Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 06:01

« Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors, tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère. » (Évangile selon saint Matthieu, chap. 7, vers. 3-5).



_yartMLP2016A01

Brève du 20 février 2017 à 17 heures 45 : « Le siège du Front national, à Nanterre, a été perquisitionné pour la seconde fois dans l'affaire des emplois fictifs présumés d'assistants parlementaires européens. » ("Ouest France"). Dépêche du 22 février 2017 à 14 heures 06 : « Dans le cadre de l’enquête portant sur les emplois présumés fictifs du Front national au Parlement européen, le garde du corps et la cheffe de cabinet de Marine Le Pen sont auditionnés ce mercredi par la police judiciaire sous le régime de la garde à vue. À l’issue de cette garde à vue, qui peut durer jusqu’à 48 heures, ils peuvent soit repartir sans être poursuivis à ce stade, soit être présentés à la justice en vue d’une éventuelle mise en examen. » ("Ouest France").

Au moins, ses éventuels électeurs sont prévenus. Si la candidate Marine Le Pen était mise en examen, elle resterait en lice quand même dans la course présidentielle. C’est ce qu’elle a déclaré après la première réaction de François Fillon qui, le 26 janvier 2017, pour prouver sa bonne foi, avait réitéré son engagement de renoncer à sa candidature s’il était mis en examen.

En réponse à cet engagement, Marine Le Pen, pensant à sa propre situation judiciaire, a en effet répondu dans le journal "Le Monde" le 2 février 2017 : « Cette déclaration est totalement stupide. Elle a été prononcée dans le but de tirer dans les pattes de Nicolas Sarkozy. ». Et d’ajouter : « Un juge pourrait décider qui est candidat et qui n’est pas candidat. C’est la fin de la démocratie. ».

C’est une drôle de conception de la démocratie. Il est sûr que le croisement entre un calendrier électoral et un calendrier judiciaire pourrait faire des étincelles (on peut par exemple imaginer ce qu’il en aurait été du renvoi en correctionnelle de Nicolas Sarkozy, prononcé le 7 février 2017, si celui-ci avait été désigné comme candidat à l’élection présidentielle). Il n’empêche que la phrase de François Fillon avait un but, c’était de dire qu’un candidat à l’élection présidentielle devrait être irréprochable sur le plan du respect de la loi.

Or, un peu comme Donald Trump lors de la campagne américaine, Marine Le Pen semble jouir d’une tolérance extraordinaire avec les éventuels écarts qu’elle aurait pu se permettre, notamment en tant que présidente d’un parti et en tant que parlementaire. Il faudrait dire à tous ceux qui seraient tentés par le vote Le Pen et qui, aujourd’hui, chargent inconsidérément la candidature de François Fillon que c’est pire que l’hôpital qui se moque de la charité. C’est plutôt la paille et la poutre, ou plutôt, l’arbre qui cache la forêt.

Comme députée européenne, Marine Le Pen a recruté son propre compagnon, déjà vice-président du FN, comme attaché parlementaire avant que celui-ci ne soit élu lui-même député européen. Son compagnon fut ainsi « [attaché] parlementaire en circonscription Nord-Ouest (alors qu’il était par ailleurs élu local à Perpignan). [Il] percevait 5 006 euros par mois pour un mi-temps. Le Parlement Européen interdit de salarier des conjoints de députés ou de leurs partenaires stables non matrimoniaux. Marine Le Pen refusant de [le] considérer comme un "conjoint" ou "partenaire stable non matrimonial", a procédé à ce recrutement en juillet 2011, malgré les interrogations des services du Parlement Européen. » selon Wikipédia.

Toujours sur l'emploi des assistants parlementaires européens, d'autres députés européens du FN sont également concernés : Jean-Marie Le Pen pour 320 000 euros, Bruno Gollnisch pour 275 000 euros, Sophie Montel pour 77 000 euros, Mylène Troszczynski pour 56 000 euros, et Dominique Bilde pour 40 000 euros (total largement supérieur à 1 million d'euros).

En 2009, le Parlement Européen a interdit l'embauche comme collaborateur des députés européens d'un membre de leur famille, mais il est très facile de contourner cette interdiction. "Le Canard enchaîné" a ainsi indiqué le 8 février 2017 que Jean-Marie Le Pen avait demandé à son ami Bruno Gollnisch de recruter sa fille, Yann Le Pen (mère de Marion Maréchal-Le Pen et sœur de Marine Le Pen). Yann Le Pen a ainsi été rémunérée de l'été 2009 à l'été 2014 pour la somme de 7 000 euros brut par mois. En moyenne et dans la durée, elle n'a rien à envier à Pénélope Fillon !

