Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2021 6 02 /10 /octobre /2021 03:30

« La vérité a cela d’insupportable qu’elle s’effiloche avec le temps. Il faut savoir lui courir après comme derrière la plus belle fille du bal si vous ne voulez pas qu’elle aille se marier avec un autre. » (Maxime Chattam, "Que ta volonté soit faite", 2015, éd. Albin Michel).



_yartiCovidEN01

Avec une nouvelle maladie, il reste encore beaucoup d’inconnues, mais la connaissance augmente par l’ampleur de la pandémie qui déjà a touché au moins 234 millions de personnes dans le monde et qui en a tué plus de 4,8 millions (en France, le seuil de 7 millions de dépistés positifs a été franchi le 28 septembre 2021 et on s’approche de 117 000 décès dus au covid-19). L’une des inconnues, c’est la durée d’efficacité des vaccins contre le covid-19 et seul, le temps permettra d’en savoir plus. On a d’ailleurs déjà quelques indications avec l’évolution de la situation en Israël.

L’un des points clefs concerne les anticorps. Que ce soit pour lutter contre l’infection au coronavirus SARS-CoV-2 ou pour réagir au vaccin contre le covid-19, le corps sécrète des anticorps qui ont pour objectif de neutraliser le virus. L’introduction d’un leurre (par exemple, l’ARN de la molécule Spike, la protéine qui permet la pénétration du virus dans une cellule) par le vaccin permet d’avoir des anticorps pour l’éventuelle attaque virale à venir.

Dans le schéma ci-dessous publié par "Le Parisien" du 9 juin 2021, on peut voir comment le virus peut s’introduire dans le corps humain et comment on pourrait lutter en neutralisant la molécule Spike, ici par des anticorps de synthèse dans le cadre d’une recherche d’un traitement.

_yartiCovidEN02

La prévention est cependant plus indiquée, surtout lorsqu’il s’agit d’une pandémie, c’est-à-dire où le risque de contamination partout dans le monde est très élevé. C’est l’objectif de la vaccination.

Ce sujet des anticorps est très important puisqu’il peut contribuer à définir une politique sanitaire contre le covid-19. Au début de la pandémie, certains ont évoqué l’hypothèse d’une immunité collective naturelle. L’idée est de laisser la population se contaminer, et à terme, à partir d’une grande proportion de la population contaminée, la pandémie s’arrêterait d’elle-même. On parlait alors d’un taux de 60 à 70% à une époque où on ne disposait d’aucun vaccin.

Or, cette idée était catastrophique sur le plan de la santé publique. D’une part, cette proportion est très longue à venir : après vingt et un mois de pandémie, la France en est à 10,7% de la population qui a été testée positive, un nombre qu’il faut pondérer par des cas de réinfection et par l’absence de dépistage soit pour des personnes asymptomatiques, soit pou des personnes symptomatiques au printemps 2020, période durant laquelle seules les personnes hospitalisées étaient dépistées. On peut estimer (très grossièrement) qu’environ 20% de la population français a été touchée par le virus, ce qui reste encore très faible. D’autre part, et c’était là l’irresponsabilité de prôner l’immunité collective naturelle, cela signifiait qu’on acceptait des centaines de milliers de morts. Il suffit de faire le rapport actuel 117 000 décès pour 20%, donc le triple pour 60%. En fait, ce serait plus, car la quatrième vague a été beaucoup moins mortelle grâce à la vaccination massive.

Justement, avec la vaccination, il y a une autre forme d’immunité collective, celle-ci qui serait acquise par la vaccination. Mais là encore, on n’en sait rien et pour l’instant, aucun pays n’a montré l’efficacité d’une telle immunité. En Grande-Bretagne et en Israël, on a supprimé probablement trop tôt les restrictions sanitaires (masques, etc.). Du reste, une telle immunité devrait être atteinte au-delà d’un seuil très élevé de vaccination (certains parlaient de 80% ou 90%), seuil atteint seulement par l’Espagne et le Portugal à ce jour. Là aussi, ce concept d’immunité collective par le vaccin reste bancal.

Ce qui est néanmoins intéressant, c’est que pour un individu, sa protection immunitaire augmente par l’infection et par la vaccination. On peut la mesurer en observant la concentration d’un certain nombre d’anticorps dans le plasma sanguin, en particulier l’anticorps IgM (immunoglobuline M) qui agit en début d’infection et l’anticorps IgG (immunoglobuline G) qui agit sur du plus long terme et qu’on peut retrouver quelques mois après le début de l’infection.

