Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 23:37

(verbatim)



Discours de François Fillon le 7 mars 2017 à Orléans

Mes chers amis,

J’éprouve de l’émotion et du bonheur à être ce soir à Orléans !

Orléans, c’est une ville de combats, de courage, c’est une ville où l’épopée française s’est construite au cours des siècles.

Merci à mon ami, à mon compagnon, merci à l’indomptable et inflexible patriote, Serge Grouard !

Depuis quatre ans, Serge est à mes côtés, intrépide, créatif, chaleureux. De tout cœur, merci à toi Serge.

Merci à tous les élus présents, aux militants, aux sympathisants…

Merci pour votre énergie qui me porte !

A Orléans, le mot « soumission », cela fait des siècles qu’on l’ignore !

Moi non plus, je ne me soumets pas !

Je repense à cette réplique de Jeanne d’Arc face à ses juges : « passez outre, je vous prie ! ».

C’est à ces mots que je pense aujourd’hui : « passez outre » !

« Passez outre » les attaques dont je suis la cible.

« Passez outre » car, comme vous, des millions de Français refusent que leur vote soit préempté et confisqué.

Certains aiment à parler au nom du peuple ; certains s’érigent en candidat du peuple ; certains donnent des leçons de démocratie au peuple… Moi je ne prétends rien : mais avant-hier, au Trocadéro, le peuple était vraiment là, et ce soir, à Orléans, il est encore là !

Nous n’avions que trois jours pour organiser la manifestation du Trocadéro… Trois jours seulement lorsque normalement un tel évènement réclame des semaines de préparation.

Certains annonçaient et espéraient un flop ; d’autres prédisaient des tensions et des bagarres ; certains mêmes me soupçonnaient de vouloir attaquer nos institutions, comme si à 63 ans j’allais commencer une carrière de putschiste.

Rien de tout cela n’a eu lieu…

A mes côtés, les 200.000 Françaises et Français qui sont venus au Trocadéro n’étaient pas des extrémistes…

C’étaient des citoyens responsables, venus de partout, venus en famille, des électeurs de droite et du centre qui avaient quelque chose de sincère et de beau dans le cœur.

Cette foule est venue parce qu’elle voulait qu’on la respecte. Qu’on respecte sa voix, qu’on respecte son vote, qu’on respecte une certaine idée de la France que mon projet incarne.

Cette foule, je l’avoue, fut encore plus nombreuse que ce que j’imaginais.

Je vous dois une confidence : si les rangs avaient été clairsemés, si la place avait été vide, j’en aurais tiré les conclusions. Mais voilà, cette vague immense, cette vague tricolore, était là, prête à tout donner pour la victoire.

Et devant elle, devant sa combattivité, devant son espérance, j’ai des devoirs vis-à-vis de ces Français, vis à vis-à-vis de vous, vis-à-vis du projet que nous portons ensemble.

Depuis toujours, on dit que l’élection présidentielle est une rencontre entre un homme et son pays et non une affaire de parti. Dimanche, il y avait là tous les signes d’une rencontre puissante…

Maintenant, j’appelle au rassemblement, j’appelle à la mobilisation, j’appelle à l’action ; j’invite toutes les forces de ma famille politique à se reprendre et à foncer pour la France.

J’invite solennellement et amicalement nos partenaires centristes à rejoindre ma campagne. Nous avons les mêmes valeurs, les mêmes objectifs, et c’est ensemble que nous bâtirons la majorité gouvernementale qui redressera la France.

Nous sommes tous patriotes. Alors servons la patrie, elle qui attend le meilleur de nous !

Nous voulons ensemble tourner la page du quinquennat socialiste ? Alors allons-y !

Nous voulons faire de cette élection le point de départ d‘un pays qui se relance ? Alors allons-y !

Nous voulons enclencher une nouvelle politique pour le plein emploi et pour la croissance ? Alors allons-y !

Nous sommes poussés par la fierté d’une nation qui ne se laisse pas abattre ? Alors plus de divisions, pas d’hésitation, servons la France, main dans la main.

C’est notre combat, c’est notre devoir à l’égard de notre pays qui par sa bravoure et son travail a réussi à se placer parmi les cinq plus grandes puissances du monde.

