Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 07:29

Le MoDem prend de l’avance sur les autres pour réunir les forces centrales du pays. Une rentrée politique qui a dopé François Bayrou dans une France en état de crise : « Mon premier message, c’est celui d’un rassemblement calme et serein. La famille politique du centre a été éclatée pendant trop longtemps ; un jour prochain, elle se reconstruira. ». Première partie.


yartiBayrou20110901Décidément, la famille centriste n’a pas de chance avec les événements politico-médiatiques. Alors que le congrès du Parti radical valoisien était en train d’acter officiellement son divorce avec l’UMP, Dominique Strauss-Kahn devenait le phare mondial des médias avec son arrestation à New York. Et le week-end dernier, l’autre versant du centrisme, plus indépendant, le MoDem de François Bayrou, tenait son université de rentrée sur la Presqu’île de Giens, mais son écho médiatique fut couvert par la première expression publique de ce même DSK à la télévision.

Pourtant, ce qu’il s’est passé à Giens ce week-end des 17-18 septembre 2011 n’était pas anodin. Vous descendez à Toulon, prenez la route de l’aéroport d’Hyères, continuez par la départementale 197, traversez La Capte, La Bergerie, choisissez la direction de la Tour fondue à la pointe sud-est et juste avant d’arriver au petit port qui assure les liaisons avec Porquerolles, vous tournez sur votre gauche et débarquez au Balambra Club, un village vacances de France (VVF) assez classique pour se prélasser au soleil ou participer à une manifestation politique.


Deux centres avec les mêmes valeurs


À l’heure actuelle, il existe deux organisations centristes que ni les idées ni les amitiés n’opposent vraiment. Mais dont la stratégie est différente, et encore, aujourd’hui, c’est surtout l’historique des ego, des trahisons ressenties d’un côté comme de l’autre, qui creuse un fossé qui ne devrait pas avoir lieu d’être : le centrisme bio de François Bayrou, qui peut se prévaloir d’une indépendance totale avec l’UMP, au prix d’une absence de groupe parlementaire et de fuite des élus ; et le centrisme synthétique (recomposé) de Jean-Louis Borloo, qui a réussi à fédérer ses troupes dans une Alliance (l’ARES) autour des radicaux valoisiens (qui avaient rejoint l’UMP en avril 2002) et du Nouveau centre (partie issue de l’UDF canal historique qui avait rejoint la majorité présidentielle en avril 2007).

Quand je dis que rien n’oppose ces deux camps, c’est simplement parce que les seconds, qui participent encore au gouvernement, ont compris la nécessité d’une indépendance vis-à-vis de l’UMP, une indépendance qui risque de coûter très cher aux finances des radicaux puisque l’UMP refuse de leur reverser cette année le 1,2 million d’euros correspondant à leurs députés (toujours inscrits au groupe UMP à l’Assemblée Nationale). Le contentieux financier a franchi d’ailleurs une étape judiciaire et probablement Jean-Louis Borloo attend un peu de visibilité pécuniaire avant de se déclarer candidat.


Capacité ou incapacité à rassembler

Les 10 et 11 septembre 2011, l’atmosphère avait d’ailleurs été très lourde pour les centristes de l’ARES réunis à la Grande-Motte car on observait un choc des ego entre Jean-Louis Borloo et Hervé Morin, ce dernier ayant toujours des velléités de candidature malgré sa très faible notoriété (équivalente à celle de Jean-Michel Baylet).

Alors que c’était la première manifestation publique du regroupement de Jean-Louis Borloo, cette division affichée si bruyamment a fait désordre et a apporté une ambiance assez désolante pour ceux qui souhaitent l’union et le rassemblement.

C’est cette odeur de division que François Bayrou a réussi à chasser à Giens en se montrant au contraire comme le meilleur rassembleur de la famille centriste. Et l’on peut dire qu’il a fait très fort en réussissant à convaincre l’ancien Ministre d’État Pierre Méhaignerie, actuel président de la Commission des affaires sociales de l’Assemblée Nationale et vice-président de l’UMP, à faire le déplacement à Giens.


Pierre Méhaignerie (72 ans)

La complicité entre Pierre Méhaignerie et François Bayrou n’est pas vraiment une surprise puisque le second avait succédé au premier (avec son soutien) à la présidence du Centre des démocrates sociaux (CDS) lors du congrès très incertain de Vincennes les 10 et 11 décembre 1994.

Pierre Méhaignerie a fait partie de ces centristes (de l’UDF) qui ont immédiatement rejoint l’UMP en 2002 alors qu’il était en position de force, localement (en Bretagne), de rester indépendant du RPR. Depuis près de dix ans, il semble regretter de plus en plus son initiative mais il n’a pas fait grand chose pour changer les choses. Le discours de Grenoble a sans doute été l’élément le plus révoltant pour les centristes qu’il représente.

yartiBayrou20110902Sa présence à Giens le 17 septembre 2011 se comprend donc simplement : « C’est l’amitié qui me lie à François Bayrou qui explique ma présence aujourd’hui. ». Pierre Méhaignerie était aussi au Campus UMP à Marseille il y a deux semaines et a refusé de dire quel candidat il soutiendrait au premier tour de l’élection présidentielle. Son objectif est que les centristes puissent gouverner avec des alliés : « Tant que la famille du centre ne sera pas majoritaire, elle doit s’unir et être force d’équilibre. C’est pourquoi nous devons renforcer nos liens politiques. La majorité de demain aura besoin de François Bayrou. Je souhaite que celui-ci choisisse la majorité. L’alliance UMP-centre est essentielle. ».

