Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 00:12

« Je ne perds pas mes nerfs. Je ne participe pas au concours Lépine des solutions les plus stupides et les plus imbéciles, censées lutter contre le terrorisme. (…) Non, l’État de droit n’est pas un obstacle à la lutte contre le terrorisme, c’est au contraire la meilleure arme contre les totalitaires qui en veulent à nos libertés. »


_yarti2017NY01

L’année 2017 sera une année charnière. C’est toujours difficile de l’appréhender à l’avance mais cette année, c’est à peu près sûr : il y aura un nouveau Président des États-Unis, diamétralement différent du précédent, un nouveau Président de la République française, probablement diamétralement différent du précédent, des élections législatives en Allemagne qui vont renforcer ou limoger Angela Merkel, et quelques autres changements politiques, parfois déjà en cours, comme au Royaume-Uni et en Italie, qui laissent entendre que le monde va évoluer différemment. En bien ? en mal ? En bien : c’est tout ce que je nous souhaite évidemment pour cette année.

L’année 2016 aura encore été triste en Europe et aux États-Unis, mais aussi au Proche- et Moyen-Orient. Les attentats, les guerres, ont continué à propager la désolation et la mort dans l’humanité. En France, l’année 2016 semble être la triste continuation de l’année 2015, avec l’attentat de Nice qui a tué 86 personnes le jour symbole de la fête nationale.

L’année 2016 aura été déconcertante, décoiffante même, prête à amener les peuples hors des sentiers battus, battus par les médias, par les sondages, par ceux qui prétendent faire "l’opinion publique". Ainsi, la désignation de Donald Trump aux primaires républicaines puis son élection à la Présidence des États-Unis ont pu être vécues comme la surprise de l’année. En fait d’élection, la surprise était plutôt l’éviction de sa rivale Hillary Clinton. Les élus sont souvent par défaut. Donald Trump a recueilli moins de suffrages que le candidat républicain de 2012 mais Hillary Clinton a perdu encore bien plus de voix que Barack Obama en 2012 (mais en voix, elle a quand même devancé Donald Trump sans pour autant gagner, complexité des institutions américaines).

En France, le front du chômage, supposé la priorité du Président François Hollande depuis le début de son quinquennat, n’a jamais reculé. Certes, les demandeurs d’emploi de la catégorie A ont diminué pendant trois mois successifs en cette fin d’année, mais c’est se moquer du monde de croire que l’emploi va mieux en France. Il faut prendre l’ensemble de ceux qui voudraient avoir un emploi pérenne pour avoir la bonne idée de la situation. Or, des demandeurs d’emploi ont été massivement transférés de la catégorie A (la seule qui devrait compter pour les médias, allez savoir pourquoi !) vers les catégories de ceux qui sont en formation (donc toujours au chômage) et de ceux qui ont des petits boulots précaires et à temps partiel (il suffit de travailler une heure dans le mois pour quitter la catégorie A). Globalement, la France continue de perdre des emplois industriels et aucune mesure du gouvernement actuel depuis cinq ans n’a semblé efficace à ce sujet.

Si le "monde" a été "étonné" de l’élection de Donald Trump, il l’a été aussi du succès du Brexit au Royaume-Uni, également considéré comme inimaginable quelques jours avant le référendum. Là encore, l’histoire des peuples n’a jamais été écrite et c’est à eux de l’imaginer, de l’esquisser.

Vladimir Poutine est, quant à lui, dans la construction d’une nouvelle grande Russie, qui n’a rien à voir avec l’URSS mais qui renoue avec une sorte de nationalisme qui se moque du sort des peuples. Son rôle en Syrie et son rapprochement avec la Turquie auront montré avant tout son pragmatisme plus que son dogmatisme. Il reste que sans ses réserves énergétiques, la Russie a encore tout à reconstruire pour retrouver une économie florissante.

En France, 2017 va être une année charnière car elle est l’échéance capitale dans sa respiration démocratique. Tous les cinq ans, le peuple français choisit son Président de la République et ses députés. Il s’agit de ne pas "se tromper". Dans un monde (économique surtout) qui bouge si vite, se tromper, c’est prendre cinq ans de retard. Cela a été le cas en 2012. Cinq ans, à l’échelle des tweets, c’est trois siècles !

Il n’y a plus qu’une inconnue avant le départ de la campagne présidentielle, l’identité du candidat officiel du PS. Il faut dire qu’à part des vieux militants socialistes, tout le monde s’en moque un peu car personne n’imagine ce candidat, quel qu’il soit, arriver au second tour et encore moins le gagner.

Cependant, les surprises de 2016, ce furent aussi des surprises pour réduire le nombre d’inconnues sur la ligne de départ présidentiel. Ainsi, éjectée Cécile Duflot à la primaire confidentielle de EELV. Dès le premier tour ! Remercié également, l’ancien Président de la République Nicolas Sarkozy, et largement, lors de la primaire LR. Cela l’avait démangé de revenir en politique, il a compris, on ne l’y reprendra plus ! Mais également remercié Alain Juppé, roi des sondages pendant deux ans. Alain Juppé, ayant eu longtemps le rôle de Dominique Strauss-Kahn pour l’élection de 2012, n’a pas eu un accident de Sofitel mais n’a pas su montrer qu’à 71 ans, on pouvait être un homme d’avenir prêt à conduire la France dans la modernisation économique. Enfin, évidemment, citons aussi François Hollande qui a carrément implosé au cours de l’automne à cause du livre suicidaire de confidences qui l’a complètement discrédité auprès de ses derniers soutiens.