Nous avons 2000 ans d’épopée derrière nous et nous allons faire en sorte, tous ensemble, que cette épopée ne s’arrête pas maintenant.

C’est mon combat et ce doit être celui de tous les républicains.

Le mot « fatalité » n’est pas dans notre dictionnaire.

Ensemble, nous allons faire en sorte que l’espoir de nos jeunes ne se brise plus sur le mur du chômage.

Nous irons à la conquête de la croissance en mettant le paquet sur la baisse des charges qui pèsent sur le travail.

Ensemble, nous sauverons l’Europe et nous assumerons le leadership politique qui lui fait défaut.

Ensemble, nous vaincrons les fanatiques qui menacent la République et les valeurs françaises.

Avec nous, l’immense et intense œuvre de redressement sera menée à bien.

Ma conviction est que la France peut redevenir la première puissance européenne.

Ceux qui pensent que les Français sont trop usés pour réagir se trompent.

Du fond de notre pays monte une révolte, une belle exigence qui peut tout changer : celle de la liberté !

Liberté d’être pleinement et fièrement Français.

Liberté contre l’insécurité. Liberté pour entreprendre, investir, embaucher, créer, oser. Liberté pour aller au bout de nos efforts et de nos rêves.



Aujourd’hui, où est passée cette liberté ?

A force de se méfier de tout, on a tout rendu suspect.

A force de vouloir tout orienter, tout réguler, tout contrôler, c’est tout un peuple, tout un pays, toute une économie qu’on a paralysés !

Comme le disait Georges Pompidou, qu’on « arrête d’emmerder les Français ! ».

Si l’économie est en berne, si le chômage de masse persiste, c’est parce que nous avons accepté l’accumulation délirante de normes, d’interdictions, de régulations, d’impôts, de charges et de taxes.

Inutile de chercher plus loin la cause de notre déclin. Inutile de se tordre les méninges pour comprendre que la France a besoin d’oxygène.

Je ferai tout pour libérer l’investissement et l’emploi.

Je supprimerai les 35 heures, je doublerai les seuils sociaux, je réformerai la fiscalité du capital pour libérer l’investissement; j’abaisserai la fiscalité qui pèsent sur nos entreprises, j’instaurerai le vrai référendum d’entreprise ; j’allégerai les contraintes qui éreintent nos agriculteurs, nos artisans…

Je diminuerai les charges de 40 milliards d’euros.

Je concentrerai le code du travail sur les principes fondamentaux, et je laisserai le reste à la négociation collective.

Je ferai de la France, la nation du numérique, des startups, des autoentrepreneurs…

Partout en Europe et dans le monde, il sera dit que la France est redevenue la patrie de l’innovation, de l’investissement, du travail, la patrie de la jeunesse qui y croit.

Personne ne sera laissé sur le bord du chemin.

Je veux diminuer les cotisations salariales, pour que le salaire net augmente et se rapproche du salaire brut.

J’engagerai un plan pluriannuel contre la grande pauvreté.

Je veux revaloriser les petites retraites et augmenter de 10 % les petites pensions de réversion. Et cela n’est possible que par l’augmentation progressive de l’âge de la retraite à 65 ans.

Tous les candidats qui prétendent le contraire sont dans le mensonge.



Nous écarterons le risque de la faillite.

Notre système public sera réformé en profondeur.

Aujourd’hui, il croule sous les déficits ; pour rembourser ses déficits le pays croule sous la dette ; pour rembourser cette dette les Français croule sous les impôts… Il faut rompre ce cycle infernal qui nous appauvrit.

Il faut stopper cette dérive de nos finances publiques qui nous place entre les mains des investisseurs étrangers et des spéculateurs.

On vend notre souveraineté nationale ! Et cela me révolte.

Il faut réagir en maitrisant nos finances publiques.

Nous avons plus de fonctionnaire et d’agents publics qu’en Allemagne, alors qu’elle a 15 millions d’habitants de plus que nous. Est-elle moins bien administrée que nous ? Evidemment non.

Je propose de réduire nos effectifs publics de 8 % sur l’ensemble du quinquennat. C’est raisonnable et c’est nécessaire si nous voulons remettre le budget de la France en ordre.

