Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2020 2 07 /04 /avril /2020 03:11

« Tout mon soutien à Boris Johnson, à sa famille et au peuple britannique dans ce moment difficile. Je lui souhaite de surmonter cette épreuve rapidement. » (Emmanuel Macron, Twitter, le 6 avril 2020).



_yartiBojo2020A01

Hélas, quand j’écris : Boris Johnson lutte contre le coronavirus, il faut le comprendre dans les deux sens. D’un part, en tant que chef d’un gouvernement, il lutte contre la pandémie dans son propre pays ; d’autre part, en tant qu’individu, il lutte personnellement, dans son corps, dans ses tripes, contre le coronavirus SARS-CoV-2.

Quand j’ai entendu que Boris Johnson, Premier Ministre britannique depuis le 24 juillet 2019, a été hospitalisé le soir du dimanche 5 avril 2020, pour des examens complémentaires, je me suis dit que ce n’était pas vraiment rassurant. Tandis que la reine Élisabeth II (94 ans dans quelques jours) a prononcé une allocution (très courte) à tous les Britanniques le même soir (la cinquième fois seulement de manière exceptionnelle en soixante-huit ans de règne !).

Certes, dans l’après-midi du 6 avril 2020, Boris Johnson s’était voulu rassurant en tweetant : « La nuit dernière, sur conseil de mon médecin, je suis allé à l’hôpital pour des examens de routine alors que j’ai encore des symptômes persistants du coronavirus. J’ai bon moral et reste en contact avec mon équipe, pour travailler ensemble à combattre le virus et maintenir tout le monde en sécurité. ». Mais une hospitalisation a ce stade n’est jamais très rassurante.

En effet, Boris Johnson a annoncé le 27 mars 2020 qu’il avait le covid-19 et dans le développement de cette saleté de maladie, il y a une phase critique, entre les huitième et dixième jours, où la maladie peut s’aggraver avec des complications respiratoires. Malheureusement, Boris Johnson en est à ce stade. Il a été placé en "soins intensifs" le soir du 6 avril 2020, ce qui, en traduction, pourrait être compris comme en "réanimation". Il ne serait pas entubé, juste placé sous un masque à oxygène. Il serait conscient (donc pas sous sédation), mais ne pourrait plus parler (à cause du masque).

Ce n’est pas la première personnalité à avoir le coronavirus et à se retrouver dans une situation grave pour sa propre santé, mais c’est le premier responsable politique de premier plan. D’un point de vue institutionnel, il a désigné Dominic Raab, le Ministre des Affaires étrangères, comme son suppléant le cas échéant dans la vie politique du pays.

Il faut le redire et répéter, marteler : le covid-19 n’est pas une grippe. Elle ne touche pas seulement, dans sa forme sévère, les personnes "à risques", c’est-à-dire fragiles (âgées, malades, en situation de handicap, etc.). Elle touche tout le monde, des bébés, des adolescents, des jeunes personnes sont morts du covid-19 un peu partout dans le monde. Pour l’instant, il est très difficile de déterminer la raison (peut-être génétique ?) de cette funeste loterie qui décide si la forme sévère se développe ou pas. C’est sûr que les personnes à risques ont moins de "chance" que les autres de s’en sortir indemnes.

Cette loterie, elle se distingue par certes (et heureusement) un très fort taux de guérison au bout de quelques jours ou semaines, mais aussi par un taux d’hospitalisations très important dans l’absolu (en nombre, car le virus est très contagieux), et un taux de décès non négligeable (qui n’a rien à voir avec celui de la grippe car le covid-19 demande des milliers de lits en réanimation occupés pendant une longue période).

Le Prince Charles, septuagénaire (71 ans), avait annoncé le 25 mars 2020 qu’il avait été contaminé aussi, mais il semblerait être désormais guéri. Boris Johnson n’a "que" 55 ans, ce qui n’est pas l’âge d’un vieillard. Il avait probablement surestimé ses capacités personnelles, mais rappelons qu’au début de la mise en place des gestes barrières, la dernière semaine de février 2020 en France, beaucoup que je croisais me disaient : "je ne crains pas d’être contaminé" (en oubliant pour l’occasion qu’ils pourraient eux-mêmes contaminer les autres). Ce "Même pas peur !" laisse entendre une sorte de force intérieure quasi-virile mais qui n’est que l’expression d’un égoïsme individuel peut-être inconscient mais qui ne prend pas en compte la gravité de la situation collective (même si je respectais les gestes barrières, cette sensation d’invincibilité était aussi passée dans mon esprit à l’époque, très brièvement car l’avancée de l’épidémie a rapidement montré les dégâts humains en Italie).

Boris Johnson a d’ailleurs fait partie de ces personnes-là, les "même pas peur !" (nombreuses au début), au point même de fanfaronner, encore le 3 mars 2020 lors d’une visite d’hôpital : « Je serre les mains. J’étais à l’hôpital l’autre soir où je crois qu’il y avait des patients atteints du coronavirus, et j’ai serré la main de tout le monde (…). Et je continue à serrer des mains. ». Le covid-19 n’est pas la grippe. Quand on côtoie une personne atteinte de grippe, on se dit qu’on peut passer entre les gouttes. Le coronavirus est beaucoup plus agressif et contagieux, et la proximité d’une personne atteinte de covid-19 laisse peu de place au hasard, il est quasiment sûr d’être contaminé soi-même à cette occasion. D’où l’importance des gestes barrières et de la distanciation sociale.

