Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2022 3 23 /11 /novembre /2022 19:25

« Nous souhaitons que la procédure judiciaire en cours se poursuive jusqu'à son terme. Une fois la décision de justice rendue, notre groupe décidera collectivement des suites à donner en son sein. » (Communiqué du groupe de la France insoumise, le 23 novembre 2022).



_yartiQuatennensAdrienB01

Ce mercredi 23 novembre 2022 s'est déroulé un nouvel épisode dans ce que les médias appellent "l'affaire Quatennens" et qui ne devrait qu'être une affaire d'ordre privé. Adrien Quatennens peut-il encore continuer à exercer son mandat de député ? Cette question mine la crédibilité du groupe de la France insoumise à l'Assemblée Nationale depuis deux mois avec des solutions très contrastées qui vont du lâchage pur et simple de l'ancien dauphin de Jean-Luc Mélenchon jusqu'à une fidélité et une solidarité sans faille en sa faveur.

Actuellement, il est officiellement en arrêt-maladie et cela faisait quelques jours que ses amis préparaient le terrain pour son retour dans l'hémicycle.
Le 15 novembre 2022, la présidente du groupe FI Mathilde Panot confiait : « Nous assumons de discuter pour accompagner le retour d'Adrien Quatennens (…). Tout le monde est d'accord pour dire qu'il ne doit pas être exclu du groupe ni pour qu'on demande sa démission. Il est donc logique que nous discutions et que nous réfléchissions sur les modalités et l'accompagnement de son retour. ».

Sur le plan du droit constitutionnel, la réponse est ultrasimple : le mandat de député est sacré, il est l'élu du peuple ; seule une condamnation définitive à l'inéligibilité peut lui retirer juridiquement la possibilité de poursuivre son mandat parlementaire. Mais sur le plan politique, c'est une autre chose. Son groupe politique (France insoumise) a toujours été à donner des leçons de morale aux autres et le moins qu'on puisse lui demander, c'est de respecter lui-même les valeurs qu'il veut prôner à la société, et parmi celle-ci, la lutte contre les violences conjugales. Dans les leçons de morale en politique, le risque est toujours d'être l'arroseur arrosé, François Fillon en sait quelque chose. Et contrairement à ce dernier, on ne pourra jamais dire qu'il s'agit d'une "boule puante" ou d'un "complot", à moins de vouloir politiser les déclarations de Céline Quatennens et s'en moquer.

La situation humaine est plus compliquée, car l'amitié aussi est une valeur en politique. Et lorsqu'un ami passe un moment particulièrement difficile de sa vie (une séparation n'est jamais une partie de plaisir), on hésite à surenchérir en le condamnant politiquement. Mais l'affaire est finalement assez simple : le navire Quatennens, qui avait suscité beaucoup d'espoir pour la pérennisation du mouvement mélenchoniste à long terme, est devenu le Titanic et la question est de savoir si ses amis doivent le quitter avant qu'il ne soit trop tard. La réponse est évidemment dans la question et tout est dans l'emballage : comment procéder pour qu'il y ait le moins de dégâts affectifs et politiques possible ?

Un peu naïvement, Adrien Quatennens a voulu jouer le jeu de la transparence en avouant sans ambiguïté qu'il avait donné une gifle à son épouse. Cette violence reconnue est le scandale réel : il n'y a plus la possibilité que ce fait soit faux, puisqu'il le reconnaît, et donc, il est beaucoup moins facilement défendable, politiquement, que celui qui, même condamné définitivement par la justice de son pays, même de mauvaise foi et par cynisme, nie les faits qui lui ont été reprochés.

_yartiQuatennensAdrien03

Du reste, on avait appris le 21 novembre 2022 que le député était convoqué par un magistrat du parquet de Lille pour le 13 décembre 2022 dans une procédure de comparution de reconnaissance préalable de culpabilité (appelée aussi le plaider-coupable, mise en place par la loi n°2004-204 du 9 mars 2004 portant sur l'adaptation de la justice aux évolutions de la criminalité défendue par le ministre Dominique Perben, dite loi Perben II), ce qui lui permettrait d'échapper à un procès au tribunal correctionnel.

Son avocate avait confirmé auprès de France Info : « Monsieur le député a accepté cette procédure dans la continuité de sa volonté de vérité et d'exemplarité, dans la mesure où il a reconnu les faits pour lesquels il sera sanctionné. ». Ce dont il est question : « Les faits retenus à son encontre sont la gifle ayant eu lieu il y a plus d'un an dans un contexte déjà évoqué d'agressivité mutuelle et les sms qu'il a envoyés après leur séparation et dont l'absence de caractère malveillant avait déjà été reconnue. ». En revanche, le motif de harcèlement n'a pas été retenu.

Le problème d'exemplarité, c'est que la version d'Adrien Quatennens n'est pas celle de son épouse. Au début de l'affaire, le député avait évoqué un "divorce à l'amiable" et, à la suite des deux mains courantes, il avait insisté sur le fait que la justice n'avait pas été saisie... mais cela jusqu'à la plainte judiciaire déposée le 26 septembre 2022 par Céline Quatennens qui a complètement remis en cause la version édulcorée de leurs relations conflictuelles.