_yarti2017NY02

Certains ont placé Emmanuel Macron comme l’homme de l’année 2016 : il est probable que l’homme de l’année 2017 ne soit pas l’homme de l’année 2016. Méfions-nous donc des sondages et restons sur le fondamental. Le fondamental, c’est le travail, l’expérience et les propositions, et à ce jeu, certes très traditionnel et un peu ringard mais toujours efficace, François Fillon a une nette longueur d’avance. Emmanuel Macron risque plus une destinée à la Jean-Pierre Chevènement, celui de 2002, qu’une à la Valéry Giscard d’Estaing. En somme, un JJSS qui s’ignore.

Le silence de François Fillon après sa victoire à la primaire LR est d’ailleurs assourdissant, aussi assourdissant que le silence de François Hollande entre octobre 2011 et janvier 2012. François Fillon a raison de laisser filer les fêtes de fin d’année (la trêve des confiseurs apporte une pause salutaire dans les débats politiques) mais aussi les quelques jours de débats publics de la primaire PS. Mais il aura intérêt à revenir rapidement à la charge ensuite. Les questions de tempo sont essentielles dans une campagne électorale : il ne faut pas oublier que l’aspect tactique est aussi important que la compétence d’un candidat. L’aura d’Édouard Balladur a littéralement explosée au cours d’une campagne présidentielle qui devait n’être qu’une formalité.

Celui qui est cité en tête de cet article, sur la question cruciale de la lutte contre le terrorisme, c’est bien sûr François Fillon, au vrai commencement de sa campagne, le 28 août 2016 à Sablé. Il avait réuni tous ses amis dans une grande journée champêtre, dans son "fief" (comme on dit). Elles disent beaucoup de choses, ces phrases sur le terrorisme : il attaquait implicitement Nicolas Sarkozy aux olympiades de la surenchères sécuritaires dont ne fut pas exempt François Hollande lui-même. Mais surtout, il rappelait que l’État de droit devait rester le fondement de toute politique publique. C’est en ce sens que François Fillon peut rassurer sur ses intentions : il ne transgressera pas la démocratie comme l’auraient voulu Nicolas Sarkozy mais aussi François Hollande et Manuel Valls.

Dans cette même déclaration, François Fillon réclamait une meilleure connaissance de l’histoire pour mieux préparer la France de demain : « La France, c’est une culture qui a marqué l’Histoire de l’humanité. Être français, c’est se sentir chez soi dans une épopée où tout s’enchaîne : le Moyen-Âge chrétien, la Renaissance humaniste, la monarchie absolue, la Révolution citoyenne, l’Empire triomphant, les Républiques progressistes. La première condition du redressement national est dans le respect du passé, l’acceptation de l’Histoire, la reconnaissance des vrais héros qu’ont été les paysans français qui ont construit la puissance nationale, les scientifiques et les inventeurs qui lui ont donné les clefs de son rayonnement international, la chrétienté qui a forgé sa conscience, les philosophes des Lumières qui en ont fait l’avant-poste du combat pour les libertés individuelles, les soldat de l’an II qui l’ont défendue contre ses ennemis, les Poilus de Verdun, les Français libres et ceux de la Résistance, les ingénieurs et les ouvriers qui ont permis Concorde, Airbus, le TGV, Ariane, le nucléaire et la renaissance des années soixante. Nous sommes uniques ! Pourquoi devrions-nous nous en excuser ? ».

_yarti2017NY04

Et de proposer ainsi ce remède d’être dans la continuation de ce qu’a toujours été la "France éternelle", selon l’expression de De Gaulle : « Comment ne pas ressentir la force, la puissance, la profondeur de ce passé qui nous a forgés et qui nous donne les clefs de notre avenir. Renouer les fils de l’Histoire ! Retrouver nos racines pour comprendre notre passé et nous projeter dans l’avenir. Le monde a besoin de notre témoignage, de notre expérience accumulée au long des siècles pour trouver une voie entre la violence sauvage et la dictature de l’argent. Nous avons besoin d’être fiers de notre pays pour franchir les obstacles que dressent devant nous un nouveau monde prêt à nous faire sortir de l’Histoire. Nous avons besoin d’être fiers de la France pour défendre son unité. » (28 août 2016).

Je pense que c’est ce type de discours dont a besoin le peuple français, pas celui de vouloir "réenchanter le rêve français" comme le proposait François Hollande à la manière de Colargol, mais d’être à l’aise avec son passé, quel qu’il soit (Clemenceau dirait qu’il est un "bloc"), et d’aller de l’avant pour reprendre l’initiative dans un monde globalisé de plus en plus compétitif.

Dans cette compétition généralisée, la France est l’un des pays qui a le plus d’atouts essentiels, celui de l’excellence scientifique et technologique et celui du prestige de la philosophie de Voltaire. Il reste cette année à ce que chaque citoyen s’en convainque… et ces retrouvailles avec l’Histoire ne se feront pas avec un discours d’exclusion et de fermeture, mais avec une ardeur qui n’a pas peur de son ombre et surtout, qui n’a pas peur tout court, ni de son peuple, ni des autres peuples.

Bonne année la France !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (01er janvier 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Au début de l’année 2016…
Le choix du plus convaincant.
Nouveau monde.

_yarti2017NY03


http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170101-nouvel-an.html

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/2017-le-pire-n-est-jamais-certain-188063

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2017/01/01/34746022.html





 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).