Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juillet 2021 7 04 /07 /juillet /2021 03:44

« La grandeur de l’Empire Médian, de ces terres de Lotharingie, de Bourgogne, des Pays-Bas, qui, à travers l’histoire, ont fourni l’axe de la pensée, de la culture et de la politique européenne. Ces peuples, de l’embouchure du Rhin à la vallée du Rhône, ont des caractéristiques communes. Ils sont intelligents, travailleurs, réalistes et religieux. Leur situation géographique les immunise contre les excès de nationalisme. » (Otto de Habsbourg-Lorraine, le 26 septembre 1966).


_yartiVonHasbourgOtto01

L’empereur d’Autriche-Hongrie Otto de Habsbourg-Lorraine (OHL), adorateur de la langue française, est mort il y a dix ans, le 4 juillet 2011, à l’âge de 98 ans (il est né le 20 novembre 1912). Il s’est éteint paisiblement à son domicile de Bavière, au bord d’un lac, à Pöcking (il était citoyen allemand) et il a été enterré le 16 juillet 2011 dans la Crypte des Capucins à Vienne, auprès de la princesse Regina de Saxe-Meiningen qu’il avait épousée il y a soixante-dix ans, le 10 mai 1951, à Nancy (en Lorraine), et qui est morte un peu avant lui, le 3 février 2010.

De nombreuses messes de requiem furent données, la principale dans sa commune, célébrée par l’évêque d’Augsbourg. Par ailleurs, le cœur d’Otto de Habsbourg-Lorraine a été prélevé sur le corps et repose depuis le 17 juillet 2011 à l’abbaye de Panonhalma, en Hongrie, selon la tradition des empereurs dont les restes devaient reposer à la fois en Autriche et en Hongrie.

Pendant le temps entre le décès à Pöcking et l’inhumation à Vienne, le corps fut placé sous la protection des gardes d’honneur habillés en uniforme austro-hongrois, sous l’étendard de la Maison de Habsbourg.

J’imagine tout de suite à cette lecture introductive une interrogation sur l’anachronisme suscité par le titre : Otto de Habsbourg-Lorraine, qui était en fait Otto Habsburg-Lothringen sur son passeport en Allemagne qui ne reconnaît aucune titre et certainement pas sa particule (la République française pourrait en prendre de la graine), n’était évidemment pas empereur d’Autriche-Hongrie car ce grand empire d’Europe centrale a été dissout avec le Traité de Versailles et les autres traités qui ont suivi. Né avant la Première Guerre mondiale, Otto de Habsbourg-Lorraine était donc à lui tout seul une pièce de collection rare, une sorte de fossile vivant de l’ancien ordre du monde d’avant les traumatismes des deux guerres mondiales.

Il était donc seulement prétendant au trône, celui d’empereur d’Autriche-Hongrie, de roi de Bohême et de roi de Hongrie. Il était aussi archiduc d’Autriche, prince de Croatie, duc de Lorraine, et duc de Bar (Bar-le-Duc, chef-lieu de la Meuse), du moins entre autres, car son "règne" s’étendait sur plusieurs pays européens. Il était officiellement prétendant aux trônes d’Autriche et de Hongrie du 1er avril 1922 au 1er janvier 2007, date à laquelle il renonça au profit de son fils Charles né le 11 janvier 1961. La mère d’Otto était l’impératrice Zita de Bourbon-Parme (1892-1989). Otto de Habsbourg-Lorraine était un Européen passionné d’après-empire.