Ce à quoi François Bayrou a répondu : « Je ne regrette aucun des choix que nous avons faits depuis quatre ans, aussi difficiles qu’ils aient pu l’être. L’indépendance nous permettra de rassembler des sensibilités diverses. (…) Ce n’est pas le vice-président de l’UMP que j’accueille, mais celui qui a été avant moi le président de cette famille politique. ».


Bernard Bosson (63 ans)

Autre personnalité que François Bayrou a réussi à faire venir à Giens, l’ancien ministre Bernard Bosson, aujourd’hui en retrait de la vie politique et ancien complice des "Trois B" (avec Dominique Baudis) et des "Rénovateurs" au printemps 1989.

yartiBayrou20110904Bernard Bosson était son rival malheureux en décembre 1994 pour conquérir la tête de la famille centriste. Il était à l’époque l’un des grands soutiens d’Édouard Balladur, très influent Ministre des Transports et secrétaire général du CDS qui connaissait très bien l’intérieur du parti (ses fédérations, ses réseaux d’élus etc.). Il était resté au sein de l’UDF canal historique en 2002 après avoir soutenu Jacques Chirac dès le premier tour en avril 2002, puis il avait fait campagne pour la candidature de François Bayrou en 2007 mais avait rejoint le Nouveau centre pour renouveler son mandat parlementaire en juin 2007, sans succès puisqu’un candidat UMP lui a ravi la circonscription. Depuis juin 2011, il s'est engagé à nouveau derrière François Bayrou.

L’ancien député-maire d’Annecy a reconnu le 17 septembre 2011 que l’indépendance politique était une nécessité : François Bayrou « nous a apporté, je dois le reconnaître ici, ne l’ayant pas accompagné dans cette voie, de n’être aujourd’hui dans aucun camp et d’avoir acquis là une inestimable liberté et un poids déterminant. Il est d’ailleurs ainsi le seul à pouvoir demain redonner unité et vie au centre dans notre pays  ».


Jean Arthuis (presque 67 ans)

yartiBayrou20110906L’ancien Ministre des Finances d’Alain Juppé, Jean Arthuis, actuel président de la Commission des finances du Sénat, a fait le déplacement. Il avait pris ses distances lors de la fondation du MoDem mais était déjà intervenu l’an dernier au même endroit. Il milite pour le maintien d’un unique groupe Union centriste au Sénat à l’issue des élections sénatoriales du 25 septembre 2011. Jean Arthuis reste l’un des rares à croire encore à un accord possible entre François Bayrou et Jean-Louis Borloo.



Des proches de la majorité actuelle

Étaient également présents à Giens l’ancien député-maire UDF de Rouen, Pierre Albertini, qui avait renoncé à la vie politique en 2007, l’ancienne Défenseure des enfants, Dominique Versini, qui fut ministre des gouvernements Raffarin, ainsi qu’Anne-Marie Idrac, ancienne ministre Nouveau centre du 2e gouvernement Fillon, qui a justifié sa présence ainsi : « Je suis là car François Bayrou a une vision juste ! ».

Toutes ces personnalités politiques ont pour point commun d’avoir pris leurs distances après 2007 avec François Bayrou en s’opposant à sa stratégie isolationniste. Le MoDem a également accueilli (entre autres) l’avocat général Philippe Bilger, l’économiste Michel Godet et les journalistes Jean-François Kahn et Philippe Meyer.

L’année dernière déjà, quelques personnalités proches de la majorité présidentielle avaient tenu à accompagner François Bayrou à Giens : les anciens ministres Jean-François Mattéi et Luc Ferry, le futur ex-Médiateur de la République Jean-Paul Delevoye (ancien responsable du RPR et aujourd’hui président du Conseil économique, social et environnemental) et l’écrivain et ancien ambassadeur Jean-François Rufin.


Stature internationale

François Bayrou n’a pas lésiné pour sa crédibilité internationale en recevant le 18 septembre 2011 Francesco Rutelli, l’ancien maire de Rome qui fut à la tête de la coalition de centre gauche contre Silvio Berlusconi en 2001, Guy Verhofstadt, ancien Premier Ministre belge, Pax Cot, l’ancien Président irlandais du Parlement européen, et aussi Nejib Chebbi, leader du Parti démocratique progressiste tunisien (PDP).


Dans la seconde partie, j’évoquerai le programme du Modem et son supposé "recentrage" pour de futures alliances en 2012.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 septembre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La famille centriste.
Jean-Louis Borloo est-il vraiment déterminé ?
François Bayrou a-t-il encore un avenir présidentiel ?
Vidéo du discours de François Bayrou le 18 septembre 2011 à Giens.
Vidéo des discours de Bernard Bosson et de Jean Arthuis le 17 septembre 2011 à Giens.






http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/francois-bayrou-le-rassembleur-de-101122

 


 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).