Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 05:24

(verbatim)

Pour en savoir plus :
http://rakotoarison.over-blog.com/article-sr-20180108-woodrow-wilson.html




Discours du Président Woodrow Wilson au Congrès américain le 8 janvier 1918 à Washington


Gentlemen of the Congress:

Once more, as repeatedly before, the spokesmen of the Central Empires have indicated their desire to discuss the objects of the war and the possible basis of a general peace. Parleys have been in progress at Brest-Litovsk between Russian representatives and representatives of the Central Powers to which the attention of all the belligerents has been invited for the purpose of ascertaining whether it may be possible to extend these parleys into a general conference with regard to terms of peace and settlement.

The Russian representatives presented not only a perfectly definite statement of the principles upon which they would be willing to conclude peace, but also an equally definite program of the concrete application of those principles. The representatives of the Central Powers, on their part, presented an outline of settlement which, if much less definite, seemed susceptible of liberal interpretation until their specific program of practical terms was added. That program proposed no concessions at all, either to the sovereignty of Russia or to the preferences of the populations with whose fortunes it dealt, but meant, in a word, that the Central Empires were to keep every foot of territory their armed forces had occupied--every province, every city, every point of vantage as a permanent addition to their territories and their power.

It is a reasonable conjecture that the general principles of settlement which they at first suggested originated with the more liberal statesmen of Germany and Austria, the men who have begun to feel the force of their own peoples' thought and purpose, while the concrete terms of actual settlement came from the military leaders who have no thought but to keep what they have got. The negotiations have been broken off. The Russian representatives were sincere and in earnest. They cannot entertain such proposals of conquest and domination.

The whole incident is full of significance. It is also full of perplexity. With whom are the Russian representatives dealing? For whom are the representatives of the Central Empires speaking? Are they speaking for the majorities of their respective parliaments or for the minority parties, that military and imperialistic minority which has so far dominated their whole policy and controlled the affairs of Turkey and of the Balkan States which have felt obliged to become their associates in this war?

The Russian representatives have insisted, very justly, very wisely, and in the true spirit of modern democracy, that the conferences they have been holding with the Teutonic and Turkish statesmen should be held within open, not closed, doors, and all the world lies been audience, as was desired. To whom have we been listening, then? To those who speak the spirit and intention of the resolutions of the German Reichstag of the 9th of July last, the spirit and intention of the liberal leaders and parties of Germany, or to those who resist and defy that spirit and intention and insist upon conquest and subjugation? Or are we listening, in fact, to both, unreconciled and in open and hopeless contradiction? These are very serious and pregnant questions. Upon the answer to them depends the peace of the world.

But whatever the results of the parleys at Brest-Litovsk, whatever the confusions of counsel and of purpose in the utterances of the spokesmen of the Central Empires, they have again attempted to acquaint the world with their objects in the war and have again challenged their adversaries to say what their objects are and what sort of settlement they would deem just and satisfactory. There is no good reason why that challenge should not be responded to, and responded to with the utmost candor. We did not wait for it. Not once, but again and again we have laid our whole thought and purpose before the world, not in general terms only, but each time with sufficient definition to make it clear what sort of definite terms of settlement must necessarily spring out of them. Within the last week Mr. Lloyd George has spoken with admirable candor and in admirable spirit for the people and Government of Great Britain.

There is no confusion of counsel among the adversaries of the Central Powers, no uncertainty of principle, no vagueness of detail. The only secrecy of counsel, the only lack of fearless frankness, the only failure to make definite statement of the objects of the war, lies with Germany and her allies. The issues of life and death hang upon these definitions. No statesman who has the least conception of his responsibility ought for a moment to permit himself to continue this tragical and appalling outpouring of blood and treasure unless he is sure beyond a peradventure that the objects of the vital sacrifice are part and parcel of the very life of society and that the people for whom he speaks think them right and imperative as he does.

There is, moreover, a voice calling for these definitions of principle and of purpose which is, it seems to me, more thrilling and more compelling than any of the many moving voices with which the troubled air of the world is filled. It is the voice of the Russian people. They are prostrate and all but helpless, it would seem, before the grim power of Germany, which has hitherto known no relenting and no pity. Their power, apparently, is shattered. And yet their soul is not subservient. They will not yield either in principle or in action. