Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 03:11

« Français : Rêvez ! Osez ! » (Jacques Chirac, 26 mai 2011).



_yartiChirac2020A02

Ces trois mots, c’était son dernier message formel. L’ancien Président de la République Jacques Chirac est mort il y a deux ans, le 26 septembre 2019. Cette nouvelle a suscité une grande émotion populaire qui n’était pas seulement pour son action politique (il a été très impopulaire au pouvoir) mais parce qu’il symbolisait aussi une très longue période des Français, à l’instar de Jean-Paul Belmondo ou de Johnny Hallyday. C’est l’occasion de revenir sur ses derniers écrits, en particulier, ses Mémoires dont le second tome s’intitule "Le Temps présidentiel" sorti le 26 mai 2011 (éd.Nil).

On a dit souvent que Jacques Chirac était un opportuniste et n’avait pas de conviction, et c’est vrai, il était à la fois radical de Corrèze, gaulliste de Paris, prêt à soutenir le travaillisme à la française dans les années 1970, puis combattant du néolibéralisme à la sauce de Ronald Reagan et Margaret Thatcher dans les années 1980, pro-européen malgré l’appel de Cochin, écologiste malgré son pompidolisme qui avait adapté la France au tout automobile, etc. En fait, Jacques Chirac a incarné les contradictions françaises et aussi les évolutions de la société, et c’est peut-être pour cela qu’il a été parmi les meilleurs représentants du peuple français, parce qu’il lui ressemblait, dans ses nuances, dans sa complexité, dans ses changements, dans ses contradictions.

Néanmoins, il y a un sujet pour lequel les convictions de Jacques Chirac étaient solides comme le roc, et je regrette de ne pas retrouver cette solidité chez les responsables politiques actuels qui aspirent à diriger le pays. Ce sujet, c’est l’extrême droite.

Il faut bien s’entendre : comme d’autres responsables politiques, Jacques Chirac a usé de la ficelle démagogique, a même lâché des propos dignes des immondices populistes actuelles, comme son discours sur « le bruit et l’odeur » dans les logements à forte densité de locataires d’origine étrangère, je n’y reviens pas (c’était lors d’un dîner-débat du RPR à Orléans le 19 juin 1991 sur l’immigration), les propos clientélistes sont le B.A. BA du candidat politique, mais il reste toujours une différence entre les propos de banquets et les faits. Et dans les faits, Jacques Chirac s’est toujours montré intraitable vis-à-vis de l’intolérance de l’extrême droite.

Cela a eu des conséquences fondatrices pour la droite parlementaire puisqu’il n’était pas question de pactiser avec le Front national, qui est originaire d’un courant politique consubstantiellement antigaulliste, alors que la tentation pouvait être très grande de faire une alliance contre la coalition socialo-communiste pour reconquérir le pouvoir. D’ailleurs, les rares errements locaux après 1983 ont été du fait d’élus UDF (pourtant centristes) et pas d’élus RPR dont la direction tenait fermement au cordon sanitaire sous l’autorité de Jacques Chirac puis d’Alain Juppé et même de Nicolas Sarkozy avec l’UMP et LR, ces deux derniers responsables reprenant cette injonction de refus d’alliance.

Cela a aussi débouché sur l’un des meilleurs discours de Jacques Chirac, celui du 16 juillet 1995 qui a reconnu la responsabilité de la France dans la rafle du Vel’ d’hiv’. Reconnaître que dans la France contemporaine, il existe encore des courants de pensée qu’on souhaite ne plus jamais revoir au pouvoir.

L’une des raisons de cette opposition à tous les extrémismes de Jacques Chirac, c’était sa foi en l’avenir et sa confiance en nos forces, aux forces du pays. C’est du reste la réalité du patriotisme : on aime son pays, on croit en son avenir, en sa capacité à dépasser les difficultés (nombreuses), en sa capacité à aller de l’avant, à innover, à créer.

Tous ceux qui passent leur temps à dénigrer la France, à cracher et à chier sur ce beau pays, à verser matin midi et soir leur bile sur la France, sur les Français, sur le peuple français, sur les dirigeants de la France (quels qu’ils soient), sur l’avenir de la France, ce ne sont pas des patriotes, contrairement à ce qu’ils prétendent être, ce sont des ennemis de la France.

_yartiChirac2019D02

Être patriote nécessite d’être positif et optimiste, d’être constructif, même s’il faut être conscient des difficultés, des pièges, des risques, des menaces. Jamais rien de grand n’a été réalisé en France par un repli identitaire, par un repli du pré carré d’une France nostalgique et sublimée mais qui n’a jamais existé (par exemple, ici). Rien de grand n’a jamais été fait sans foi dans les hommes et les femmes, dans l’avenir, dans leur pays.

C’est ce dernier message que voulait livrer Jacques Chirac au seuil de sa vie, dans sa retraite politique. Il s’adressait plus particulièrement « à la jeunesse et aux créateurs, à tous ceux qui seront les acteurs du rayonnement de la France ».

En finir avec le dénigrement des défaitistes de la patrie française : « N’acceptez jamais que s’impose à vous une chape de plomb conservatrice et pessimiste, fondée sur le postulat que ce qui a été fait, bâti, créé hier serait nécessairement meilleur que ce qui pourrait être fait, bâti, créé demain. La France est le pays de la querelle des anciens et des modernes. Elle a vocation à bousculer les idées, les mœurs, les habitudes, les prétendues certitudes. ».

Il ajoutait : « Dans le monde qui s’ouvre à vous, plus que jamais tout est possible. En quelques années à peine, une entreprise peut devenir leader mondial dans le secteur des nouvelles technologies. Là où il fallait des années pour diffuser des idées nouvelles, en quelques minutes, elles font le tour du monde et des consciences. ».

Et il terminait : « Ce monde, ses beautés, ses opportunités, sont à votre portée. Ne laissez pas ceux d’hier vous dicter votre loi. ».

Comme c’est étrange que cette recommandation convienne parfaitement à se prémunir, dix ans plus tard, de certaines candidatures, en particulier de "ceux d’hier"…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 septembre 2021)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le testament de Jacques Chirac.
Bernard Pons, la main de Chirac.
Jacques Chirac, l'ami de Bill Clinton.
Quand Jacques Chirac sauva le Tour de France…
Chirac, l’humanisme sanitaire en pratique.
HiroChirac mon amour.
On a tous quelque chose de Chirac.
Le dernier bain de foule de Jacques Chirac, l’universaliste.
Chirac au Panthéon ?
À l’heure où Jacques Chirac entre dans l’Histoire…
Jacques Chirac a 86 ans : comment va-t-il ?
Allocution télévisée de Jacques Chirac le 11 mars 2007 (texte intégral).
Discours de Jacques Chirac le 16 juillet 1995.
Présidence Chirac (1) : les huit dates heureuses.
Présidence Chirac (2) : les huit dates malheureuses.
Jacques Chirac contre toutes les formes d'extrême droite.
Jacques Chirac et la paix au Proche-Orient.
Sur les décombres de l'UMP, Jacques Chirac octogénaire.
Jacques Chirac fut-il un grand Président ?
Une fondation en guise de retraite.
L’héritier du gaulllisme.
…et du pompidolisme.

_yartiChirac2020A03




https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20210926-chirac.html

https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-testament-de-jacques-chirac-235668

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2021/09/09/39127801.html













 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).