Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 18:36

(verbatim)


Pour en savoir plus :
http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20171002-gerard-larcher.html


Allocution du Président du Sénat réélu Gérard Larcher le 2 octobre 2017 au Palais du Luxembourg


PRÉSIDENCE DE M. Gérard Larcher

M. le président. Monsieur le secrétaire d’État, mes chers collègues, je voudrais tout d’abord, en votre nom à tous, saluer notre doyen, Philippe Madrelle, qui a présidé notre première séance, et le remercier de ses propos. Je souhaite également remercier nos secrétaires d’âge, benjamins de notre assemblée : c’est une fonction sympathique, mais qui passe toujours trop rapidement ! (Sourires.)

Je souhaite la bienvenue à nos nouveaux collègues. Nous sommes heureux de les accueillir dans cet hémicycle du Sénat de la République. Ils entrent dans une assemblée où le respect mutuel est une tradition, la dignité des débats une règle et la liberté de penser, de s’exprimer, notre nature.

Permettez-moi de vous faire part de ma nostalgie de ne pas revoir sur ces travées certains visages de collègues qui nous auront beaucoup apporté par leur présence, leur engagement, leur attachement à cette assemblée.

J’ai aussi une pensée particulière pour Nicole Bricq, à qui nous rendrons hommage la semaine prochaine.

Merci à toutes celles et à tous ceux qui, dans leur diversité, m’ont accordé très largement leur confiance. Je veux dire à mes collègues qui ont fait un autre choix que je serai le président de toutes les sénatrices et de tous les sénateurs : on le dit toujours ; moi, je souhaite le faire très concrètement.

Je voudrais saluer Éliane Assassi et Didier Guillaume, qui ont été candidats à cette élection. Je ne doute pas que nous continuerons à travailler ensemble comme nous l’avons fait par le passé.

Permettez-moi d’exprimer la solidarité de notre assemblée à nos collègues ultramarins et, à travers eux, à nos compatriotes durement touchés par la violence du cyclone Irma.

Je pense aussi à Marseille où, hier, le terrorisme a de nouveau frappé, à l’horreur de l’assassinat de deux jeunes femmes, dans cette guerre sournoise que nous livre l’État islamique. Jamais nous ne pourrons nous habituer à cette liste qui s’allonge, jamais nous ne pourrons oublier.

Je veux, au nom du Sénat tout entier, témoigner notre soutien aux membres des forces de sécurité qui assument, parfois au péril de leur vie, leur mission de protection de nos compatriotes, ainsi que notre solidarité aux familles endeuillées.

Il y a trois ans, je prononçais ici même mon discours de président de la nouvelle assemblée élue et j’utilisais ces mots : « Il faut relever le Sénat pour faire vivre le bicamérisme. C’est l’esprit de la feuille de route que je vous propose de suivre ensemble, nous, les 348 sénateurs. »

Nous avons, ces trois dernières années, beaucoup œuvré, tous ensemble, pour mieux faire la loi, mieux contrôler l’action du Gouvernement, mieux gérer et clarifier nos règles de fonctionnement interne.

Nous avons su faire mieux entendre – ce point est essentiel pour nous – la voix des territoires.

Nous avons collectivement restauré la pleine légitimité de notre assemblée et sa place dans le fonctionnement des institutions de la République.

Je vous remercie pour tout cela.

Le bicamérisme est un atout pour notre démocratie. Monsieur le doyen, vous l’avez souligné dans vos propos en faisant référence à Montesquieu. Le projet que je vous ai proposé repose sur deux principes qui me paraissent devoir structurer notre rôle : être garants de l’équilibre des pouvoirs, être garants de l’équilibre des territoires.

L’« horloge démocratique » de nos institutions ne peut être réduite à l’élection du Président de la République au suffrage universel direct, que suit l’élection des députés, laquelle n’est, depuis la réforme du quinquennat, que la « réplique sismique » de l’élection présidentielle.

