Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 04:28

« Nous allons devoir nous adapter, repenser, nous reconcentrer et modifier nos hypothèses fondamentales sur notre manière de définir la richesse, la possession. Comme les enfants, nous allons devoir apprendre à partager. Si nous échouons, alors les forces qui ont contribué au Brexit, la progression de l’isolationnisme, pas seulement au Royaume-Uni mais partout dans le monde, qui naît du manque de partage, d’une définition biaisée de la richesse et de l’incapacité de la partager plus équitablement, à la fois à l’intérieur des pays mais aussi entre eux, se renforceront. Si cela arrivait, je ne serais pas optimiste pour le futur de notre espèce. » ("The Guardian", le 29 juillet 2016).


_yartiHawkingStephen01

Lorsqu’il a appris qu’il était gravement malade, il était alors étudiant. Les médecins ne lui avaient "donné" que quelques années, tout au plus deux ans, comme espérance de vie. Il s’est même demandé si c’était utile de poursuivre ses études. C’est donc un exploit que ce dimanche 8 janvier 2017, le physicien britannique Stephen Hawking fête son 75e anniversaire.

C’est même un double exploit.

Celui, d’abord, d’avoir duré si longtemps avec une compagne si sournoise, la maladie de Charcot. Et celui, ensuite, d’être un incontestable génie de la physique théorique et d’avoir fait une très brillante carrière scientifique qui l’a amené à la prestigieuse chaire de professeur de mathématiques de l’Université de Cambridge de 1980 à 2009 (parmi ses éminents prédécesseurs, Isaac Newton, de 1669 à 1702, et Paul Dirac, de 1932 à 1969).

Par ailleurs, il est un auteur à succès avec son best-seller de vulgarisation très connu, "Une Brève Histoire du temps" ["A Brief History of Time"], publié en 1988 et préfacé par le médiatique astrophysicien Carl Sagan (mort il y a vingt ans le 20 décembre 1996). L’ouvrage a été vendu à plus de dix millions d’exemplaires depuis sa parution, traduit en trente-cinq langues et en tête des meilleures ventes du "Sunday Times" pendant presque cinq ans. Sa suite fut publiée en 2001 avec "L’Univers dans une coquille de noix" ["The Universe in a Nutsgell" reprenant un jeu de mot avec une phrase de Shakespeare : « Je pourrais être enfermé dans une coquille de noix et me sentir comme le roi d’un espace infini » ("Hamlet")].

_yartiHawkingStephen02

Grand infirme, Stephen Hawking l’est depuis des décennies. Il est atteint d’une véritable "saleté" qui s’appelle exactement "sclérose latérale amyotrophique". Sa maladie neurodégénérative est évolutive et effrayante : les neurones moteurs du cortex cérébral et de la moelle épinière sont progressivement détruits. Cela a pour conséquence terrible une paralysie qui s’étend sur tous les muscles : incapacité de parler, de se servir de ses mains, de se tenir debout, et même (ce qui fait que la maladie à terme est forcément mortelle sans assistance artificielle), de respirer.

Pour avoir connu de très près une personne très chère atteinte de symptômes très proches (progressive incapacité de parler, d’écrire, de marcher, etc.), je peux témoigner avec une émotion qui ne disparaîtra jamais que c’est à la fois très impressionnant, terrifiant, mais en même temps, très étonnant car le mental, l’esprit, la mémoire n’en sont pas affectés (et donc, la lucidité et la conscience de la maladie non plus). C’est comme si l’esprit était enfermé dans une prison, pouvait encore penser, raisonner, se souvenir, entendre, voir, sentir, aussi goûter (le goût était d’ailleurs l’un des sens les plus cruciaux, le dernier plaisir) et il faut que l’entourage proche soit extrêmement dévoué, ouvert et attentionné pour comprendre le début de cette maladie (comprendre d’abord que c’est une maladie, ensuite qu’il faut définir des moyens particuliers pour communiquer, sans cesse modifiés à cause de l’évolution de la maladie).

Stephen Hawking, dans son malheur, a eu une triple chance : chance d’être exceptionnellement intelligent (son jury de thèse a vite compris à qui il avait affaire, lors de sa soutenance de doctorat), ce qui a entraîné beaucoup d’aide et de compassion au niveau académique ; chance d’avoir eu une (première) épouse extrêmement compréhensive (Jane Wilde), prête à se dévouer pour combattre avec lui la maladie ; et chance de s’être enrichi grâce à son best-seller (cité plus haut), ce qui lui a donné les moyens de financer des équipements innovants lui permettant de continuer à exprimer sa pensée parfaitement limpide.

