Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2024 6 25 /05 /mai /2024 03:43

« Vous voulez dire que ma vie se définit par la quête de la fidélité et du plaisir qu'elle procure ? C'est vrai. » (Alain Souchon).


 


Dans cette interview recueillie par Hugo Cassavetti et Valérie Lehoux, et publiée dans "Télérama" le 27 septembre 2008, il poursuivait : « Comme j'ai beaucoup changé, tout le temps, je me suis toujours dit que je n'aimerais pas changer de femme, j'habite toujours le même appartement, j'ai toujours le même numéro de téléphone... ». Et d'ajouter à Ludovic Perrin le 19 octobre 2019 dans le "Journal du dimanche" : « Je n’ai ni portable ni tablette, je n’ai pas l’expérience d’Internet ! ».

Eh oui, il y a toujours cette impression que le chanteur est en dehors du temps, un peu tendre rêveur, un peu souriant amer, un peu nostalgique... et voici qu'il se prend sur la binette la glaciale addition de l'état-civil : Alain Souchon fête son 80e anniversaire ce lundi 27 mai 2024. Un vieillard, un vieillard adolescent ! Le 24 mai, c'était le tour de Dominique Lavanant, et le 25, cela aurait dû être celui de Pierre Bachelet, mais il est parti depuis longtemps sans crier gare.

Ce ne serait pas très original si j'écrivais que j'adore Alain Souchon, et comme c'est vrai, je l'écris quand même. Il est à la fois hors du temps et en plein dans son époque, car beaucoup de ses chansons évoquent de nombreux sujets d'actualité, de société, et c'est le cas pour de nombreux chanteurs, d'ailleurs. Il combat ce monde d'hyperconsommation et se dit qu'il n'était pas fait pour ce monde. Heureusement qu'il est devenu un chanteur à succès, avec une carrière qui lui a permis cette existence sociale, car il ne sait pas ce qu'il aurait fait de sa vie, sans cela : « Il y a un truc de maladie, de tristesse, je suis sûr de ça. Je suis privilégié, j'ai une vie extraordinaire qui me permet de ne pas être pris dans le tourbillon, d'être retiré du monde rentable. Mais seul, on n'est rien. Les autres, c'est notre raison d'être. Regarder, écouter les autres, c'est toujours intéressant. » ("Télérama"). "Foule sentimentale" : « On a soif d'idéal, Attirée par les étoiles, les voiles, Que des choses pas commerciales, Foule sentimentale, Il faut savoir comme on nous parle ».

Alain Souchon, c'est le gars trop distrait pour faire des études, sorte de Gaston Lagaffe (il a un tonton Gaston) avant l'heure... et sans les gaffes. Qui aurait bien aimé explorer le Pôle Nord ou être un universitaire écouté et érudit. Et puis, il y a eu ce satané accident d'automobile qui a coûté la vie à son père prof d'anglais (sa mère a dû écrire des romans de gare pour survivre). Nouvelle famille à 7 ans (sa mère s'est remariée avec son père biologique, après avoir quitté son beau-père). Orphelin à 15 ans. Amour, tendresse, et gravité à la fois, dépression même. Et bien sûr nostalgie. Les thèmes sont souvent graves et pourtant doux en même temps. Il n'a vraiment commencé sa carrière d'auteur compositeur interprète qu'en 1973 où il a vite eu une reconnaissance de professionnels et la possibilité d'enregistrer un disque. À l'aube de ses 30 ans.

Le disque, c'est tout pour lui. Il en a d'ailleurs vendu plus de 10 millions, c'est beaucoup même si d'autres confrères ont fait bien plus : « Autrefois, on faisait des disques qui marchaient très fort et qui passaient beaucoup à la radio. Et puis on allait faire des salles, à Montpellier ou ailleurs, et il n'y avait personne. Maintenant, c'est le contraire. Les radios sont tellement submergées qu'on peut très peu y passer. En revanche, il y a du monde aux spectacles. Comme dans les années 50, on revient à la fonction première du chanteur : il chante et, éventuellement, on achète son disque pour se souvenir. Mais moi je viens d'une époque où l'important, c'était le disque. » ("Télérama"). La consécration, pour lui, fut l'Olympia en 1979 (au début, il était en première partie de spectacle, ceux de Thierry Le Luron par exemple). Et plus tard une dizaine de trophées aux Victoires de la musique.

 


