Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 octobre 2020 6 24 /10 /octobre /2020 03:50

« C’est un sujet de responsabilité et de solidarité collectives. C’est aussi un enjeu de protection pour tous. Tant qu’on n’est pas touché, on se croit intouchable. Pourtant, ce virus frappe tout le monde. Il concerne tout le monde, jeunes et moins jeunes, en ville comme à la campagne, avec, certes, des formes plus ou moins graves mais sans que nul ne puisse se considérer à l’abri, y compris les jeunes. J’en appelle donc encore et encore à la solidarité nationale et à une mobilisation sans faille. » (Jean Castex, le 22 octobre 2020 à Paris).



_yartiCovidBW01

L’évolution de la pandémie de covid-19 tend ces derniers jours à prendre des allures de catastrophe sanitaire majeure, et pas seulement en France, dans toutes l’Europe, y compris dans des pays considérés jusqu’alors quasi-épargnés (comme la République tchèque et la Pologne, très durement touchées aujourd’hui).

La situation en France est plus que préoccupante, on dirait plutôt alarmante. Après une réelle indifférence du gouvernement en août et début septembre malgré les avertissements de nombreux médecins depuis le milieu du mois de juillet 2020, puis, un retour plus sérieux au sujet au fur et à mesure de la recrudescence de l’épidémie, le gouvernement commence à réellement s’inquiéter. Dans sa conférence de presse du 22 octobre 2020, le Premier Ministre Jean Castex n’a pas hésité à être franc : « Disons les choses clairement. La situation est grave. Elle est grave en Europe, elle est grave en France. (…) La situation du virus atteint aujourd’hui un niveau extrêmement élevé. ». À partir de la nuit du vendredi 23 au samedi 24 octobre 2020, 46 millions de Français (soit les deux tiers) sont placés sous couvre-feu entre 21 heures et 6 heures.

_yartiCovidBW07

Ce vendredi 23 octobre 2020 dans la soirée, le Président Emmanuel Macron a rendu visite aux soignants de l’hôpital de Pontoise et les paroles qu’il a pu prononcer n’avaient rien de rassurant : « Les mesures n’ont pas vocation à être réduites, mais peut-être renforcées si elles ne sont pas efficaces. (…) Nous avons préparé ce scénario qui peut aller jusqu’au reconfinement local. (…) Il est trop tôt pour dire si l’on va vers des reconfinements locaux ou plus larges. ».

On n’exclut donc plus le reconfinement généralisé comme en mars. Certains le préconisent maintenant, comme Martin Blachier, pourtant considéré comme ayant sous-estimé l’ampleur de ce qu’on nomme la "seconde vague" et qui est plutôt le rebond de la première. Ce dernier, en effet, a proposé ce vendredi un reconfinement généralisé court, de deux semaines, pour couper les chaînes de transmission du virus. Cette semaine, le Pays de Galles et l’Irlande sont déjà en confinement généralisé.

Le problème, c’est que la stratégie de la riposte proportionnée adoptée par le gouvernement fait qu’on court toujours derrière le virus au lieu d’anticiper, un peu comme on court après la gangrène d’un membre pour éviter de trop amputer. Comment peut-on imaginer qu’on ne reconfinera pas dans quelques semaines ? Pourquoi attendre qu’il y ait plus de dégâts ? Cela aurait pour effet de prolonger un éventuel reconfinement. On voudrait d’abord voir les effets du couvre-feu, pas avant la semaine prochaine.

Ce vendredi 23 octobre 2020, les nouveaux chiffres de l’épidémie montrent la poursuite de l’explosion du nombre de cas : 42 032 cas nouveaux en une seule journée en France ! Ce qui a battu le précédent record… la veille : 41 622 cas ! En deux jours, c’est à peu près l’équivalent de toutes les personnes contaminées en Chine depuis le début de la pandémie ! Et demain ? plus encore ? 50 000 ? 100 000 ? On double toutes les deux semaines. La France devient le troisième pays où le virus circule le plus, derrière deux pays continents, les États-Unis et l’Inde. Mais les autres pays européens suivent de près, même en Allemagne, ce sont 13 4766 nouveaux cas en une seule journée, les services de réanimations se remplissent (trois fois plus occupés qu’il y a un mois).