Pour le Lorrain que je suis, natif de Nancy et Européen pleinement engagé, comment ne pas apprécier sinon admirer cet amoureux de l’Europe, de la Lorraine et de l’ancienne capitale du duché, Nancy ? J’avais visité quand j’étais un très jeune écolier le Musée lorrain, dans la vieille ville, et juste à côté se tient la Chapelle des Cordeliers où sont enterrés la plupart des souverains de la Maison de Lorraine. Pas étonnant donc qu’OHL se soit marié dans cette si belle ville et qu’il s’y soit régulièrement rendu (même François-Joseph Ier est venu s’y recueillir en 1867). Une messe de requiem y a d’ailleurs été dite lors du décès de l’archiduc, le 11 juillet 2011, suivie par 350 personnes, j’imagine surtout des Nancéiens, et des Lorrains plus généralement. Cette Chapelle, je la longeais deux fois par jour pendant de nombreuses années en allant à la Pépinière, sur le chemin du lycée. Je savais qu’il y avait à l’intérieur toute l’histoire européenne.

Otto de Habsbourg-Lorraine a eu le titre très officiel de prince impérial du 21 novembre 1916 au 12 novembre 1918, pendant que son père Charles Ier (1887-1922) régnait dans une Europe à feu et à sang, régnait sur un pays qui était à l’origine de ce conflit mondial. Charles Ier, le dernier empereur d’Autriche-Hongrie, était le petit-neveu du flamboyant François-Joseph Ier (1830-1916), le mari de Sissi, qui régna au centre de l’Europe du 2 décembre 1848 au 21 novembre 1916, auquel il succéda. Le père de Charles  Ier, Otto (1865-1906), était le fils de Charles-Louis (1833-1896), lui-même frère de François-Joseph Ier, également frère du malheureux empereur du Mexique Maximilien Ier (1832-1867).

Parmi les ascendants d’Otto, on peut citer deux arrière-grands-pères Georges Ier de Saxe (1832-1904), roi de Saxe, et Michel Ier de Portugal (1802-1866), roi de Portugal et des Algarves. Parmi ses arrière-arrière-grands-parents : Ferdinand II des Deux-Siciles (1810-1859), roi des Deux-Siciles, Jean Ier de Saxe (1801-1873), roi de Saxe, Jean IV de Portugal (1767-1826), roi du "Royaume-Uni" de Portugal, du Brésil et des Algarves, et Ferdinand II de Portugal (1816-1885), cousin germain de la reine Victoria. Dans la génération au-dessus (arrière-arrière-arrière-grands-parents), il y a notamment François Ier d’Autriche (1768-1835), empereur du Saint-Empire, également empereur d’Autriche, roi de Lombardie-Vénétie, roi de Hongrie et de Bohême, et Charles X de France (1757-1836), roi de France et de Navarre (et frère de Louis XVI et de Louis XVIII). Cette ascendance française permet d’expliquer pourquoi Otto a défendu l’usage de la langue française dans les échanges européens à la place de l’anglais.

La loi du 3 avril 1919 votée par l’Assemblée constituante de l’Autriche allemande (l’un des pays républicains qui ont succédé à l’Empire austro-hongrois) a imposé l’exil de la famille impériale et a confisqué ses biens. Cette loi, qui était en vigueur pendant tout le siècle dernier (sauf pendant quelques années, entre 1935 et 1938) a été "retoquée" par l’Union Européenne lorsque l’Autriche a voulu adhérer (au nom des droits de l’homme, l’Union Européenne s’était opposée à l’interdiction faite à la famille impériale de rentrer en Autriche). Une autre disposition a été retirée également en juin 2011, l’interdiction faite à la famille impériale de se présenter à l’élection présidentielle autrichienne. En revanche, la confiscation des biens reste toujours en vigueur.

C’est à cause de cette loi d’exil que le couple impérial s’est marié à Nancy, sinon, il serait allé à la basilique de Mariazell, près de Graz, en Autriche, qui est un lieu de pèlerinage.

C’est la raison pour laquelle Otto de Habsbourg-Lorraine résida, entre les deux guerres mondiales, d’abord au Portugal (à Madère, où son jeune père est mort de pneumonie), puis en Espagne, en France, en Belgique (il a soutenu sa thèse de doctorat en sciences politiques et sociales en 1935 à l’Université de Louvain sur "Coutumes et droits successoraux de la classe paysanne et l’indivision des propriétés rurales en Autriche"), au Québec et aux États-Unis. Il avait fui en 1940 l’Europe parce que Hitler voulait sa mort ; en effet, Otto avait fortement critiqué l’Anschluss (l’annexion le 12 mars 1938 de l’Autriche par l’Allemagne nazie). Résidant à Washington, l’archiduc a sympathisé avec Franklin Roosevelt.