Avec quelques autres comme Michel Jonasz ou Jacques Higelin, Alain Souchon a un peu révolutionné la chanson française, avec la volonté d'éviter de copier Georges Brassens ou Jacques Brel qui l'ont fasciné. Sa chance, c'était sa rencontre avec un autre artiste débutant Laurent Voulzy en 1974 et depuis, ils ont cultivé une grande amitié mais aussi collaboration fidèle et durable. En gros, Voulzy compose de la musique pour Souchon (exemple : "J'ai 10 ans") et Souchon écrit des textes pour Voulzy (exemple : "Rockollection" en 1977) : « On se voyait avec Michel Jonasz, nous n'étions alors pas connus. On voulait être différents, mais c'était instinctif, pas calculé. On n'avait pas envie de faire comme ceux qui nous avaient précédés. D'abord parce qu'on n'aurait pas pu. Quand on arrive derrière Brassens, on ne peut pas faire mieux, ni même aussi bien, c'est tellement fort. Alors, j'écrivais mes trucs de "bobo-pipi-bobo" sans réfléchir. C'est venu tout seul. Je n'étais qu'un amateur. Puis j'ai rencontré Laurent Voulzy, avec sa culture pop extraordinaire, qui jouait de la guitare les doigts dans le nez. Il jouait comme j'en rêvais. Lorsqu'on a fait "J'ai 10 ans", ça m'a ouvert un monde : c'était travaillé, agencé, avec des notes placées volontairement, pas par hasard. Ça m'a donné un plaisir inouï, à cause du rythme, du "beat". C'était exactement ce que je voulais, je n'y arrivais pas tout seul. Laurent est trop perfectionniste et moi trop amateur, c'est cet équilibre qui définit notre couple. Et qui est rassurant. Pour moi. Pour lui. Cette approche plus rythmique m'a obligé à modifier mon écriture, à briser mes phrases, à bousculer la langue, le français. C'était comme un jeu. Un jeu qui a duré plusieurs années. Jusqu'à en devenir un tic d'écriture, trop facile. Alors je suis revenu à un style plus classique. » ("Télérama"). Laurent Voulzy a maintenant 75 ans et les deux chanteurs continuent à bosser ensemble !

Comme de nombreux chanteurs, Alain Souchon a fait une (courte) incursion dans le cinéma. Déjà pour la musique de films, en particulier avec François Truffaut ("L'amour en fuite", en 1979), mais il a aussi été acteur, jouant sous la direction de Claude Berri, Jean-Pierre Rappeneau, Jean Becker, Jacques Doillon, Agnès Varda et quelques autres, aux côtés de Catherine Deneuve, Serge Gainsbourg, Isabelle Adjani (particulièrement "Tout feu, tout flamme" et "L'Été meurtrier"), Miou-Miou, Robin Renucci, Gérard Depardieu, etc. (en tout, douze films de 1980 à 2019, mais, malgré ses deux nominations aux Césars en 1981 et 1984, il n'a pas beaucoup persévéré dans cette voie quand il a vu Michel Bouquet ou Michel Piccoli, entre autres, qui étaient, eux, de grands acteurs).

Alain Souchon a fait de nombreuses collaborations artistiques, pas seulement avec son compère Voulzy mais aussi avec (notamment) Jane Birkin, Françoise Hardy, Louis Chedid, Charles Aznavour, Jean-Louis Aubert, Eddy Mitchell, Patrick Bruel, Zazie, Nolwenne Leroy, Michel Delpech, Salvator Adamo, Nana Mouskouri, Véronique Sanson, etc. ...et même Marcel Amont ! Sans compter que depuis quelques années, ses deux enfants (Pierre Souchon et Charles Souchon dit Ours) l'accompagnent dans ses prestations.

Invité d'Émilie Mazoyer le 4 janvier 2023 sur France Bleu, Alain Souchon, grand travailleur, a lâché : « À 16 ans, j'étais un trainard impressionné par le fait qu'il fallait gagner sa vie. ». Plus de soixante ans plus tard, il est plus impressionnant qu'impressionné parce qu'il est toujours sur scène, l'an dernier dans une tournée de cent cinquante concerts. Son dernier album est sorti le 25 novembre 2022. Alors, puisqu'on ne présente pas Souchon (Émilie Mazoyer le présente comme « l'un des plus grands artistes » et « le monument de la chanson française », tandis que sa notice dans le Larousse explique doctement qu'il « [cultive] l'image d'un éternel adolescent au spleen tout baudelairien »), laissons-nous vibrer avec lui...



1. "J'ai 10 ans" (1974)






2. "Bidon" (1976)






3. "Jamais content" (1977)






4. "Allo Maman bobo" (1977)






5. "Y'a d'la rumba dans l'air" (1977)






6. "Papa mambo" (1978)






7. "L'amour en fuite" (1979)






8. "C'est comme vous voulez" (1985)






9. "La ballade de Jim" (1985)






10. "Ultra moderne solitude" (1988)







11. "Quand j'serai KO" (1988)






12. "C'est déjà ça" (1993)






13. "Foule sentimentale" (1993)






14. "L'amour à la machine" (1993)






15. "Sous les jupes des filles" (1993)






16. "Le baiser" (2000






17. Interview par Darius Rochebin sur RTS le 22 janvier 2012



 


Aussi sur le blog.


Sylvain Rakotoarison (25 mai 2024)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Charles Aznavour.
Alain Souchon.
Patrick Bruel.
Eden Golan.
ABBA.
Toomaj Salehi.
Sophia Aram.
Fanny Ardant.
Alain Bashung.
Alain Chamfort.
Micheline Presle.
Plastic Bertrand.
Jacques Dutronc.

Françoise Hardy.
Guy Marchand.
Maria Callas.
Catherine Deneuve.
Gérard Depardieu.
Stéphanie de Monaco.
Jane Birkin.
Fernand Raynaud.
Marcel Zanini.
Patricia Kaas.
Kim Wilde.


 





https://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20240527-alain-souchon.html

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/alain-souchon-et-sa-quete-de-la-254645

http://rakotoarison.hautetfort.com/archive/2024/05/21/article-sr-20240527-alain-souchon.html




 

Partager cet article
Repost0

commentaires


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).