Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 07:58

Un candidat réussit son entrée en scène : thèmes consensuels (union nationale, consommer français), anticipation (désendetter l’État), propositions concrètes (produire et instruire) et personnalité qui ne clive pas. Le point sur les premiers sondages juste après la candidature officielle de François Bayrou.


yartiCourage01Depuis la déclaration officielle de candidature de François Bayrou à l’élection présidentielle de 2012, il y a une semaine (le 7 décembre), il semble incontestable que celui qui fut le "troisième homme" en 2007 a réussi un démarrage en beauté.

Quatre sondages concordants semblent en effet l’indiquer. Comme toujours, il est très important de rappeler qu’un sondage ne se lit qu’avec recul et réserve. Il n’est qu’une photographie instantanée de l’opinion souvent très changeante avec une marge d’incertitude non négligeable.

Cependant, comme je le répète souvent, c’est la dérivée et pas la valeur absolue qu’il faut analyser, en clair, la tendance (la pente). Et celle-ci est clairement ascendante pour François Bayrou, même après la déclaration de candidature de Dominique de Villepin le 11 décembre 2011 qui a surpris toute la classe politique.


Intentions de vote en progression (nombre à deux chiffres)

Deux études, LH2 du 11 décembre 2011 et CSA du 15 décembre 2011, apporteraient la confirmation d’une réelle inflexion (plus qu’un frémissement) dans les intentions de vote pour François Bayrou, se détachant nettement des "petits candidats" Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon et se rapprochant des trois "grands candidats".

Dans l’étude de LH2, c’est même un bond spectaculaire puisque François Bayrou atteindrait 13% (+6%) et rejoindrait Marine Le Pen (13,5%) qui semblerait sous-estimée par rapport aux autres instituts de sondage. Toutefois, les deux premiers candidats seraient encore loin devant, avec 26% (soit le double de 13%) et 31,5%, respectivement pour Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Chez CSA, le bond n’est que de 4% pour atteindre 11%, toujours en quatrième position derrière Marine Le Pen qui serait à 16% (donc, bien plus élevée que chez LH2). Nicolas Sarkozy et François Hollande obtiendraient respectivement 26% et 32%.

A priori, la candidature de Dominique de Villepin ne semblerait pas avoir impacté la situation actuelle dans l’opinion, mais c’est évidemment bien trop tôt de le confirmer, les prochaines semaines seront intéressantes à suivre dans les sondages, car d’ici une semaine, ce sera Noël et quoi qu’il advienne, la campagne politique sera en retrait jusqu’au Nouvel an. C’est justement en fin d’année et début de l’année suivante que les opinions commencent à se cristalliser et la situation sera vraiment clarifiée vers la fin février quand tout le monde sera explicitement en campagne.

À titre de comparaison, François Bayrou oscillait entre 7 et 9% en fin décembre 2006.


Bayrou, le plus populaire de tous les candidats de 2012

Dans l’étude d’Ipsos du 12 décembre 2011, qui correspondrait à une bourse de la popularité, François Bayrou viendrait de dépasser François Hollande (de peu) avec 50% d’opinions favorables et deviendrait le candidat déclaré le plus populaire de tout le palmarès (Nicolas Sarkozy est à 36% et François Hollande à 49%).

yartiCourage03Là encore, il s’agit d’être prudent puisque des personnes sûres de voter pour un candidat peuvent évidemment avoir de la sympathie pour un autre, mais l’élément intéressant est que François Bayrou est le candidat qui aurait le moins de rejet de tous les candidats déclarés (ou supposés) avec seulement 40% (François Hollande 44%, Nicolas Sarkozy 61% et Marine Le Pen 67%).

L’étude de l’Ifop du 15 décembre 2011 confirmerait cette divine popularité avec 64% de bonnes opinions, un saut de 7% en un mois, le plaçant devant tous les autres candidats (le suivant, François Hollande, n’obtient que 57% de bonnes opinions).


Les Français veulent l’union nationale

Point également très intéressant pour François Bayrou, dans l’étude de CSA, 55% des Français seraient favorables à un gouvernement d’union nationale pour résoudre les problèmes de la crise.

Or, l’union nationale est l’un des thèmes majeurs de François Bayrou et la relative popularité dont sa personnalité jouirait le placerait en bonne position pour devenir ce Président arbitre capable de dépressuriser la vie politique (cette fameuse "décrispation" chère au Président Valéry Giscard d’Estaing).


Crédibilité pour réduire la dette publique

En revanche, il est plus troublant de constater que, selon l’étude de CSA, François Bayrou ne serait pas encore très crédible dans sa capacité à réduire la dette publique (seulement 9% auraient confiance en lui pour cela, contre 19% à Nicolas Sarkozy et 22% à François Hollande).

yartiCourage02Pourtant, c’est lui qui est le candidat le plus rigoureux en matière budgétaire puisqu’il est prêt à dégager 100 milliards d’euros par des hausses d’impôts ou des économies de dépenses. Et surtout, c’est lui qui, dès 2007, avait insisté, voire martelé (c’était sa priorité !) qu’il fallait absolument désendetter l’État sous peine de grosse catastrophe (entre autres celle que nous connaissons depuis cet été). Il était à ce titre le premier défenseur de la règle d’or.

Dans son premier meeting le 10 décembre 2011 à Pau, François Bayrou rappelait : « J’ai été le premier défenseur de la règle d’or. Ceux qui auront le courage de faire l’histoire des dernières années verront que cette idée selon laquelle le peuple interdit à ses dirigeants de faire des déficits abusifs, autrement dit, d’être obligés d’emprunter pour boucler les fins de mois du train de vie de l’État et de la Sécurité sociale, cette règle d’or est déjà dans mon programme de 2002 ! ».

Il y a là, à l’évidence, un réel besoin de développement dans sa stratégie de communication pour convaincre les Français que la réduction de la dette ne pourra pas se faire uniquement avec des dépenses supplémentaires (candidat Hollande) ou le maintien de certaines niches fiscales qui ne se justifient pas économiquement (candidat Sarkozy).


Bayrou impose ses thèmes

Au lieu de tomber dans la facilité à jouer les Cassandre sur l’air "Je vous l’avais bien dit", François Bayrou impose au contraire des thèmes différents et imprime la campagne présidentielle sur l’union nationale et le produire français, sujets que n’ont pas hésité à reprendre tant l’UMP que le PS. Même Jean-Luc Mélenchon ne s’était pas exprimé sur le patriotisme du consommateur.

La candidature de François Bayrou redonne à l’évidence confiance à ceux qui doutaient de la politique. À lui de préciser son programme pour donner le plus d’éléments rationnels dans le futur guide de choix des électeurs.

Il y aura sans doute une surprise le 22 avril 2012


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (16 décembre 2011)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Déclaration de candidature de François Bayrou (7 décembre 2011).
Pour une majorité du courage.
L’union nationale face à la crise.
Sondage LH2 du 11 décembre 2011.
Sondage Ipsos du 12 décembre 2011.
Sondage CSA du 15 décembre 2011.
Sondage Ifop du 15 décembre 2011.
2012, année particulière.

yartiCourage04


 

http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/vigilance-orange-pour-2012-y-a-t-106328

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).