_yartiCovidEN03

Ces anticorps participent à l’immunité dite adaptative humorale, et une autre forme adaptative existe aussi, l’immunité adaptative cellulaire, dont la caractérisation est trop coûteuse pour être systématique dans des études avec un grand nombre de personnes. L’immunité cellulaire implique les lymphocytes T CD4 (présents chez 100% des personnes malades du covid-19) et les lymphocytes T CD8 (présents chez 70% des malades), selon une étude américaine de juin 2020 publiée dans la revue "Cell". On peut lire l’article très instructif de Marc Gozlan sur le sujet.

_yartiCovidEN04

Toutes ces explications préalables sont pour comprendre l’intérêt de l’étude qui a été publiée le 20 septembre 2021 dans le "Journal of Infection", la revue officielle de la British Infection Association sous le titre "Antibody titers and protection against a SARS-CoV-2 infection", article rédigé par la biostatisticienne Chloé Dimeglio et ses collègues (qu’on peut télécharger ici).

_yartiCovidEN07

C’est une équipe de chercheurs qui ont observé depuis la première vague l’ensemble des salariés du CHU de Toulouse, donc des soignants, au nombre de 8 758 (avec une moyenne d’âge de 40 ans et 80,4% de femmes) avec deux cohortes d’origine en juillet 2020, ceux qui ont déjà été infectés au coronavirus (3,2%) et ceux qui ne l’ont pas été (96,8%). Ces cohortes ont été encore divisées en deux en décembre 2020 selon qu’une nouvelle infection ou pas au coronavirus a été observée. Ces chercheurs ont alors suivi l’évolution du bilan sérologique de ces personnes pour connaître le niveau d’anticorps avec et sans infection puis, avec ou sans vaccination (la campagne de vaccination n’a commencé qu’en janvier 2021).

_yartiCovidEN05

L’idée était de savoir quel était le niveau de protection du virus en fonction de la concentration des anticorps. Les chercheurs ont identifié trois groupes de personnes. Celles qui ont une concentration d’anticorps inférieur à 141 (unité par millilitre : binding antibody units/ml), entre 141 et 1 700 et supérieur à 1 700 BAU/ml. Pour le premier groupe, la protection est très faible, 12,4%. Pour le deuxième groupe, la protection est très satisfaisante, de 90% (et aucune forme grave). Enfin, pour le troisième groupe, c’est une superprotection, à 100%, soit aucune infection ni réinfection.

_yartiCovidEN06

Et l‘étude réussit aussi à répondre à la question fondamentale : est-on mieux protégé contre le coronavirus quand on a déjà été contaminé ou quand on a été vacciné ?

Dans leur analyse, les chercheurs toulousains ont constaté que 79,3% des salariés qui ont été contaminés par le covid-19 et qui n’ont pas été vaccinés se retrouvaient, trois mois après leur infection, avec une concentration d’anticorps inférieure à 141 BAU/ml, soit en état de très grande vulnérabilité face au coronavirus.

Un mois après l’injection de leur deuxième dose, les salariés avaient une concentration d’anticorps supérieure à 141, principalement dans la fourchette intermédiaire et avec quelques cas supérieurs à 1 700. Tous ceux-là étaient donc protégés à plus de 90% contre une éventuelle infection.

Enfin, ceux qui avaient été infectés et qui ont été vaccinés présentaient une superprotection, puisque leur concentration d’anticorps était supérieure à 1 700 un mois après leur unique injection. Certains ont même atteint une concentration de 147 000 !

L’intérêt de cette étude est sa fiabilité statistique. Bien sûr, comme toute étude, elle peut être critiquée. Trois critiques ont été émises.

D’abord, qu’elle ne tient pas compte de l’immunité cellulaire, ce qui est vrai, mais il faut aussi faire remarquer qu’on n’en a pas besoin ici pour décrire le degré de protection puisque l’étude s’en préoccupe aussi et fait un lien de corrélation entre le niveau de concentration des anticorps IgG et la capacité à se faire infecter ou réinfecter.

Ensuite, on a fait état d’une différence lorsqu’on mesure la concentration des personnes infectées (trois mois après l’infection) et la celle des personnes vaccinées (un mois après la seconde injection). Les résultats montrent surtout qu’avoir été infecté ne prémunit pas à moyen et long termes d’une réinfection (ce qu’on a pu observer au Brésil il y a déjà neuf mois).

Enfin, l’étude ne différencie pas les variants et probablement que chaque variant a un comportement spécifique vis-à-vis de l’immunité humorale. On peut comprendre cette lacune par le fait qu’on s’est préoccupé des variants seulement à partir de janvier 2021 alors que l’étude a démarré dès mars 2020, et donc, il était impossible de connaître le type de variant impliqué dans toutes les infections antérieures à janvier 2021.

