Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 00:27

Le Sénat bascule à gauche. Jean-François Copé reconnaît la défaite de l’UMP. C’est une victoire historique du Parti socialiste.


yartiBel01Selon le PS, la gauche aurait largement remporté les élections sénatoriales du 25 septembre 2011 qui renouvelaient 170 des 343 sénateurs. Élus pour six ans, ces sénateurs siégeront jusqu’en 2017 et le Sénat restera dans sa composition actuelle jusqu’en septembre 2014, c’est-à-dire après les élections municipales de mars 2014. Les plus de soixante-dix mille grands électeurs mobilisés sont essentiellement issus des conseils municipaux élus en mars 2008.

Il faudrait évidemment rester très prudent puisque aucun résultat officiel n’a encore été proclamé au niveau national mais il paraît quasi-certain que la gauche obtiendrait la majorité absolue au Sénat, ce qui serait une première historique et la confirmation que la France bicamériste est une démocratie qui permet à tous les camps de gagner, même la chambre haute.

Cent soixante-quinze sénateurs seraient bientôt inscrits dans des groupes de gauche, et peut-être même plus car la Guadeloupe devrait apporter aussi son lot de surprises favorables à la gauche.

Bien sûr, ces résultats sont assez significatifs et si l’effet mécanique des municipales de mars 2008 devaient bien faire changer une quinzaine de sénateurs (UMP vers PS), ce soir, c’est plutôt dans les vingt-cinq sièges que le PS gagnerait, résultant à la fois de la désunion de la majorité présidentielle (l’effet le plus éclatant est à Paris, avec deux sièges perdus pour l’UMP, mais aussi aux Hauts-de-Seine, entre autres, où un écologiste, troisième de la liste socialiste, serait élu), mais aussi à une véritable réticence, pour les grands électeurs de droite, d’accorder leur confiance à la politique gouvernementale actuelle.

Par ailleurs, les analyses départementales montrent que les listes dissidentes de droite ont réussi à emporter des sièges, ce qui confirme que les grands électeurs de droite ne souhaiteraient pas vraiment aider Nicolas Sarkozy tout en refusant de renforcer les listes de gauche.

Parmi les nouveaux élus, on peut noter un certain nombre de députés qui n’auraient plus de circonscription en 2012 en raison du redécoupage électoral, en particulier Michel Delebarre, André Vallini, Gaétan Gorse, Alain Richard, Marie-Noëlle Lienemann, François Grosdidier… mais ni François Goulard ni Yves Jégo qui ont été battus.

Parmi les sénateurs sortants qui ne se représentaient pas, on peut noter qu’une génération d’anciens s’effacent, comme Charles Pasqua, Pierre Mauroy, Louis Mermaz, Robert Badinter

Il y a aussi deux échecs de taille parmi les centristes, le sénateur MoDem Denis Badré ainsi que l’actuel ministre Maurice Leroy.

Le doyen d’âge aura 86 ans et devrait être Paul Vergès (né le 5 mars 1925) mais d’après Serge Dassault (né le 4 avril 1925), réélu dans l’Essonne à la tête d’une liste à la fois dissidente et soutenue par l’UMP en complément d’une autre liste UMP (!), Paul Vergès devrait démissionner avant même la première séance du Sénat renouvelé et par conséquent, il devrait incomber à Serge Dassault de présider cette séance et de prononcer le discours inaugural.

Dès 19h00, le candidat François Hollande avait exprimé sa joie pour ce basculement historique (les "experts sénatologues" imaginaient cette alternance plutôt en 2014) mais a vraisemblablement manqué de pertinence politique en expliquant que ce serait un avantage si un Président de gauche, avec une majorité à l’Assemblée Nationale de gauche, avait un Sénat de gauche.

Peu pertinent comme argument car évidemment que le PS risquerait d’être attaqué sur ce sujet brûlant de répartition des pouvoirs en avril 2012 : le PS, qui détient la quasi-totalité des conseils régionaux, une grande majorité des conseils généraux, de nombreuses mairies, avec un Sénat à gauche, risquerait, s’il gagnait en 2012, d’être tout puissant sans aucun contrepouvoir. De quoi faire fuir l’électorat centriste qui ne souhaiterait pas signer un chèque en blanc aux socialistes.

Autre intervention assez étrange provenant d’une ministre, Chantal Jouanno, qui multiplie des déclarations comme quoi elle a demandé à pouvoir se présenter aux sénatoriales (pourquoi ne dit-elle pas simplement qu’elle s’est présentée aux sénatoriales ?) et que la décision qu’elle reste ou pas au gouvernement dépend de Nicolas Sarkozy. Si l’on peut effectivement l’imaginer, il est quand même extraordinaire qu’une élue de la République, devenue sénatrice pour six ans, indépendant et sans mandat impératif ni de son parti ni de personne d’autre, affirme qu’elle doit attendre les consignes du Président de la République pour savoir ce qu’elle va faire. Où est donc la séparation des pouvoirs et que fait-elle de la légitimité qu’elle vient juste d’acquérir ?