Je suis le seul dans cette campagne à dire cette vérité. Tous les autres prennent les fonctionnaires pour des clientèles électorales.

Nos agents publics sont dévoués et compétents. Ils savent parfaitement que la solution n’est pas dans toujours plus d’embauches.

Mieux vaut un Etat moderne qu’un Etat bureaucratisé et paupérisé.

Je veux que nos agents publics soient mieux rémunérés, plus motivés, mieux formés, avec de meilleures perspectives de carrière.

Pour cela, je propose que les fonctions publiques passent progressivement aux 39 heures et que nous profitions de la numérisation pour moderniser les structures et les méthodes de travail.

Notre économie et notre système social sont au bord de la saturation.

Mon diagnostic est lucide. Mes solutions sont réalistes.

Je n’en dirai pas autant de nos adversaires.

L’extrême gauche et l’extrême droite se rejoignent dans un autoritarisme et une démagogie économiques qui achèveraient définitivement notre pays.

Pensez-vous une seconde que le retour au franc renforcerait la France ?

En vérité ce serait le chaos économique avec une remontée brutale des taux d’intérêts qui se répercuteraient sur tous les Français.

Pensez-vous une seconde qu’en fermant nos frontières aux produits étrangers les consommateurs français y trouveraient leur compte ? Pensez-vous une seconde qu’en renonçant à la politique agricole commune notre agriculture, qui exporte largement ses produits en Europe, résisterait longtemps ?

Pensez-vous qu’en revenant à la retraite à 60 ans, les retraités français auront une pension correcte ?

En vérité, le programme du FN, c’est la faillite en 6 mois, et les premiers touchés seront les classes moyennes et populaires, les ouvriers, les agriculteurs et les petits épargnants.

Contre Mme Le Pen, je suis le rempart d’une France qui a du bon sens, une France qui veut se redresser et pas s’appauvrir derrière ses frontières.

Quant à la gauche de M. Hamon, avec ses 32 heures, son revenu universel, sa légalisation du cannabis, c’est le « Village dans les nuages ».

Reste M. Macron qui n’est rien d’autre que la poursuite du hollandisme avec pour « joker », M.Bayrou…. Macron/Bayrou, croyez-moi, ca n’est pas avec ce tandem qu’on va redresser le pays !

M.Macron a dit qu’il ne croyait pas à la culture française. C’est mal parti pour défendre l’identité de la France dans le monde.

Il suggère que notre pays fasse repentance. C’est mal parti pour rehausser notre fierté nationale.

Il nous a dit qu’il assumait son « immaturité politique » comme gage, parait-il, de sa sincérité. Cela doit faire sourire les présidents chinois, russe et américain.

Mes chers amis, la France n’a pas besoin d’immaturité présidentielle, elle a besoin d’autorité.

Des quartiers sont mis en coupes réglées par des gangs qui prétendent se substituer à la République.

Des intégristes prennent en otage nos concitoyens musulmans qui demandent à vivre en paix.

Dans le secret de nos banlieues, se fomentent de nouveaux attentats.

Assez d’angélisme !

Il faut retrouver cette autorité juste sans laquelle aucun lien social ne peut exister : l’autorité de la loi, l’autorité de l’Etat, l’autorité du professeur.

Je reprendrai les choses en main.

Les voyous doivent redécouvrir ce qu’est la Loi et la sanction. Je relancerai la construction de 16 000 places de prison.

Je supprimerai la quasi-automaticité des remises et aménagements des peines de prison.

Je rétablirai les peines-planchers automatiques car la récidive doit être plus lourdement condamnée.

Il est temps de prendre en compte les évolutions de la société. Si certains pensent que les délinquants attendent gentiment l’âge de 18 ans pour sévir, ils se trompent lourdement.

Je propose donc d’abaisser la majorité pénale à 16 ans.



Plus de 10 000 policiers et gendarmes sont blessés et une dizaine trouvent la mort chaque année.

Respect ! Les forces de l’ordre ont droit à notre respect et à notre soutien. De ma part, il n’y aura pas d’ambiguïté.

Je veux moderniser leurs moyens et les décharger des tâches bureaucratiques qui les accaparent.

Je veux renforcer et généraliser les polices municipales.

Et puis, il y a la question de l’immigration.