Dans la notice du documentaire très bien réalisé par la chaîne LCP sur la pandémie de grippe de Hong Kong en 1968-1969, diffusé le 26 juin 2020, on expliquait : « La grippe de Hong Kong partait de Chine pour se propager sur la planète ; une pandémie meurtrière, qui en quelques mois causait un million de morts. En France, le virus fait plus de victimes que la covid-19 : près de 35 000 morts. ». C’était en juin. Maintenant, on peut le dire hélas : la pandémie de covid-19 sera plus meurtrière que la grippe de Hong Kong, et cela malgré toutes les mesures de restriction sanitaire prises (car à l’époque, les États n’avaient rien fait).

En effet, dans le monde, le covid-19 a déjà tué plus de 1,150 million de personnes, et en France, le seuil de 34 500 a été franchi, 34 508 exactement, en prenant en compte les 298 décès déclarés ce 23 octobre 2020 (dont 184 dans les hôpitaux). "Mine de rien", près de 6 000 personnes sont mortes depuis le début du déconfinement en France, en un peu plus que cinq mois (soit bien plus que la totalité du nombre de décès déclarés en Chine).

Et la tendance est à la hausse, il va y avoir, dans les jours et les semaines qui vont venir, hélas, de plus en plus de décès dus au covid-19. Si l’on prend un taux de létalité de 0,5%, cela signifie que rien que pour les nouveaux cas de cette journée, plus de 200 personnes y laisseront leur vie dans quelques semaines, plus encore s’en sortiront avec de graves séquelles. C’est une certitude.

À cause des très fortes hausses de contaminations depuis deux semaines, on sait hélas, mécaniquement, que le mois de novembre va être meurtrier. Dans sa conférence de presse du 22 octobre 2020, Jean Castex ne l’a pas caché : « Je vous le dis donc très clairement, les semaines qui viennent seront dures. (…) Les nouveaux cas d’aujourd’hui sont les malades hospitalisés de demain et malheureusement parfois les morts d’après-demain. Le mois de novembre sera éprouvant. Nous le savons déjà. Chaque jour, le nombre de décès augmente. ».

Olivier Véran a confirmé à la même conférence de presse : « C’est hélas une évidence, une certitude, le nombre de formes graves, le nombre d’hospitalisations, le nombre d’admissions en réanimation et le nombre de décès vont forcément augmenter dans les semaines qui vont venir parce que ce n’est que le reflet des malades qui sont diagnostiqués actuellement. Un malade qui se contamine va développer des symptômes quatre à cinq jours après, quand il développe des symptômes en général ; et les formes graves apparaissent entre huit et dix, voire quinze jours après la contamination. ».

Un tel discours, hélas, fait penser à celui de son prédécesseur Édouard Philippe qui avait aussi affirmé à juste titre, juste au début du confinement, que la deuxième moitié de mars et le mois d’avril seraient très durs…

Ce qu’il faut vraiment comprendre, c’est que le virus circule beaucoup (et partout en France, ce qui n’était pas le cas au printemps). Le taux de positivité ne cesse de croître, il a atteint 15,1% ce 23 octobre 2020.

_yartiCovidBW03

Autre seuil symbolique franchi, celui du million en nombre de cas cumulés en France depuis le début de la pandémie, exactement 1 041 075. Certes, cela ne veut pas dire grand-chose car on n'avait pas pu comptabiliser tous les malades du covid-19 du printemps qui n'avaient pas été hospitalisés. Néanmoins, cela reste une donnée importante. Pour comparaison, en Espagne, qui a déclaré officiellement 1 110 372 cas cumulés depuis le début, le Président du gouvernement a indiqué qu'il y a eu en fait plus de 3 millions d'Espagnols contaminés.

On parle beaucoup du système de santé ou plutôt, des hôpitaux. C’est clair qu’il y a aujourd’hui moins d’entrées en réanimation pour covid-19 qu’au printemps, mais la différence, c’est qu’il y a les autres malades qui doivent aussi être soignés. Au printemps, ces malades ne s’étaient pas présentés, ce qui a probablement engendré une certaine mortalité qui n’a pas encore été évaluée (parce que cela a des effets sur plusieurs années).