Après la guerre, Otto retourna en Europe et s’installa définitivement à Pöcking, en Bavière, le 10 mai 1954, surtout pour son épouse allemande. Il allait assez souvent en France et en Espagne, et plus généralement, il n’a pas cessé de voyager à travers l’Europe pour une cause qui paraît finalement assez étonnante pour un fils d’empereur : il militait inlassablement pour la construction européenne. Il a vu, au cœur de l’Europe, ce qu’avait entraîné le désaccord de nations très antagonistes alors que le continent aurait dû s’unir pour faire face à la concurrence d’autres nations continentales (la Russie, les États-Unis, la Chine, l’Inde, etc.). Il était à lui tout seul à la fois un atlas géographique et un manuel d’histoire contemporaine.

Herr Doktor Otto Habsburg-Lothringen n’a obtenu la nationalité allemande qu’en 1978, mais dès 1961, il affirma renoncer à ses prétentions impériales (autrichiennes) et royales (hongroises). Il faut donc corriger ou préciser ce que j’ai écrit plus haut : il n’était plus le "prétendant", simplement le chef de la Maison de Habsbourg-Lorraine. Il a pu revenir en Autriche en 1966. Il a aussi retrouvé sa nationalité hongroise en 1989. On lui a même proposé d’être candidat à l’élection présidentielle en Hongrie, proposition qu’il a rejetée.

_yartiVonHasbourgOtto02

Fervent partisan de l’unité européenne, il s’est présenté et s’est fait élire quatre fois au Parlement Européen, sous l’étique CSU (la CDU bavaroise), de juin 1979 à juin 1999. Pendant vingt ans, il exerça son mandat (avec un âge très avancé, il quitta le Parlement de Strasbourg à l’âge de 86 ans et fut deux fois le doyen d’âge, à ce titre, le président de la première session).

Otto de Habsbourg-Lorraine a présidé pendant longtemps, de 1973 à 2004, l’Union paneuropéenne internationale créée en 1922 par le comte Richard Coudenhove-Kalergi (1894-1972), un philosophe nippo-austro-hongrois (et également français), dont l’objectif était d’unifier l’Europe pour faire face économiquement et militairement aux autres grands ensembles continentaux dans le monde. Otto de Habsbourg-Lorraine s’est engagé dans ce mouvement dès 1935 et en est devenu vice-président en 1957.

Richard Coudenhove-Kalergi a inspiré la création du Conseil de l’Europe en 1949 et fut proche de De Gaulle. D’ailleurs, beaucoup de gaullistes se sont investi dans cette organisation paneuropéenne, notamment Georges Pompidou, Alain Peyrefitte, Louis Terrenoire, Raymond Triboulet, Michel Habib-Deloncle, Michel Cointat, puis, plus récemment, Yvon Bourges, Hervé Gaymard, Arnaud Danjean et enfin Alain Terrenoire. Sur proposition de Georges Pompidou, l’archiduc Otto a repris la succession de Richard Coudenhove-Kalergi à la mort de ce dernier.

Ce mouvement européen a réussi à organiser un événement exceptionnel qui a probablement encouragé voire entraîné la chute du mur de Berlin : en été 1989, il a en effet organisé un pique-nique géant en Hongrie pour des centaines d’Allemands de l’Est qui ont pu courir ensuite à la frontière austro-hongroise restée ouverte, et ils ont pu ainsi rejoindre l’Allemagne de l’Ouest. Cette brèche au Rideau de fer a été un des éléments déclencheurs de la réunification de l’Allemagne puis de l’Europe avec le délitement de toutes ses dictatures communistes imposées par Staline après la Seconde Guerre Mondiale. Ce mouvement a célébré les initiatives d’unification européenne, en particulier par les empereurs suivants : Charlemagne, Charles-Quint et Napoléon Ier.