20,7% (100-79,3) des personnes infectées et non vaccinées présentaient une bonne protection (à au moins 90%) contre une réinfection. Probablement que cela confirme une autre étude, cette fois-ci du CNRS, publiée le 6 janvier 2021 par Vincent Legros et ses collègues dans "Cellular & Molecular Immunology" (n°18, pp 318-327) qui a montré une forte corrélation entre la gravité des symptômes et un taux plus élevé d’anticorps neutralisants dans le sérum. Ceux qui sont passés en réanimation ont une protection immunitaire supérieure à 90% ("A longitudinal study of SARS-CoV-2-infected patients reveals a high correlation between neutralizing antibodies and covid-19 severity" qu’on peut télécharger ici).

Pour résumer cette étude du CHU de Toulouse, et en ne prenant en compte que l’immunité humorale (pas cellulaire), les personnes infectées non vaccinées ne sont plus protégées au-delà de trois mois contre une éventuelle réinfection. Les personnes vaccinées sont en revanche globalement très protégées (à plus de 90%). Et les personnes ayant été à la fois infectées et vaccinées jouissent d’une superprotection.

Cette étude, bien sûr, confirme l’intérêt essentiel de la vaccination, même auprès de ceux qui ont déjà été touchés par le coronavirus. Avec plus de 50,3 millions de personnes vaccinées en France, cet intérêt a été, entre autres, bien compris par une grande majorité des Français. Il reste néanmoins 6 millions de Français majeurs qui n’ont pas encore fait cette démarche de la vaccination. Cette étude devrait convaincre ceux qui pensent, parmi ceux-là, que leur seule infection suffirait à ne pas se faire réinfecter, ce qui est faux (en effet, leur protection est de moins de 30%). La vaccination contre le covid-19 est non seulement une bonne assurance-vie, mais aussi une bonne assurance-santé qui évite maladie, arrêt de travail, isolement et parfois covid long.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (01er octobre 2021)
http://www.rakotoarison.eu


(Première image issue de : shutterstock.com).


Pour aller plus loin :
Infection ou vaccination : quelle est la meilleure protection contre le covid-19 ?
Télécharger deux publications scientifiques sur le covid-19 et les anticorps.
Prolonger la possibilité du passe sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022 ?
50 millions de vaccinés contre le covid-19 en France !
Vaccination : des soignants face à leurs responsabilités.
Vers un passe vaccinal ?
Conférence de presse du Premier Ministre Jean Castex le 8 septembre 2021 (texte intégral).
Covid-19 : comprendre la situation épidémique en Israël.
Covid-19 : est-il pertinent de faire payer les tests de dépistage ?
Covid-19 : la France plus vaccinée que le Royaume-Uni.
Les derniers rapports de la DREES sur les appariements de bases de données (à télécharger).
Covid-19 : la France plus vaccinée qu’Israël.
La vaccination contre le covid-19, ça marche !
Rapport de la DREES du 6 août 2021 (à télécharger).
Covid-19 : les Engagés et les Enragés.
Le passe sanitaire validé par le Conseil Constitutionnel.
Décision n°2021-824 DC du 5 août 2021 du Conseil Constitutionnel sur la loi relative à la gestion de la crise sanitaire (texte intégral).
Couverture vaccinale : la France dépasse les États-Unis et l’Allemagne.
L’heureux engagement du Président Macron en faveur de la vaccination des jeunes.
Mathématiques alternatives (une vidéo à voir absolument).
La Science, la Recherche et le Doute.
Covid-19 : se faire vacciner, c’est résister !
Audition d’Olivier Véran au Sénat le 22 juillet 2021 sur le passe sanitaire (à télécharger).
Motion de rejet préalable sur le passe sanitaire le 25 juillet 2021.
Variant delta : la territorialisation des restrictions sanitaires.
Covid-19 : les bénéfices-risques de la vaccination des adolescents.
4e vague : passe sanitaire ou reconfinement ?
Les outrances désolantes des antivax, enfants gâtés de la planète.
Fête nationale : cinq ans plus tard…
Emmanuel Macron, la méthode forte.
Emmanuel Macron face à la 4e vague (2).
Emmanuel Macron face à la 4e vague (1).

_yartiCovidEN08




https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20210920-covid-en-anticorps.html

https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/infection-ou-vaccination-quelle-236011

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2021/10/01/39157985.html









 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).