L’équilibre des pouvoirs, indispensable au fonctionnement démocratique de la République, a besoin d’une voix différente : celle du Sénat. Parmi les sources qui fondent la légitimité de notre assemblée dans la Ve République, on peut citer ces mots prononcés par Charles de Gaulle lors de son discours de Bayeux : « Il faut donc attribuer à une deuxième assemblée, élue et composée d’une autre manière, la fonction d’examiner publiquement ce que la première a pris en considération, de formuler des amendements, de proposer des projets. Or, si les grands courants de politique générale sont naturellement reproduits dans le sein de la Chambre des Députés, la vie locale, elle aussi, a ses tendances et ses droits. »

Le Sénat est, à mes yeux, le stabilisateur institutionnel indispensable à une démocratie apaisée. Il protège les citoyens des lois de pulsion votées dans la précipitation, sous la pression populaire ou médiatique du moment, des excès éventuels de l’exécutif influencé par la proximité d’élections nationales ou par sa chute dans des enquêtes d’opinion.

C’est ce contre-pouvoir qu’incarne le Sénat. Un contre-pouvoir exigeant, qui n’est jamais un anti-pouvoir et qui sait s’opposer avec discernement, sans les excès des postures partisanes, qui n’ont jamais été dans sa nature. Notre ambition, ce doit être l’intérêt de la France.

La force du Sénat est aussi de savoir résister aux artifices temporaires de communication ou aux effets de mode qui parfois caricaturent le passé, idéalisent le présent et feraient croire qu’on passe soit de « l’ombre à la lumière », soit de « l’ancien monde au nouveau monde » !

Ce qu’il nous faut collectivement incarner, c’est l’efficacité au service de la France, le respect que nous devons aux élus locaux qui s’engagent chaque jour au service de nos compatriotes. C’est la vérité que nous devons aux Français, le redressement concret de notre pays, pour lequel, je le crois, nous serons toujours tous au rendez-vous.

Nous avons une responsabilité constitutionnelle spécifique.

Nous sommes les représentants des collectivités territoriales, les représentants des élus locaux.

Nous sommes les représentants de la France de la proximité, de la France du concret, de la vie quotidienne des Français dans chacune de leurs communes. Je n’oublie pas nos compatriotes établis hors de France, qui sont aux avant-postes pour incarner notre pays.

Le développement équilibré de nos territoires, que ce soit en métropole ou dans nos outre-mer, est indissociable de l’idée que nous nous faisons de la Nation et de son unité.

Nous ne pouvons accepter que des parcelles de France se sentent aujourd’hui oubliées, « à côté », que certains de nos compatriotes aient le sentiment de ne plus compter, et donc de ne plus être concernés. Mes chers collègues, vous le savez, la fracture territoriale est un poison lent qui mine notre pays et fissure notre modèle républicain.

Oui, nous devons réconcilier la France avec tous ses territoires. Et qui est mieux placé que nous, sénateurs, pour contribuer à l’atteinte de cet objectif ?

J’ai la conviction que le maillage territorial que représentent les élus locaux peut seul nous permettre de « reconnecter » tous les territoires à la République.

La fin du cumul des mandats, monsieur le doyen, est un défi. Par construction, elle fragilise le lien qui unissait le sénateur aux élus locaux. C’est ce lien direct qui contribuait d’ailleurs à en faire un législateur avisé et un contrôleur vigilant.

Je le dis très clairement, le sénateur d’octobre 2017 n’est plus le sénateur de juin 2017. Il va donc nous falloir exercer notre fonction de manière différente, pour prendre en compte les attentes des élus locaux avant comme après le vote de la loi et consolider ce lien de proximité, les consulter davantage et, pour ce faire, mettre en place ici un outil numérique de consultation permanente des élus locaux.

Le Président de la République souhaite, par ailleurs, réduire le nombre de parlementaires siégeant dans chaque assemblée. Pour ma part, je n’y suis pas a priori opposé, à une condition : le Sénat devra incarner, par sa composition, l’équilibre territorial et la diversité qui cimentent une nation. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains, du groupe Union Centriste et du RDSE, ainsi que sur des travées du groupe socialiste et républicain.)

La diminution du nombre de sénateurs, qui doit être à due proportion de celle du nombre de députés, ne doit pas réduire au quasi-silence les territoires à faible démographie. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains, du groupe Union Centriste et du RDSE, ainsi que sur des travées du groupe CRC.) Permettez-moi, mes chers collègues, d’emprunter à mon illustre prédécesseur Gaston Monnerville quelques propos tirés de son discours du 5 octobre 1965, que vous saurez replacer dans le contexte de l’époque : « Si l’Assemblée nationale est le reflet de la démographie du pays, le Sénat est le reflet de sa terre et de sa géographie. »

En ce qui concerne la réforme constitutionnelle, qui est pour nous une responsabilité majeure, je vous proposerai d’en examiner le contenu sans parti pris ni arrière-pensées, mais, je le dis clairement, le Sénat comptera dans cette révision ! (Applaudissements nourris sur les travées du groupe Les Républicains, du groupe Union Centriste, du groupe La République en marche et du RDSE, ainsi que sur des travées du groupe socialiste et républicain et du groupe CRC.)