L’adepte du "tous pourris" est parmi ceux qui optimisent au mieux tous les avantages que la République et aussi, l’Union Européenne tant détestée, mettent au service de leurs élus. En mai 2014, le FN a fait élire vingt-trois députés européens, ce qui permet à ce parti l’emploi d’une soixantaine d’assistants parlementaires, selon "Le Monde", avec une limite budgétaire autour de 24 000 euros par député européen (on voit que c’est nettement supérieur à la limite d’environ 9 500 euros d’un député français).

_yartMLP2016A03

Dès mars 2015, le bureau du Parlement Européen s’est inquiété de la réalité de l’emploi d’assistant parlementaire de vingt-neuf personnes recrutées par le FN qui occupent aussi, parallèlement, des postes de cadres au sein du parti ou de l’équipe rapprochée de Marine Le Pen.

Selon les règles du Parlement Européen, tous les assistants sont censés habiter dans l’un des lieux de fréquentation des députés européens, à savoir Strasbourg, Bruxelles ou Luxembourg : « Seuls peuvent être pris en charge les frais correspondant à l’assistance nécessaire et directement lié à l’exercice du mandat parlementaire des députés. (…) Ces dépenses ne peuvent en aucun cas couvrir des frais liés à la sphère privée des députés. ».

Selon "Le Monde", le préjudice évalué sur la période 2010 à 2016 pourrait atteindre 7,5 millions d’euros (on est très loin des 680 380,78 euros net perçus par Pénélope Fillon du 1er avril 1986 au 30 novembre 2013 au titre de collaboratrice parlementaire).

L’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) a enquêté notamment sur deux assistants de Marine Le Pen qui n’auraient eu, selon l’office chargé de réprimer les fraudes, aucune activité européenne (l’un serait le garde du corps de Marine Le Pen). Résultat, l’office a posé le 31 octobre 2016 un "ultimatum" à Marine Le Pen : rembourser environ 340 000 euros avant le 31 janvier 2017, sans quoi la somme serait prélevée sur ses indemnités parlementaires à venir de députée européenne. Son père, Jean-Marie Le Pen, a été l’objet d’une procédure similaire en été 2016.

Réagissant à cet "ultimatum", invité de "Politique matin" sur LCP, le vice-président du FN Florian Philippot s’était contenté, le 2 novembre 2016, de parler du comportement abusif de… l’ancien Président de la Commission Européenne José Manuel Barroso.

Parallèlement, la justice française est intervenue dans cette affaire, saisie au même moment par le Parlement Européen (en mars 2015). En effet, le parquet de Paris a ouvert une instruction judiciaire le 15 décembre 2016, ce qui pourrait aboutir, éventuellement, à la mise en examen de la candidate du Front national. On comprend donc ses déclarations sur la mise en examen, elle qui caracolerait en tête dans les intentions de vote au premier tour de l’élection présidentielle. L’objet de l’instruction judiciaire n’est pas ordinaire : « escroquerie en bande organisée », ce qui reviendrait à du financement illégal de parti politique (car les assistants épinglés travailleraient pour le parti Front national au lieu du Parlement Européen).

La réaction de Marine Le Pen a été beaucoup plus politique que judiciaire (c’est sans doute le tort de François Fillon d’être resté, au début de ses déboires, seulement sur le plan judiciaire sans en prendre la mesure politique) : loin de reconnaître ses torts (la justice tranchera sur ce point-là ; elle a déposé une plainte pour "faux intellectuel"), elle a expliqué cette "mise en accusation" déontologique par une bataille politique qu’aurait menée contre elle et son parti l’ancien Président du Parlement Européen Martin Schulz.

Et finalement, son angle de contre-attaque, aussi culotté qu’il soit, n’a pas forcément été inefficace d’un point de vue électoral : elle, avec son père et son clan qui ont tellement profité du Parlement Européen depuis juin 1984 (cela fait presque trente-trois ans !) sans avoir jamais œuvré en faveur de la construction européenne, uniquement parce qu’il y avait "à manger" sur le dos …des contribuables européens (et donc français), a la mauvaise foi de vouloir faire de cette "fraude aux assistants parlementaires" (une banale affaire de détournement d’argent) un combat politique supposé noble d’elle (David) contre l’Europe (Goliath). Ce qui est assez ridicule : il faudrait plutôt regarder du côté de Nigel Farage pour voir un combat plus sincère et moins intéressé contre l’Europe.

Dans la défense de Marine Le Pen à propos cette épineuse affaire politico-financière, ses avocats ont donné un argument assez peu productif (à savoir, que d’autres l’ont fait aussi : des socialistes espagnols, des conservateurs polonais) et ont remis en cause la compétence de l’Office européen de lutte anti-fraude qui peut imposer le remboursement des sommes indûment perçues sur la conclusion d’une simple enquête administrative.