Et ce 23 novembre 2022, Céline Quatennens est sortie de son silence par un communiqué à l'AFP pour mettre quelques points sur les i en renforçant ses accusations contre son mari. Elle a dénoncé des
« colères », des « crises » et « des violences physiques et morales » de la part d'Adrien Quatennens contre elle depuis « plusieurs années », ce qui est loin d'être l'unique faute isolée reconnue par le député. De plus, elle a réfuté tout « contexte d'agressivité mutuelle » et a ajouté : « Au cours de ces dernières années, j'ai voulu le divorce à trois reprises, à chaque fois sous la pression je suis revenue en arrière ». Cette version change complètement celle d'Adrien Quatennens et en ferait un mari difficile qui aurait malmené son épouse pendant des années.

Mais Adrien Quatennens « dément catégoriquement les accusations à son encontre ». Ce sera donc parole contre parole. Son avocate a en effet publié le même jour un communiqué pour réfuter les déclarations de Céline Quatennens : « Ces déclarations interviennent dans le cadre des négociations tendues à l'occasion de son divorce. ». Elle a précisé : « Aucun fait de violences répétées, ni de harcèlement, évoqués ce matin par Céline Quatennens, n'ont été retenus par le parquet. Celui-ci n'a retenu que deux infractions, que mon client a lui-même reconnues, et qui seront traitées dans la procédure de comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité le 13 décembre prochain. ».

_yartiQuatennensAdrienB02

Le développement politique a été évidemment plus rapide que la procédure judiciaire : ses amis de la Nupes désormais le lâchent complètement. Ainsi Olivier Faure, premier secrétaire du PS et l'un des plus proches alliés de Jean-Luc Mélenchon, a tweeté : « Notre devoir est de dire que nous accueillons sa parole et la croyons. » (en parlant de Céline Quatennens). Quant à la députée écologiste Sandrine Rousseau, elle s'est jetée sur l'occasion : « Adrien Quatennens ne peut pas revenir à l'Assemblée. La parole de Céline Quatennens doit être entendue. (…) Je pense qu’il ne peut plus être député. ». Elle a insisté un peu plus tard : « En l'état, Adrien Quatennens ne peut pas revenir à l'Assemblée. Je crois qu'il faut entendre ce qu'elle dit. Elle dit qu'elle a subi plusieurs épisodes de violences physiques et morales. Cette parole doit être respectée. ». Madeline Da Silva, cofondatrice de l'Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique et adjointe au maire PS des Lilas, a déclaré de son côté sur France Info : « [On] ne peut pas, quand on est un député, défendre l'intérêt général à partir du moment où on est un homme violent. ».

Pour les députés insoumis, le piège s'est refermé. Soutenir explicitement Adrien Quatennens reviendrait à dire que son épouse dirait n'importe quoi, le problème récurrent des accusations de violences conjugales auquel voulait mettre fin justement, entre autres, ce groupe politique. Pour l'heure, histoire de prendre rapidement une non-décision, les députés FI ont communiqué très courageusement dans la soirée du 23 novembre 2022 que leur collègue Adrien Quatennens « ne participera plus à l'activité » du groupe parlementaire jusqu'au 13 décembre 2022, date de la comparution pour reconnaissance préalable de culpabilité, dans l'attente de ce qu'en dira la justice.

D'un point de vue strictement politique, et sans préjuger tant de la réalité des faits (personne, à part eux deux, savent ce qui s'est réellement passé) que des suites judiciaires, Adrien Quatennes se retrouve, avec les violences conjugales, dans la même situation que Jérôme Cahuzac avec les malversations financières : dans l'incapacité d'exercer raisonnablement un mandat politique, et cela pour une période longue, jusqu'à l'oubli dans les consciences populaires.

Après avoir démissionné du gouvernement le 19 mars 2013, et alors qu'il aurait dû retrouver automatiquement son siège de député un mois plus tard, Jérôme Cahuzac avait effectivement pris la sage décision, le 18 avril 2013, de démissionner de l'Assemblée Nationale et de se faire médiatiquement tout petit (le 19 mai 2013, il avait annoncé qu'il renonçait à se représenter dans sa circonscription à l'élection partielle des 16 et 23 juin 2013 provoquée par sa démission). Ayant avoué l'existence d'un compte en Suisse le 2 avril 2013, il a été exclu de son parti, le PS, le 9 avril 2013 (France soumise est un peu plus long à la détente). Si Adrien Quatennens souhaitait résoudre ses problèmes personnels sans l'écho épouvantable des médias et des réseaux sociaux, il lui suffirait simplement de quitter la sphère publique et de s'éloigner ainsi des projecteurs. La politique est un ogre qui dévore ses enfants.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 novembre 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le député Adrien Quatennens doit-il démissionner de l'Assemblée Nationale ?
Mais où est donc passé Adrien Quatennens ?
Clémentine Autain.
Éric Coquerel.
Jean-Luc Mélenchon.
Danièle Obono.
François Ruffin.
Sandrine Rousseau.
Pour ou contre M… ?
Sous la NUPES de Mélenchon.
La consécration du mélenchonisme électoral.

_yartiQuatennensAdrien02




https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20221123-adrien-quatennens.html

https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/le-depute-adrien-quatennens-doit-245133

http://rakotoarison.canalblog.com/archives/2022/11/23/39720582.html








 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).