Concrètement, la prochaine bataille va avoir lieu le 1er octobre 2011 avec l’élection du prochain Président du Sénat.

Si la majorité absolue pour la gauche était confirmée cette nuit, Gérard Larcher, l’actuel Président du Sénat, serait battu pour le renouvellement de son mandat. Mais il y a aussi un autre point : les centristes ne serviraient à rien pour tenter de constituer une nouvelle majorité plus axée au centre gauche.

En effet, la majorité absolue exonérerait le PS d’engager des négociations interminables qui auraient pu se terminer en faveur soit d’une candidature de Jean-Pierre Raffarin (après son échec de 2008), soit d’une candidature d’un centriste comme Jean Arthuis, qui a été laborieusement réélu dans son département (seulement au second tour).

Ce soir, la situation serait donc celle-ci : seul, un sénateur socialiste serait élu au Plateau. Même si l’ancienne ministre Catherine Tasca, première vice-présidente sortante du Sénat, a fait acte de candidature, l’actuel président du groupe PS au Sénat, Jean-Pierre Bel, sénateur de l’Ariège, a toutes les chances d’avoir l’investiture de ses camarades. Il a déjà eu le soutien du sénateur-maire de Dijon, François Rebsamen, soutien de François Hollande. Cela expliqué, Gérard Larcher ne s’est pas encore avoué vaincu et a annoncé sa candidature à la Présidence du Sénat.

Ces résultats clairs renforcent l'institution du Sénat qui avait été régulièrement remise en cause à gauche, en particulier par Lionel Jospin lorsqu'il était à Matignon. L'absence probable de négociation avec des groupes centraux (Union du centritse et RDSE) éviterait de sombrer dans des combinaisons à l'image déplorable qui renforcerait à terme l'antiparlementarisme. Gérard Larcher a cependant demandé que le Sénat ne devienne pas une annexe de la rue de Solferino.

Un vote massif du PS renforcerait la bipolarisation de la vie politique, en rendant inutile l’apport des sénateurs centristes qui ont globalement bien tenus durant ce scrutin. Et elle apporterait à Nicolas Sarkozy un argument de poids pour empêcher la candidature de Jean-Louis Borloo à l’élection présidentielle : la division de la majorité présidentielle donnerait aux socialistes la victoire de 2012 sur un plateau !

À moins que l’échec de Nicolas Sarkozy en 2012 ne soit pas seulement dans les calculs de la gauche…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (26 septembre 2011 à 00h17)
http://www.rakotoarison.eu


NB (26 septembre 2011 à 17h00) :


La réduction à six ans du mandat des sénateurs (et par voie de conséquence, son renouvellement par moitié et plus par tiers) n'a rien à voir avec la réforme des institutions du 23 juillet 2008 émanant de Nicolas Sarkozy mais provient de la loi organique n° 2003-696 du 30 juillet 2003, soit bien avant l'élection de Nicolas Sarkozy. Pour des raisons techniques (sénateurs élus pour 9 ans, parfois même pour 10 ans à cause de 2008), la réforme de 2003 s'applique pleinement seulement en 2011.

Ce qui est une première historique, ce n'est pas que le Sénat soit de gauche : même sous la Ve République, il l'a déjà été sous la présidence de Gaston Monnerville (radical issu de la Gaude démocratique, futur RDSE) jusqu'en 1968. Ce qui est en revanche nouveau, c'est qu'il y ait eu un changement singulier de majorité, alors que jusqu'à maintenant, c'était une lente évolution (gauche radicale vers centrisme, centrisme vers gaullisme). C'est la première fois qu'il y a une telle discontinuité.

Et l'autre première historique, c'est qu'il s'agirait (à confirmer le 1er octobre) d'une majorité absolue d'union de la gauche au sein mitterrandien, à savoir excluant les centristes et composée uniquement des socialistes, écologistes et communistes, tandis que les Sénats d'avant guerre avaient plutôt une majorité de centre gauche (essentiellement radicale).

J'insiste surtout sur le rôle très utile du Sénat (dont les membres sont loin d'être des fainéants : c'est le Sénat l'assemblée qui s'est le plus ouverte au monde extérieur, avec des manifestations très courues des professionnels en faveur de l'innovation, de valorisation de la recherche etc.) qui a considérablement amélioré voire initié des lois dites de société (bioéthique, etc.).

Ce changement de majorité aura donc un rôle majeur dans l'acceptation de toutes nos institutions par la plupart des partis politiques : le Sénat s'en trouve à la fois pérennisé et justifié. Et la réforme de 2008 va lui permettre de créer des commissions d'enquête sur tous les sujets qui lui semblent utiles, ce qui est un point très favorable pour l'équilibre des pouvoirs.


Pour aller plus loin :
Le Sénat pourrait-il basculer à gauche (2008) ?
Gérard Larcher.
Jean-Pierre Raffarin.

yartiBel02

 

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/senatoriales-2011-jean-pierre-bel-101362

 

 

 

 

 

 

 



Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).