En 1985, une pneumonie l’a définitivement empêché de parler à cause d’une trachéotomie. Heureusement, un geek de Californie a conçu un appareil relié à un ordinateur lui permettant, avec la main, de taper du texte et de le faire lire par un synthétiseur vocal. Plus tard, en 2001, alors que l’utilisation de sa main n’était plus possible à cause de l’avancée de la dégénérescence, ce fut sa joue qui joua le rôle d’émissaire extérieur pour exprimer sa pensée, grâce à un ingénieux système de capteur laser relié à un ordinateur (cela donne un flux moyen de cinq mots par minute).

Grâce à ces équipements très sophistiqués et très coûteux, en digne successeur d’Isaac Newton (un héros du regretté Gotlib) et de Paul Dirac, Stephen Hawking a pu donner ses cours à l’Université de Cambridge pendant près de trente ans, jusqu’en 2009. Après sa séparation de sa première femme Jane (docteur en langues romanes), en 1990, Stephen Howking s’est remarié en 1995 avec celle qui commençait à prendre soin de lui quotidiennement, son infirmière, Elaine (ancienne épouse du concepteur de son premier équipement vocal), dont il s’est séparé en 2006.

_yartiGotlibB04

Deux fictions ont (plus ou moins bien) raconté l’histoire personnelle de Stephen Hawking : le téléfilm britannique "Hawking" réalisé par Philip Martin et diffusé en France, sur Arte, le 10 décembre 2004, et le film britannique "Une merveilleuse histoire du temps" ["The Theory of Everything"] réalisé par James Marsh et sorti le 1er janvier 2015 au Royaume-Uni et le 21 janvier 2015 en France. On peut certes regretter que ce (dernier) film ne traite pas des travaux scientifiques mais seulement de sa vie sentimentale (et médicale).

Car l’essentiel de la vie de Stephen Hawking est scientifique. Ses travaux concernent principalement des modèles théoriques en cosmologie. Ils sont probablement trop théoriques pour qu’il puisse espérer un jour être récompensé par le Prix Nobel de Physique qui est censé n’honorer que des scientifiques qui ont apporté une amélioration concrète à la vie quotidienne des gens, même s’il a beaucoup fait avancer l’astrophysique et notamment la compréhension sur les tous noirs.

C’est d’ailleurs en assistant à une conférence sur les trous noirs du mathématicien Roger Penrose, qui est devenu par la suite son ami, que Stephen Hawking a eu l’idée du sujet de sa thèse sur le temps et qu’il s’est investi dans l’étude théorique des trous noirs. C’est lui qui imagina dès 1963 le rayonnement appelé "Hawking radiation" (rayonnement de Hawking) : en principe, un trou noir est tellement dense qu’il n’émet plus rien (d’où son nom), mais Stephen Hawking a démontré que des effets quantiques laissaient cependant échapper un rayonnement particulier, un signal de très faible amplitude. Il poursuivit ses travaux en thermodynamique des trous noirs, mêlant relativité générale et physique quantique.

_yartiHawkingStephen04

Comme tous les humains, Stephen Hawking n’est pas exempt de failles très humaines. Confronté peut-être à la pression d’éditeurs (son nom fait vendre), il a publié ces dernières années des livres de spéculation intellectuelle qui n’ont rien de rigoureux et surtout, rien de scientifique et qui pourraient même induire les lecteurs à une mauvaise interprétation.

Ce manque de rigueur éditoriale, il n’est pas le seul physicien à y avoir sombré puisque le physicien français Étienne Klein, pourtant vulgarisateur talentueux et passionné, a dû lui-même reconnaître (après avoir été épinglé par la presse) qu’il avait plagié des passages entiers de son récent livre sur Albert Einstein et qu’on ne l’y reprendrait plus car il allait se recentrer sur son cœur de métier, la recherche scientifique…

L’existence de Stephen Hawking, sans être représentative, montre qu’une forte dépendance et un handicap grave n’empêchent nullement de rendre sa vie précieuse et riche tant intellectuellement que humainement. Il est donc un exemple incroyable d’optimisme et d’espoir pour tous ceux qui sont confrontés, comme personnes atteintes ou comme proches aidants, par ce qui restera toujours comme un véritable cauchemar.

Happy birthday, Stephen !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (06 janvier 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Stephen Hawking.
Dépendances.
Le congé de proche aidant.
Trofim Lyssenko.
Rosetta, mission remplie !
Le dernier vol des navettes spatiales.
André Brahic.
Evry Schatzman.
Les embryons humains, matériau de recherche ?
Cellules souches, découverte révolutionnaire et éthique.
Ernst Mach.
Darwin vaincu ?
Jean-Marie Pelt.
Karl Popper.
Emmanuel Levinas.
Hannah Arendt.
Paul Ricœur.
Albert Einstein.
La relativité générale.
Bernard d’Espagnat.
Niels Bohr.
Paul Dirac.
François Jacob.
Maurice Allais.
Luc Montagnier.

_yartiHawkingStephen03



http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20170108-stephen-hawking.html

http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/stephen-hawking-un-genie-tres-188272

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2017/01/06/34772121.html




 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).