Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 février 2020 3 19 /02 /février /2020 03:10

« Quand on trouble l’ordre public, sous quelque justification que ce soit, y compris religieuse, on ne peut l’accepter. » (Emmanuel Macron, le 18 février 2020 à Mulhouse).


_yartiMacron2020021801

Au cours d’un déplacement à Mulhouse ce mardi 18 février 2020, le Président de la République Emmanuel Macron a prononcé un discours très attendu sur la laïcité et les relations entre les religions et la République. En fait, il s’agissait surtout de comprendre qu’elle était la position d’Emmanuel Macron sur l’islam.

En employant depuis quelques semaines le terme "séparatisme" pour qualifier le fait de privilégier la religion sur lois de la République, Emmanuel Macron a voulu donner un signal fort mais également original dans la lutte contre le "communautarisme" : « Le problème est quand, au nom d’une religion, on veut se séparer de la République. ».

Et justement, il a préféré éviter d’employer ce terme, "communautarisme", car il ne voudrait pas être critiqué sur une lutte contre certaines communautés : « On peut appartenir à une communauté tout en étant pleinement Française et Français. ». Il a donc insisté sur une lutte contre cet esprit de clan qui soustrairait une communauté de personnes à la République.

En clair, Emmanuel Macron, arbitre suprême des citoyens (« Le sujet central, c’est celui de notre unité dans la République. »), garant autant de l'unité nationale que de la liberté de culte, ne veut pas stigmatiser une religion en particulier : « Je refuse le simplisme, la naïveté, mais aussi la stigmatisation. ».

Autant la nommer, l’islam, mais il ne s’agit pas de stigmatiser les musulmans, il s’agit de fustiger ceux qui, dans l’islam, refusent la société française, à savoir l’islamisme ou l’islam politique. En énonçant ainsi cette différence, il marche évidemment sur des œufs car les "identitaires" qui mélangent pêle-mêle les musulmans qui pratiquent leur religion sans gêner les autres et les islamistes qui voudraient à terme une république coranique (la charia en guise de Constitution) voire qui voudraient carrément massacrer des Français, vont voir dans cette différentiation subtile une faille dans la fermeté, et les islamocompatibles, ainsi que sont appelés ceux qui, à gauche surtout, toléreraient les provocations des islamistes, vont amalgamer et faire croire que ce discours stigmatise une religion.

C’est le problème de toute pensée "complexe", celui de la nuance qui peut être mal interprétée d’un côté comme de l’autre. Pourtant, il y a urgence à ne pas s’aventurer dans des pensées simplistes car c’est tout le liant de la société française qui est en cause.

L’idée de parler de séparatisme est originale et pertinente. Originale car c’est un mot qui lui est propre. Il était plutôt utilisé dans d’autres contextes et hors de France : séparatisme irlandais, séparatisme catalan, séparatisme flamand, séparatisme russe (en Ukraine, dans le Donbass), séparatisme tchétchène, etc. En utilisant ce mot pour désigner l’islamisme politique en France, Emmanuel Macron convient de la gravité du diagnostic : oui, dans certains quartiers, dans certaines zones, il y a des zones de non-droit, des zones où l’islam l’emporte sur la République : « On ne peut jamais accepter que les lois d’une religion soient supérieures à celles de la République. ».

Subtile aussi car Emmanuel Macron veut lutter efficacement contre le séparatisme islamiste. Or, il reproche à tous ceux qui en ont fait leur cheval de bataille politique, les identitaires, un trop grand simplisme et surtout, une incompétence dans sa lutte concrète.

Ainsi, il évoque l’idée de révoquer l’enseignement des écoliers pour des cours en langue arabe par des enseignants qui ne maîtrisent même pas le français et dont l’enseignement n’est même pas contrôlé par l’État français, cet enseignement en langue étrangère maternelle se fera désormais à partir des cours internationaux. C’est une disposition technique qui a pourtant une grande incidence : il faut que tous les enfants et adolescents instruits en France le soient par un programme républicain qui ne remet pas en cause la République et ses lois.

