Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 12:19

« La grandeur d’un chef d’État est à la mesure de l’étendard qu’il brandit. Ainsi, le Manneken Pis est-il à François Mitterrand ce que la Statue de la Liberté est à Charles De Gaulle. » (Pierre Desproges, "L’Almanach").


_yartiFH2016033001

À l’issue du conseil des ministres ce mercredi 30 mars 2016 à midi quinze, le Président de la République François Hollande a prononcé une courte allocution télévisée annonçant qu’il renonçait à poursuivre son projet de révision constitutionnelle sur l’état d’urgence et la déchéance de la nationalité : « J’ai décidé de clore le débat constitutionnel. ». François Hollande avait reçu la veille les présidents des deux assemblées, Claude Bartolone pour l’Assemblée Nationale et Gérard Larcher pour le Sénat.

J’applaudis des deux mains et je dis : pas trop tôt ! Voici quatre mois et demi pour rien, de discussions byzantines, d’énergie perdue pendant que les terroristes, eux, préparent de nouveaux attentats sanglants. Tout ça pour rien !

Comme disaient les Shadoks : « Avec un escalier prévu pour la montée, on réussit souvent à monter plus bas qu’on ne serait descendu avec un escalier prévu pour la descente. ».

Il n’y avait aucune raison de réviser la Constitution pour lutter contre le terrorisme. L’état d’urgence est déjà reconnu par le Conseil Constitutionnel comme en conformité tandis que tout le monde s’accordait à reconnaître que la déchéance de la nationalité pour les terroristes n’avait aucune utilité, aucune efficacité dans le démantèlement des réseaux terroristes et la prévention de nouveaux actes terroristes.

François Hollande a échoué sur sa méthode qui est une méthode maintenant bien connue : il propose un projet très calculé, très sophistiqué politiquement, avec des arrière-pensées électoralistes certaines (pour la déchéance de la nationalité, ce n’était même pas caché), ensuite sa propre majorité rouspète, alors son gouvernement édulcore au point de transformer complètement le projet, soit en le dénaturant en profondeur (c’était le cas de la déchéance de la nationalité), soit en en faisant une coquille vide (c’est le cas du projet El-Khomri sur le code du travail).

Résultat, au mieux, rien du tout (la réformette du code du travail ; on pourrait dire de même pour la loi Macron l’an dernier), et au pire, un projet complètement dément. Car il faut bien parler de délire de penser que les députés ont voté la possibilité de créer des apatrides, ce qui est condamné par tous les traités internationaux que la France a signés, pour ne pas enfreindre à la sacrosainte loi de l’égalité républicaine devant la loi (ne pas discriminer les binationaux).

_yartiFH2016033002

On voyait dès le début (le discours devant le Congrès le 16 novembre 2015) que ce projet de révision constitutionnelle ne pouvait pas tenir la route. Il était bancal dès le début. Il aurait pu tenter une deuxième lecture mais il a préféré arrêter les frais et surtout, éviter la risée de tous les juristes sur son projet bâclé, mal ficelé. On ne révise pas la Constitution comme on fait du scooter les soirs d’été.

Si cet abandon est une belle victoire de la République, elle est aussi une profonde défaite de l’action présidentielle et comment peut-on prendre au sérieux la justification alambiquée de François Hollande qui a fait porter la responsabilité de l’échec à « une partie de l’opposition », ce qu’il « déplore profondément » !! S’il ne s’agissait pas de lutter contre le terrorisme, on aurait pu s’esclaffer tant la charge politicienne est d’autant plus risible qu’elle a la même crédibilité que l’efficacité de sa gouvernance, à savoir proche de 0% !

Car le Sénat a adopté la version initiale voulue par François Hollande et ce sont les députés socialistes qui ont modifié le texte d’origine pour tenter de rassembler une majorité parmi les députés de gauche. Ce qui est assez étonnant, c’est d’oublier que pour obtenir la majorité des trois cinquièmes des parlementaires au Congrès, certes, il faut convaincre une partie des parlementaires de l’opposition (et tant mieux, je le répète, on ne doit pas réviser la Constitution à la légère) mais avant tout, il faut convaincre les parlementaires de sa propre majorité qui forment le gros des bataillons et cela, tous les Français s’en sont aperçu pendant ces quatre mois et demi de palabres ! Pas la peine de montrer la paille du voisin quand on a une poudre dans les yeux.

J’avais expliqué en quoi l’inscription de la déchéance de la nationalité dans la Constitution (parfaitement inutile et inefficace) aurait été un danger pour la République française. Je ne peux donc que me réjouir, je le répète, et les explications de François Hollande ne suffiront pas à justifier cet échec qui doit lui être imputable exclusivement, même si on pourrait aussi ajouter que c’est également l’échec de Nicolas Sarkozy qui avait soutenu très intensément François Hollande dans cette entreprise.

Christiane Taubira, qui avait démissionné pour cette raison (mais qui n’était pas à une incohérence près car elle avait quand même accepté de signer le projet en décembre 2015), peut donc se réjouir a posteriori de cet abandon et elle aura raison.

Contrairement à ce qu’on aurait pu imaginer, Nicolas Sarkozy était bien plus consensuel que François Hollande lorsqu’il s’est agi de trouver une majorité parlementaire à sa révision du 23 juillet 2008.

François Hollande a été élu sur le seul rejet personnel et politique de Nicolas Sarkozy. Or, dans tous les domaines, que ce soit dans le registre personnel ou politique, François Hollande a montré qu’il était pire que son prédécesseur, tant en honnêteté et exemplarité (rappelons Jérôme Cazuhac) qu’en capacité à réformer le pays avec le soutien du peuple. On est donc en droit de douter de l’efficacité du principe de la primaire chargée de présélectionner le "meilleur" candidat pour un parti de gouvernement.

Ou alors, certes, la primaire présélectionne le meilleur candidat, c’est-à-dire celui que les sondages désignent, mais certainement pas le meilleur Président de la République potentiel. Que cela serve de leçon à l’autre camp qui s’apprête à organiser sa propre primaire avec une confusion particulièrement inquiétante (déjà une quinzaine de candidatures ?).

Pendant ce temps, se taisant, observant avec un plaisir non dissimulé l’évolution catastrophique de la politique nationale, sans avoir besoin de primaire ou de programme, une candidate est déjà prête à marteler ses slogans simplistes et démagogiques ravageurs… Quand donc François Hollande se réveillera-t-il ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (30 mars 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La méthode de François Hollande, efficace à 0%.
Le livret citoyen.
François Hollande, le grand calculateur.
François Hollande et le manque d’ambition.
François Hollande et Angela Merkel.
La déchéance de la République ?
L’annonce de la déchéance de la nationalité (23 décembre 2015).
La démission de Christiane Taubira (27 janvier 2016).
François Hollande sécuritaire (16 novembre 2015).
Loi n°2015-912 du 24 juillet 2015 relative au renseignement.

_yartiFH2016033003



http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20160330-hollande.html

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/la-methode-hollande-efficacite-a-0-179429

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2016/03/30/33590338.html


 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Rakotoarison - dans Institutions
commenter cet article

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).