dans son pays d’origine une fois que la stabilité politique y est retrouvée. Et puis comparons avec le second pays, qui a mis du temps à comprendre l’urgence humanitaire, qui va l’accueillir sur le bout des lèvres, parfois avec des actes xénophobes (exemple flagrant en Hongrie) et qui va se sentir intrus, gêné, rejeté. Quelle va être son impression ? Une rancœur, et en tout cas, aucune volonté de sentir son destin associé à celui de ce pays.

Cela explique que la France ne doit pas hésiter. Les réfugiés sont là, de toute façon. Ils continueront à arriver quelles que soient les décisions en Europe parce qu’ils se font massacrer dans leur pays. Il n’y aura pas d’appel d’air, les turbulences sont déjà là. Il faut donc les accueillir pour que, d’une véritable catastrophe humanitaire, cela devienne un atout humain et économique historique. C’est cela qu’Angela Merkel a compris, comme Helmut Kohl avait compris qu’il faillait faire très rapidement la Réunification sous peine de rater cette petite fenêtre de l’Histoire qui s’ouvrait, pas seulement politiquement mais aussi économiquement avec la parité du mark.

Invité de France Inter le 11 septembre 2015, l’ethnopsychiatre Tobie Nathan, universitaire français d’origine égyptienne spécialiste des troubles des personnes déracinées, expliquait que le modèle d’assimilation ne fonctionnait plus et remontait à la IIIe République pour intégrer dans la communauté nationale des "étrangers de l’intérieur" comme les Bretons. D’une part, parce que l’assimilation n’est que superficielle. Par exemple, un vieil homme qui a eu un accident vasculaire cérébral, s’est réveillé incapable de parler français et ne parlait plus que son breton d’origine. D’autre part, parce que les réfugiés d’aujourd’hui (sans différence sur l’économique ou le politique, on ne quitte pas son pays sans raison vitale) ne sont plus coupés de leur pays d’origine, comme au début du XXe siècle, grâce à Internet, au téléphone, aux moyens de transports.

Pour Tobie Nathan, la meilleure approche de considération des réfugiés, c’est d’en faire des ambassadeurs. Il a cité en exemple un balayeur sénégalais qui était venu en France avec son fils. Il est devenu balayeur mais il était le fils du chef de son village d’origine royale, il était lui-même futur roi, tandis que les gens autour de lui ne voyaient en lui qu’un pauvre balayeur…


Accueillir aujourd’hui, c’est fleurir demain

En France, très divisée et devenue de plus en plus binaire (entre les "bons" et les "mauvais", chaque camp plaçant l’autre dans les "mauvais"), il a été difficile de prendre la mesure de cette chance historique. Alors répétons-le : les réfugiés se moquent de nos prestations sociales car ils ne voulaient pas, à l’origine, venir en France. Non, les réfugiés ne sont pas un fardeau si l’on est capable de comprendre qu’ils ont, eux aussi, des compétences, de l’expérience, du talent qu’ils seront d’autant plus heureux d’apporter à la France que la France les aura accueillis avec respect et honneur.

Si l’accueil des réfugiés est un devoir humanitaire qui se suffit à lui-même, il est aussi de l’intérêt de l’Europe de montrer d’une part, qu’il n’existe pas de choc de civilisation et que des pays chrétiens peuvent venir en aide à des musulmans opprimés, d’autre part, que ces réfugiés pourraient jouer un rôle moteur dans la renaissance d’une Europe tellement vieillissante que beaucoup de ses citoyens ne croient plus en leur identité ni en leur avenir.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (15 septembre 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Fausses peurs et vrais défis.
La révocation de l’Édit de Nantes.
Angela Merkel.
François Hollande.
Jean-Claude Juncker.
Le coq devenu hérisson ?
Sauvez l’âme française (Koztoujours, le 3 septembre 2015).
Que sommes-nous devenus ? (Christian Schoettl, le 31 août 2015).
L'humanité échouée.
L'exemple allemand.
Aylan invité au Conseil de sécurité de l'ONU.
Lettre de Mgr Saliège le 23 août 1942 sur la personne humaine (texte intégral).
Les Français sont-ils vraiment eurosceptiques ?
Chaque vie humaine compte.
Rouge de honte.
Les drames de Lampedusa.
L’Europe doit faire quelque chose.
L’humain d’abord.
L’immigration en Hollandie.
Une chance pour l‘Europe.
Les valeurs de la République.
Le gaullisme, c’est d’abord des valeurs.
Valeurs républicaines et patriotisme.