Emmanuel Macron a ainsi précisé un certain nombre de mesures concrètes pour la reconquête de la République dans certains milieux. Ceux qui imaginaient secrètement le Président de la République annoncer l’interdiction de l’islam ne seront évidemment pas satisfaits : « Un plan contre l’islam serait une faute profonde ; nous devons combattre le séparatisme islamiste. ». Heureusement : « Il ne faut pas faire de la laïcité l’instrument d’une bataille contre une religion. ». Car voici sa définition de la laïcité : « La laïcité, c’est la possibilité de croire ou de ne pas croire, mais (…) sans que cela vienne troubler le respect des lois. ».

_yartiMacron2020021802

Emmanuel Macron prononcera encore deux autres discours sur la laïcité dans les semaines à venir. Il semble probable que ce discours de Mulhouse ne satisfera pas ceux qui, de toute façon, de part et d’autre, ne cessent de jeter de l’huile sur le feu de la cohésion nationale pourtant déjà très fragile depuis plusieurs décennies. C’est pourtant sur ce thème régalien et sur la transition écologique qu’Emmanuel Macron voudrait consacrer le restant de son quinquennat, à savoir les deux prochaines années, après les "épisodes" encore à venir de la réforme des retraites et de la PMA pour toutes les femmes. Son objectif devra être très ambitieux : celui de rassembler tous les Français autour d’une fierté nationale retrouvée.

En 2009, Nicolas Sarkozy, qui avait pressenti les enjeux, n’était pas parvenu à mener à bien son grand débat sur l’identité nationale, et son successeur François Hollande se moquait comme de sa dernière chemise de ce problème pourtant essentiel qui a permis à tous les extrémismes et à tous les populismes de prospérer sur le terreau de la crise économique.

Étrangement, on ne parle plus aujourd’hui du chômage dont le taux est redescendu à 8,1% de la population active, ce qui est un exploit pas assez répété. La transition écologique est un sujet qui pourrait avoir l’air d’être un gadget (il n’y avait quasiment rien sur ce thème dans le programme présidentiel de 2017), tandis que la cohésion républicaine est un sujet majeur qui a une incidence évidente sur le plan économique. Le jour où les Français retrouveront foi en l’avenir, ce sera le jour où ils n’auront plus peur de ne plus être ce qu’ils étaient hier, ou plutôt, ce qu’ils croyaient être hier, et cette confiance retrouvée renforcera le dynamisme économique actuellement nourri par une partie du peuple et pas son ensemble. Et pour cela, il faut que les Français se sentent soutenus par un État qui les comprend et qui comprend leurs inquiétudes. Ce sera d’ailleurs le seul moyen de redonner à la politique ses lettres de noblesse.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (18 février 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La guerre contre le séparatisme islamiste engagée par Emmanuel Macron.
Discours du Président Emmanuel Macron le 18 février 2020 à Mulhouse (texte intégral).
Jésus-Christ et Frédéric Fromet.
5 ans de Soumission.
Mosquée de Bayonne : non assistance à peuple en danger ?
La société de vigilance.
N’oublions pas le sacrifice du colonel Arnaud Beltrame !
Strasbourg : la France, du jaune au noir.
Discours du Président Jacques Chirac le 17 décembre 2003 à l’Élysée sur la laïcité (texte intégral).
La Commission Stasi : la République, le voile islamique et le "vivre ensemble".
Rapport Stasi du 11 décembre 2003 sur la laïcité (à télécharger).
L’immigration, une chance pour la France : Bernard Stasi toujours d’actualité !
Pas de politique sans morale.
La laïcité depuis le 9 décembre 1905.
Le burkini en question.
L’apéro saucisson vin rouge (12 juillet 2011).
Terrorisme islamiste de Daech.
L’esprit républicain.
Le patriotisme.
Représenter le prophète ?
L’islam rouge (19 septembre 2012).
La laïcité et le voile.
La burqa et la République.
Terrorisme et islamisme.

_yartiMacron2020021803



http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20200218-separatisme-islamiste.html

https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/la-guerre-contre-le-separatisme-221635

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2020/02/18/38036547.html




 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel Jean 19/02/2020 10:17

Un très bon discours qui fait simplement comprendre que l’autorité doit découler de la démocratie et non de l’emprise des religions. Bye.

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).