_yartiBojo2020A02

Cette "inconscience" m’a fait penser, dans l’histoire de France, à Casimir Perier (1777-1832). Président du Conseil depuis le 13 mars 1831, lors de la Monarchie de Juillet (du roi Louis-Philippe), Casimir Perier était ainsi décrit par Rémusat : « En lui luttaient sans cesse une raison froide et une nature passionnée. C’est là ce qui faisait une partie de sa puissance. Sa pensée se présentait à son esprit comme une illumination ; elle s’emparait de lui avec tant de véhémence qu’elle l’emportait pour ainsi dire, et sa parole brève et pressée avait peine à le suivre. Cependant, son idée était si nette et son impression si vive qu’il était sur-le-champ compris. ». Le 1er avril 1832 (et ce n’était pas un poisson), au début de l’épidémie de choléra à Paris, Casimir Perier, comme chef du gouvernement, accompagna le duc d’Orléans visiter l’Hôtel-Dieu et ses malades. Il a hésité à entrer dans la salle où se trouvaient les malades, le duc d’Orléans lui a alors dit : « Monsieur, le vin est tiré, il faut le boire. ». Atteint de choléra, Casimir Perier est mort le 16 mai 1832 de cette maladie.

Le promoteur du Brexit n’avait d’ailleurs pas eu de "chance" avec le coronavirus puisque le premier cas de contamination au Royaume-Uni a été déclaré quelques heures avant le passage officiel du Brexit, le 31 janvier 2020 à minuit. C’est clair que l’appartenance ou pas du Royaume-Uni dans l’Union Européenne n’aurait pas influé sur la course effrénée du coronavirus qui, grâce aux transports humains, a su traverser les océans et envahir tous les continents avec sa suite mortuaire.

Il est sûr que certains chefs d’exécutif ont eu des prises de conscience plus ou moins rapides sur le coronavirus. Boris Johnson a sans doute tardé à comprendre que ce n’était pas une grippe et qu’il fallait protéger ses habitants. Au départ, il considérait qu’il fallait laisser l’immunisation de faire naturellement (quand une population a attrapé un virus à 60%-70%, le virus ne peut plus circuler), mais il a changé de "doctrine" lorsque des experts ont estimé que sans mesure de confinement, le risque de provoquer des centaines de milliers de morts était très grand (car le virus est très agressif). Les États-Unis de Donald Trump ont, eux aussi, tardé à prendre la mesure de la gravité de cette pandémie.

Au lundi 6 avril 2020, le Royaume-Uni est en pleine montée d’épidémie, avec près de 52 000 cas dépistés (soit +4 000 en un jour), et 5 375 décès (+439 en un jour). La tendance va probablement empirer dans le futur proche. Les États-Unis, l’Espagne, l’Italie et la France, mais aussi la Belgique et les Pays-Bas sont dans une situation alarmante. Dans la seule journée de lundi, plus de 5 000 personnes sont mortes du covid-19 dans le monde, soit au total près de 75 000 personnes.

L’inquiétude qui pèse sur la santé de Boris Johnson, qui, je l’espère, se remettra le plus vite possible de cette aggravation de sa maladie, devra faire prendre conscience à ceux, derniers retardataires maintenant, qui n’auraient pas encore compris la singularité et l’exceptionnelle gravité de ce coronavirus et qui ne comprennent pas qu’en ne restant pas confinés, ils facilitent la circulation du virus et en fait augmenter le nombre de ses malheureuses victimes. Restons chez nous. C’était d’ailleurs sur ce mot d’ordre que le dernier tweet de Boris Johnson finissait : #StayHomeSaveLives.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (06 avril 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Boris Johnson lutte contre le coronavirus.
Brexit Day : J – 3 …et De Gaulle dans tout ça ?
Brexit : enfin, l’Union Européenne prouve qu’elle n’y était pour rien !
La très belle victoire de Boris Johnson.
Les élections législatives britanniques du 12 décembre 2019.
Brexit : et en avant pour un nouveau tour (électoral) !
Brexit : Boris Johnson et Emmanuel Macron sur le même front commun.
Document : les trois lettres adressées le 19 octobre 2019 à l’Union Européenne.
Document : quel est l’accord UK-EU du 17 octobre 2019 ? (à télécharger).
Brexit : le nouveau deal, enfin, in extremis !
8 contresens sur le Brexit.
Boris Johnson, apprenti dictateur ?
Boris Johnson, le jour de gloire.
Union Européenne : la victoire inespérée du Président Macron.
Européennes 2019 (6) : le paysage politique européen.
Theresa May : Game over.

_yartiBojo2020A03




http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20200406-boris-johnson.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/boris-johnson-lutte-contre-le-223059

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2020/04/06/38175122.html






 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).