Avec Otto de Habsbourg-Lorraine, on avait une certaine idée de l’Europe, ancrée fortement dans une histoire et ses racines chrétiennes, mais aussi dans la promotion d’une vision moderne et sociale de "l’unité dans la diversité", la chère devise de l’Europe. C’est pourquoi on l’appelait parfois …Otto von Europa !

_yartiVonHasbourgOtto03

Le "on" est en fait à préciser : il s’agissait d’un grand ami de l’archiduc, l’ancien Président de la République Valéry Giscard d’Estaing, qui a connu cette organisation européene par son père Edmond Giscard d’Estaing, en charge notamment de l’union économique de l’Europe en tant qu’économiste et banquier, grand ami de Richard Coudenhove-Kalergi. Le 2 juin 1970, Edmond Giscard d’Estaing, président de l’Académie des sciences morales et politiques, informa Otto de Habsbourg-Lorraine, qu’il admirait beaucoup, de son élection à l’Institut de France.

VGE et OHL ont entretenu pendant très longtemps des liens amicaux et l’archiduc, lors de l’élection de son ami à l’Élysée, salua « votre élection à la Présidence comme garantie que la France restera libre et européenne. Nous sommes convaincus de votre volonté de continuer à agir en faveur de la relance d’une Europe politique qui est la condition urgente et indispensable de survie de nos peuples et de notre civilisation. ». Parmi les réalisations européennes de Valéry Giscard d’Estaing, l’élection des députés européens au suffrage universel direct, à laquelle les deux hommes, l’un dès 1979, l’autre seulement le temps d’une élection, en 1989, ont été candidats.

N’hésitant pas à plaisanter, Otto confia le 29 septembre 1975 à Edmond Giscard d’Estaing que certaines officines le considéraient comme un "agent giscardien", ce qui le rendait très fier ! Otto a félicité aussi VGE quand ce dernier reçut le Prix Charlemagne décerné à Aix-la-Chapelle en décembre 2002 (qui « renforce ainsi le prestige du Prix »), ainsi que lors de son élection à l’Académie française en 2003. Valéry Giscard d’Estaing fut l’invité d’honneur de la célébration du 90e anniversaire de l’archiduc Otto à Vienne le 20 novembre 2002 pour honorer « un grand ami et un grand Européen ». Témoin de cette grande amitié, l’ancien ministre et ancien député européen Alain Lamassoure a raconté le 20 novembre 2020 qu’il avait participé à un petit-déjeuner inoubliable à Bruxelles, en 1990, avec Valéry Giscard d’Estaing et Otto de Habsbourg-Lorraine. L’archiduc s’est aussi lié d’amitié avec le fils, Louis Giscard d’Estaing, devenu député (et candidat malheureux aux dernières élections européennes de 2019).


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (03 juillet 2021)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Otto de Habsbourg-Lorraine.
Dynasty.
Autriche : Sebastian Kurz joue à qui gagne perd !
Les élections européennes du 26 mai 2019.
Sebastian Kurz.
Alexander Van der Bellen.
Élections législatives autrichiennes du 15 octobre 2017.
Élection présidentielle autrichienne des 24 avril et 22 mai 2016.
Les dangers de la proportionnelle.
Jörg Haider.
Séisme politique : 30% pour l’extrême droite (8 octobre 2008).
Kurt Waldheim.
Katalin Kariko.
L’insurrection de Budapest.
Le référendum du 2 octobre 2016 en Hongrie.
La Hongrie de Viktor Orban.
La Hongrie d’Imre Pozsgay.
La Hongrie d’Arpad Goncz.
György Ligeti.
La crise des réfugiés.
Populismes.

_yartiVonHasbourgOtto04




https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20210704-otto-de-habsbourg-lorraine.html

https://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/otto-von-europa-l-empereur-sans-234089

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2021/07/02/39040200.html







 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).