Sur ce dernier point, ses avocats peuvent avoir raison sur le strict plan du droit, considérant qu’on ne devrait pouvoir imposer un tel remboursement qu’après une enquête judiciaire supposée plus impartiale (le fisc français impose toutefois déjà des redressements fiscaux à l’issue de procédures purement administratives, ce n’est donc pas unique comme procédure administrative). Mais la seule possibilité de retirer cette compétence de recouvrement de l’OLAF, c’est de créer un parquet européen pour faire des enquêtes judiciaires sur le plan européen. Or, depuis 2013, ce projet de parquet européen a toujours été rejeté par les députés européens du Front national. On peut comprendre leur intérêt de s’y opposer, mais cette opposition est contradictoire avec la position de leurs avocats.

_yartMLP2016A02

Une autre affaire judiciaire concerne aussi directement Marine Le Pen qui pourrait être passible de trois ans de prison, 45 000 euros d’amende et de dix ans d’inéligibilité, selon Maxime Vaudano, journaliste du journal "Le Monde". Une enquête préliminaire a été ouverte le 7 janvier 2016 par le parquet national financier, alerté par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Cette enquête la vise ainsi que son père Jean-Marie Le Pen à propos de leur déclaration de patrimoine déposée en 2014 après leur réélection comme députés européens.

La valeur de certains biens immobiliers que les deux possèdent au sein d’une SCI aurait été minorée des deux tiers. Les sommes porteraient sur plusieurs centaines de milliers d’euros. Pour sa défense, l’avocat de Marine Le Pen a indiqué qu’elle était de bonne foi car elle avait simplement repris la valeur estimée par son père et que cette valeur était assez proche de celle estimée par l’administration fiscale. Jean-Marie Le Pen risquerait plus gros car au-delà de cette supposée minoration (qui reste à prouver), il aurait caché l’existence d’un compte en Suisse et de lingots d’or (là, on tomberait plutôt dans une nouvelle affaire Cahuzac). Par ailleurs, Jean-Marie Le Pen a été mis en examen le 9 février 2017 pour incitation à la haine avec des allusions antisémites en ayant déclaré le 6 juin 2014 dans une vidéo en ligne (n°366 de son "Journal de bord") : « Écoutez, on en fera une fournée la prochaine fois ! » à propos d'artistes engagés contre son parti (le FN), comme Patrick Bruel, Guy Bedos, Yannick Noah et Madonna.

Ce qu’on reproche au candidat François Fillon porte sur des montants bien moins élevés que ce qui a été déjà établi par l’Office de lutte contre la fraude à l’encontre de Marine Le Pen. Un internaute anonyme, réagissant aux affaires financières concernant Marine Le Pen, a écrit le 5 février 2017 aux détours d’un article les évoquant : « Un parti [le FN] plus malhonnête que tous les autres réunis ! En même pas dix ans, elle [Marine Le Pen] a intégré le "système" au-delà de l’inimaginable. Elle est le système. On attend du Canard un LePenGate. Il y a matière à ! ».

Quand Marine Le Pen a dénoncé, lors de son meeting à Lyon le 5 février 2017, « la droite du fric » et « la gauche du fric », on comprend maintenant qu’elle voudrait leur préférer … "l’extrême droite du fric".

Au-delà des chiens qui hurlent, entre l’intérêt de la France et du peuple français, et les intérêts d’une PME familiale qui s’est engraissée sur les doutes et les peurs depuis plus de quarante-cinq ans, il ne devrait pourtant pas y avoir beaucoup d’hésitation…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (22 février 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Marine Le Pen, est-elle si clean que ça ?
Que propose Marine Le Pen pour 2017 ?
Le programme de Marine Le Pen pour 2017 (à télécharger).
Fais-moi peur !
Peuple et populismes.
Les valeurs de la République.
Être patriote.
Le débat qui n’a pas eu lieu.
Marine Le Pen en Égypte.
Marine Le Pen contre les droits de l’Homme.
Jean-Marie Le Pen et ses jeux de mots vaseux.
Marine Le Pen et la faiblesse de ses arguments économiques.
Changement de paradigme.
Piège républicain.
Syndrome bleu marine.
Démagogie 2.0.
Le FN et son idéologie.
Les élections législatives partielles de 2013.
Le choc du 21 avril 2002.
Marine Le Pen candidate.
Le monde des bisounours.
Tout est possible en 2017…
Mathématiques militantes.

_yartMLP2016A04



http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20161031-marine-le-pen.html

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/marine-le-pen-est-elle-si-clean-189652

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2017/02/23/34925853.html

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).