Mes chers collègues, pour que le pays avance – il en a besoin, eu égard à la désespérance et au chômage de masse que nous connaissons depuis tant d’années –, il faut que l’intérêt de la France prime toute autre considération, notamment dans les relations entre l’exécutif et le Parlement, particulièrement le Sénat.

Les Français demandent plus de liberté, moins de contraintes, moins de réglementations.

Les élus, que vous avez sentis usés, fatigués, parfois désespérés – je pense à ceux d’entre vous qui les ont rencontrés au long de ces dernières semaines –, veulent plus de stabilité. Ils demandent de l’autonomie et de la prévisibilité. Ils attendent que l’on fasse confiance à ce qu’a construit depuis trente-cinq ans la décentralisation, qu’il faut préserver et fortifier. C’est aussi l’une de nos responsabilités dans cette assemblée ! (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains, du groupe Union Centriste et du RDSE.)

Mes chers collègues, il faut rétablir une relation de confiance entre l’exécutif et les élus locaux. C’est indispensable pour redresser notre pays. Le Sénat doit être un facilitateur, un pont, pour que confiance et respect – ce sont les mots que j’employais le 17 juillet dernier – nous permettent d’instaurer des relations apaisées, positives.

Nous aurons enfin, ces trois prochaines années, une tâche immense à accomplir : réconcilier les citoyens avec le Parlement. C’est une responsabilité que nous devons assumer.

Nous avons, nous, parlementaires, un devoir d’exemplarité. Beaucoup a été fait ici et nous poursuivrons les réformes engagées, mais il faut cesser d’affaiblir le Parlement. Le populisme s’est toujours nourri de l’antiparlementarisme. Prenons garde de ne pas abîmer la démocratie parlementaire : c’est notre bien commun, il nous faut la protéger. La dignité de chaque parlementaire, c’est, pour le président que je suis, une exigence, et un engagement que je prends devant vous. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains, du groupe Union Centriste et du RDSE.)

Mes chers collègues, cette élection à la présidence du Sénat m’honore et m’oblige. Et je n’ignore pas les contours et la diversité de ceux d’entre vous qui m’ont témoigné leur confiance, pas plus que je n’ignore les contours et la diversité de ceux qui ont fait un autre choix : tous appartiennent à cette assemblée que j’ai l’honneur de présider.

Oui, cette élection m’honore et m’oblige.

Je suis et je resterai fidèle à mes convictions, fidèle à mon attachement aux institutions de la Ve République, au rôle du Parlement, au bicamérisme et à la séparation des pouvoirs, que je protégerai avec fermeté, car cela est essentiel. (Applaudissements sur les travées du groupe Les Républicains, du groupe Union Centriste, du RDSE, du groupe La République en marche et du groupe CRC.)

Je resterai attaché, comme vous, à un Sénat ouvert, respectueux des droits et des libertés de chaque groupe, attentif aussi aux libertés individuelles et collectives : c’est là la marque profonde de la tradition et de l’héritage de notre assemblée.

Le Sénat a su, depuis trois ans, dans les moments importants, soutenir le Gouvernement chaque fois que l’intérêt de la France l’exigeait. Il a aussi su dire « non » chaque fois que, en conscience, il en ressentait la nécessité.

L’indépendance du Sénat, la liberté des sénateurs, telle est notre différence. Je resterai le garant de cette différence sénatoriale, que certains brocardent ou nous reprochent parfois, mais qu’au fond beaucoup nous envient.

Mes chers collègues, comme vous, quelle que soit votre sensibilité, c’est la France que j’ai au cœur. Vive le Sénat, vive la République, vive la France ! (Mmes et MM. les sénateurs, ainsi que M. le secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement, se lèvent pour la plupart et applaudissent longuement.)

Gérard Larcher, le 2 octobre 2017 à Paris.

Source : www.senat.fr/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sylvain Rakotoarison - dans Institutions
commenter cet article

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print






Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).