Dans les sept derniers jours, 11 032 personnes ont été hospitalisées pour covid-19 (2 091 rien que pour la journée du 23 octobre 2020). J’ai lu sur LCI que dans la journée, il y a eu 122 entrées en réanimation. Non, ce n’est pas 122 mais 299 entrées, en gros chaque jour, on a maintenant 300 personnes en détresse respiratoire. 122, c’est le solde des entrées et des sorties (heureusement, certaines personnes quittent la réanimation, d’autres hélas meurent, environ 15 à 20%), ce qui fait qu’il y a maintenant 2 441 malades du covid-19 en réanimation à ce jour, ce qui est six fois qu’en août.

_yartiCovidBW02

Revenons sur la saturation des places en réanimation (en sachant qu’en hiver, les services sont saturés hors covid-19). Lors de la conférence de presse du Premier Ministre, le professeur Étienne Gayat, directeur médical de crise à l’hôpital Lariboisière, a rappelé une réalité : « Un message important que j’aimerais porter au nom de la communauté soignante et singulièrement celle de réanimation, c’est d’essayer de contredire un peu l’idée que la solution face à cette remontée épidémique et à cette deuxième vague, ce serait d’augmenter les lits de réanimation, ce qui sous-entendrait que venir en réanimation, ce n’est pas grand-chose. Quand on vient en réanimation, malheureusement, ce qu’on observe, c’est 15-20% de patients qui n’en sortiront pas parce qu’ils y mourront et que parmi ceux qui sortiront de réanimation, il y a encore des patients qui continuent de mourir dans l’année qui suit et beaucoup d’entre eux, et on l’observe avec la covid-19 comme on l’observe avec les autres pathologies de réanimation, sortent avec des séquelles lourdes dont ils mettront du temps à se remettre. Donc, vraiment, le message, ce n’est pas d’augmenter le nombre de lits de réanimation, c’est de tout faire pour éviter l’admission en réanimation et donc, éviter la circulation des virus et les contaminations. ».

L’autre message que le gouvernement a voulu faire passer le 22 octobre 2020, c’est que le covid-19 concerne tout le monde, pas seulement les "personnes vulnérables". Cela a été sans doute un tort de parler de "personnes vulnérables" quand on sait que la définition est très large puisque lorsqu’on a un sang du groupe AB, on est "vulnérable", lorsqu’on a un peu de surpoids, on est "vulnérable", etc. La réalité, c’est qu’en réanimation pour le covid-19, l’âge médian est de 62 ans, c’est-à-dire que la moitié des patients en réanimation a moins de 62 ans, et 20% ont moins de 40 ans !

Étienne Gayat a insisté sur ce caractère de roulette russe qui peut toucher toutes les personnes, pas seulement les "vulnérables" : « Très, très factuellement, il y a, dans l’hôpital dans lequel je travaille, qui est l’hôpital Lariboisière, sur les 32 lits de réanimation qui sont ouverts, 15 patients atteints de covid-19, 3 d’entre eux ont moins de 40 ans et ont fait des formes graves. Ce qu’on a observé pendant les premières semaines de l’été, c’étaient des patients qui présentaient notamment moins de besoin de ventilation artificielle ; ce qui était évidemment un signal très positif. Malheureusement, on observe maintenant, depuis quelques semaines, une remontée de ces besoins de soins très lourds de réanimation qui fait dire que la virulence du virus est la même et qu’elle touche toutes les couches de la population. ».

Le nombre de personnes atteintes du covid-19 sur les sept derniers jours est de 252 pour 100 000 personnes (c’est le taux d’incidence), c’est une progression de 40% en une semaine. Le taux de reproduction du virus (R0) est autour de 1,35, ce qui signifie un doublement du nombre de cas en quinze jours.

_yartiCovidBW06

La courbe du taux d’incidence est assez démonstrative sur l’évolution de l’épidémie. Il y a eu quelques freinages correspondant aux mesures de restriction sanitaire, mais depuis quinze jours, une explosion probablement due au temps qu’il a fait. Pour l’instant, personne n’a d’explication certaine, mais ce type de courbe est à peu près la même dans tous les pays européens (ce qui montre aussi que la situation actuelle en France n’est pas la conséquence de la seule gestion du gouvernement français, puisque toute l’Europe se retrouve dans la même situation épidémiologique).

