Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2020 4 08 /10 /octobre /2020 03:01

« On les a tous envoyés chez monsieur Raoult, ils ont tous été soignés. » (Renaud Muselier, le 5 octobre 2020 sur BFM-TV).



_yartiRaoultDidierB03

On ne peut pas comprendre l’opposition qu’il y a entre les élus marseillais (toutes tendances confondues) et le gouvernement depuis quelques semaines sur la politique sanitaire à mettre en place si on oublie les fanfaronnades récurrentes du professeur Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée (Institut hospitalo-universitaire en maladies infectieuses de Marseille) et éminent médecin spécialiste des bactéries de réputation mondiale. En effet, pendant tout le printemps, au pire sommet de la crise sanitaire en France, Didier Raoult n’hésitait pas à dire (et il l’a répété devant les parlementaires des commissions d’enquêtes cet été) que, pour reprendre son simplisme, "on mourait moins à Marseille qu’à Paris".

Évidemment, si l’opposition classique entre Parisiens et Marseillais se faisait jusqu’à maintenant surtout sur le terrain du football, ce qui exacerbait peut-être la violence vespérale, mais n’avait pas de conséquences très graves sur le long terme, son déplacement sur le terrain sanitaire quand un virus encore inconnu quelques semaines auparavant est capable de tuer des dizaines de milliers de personnes en France et plus d’un million de personnes dans le monde à ce jour, a pu avoir des conséquences désastreuses sur la santé des Français en général.

En pointant du doigt, en septembre 2020, les Bouches-du-Rhône et la Guadeloupe comme territoires les "pires", c’est-à-dire où le coronavirus circulait le plus, le gouvernement ne pouvait qu’hystériser la fierté des Marseillais qui pensaient, probablement avec sincérité, qu’ils étaient les "meilleurs élèves" de la crise sanitaire. Bon, en fait, Paris a suivi rapidement Marseille et probablement que ce jeudi 8 octobre 2020 dans la soirée, le Ministre de la Santé Olivier Véran va ajouter de nouvelles agglomérations dans la liste des alertes maximales (ce qui n’est pas très étonnant). On peut donc comprendre que les Marseillais, premiers de la série et piqués au vif, aient pu se sentir stigmatiser même si les faits restent les faits et les indicateurs neutres restent les indicateurs neutres.

Didier Raoult est un homme très intelligent et très habile et évidemment, toutes ses déclarations publiques à l’emporte-pièce sont toujours accompagnées de précautions oratoires qui laissent planer, dans le texte, le doute, mais dans l’esprit de ceux qui l’écoutent, ces précautions ont explosé en plein vol de son écoute ou de sa compréhension. Résultat, il a mis beaucoup de monde dans l’erreur et surtout, il a politisé un domaine qui n’aurait jamais dû être politisé : la politique sanitaire, car finalement, tout le monde est pour le même objectif, à savoir protéger la santé des personnes et éviter le maximum de dégâts tant sanitaires qu’économiques et sociaux. Mais ce n’est pas en énonçant très platement cet objectif fort mais sans originalité qu’on construit une véritable politique sanitaire efficace. C’était l’objet de former un conseil scientifique pour conseiller en temps réel le gouvernement dans cette démarche et la demande de créer des conseils scientifiques locaux peut d’ailleurs avoir sa pertinence.

Je m’épargnerai les nombreuses déclarations publiques de Didier Raoult qui ont montré son éloquent manque d’anticipation sur cette crise, celles de janvier quand il considérait que l’épidémie était un problème sino-chinois (avec une pointe de condescendance pour le peuple chinois), puis pour dire que ce n’était qu’une grippette en février, puis pour dire en avril que l’épidémie était terminée, etc. Plus récemment, avec l’explosion du nombre de cas positifs, il a parlé de mutation du virus, une mutation qui aurait diminué sa virulence en août et maintenant, qui aurait au contraire accru sa virulence (un virus qui ne mute que dans les locaux de l’IHU Méditerranée). Après tout, c’est un chercheur et il a droit de se tromper. Le problème, c’est qu’il devrait plutôt en débattre avec ses collègues non profanes qu’en parler à des profanes avec le ton de faits établis.

Grand connaisseur des infections, le professeur Didier Raoult s’est débrouillé, au printemps, pour faire des dépistages massifs des personnes (un jour, il faudra savoir comment il a fait alors que tous les hôpitaux manquaient de moyens pour faire les tests PCR, ne serait-ce que sur le personnel soignant). En ce sens, cette démarche était cohérente et positive : dépister tous les porteurs de virus et les isoler pour éviter toute propagation. Les Chinois, sur l’isolement, sont nettement plus efficaces que les Français et autres, mais jusqu’où peut-on enfreindre les libertés publiques et le droit individuel de se soigner ou pas ?

_yartiRaoultDidierE01

Lorsque Didier Raoult expliquait au printemps que la létalité était beaucoup plus faible à l’IHU Méditerranée que dans les hôpitaux parisiens, il oubliait de rappeler qu’il faisait dépister toutes les personnes qui se présentaient à son établissement, pas seulement les malades déjà bien atteints comme dans la région parisienne et au Grand-Est, et qu’il a pu donc dépister beaucoup de personnes testées positives mais asymptomatiques (donc, pas malades). Ce biais a fait mécaniquement que le taux de personnes qui mourraient du covid-19 sur le nombre de personnes testées positives était beaucoup plus faible à l’IHU Méditerranée puisque ceux qui étaient testés étaient beaucoup plus nombreux et que beaucoup d’entre eux n’étaient pas malades (au contraire des autres hôpitaux de France).