_yartiRefugies2015D04


http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20150915-refugies-2015D.html

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/fausses-peurs-et-vrais-defis-171817

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2015/09/15/32626467.html


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Rakotoarison - dans Europe et Union Européenne
commenter cet article

commentaires

Le pédagogue 07/03/2016 18:24

Le pédagogue :


« La ruée migratoire », surtout depuis 2015, a poussé l’Union Européenne à décider d’un mécanisme dit de relocalisation pour les demandeurs d’asile.
Dans le cadre de ce programme, l’État en France s’est engagé à accueillir 30700 réfugiés.
135 personnes ont d’ores et déjà été accueillies.
150, en provenance de Grèce, ne vont pas tarder à l’être.
Ce qui va presque doubler le nombre des personnes accueillies en France où il est prévu d’accueillir 30700.
Mais comme dirait le défunt Driss Chraïbi, « petit à petit, le nid fait son oiseau ».
(Ce qui en France signifie petit à petit, l’oiseau fait son nid).
En attendant, il y a lieu de rappeler, encore rappeler, toujours rappeler, « ce qu tout le monde sait ».
Depuis longtemps, bravant tous les dangers, des milliers de personnes, hommes, femmes et enfants, chassés par les horreurs répandues dans les pays d’origine, tentent d’arriver en Europe et d’y rester, en dépit de l’hostilité dont elles sont l’objet, et qui ne date pas d’aujourd’hui.
Ce « processus migratoire » ne cesse de mettre en relief certaines conséquences des méfaits du système dominant qui a semé et qui sème encore, l’oppression partout.
En arabe, les personnes qui prennent la mer pour atteindre l’Europe sont appelés « lhrraaga » (les brûleurs).
Ce sont généralement des personnes qui tentent, à bord d’embarcations de fortune (affrétées par des assassins qui gèrent un trafic qui rapporte des sommes colossales), de quitter l’Afrique et d’autres pays situés ailleurs (comme l’Irak et la Syrie depuis peu), pour atteindre l’Europe, « la forteresse », où ils sont considérés, lorsqu’ils y arrivent, ce qui n’est pas toujours le cas, comme « clandestins ».
« Lhrraaga » parce que avant de se lancer dans cette tentative d’atteindre des côtes européennes, beaucoup brûlent (du verbe brûler, haraqa, hrq, hrg) tous les documents qui peuvent permettre de les identifier et donc de les expulser vers les pays de départ.
Des pays où sévissent des régimes fondés sur l’imposture, le crime, la trahison, la tromperie, la corruption, l’injustice, la perversion, la débauche, le mensonge, le pillage, l’oppression, l’exploitation, le viol, la torture, l’enfermement, la négation de l’être humain.
Avec ces régimes, pour les populations qui y subissent les horreurs, l’Afrique et d’autres pays situés ailleurs, sont des contrées où la merde gicle et dégouline de partout.
Nauséabonde.
L’esclavage a fait des ravages.
Le colonialisme n’a rien épargné.
Le système dominant continue d’alimenter, d’entretenir et de répandre les ordures et la pourriture.
Les régimes mis en place par ce système, sont tenus de tout mettre en œuvre afin de servir les intérêts de leurs employeurs.
Le système dominant a imposé à des populations entières de par le monde de chercher des moyens de subsistance dans des conditions, le plus souvent, atroces.
Les pays d’Afrique et d’autres pays situés ailleurs, restent pour les employeurs des réserves de matières premières et de main d’œuvre, des marchés pour tout écouler, des points stratégiques pour les militaires, des terrains d’expérimentations des armements, des lieux de pédophilie et autres « loisirs pour touristes », des dépotoirs multiples et variées et des décharges d’immondices.
Depuis un certain temps, l’Europe ne veut plus que ces « hrraaga » émigrent pour atteindre « la forteresse ».
Elle fait tout afin d’empêcher leur venue, mais ces « hrraaga » sont décidés à tout faire pour fuir les horreurs des es pays d’origine.
Ils n’ont rien à perdre.
Ils continuent de mourir pour fuir ce qu’ils ne peuvent plus supporter.
Afin de les contenir, l’Europe verse des sommes énormes (sommes que les corrompus mis à la « tête des États » à qui elles sont destinées, ajoutent à tout ce qu’ils ne cessent de piller pour s’enrichir, encore s’enrichir, toujours s’enrichir à ses employés pour qu’ils usent de tous les moyens de rétention.
Par ailleurs, en plus des possibilités illimitées de chaque État d’Europe, l’Union Européenne a mis en place une force dite « Frontex » avec des avions, des hélicoptères, des navires et autres, destinés à protéger « la forteresse » des assauts des « miséreux », des « hors-la-loi », des « envahisseurs », des « terroristes », comme des médias ne cessent de le répéter sur tous les tons et à tous les temps.
« Ils avaient le pas pesant, les bras ballants et la face effarée. Ceux qui s’arrêtaient pour les voir passer fermaient brusquement les yeux, en une minute de doute intense et subit, où l’origine et la fin conventionnelles de l’homme étaient vélocement révisées, les classifications des règnes et les métaphysiques mises à bas et échafaudées de nouveau comme un château de cartes sur leurs mêmes fondements et suivant la même systématique […] ils ouvraient les yeux : la faillite de la civilisation, sinon de l’humanité, qu’ils avaient vu défiler vêtue de fripes, ou, à tout le moins, des fripes emplies de néant » (Driss Chraïbi, Les Boucs, Paris, éditions Denoël, 1955, P. 26).

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).