_yartiCovidBW04

Lors de la conférence de presse du Premier Ministre, Olivier Véran, qui est intervenu, ne connaissait pas encore les chiffres du 22 octobre 2020, voici ce qu’il disait : « En août, il y avait environ 1 500 contaminations par jour. Nous avons dépassé les 25 000 malades par jour en moyenne, c’est-à-dire plus de 1 000 malades diagnostiqués dans notre pays chaque heure du jour et de la nuit. Ces chiffres, ils doublent (…) tous les quinze jours, malgré tous les efforts et ainsi, sans mesures nouvelles, là où c’est nécessaire pour freiner l’épidémie, il y aurait dans quinze jours plus de 50 000 malades diagnostiqués chaque jour. Pire encore, c’est en particulier chez les personnes âgées au-delà de 65 ans que la dynamique épidémique semble désormais la plus forte depuis quelques jours. ». Et dès le lendemain, pas quinze jours plus tard, mais dès le lendemain, et depuis deux jours, on a plus de 40 000 nouveaux cas chaque jour.

Certains pourraient contester l’emploi du mot "malades" par Olivier Véran pour évoquer les cas de personnes contaminées. Pourtant, il ne faut pas croire que toutes les personnes "asymptomatiques" le sont réellement lorsqu’elles ont été dépistées positives. En effet, elles ont pu être testées juste pendant la période entre la contamination et les premiers symptômes (soit environ cinq jours), et beaucoup de personnes dites "asymptomatiques" ont ensuite développé des symptômes.

_yartiCovidBW05

Le coronavirus SARS-CoV-2 est une saleté sans nom, sinon celui du cauchemar mondialisé : pas de vaccin, pas de traitement, mode de contamination encore assez flou, mais forte virulence et grande agressivité chez certains patients. Certains médecins dans les hôpitaux envisagent déjà que cette "seconde" vague sera plus meurtrière que la première, parce qu’elle va rester dans la durée, celle de l’hiver. Lors de la conférence de presse du 22 octobre 2020, des journalistes, visiblement pas encore très conscients de la situation actuelle, ont demandé à Jean Castex si les Français pourraient quand même fêter en famille, normalement, la fête de Noël. Pourtant, Emmanuel Macron leur avait déjà répondu par avance dès le 14 octobre 2020 : il ne faut plus espérer se débarrasser de cette sal@perie avant l’été 2021…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 octobre 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Covid-19 : faut-il reconfiner dès maintenant ?
Documentaire de LCP sur la grippe de Hong Kong en 1968-1969 ("Le Mag" du 26 juin 2020).
Conférence de presse du Premier Ministre Jean Castex le 22 octobre 2020 sur les nouvelles mesures sanitaires contre le covid-19 (texte intégral et vidéo).
Nouvelle attestation de déplacement pour le couvre-feu à partir du 17 octobre 2020 (à télécharger).
Covid-19 : couvre-feu, liberté et réanimation.
Conférence de presse du Premier Ministre Jean Castex le 15 octobre 2020 sur l’application du couvre-feu (texte intégral et vidéo).
Interview du Président Emmanuel Macron le 14 octobre 2020 sur TF1 et France 2 (vidéo).
Emmanuel Macron et l’électrochoc du confinement nocturne.
10 ans après la loi anti-burqa, la loi masque-obligatoire.
Les supposés "bons" résultats de l’IHU Méditerranée du professeur Didier Raoult…
Covid-19 : Donald Trump, marathonman.
Le casse-tête sanitaire de Jean Castex.
Olivier Véran.
Le cap de 1 million de décès franchi.
Conférence de presse du Ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran le 23 septembre 2020 à Paris (vidéo).
Finie, l’épidémie de covid-19 : vraiment ??
Karine Lacombe.
Claude Huriet.
Didier Raoult.
Madagascar : la potion amère du docteur Andry Rajoelina contre le covid-19.
Covid-19 : où est l’Europe de la Santé ?
Michel Houellebecq écrit à France Inter sur le virus sans qualités.
Covid-19 : le confinement a sauvé plus de 60 000 vies en France.
Du coronavirus dans les eaux usées ?
Le covid-19 n’est pas une "simple grippe"…
Le coronavirus de Wuhan va-t-il contaminer tous les continents ?

_yartiCovidBW08




https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20201023-coronavirus-covid.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/covid-19-faut-il-reconfiner-des-228039

https://rakotoarison.canalblog.com/archives/2020/10/23/38606920.html





 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).