Or, la mauvaise foi du professeur Didier Raoult paraît aujourd’hui sans limite, car il y avait un autre biais, bien plus grand. En effet, le 5 octobre 2020 sur BFM-TV, Renaud Muselier, lui aussi médecin (comme la nouvelle maire de Marseille) et par ailleurs président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), a affirmé qu’il y avait eu beaucoup de cas positifs au conseil régional devenu un foyer de contamination, si bien qu’il les a envoyés se faire soigner chez le professeur Didier Raoult. Résultat, aucun au service de réanimation. "Le Figaro" a fait sa petite enquête pour vérifier cette information et a découvert …un biais important.

Ce qui a fait ce genre de titre le 7 octobre 2020, chez Orange Actualités par exemple : « Marseille : l’IHU de Didier Raoult ne dispose pas de lits de réanimation pour les patients atteints d’une forme grave du covid-19 ». Les bras m’en sont tombés !

L’IHU Méditerranée fait en effet partie intégrante de l’AP-HM (Assistance publique et hôpitaux de Marseille). Il peut hospitaliser et prendre en charge des patients qu’il peut éventuellement soigner, mais il ne peut pas les accueillir dans un service de réanimation. En cas de nécessité, c’est-à-dire, en cas de gravité, les patients sont transférés dans d’autres structures de l’AP-HM.

La dépêche indique en effet : « Alors que ces services en réanimation enregistrent les taux de mortalité liée au covid-19 les plus élevés, Didier Raoult a communiqué depuis le début de la crise sanitaire sur les excellents résultats de son institut en terme de mortalité dans son service. ». Et elle ajoute : « Les cas graves de covid-19 sont transférés en réanimation dans les services appropriés de l’AP-HM. De quoi expliquer le taux très faible de mortalité liée au covid-19 à l’IHU Méditerranée. ».

Ainsi, cité par Orange, le docteur Jean-Marie Forel, médecin au service de réanimation à l’hôpital Nord a confirmé : « L’IHU ne dispose pas de lits de réanimation, ni de lits de soins critiques. Il n’y a pas non plus de médecins réanimateurs ni de personnel formé à la réanimation. (…) Il n’y a pas de scanner et de matériel radiographie, tout est fait à l’AP-HM. ».

La dépêche continue (je la cite toujours) : « L’IHU faisant partie intégrante de l’AP-HM, les patients de l’institut d’infectiologie atteints d’une forme grave de covid-19 sont transférés dans l’un des services de l’AP-HM équipé pour faire de la réanimation. Un anesthésiste explique que des réanimateurs "passent tous les jours à l’AP-HM pour déterminer avec les médecins de l’IHU quel patient doit aller en réanimation". Et si un patient se présente aux urgences dans un état grave, "il ne va pas être hospitalisé à l’IHU, mais directement en réanimation". "Lorsqu’un patient se dégrade à l’IHU, il est transféré à l’AP-HM. Et si cela tourne mal, son décès est comptabilisé à l’AP-HM", ajoute-t-il. ».

Cette organisation (tout à fait respectable par ailleurs) explique surtout pourquoi, entre janvier 2020 et juin 2020, le taux de mortalité liée au covid-19 est quatre fois plus faible à l’IHU (0,6%) que dans les autres établissements de l’AP-HM (2,4%), selon les données du "Figaro", et que le taux encore plus élevé de mortalité liée au covid-19 dans les services de réanimation (entre 16 et 20%).

Au-delà de l’entêtement de Didier Raoult (l’ego, quand tu nous tiens !), des faux espoirs suscités par l’hydroxychloroquine, des déclarations très imprudentes de "fin d’épidémie" dès avril 2020 (!), cette seconde vague qui n’est que la poursuite de la première vague, en fait, est en pleine explosion en France. Ce mercredi 7 octobre 2020, on a enregistré le plus fort nombre de cas positifs en une seule journée depuis le déconfinement, 18 746 (et on sait que parmi ceux-là, certains vont en mourir), 80 décès pour la seule journée d’hier, et au total, 1 419 personnes en situation critique, en réanimation, alors qu’il y a moins de deux mois, c’était à peine plus du quart de ce nombre.

La crédibilité scientifique du professeur Didier Raoult est maintenant très faible ; seuls, quelques soucoupistes, complotistes et opposants hystériques à Emmanuel Macron lui trouvent encore quelque crédit pour nourrir leurs argumentaires oiseux et haineux. C’est dire à quel point la science, à Marseille, est tombée bien bas. Honte à lui d’avoir voulu jouer à celui qui en avait la plus grosse sur le dos de la santé et de la vie de ses contemporains !


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (07 octobre 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Les supposés "bons" résultats de l’IHU Méditerranée du professeur Didier Raoult…
Covid-19 : Donald Trump, marathonman.
Le casse-tête sanitaire de Jean Castex.
Olivier Véran.
Le cap de 1 million de décès franchi.
Conférence de presse du Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran le 23 septembre 2020 à Paris (vidéo).
Finie, l’épidémie de covid-19 : vraiment ??
Karine Lacombe.
Claude Huriet.
Didier Raoult.
Madagascar : la potion amère du docteur Andry Rajoelina contre le covid-19.
Covid-19 : où est l’Europe de la Santé ?
Michel Houellebecq écrit à France Inter sur le virus sans qualités.
Covid-19 : le confinement a sauvé plus de 60 000 vies en France.
Du coronavirus dans les eaux usées ?
Le covid-19 n’est pas une "simple grippe"…
Le coronavirus de Wuhan va-t-il contaminer tous les continents ?

_yartiRaoultDidierE02




https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20201007-didier-raoult.html

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-supposes-bons-resultats-de-l-227647

https://rakotoarison.canalblog.com/archives/2020/10/08/38577647.html







 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).