Je le dis clairement, l’immigration sans intégration, sans assimilation, l’immigration non contrôlée, c’est de l’irresponsabilité, c’est la France en mille morceaux. Cela n’est pas ma France.

L’honneur de notre patrie est d’avoir toujours été une terre d’asile pour ceux qui fuient la guerre. Mais pour les autres, il faut limiter l’immigration à son strict minimum.

Je propose que notre politique d’immigration soit fixée par des quotas, établis chaque année au Parlement, en fonction de nos capacités d’accueil et de nos besoins économiques.

Je veux que la procédure d’examen des demandes d’asile soit plus rapide. Que ceux qui sont déboutés soient systématiquement expulsés.

Je veux que les étrangers présents sur notre territoire respectent leurs devoirs avant de profiter des droits. Ils devront attendre deux ans avant de prétendre à toute prestation sociale.

Dans cette campagne électorale, je persiste à dire que nous sommes toujours confrontés à une menace mortelle : celle du terrorisme et du totalitarisme islamique.

Nous sommes en état d’urgence mais il semble urgent de l’oublier ! Moi j’en parle et j’en parle clairement. J’affirme qu’une guerre nous a été déclarée et qu’il faut la gagner.

Les fanatiques ont choisi leur drapeau : il est noir comme la mort, le mien est tricolore est c’est celui de la liberté et de la vie.

Je serai inflexible.

Toute personne coupable d’intelligence avec l’ennemi sera condamnée.

Tout étranger appartenant à la mouvance intégriste sera expulsé.

Le culte musulman fera l’objet d’un contrôle administratif serré, jusqu’à ce qu’il soit aussi fermement ancré dans la République que les autres religions.

Tous les mouvements se réclamant du salafisme ou des Frères musulmans seront dissous.

Je refuse que, sur le territoire de la République, l’égalité homme femme soit remise en question et que progresse l’antisémitisme.

Je prendrai mes responsabilités, mais je demande aussi à nos compatriotes musulmans de nous aider à faire le ménage contre l’obscurantisme.

Nous devons refonder l’école républicaine, l’école de la France.

Elle n’est pas là pour distraire ou pour endoctriner mais pour apprendre à lire, écrire, compter, connaître l’histoire de notre pays et ses valeurs civiques.

Elle est aussi là pour apprendre un métier, notamment par l’alternance et l’apprentissage que je veux développer à fond.

Elle est là pour apprendre le respect, la fraternité, à travers des symboles comme l’uniforme scolaire, que je veux rétablir.

A la prochaine rentrée scolaire, tous les établissements seront invités, en relation avec les parents d’élèves, à choisir la tenue qui distinguera leur école ou leur collège.



Nous devons enfin défendre la famille.

C’est notre institution la plus ancienne, la plus naturelle et la plus respectable.

Des idéologues voudraient la casser. Nous ne les laisserons pas faire !

Nous protègerons le droit de l’enfant. Nous encouragerons la famille, nous relèverons le quotient familial, nous rétablirons l’universalité des allocations familiales.

Voilà, mes amis, mon projet pour la France.

Sa marque de fabrique, c’est qu’il est plus puissant et innovant que celui de Mr Macron et bien plus crédible que tous les autres programmes des extrémistes et des illusionnistes réunis.

La compétition des présidentielles va maintenant s’accélérer.

Plus que jamais, j’ai besoin de vous. Prenez les rennes. Ne vous laissez rien imposer. Parlez autour de vous, agissez là où vous le pouvez, transmettez votre ambition !

Le défi du redressement national, je le relèverai avec vous, je le gagnerai avec tous les courageux, tous les audacieux, tous ceux qui ont dans le cœur la fierté d’être français.

Dites-le autour de vous : vous voulez des élections qui soient vraiment les vôtres ?

Alors affirmez vos convictions, bravez la mitraille des attaques, soyez plus forts que les autres, ayez le cœur plus grand que les autres ; debout contre tous les vents, prenez la liberté pour étendard, tenez ferme le drapeau tricolore, le drapeau des rebelles, ayez pour devise gagnante celle de la victoire : Vive la République et vive la France !


François Fillon, Orléans le 7 mars 2017.

Source : www.fillon2017.fr

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).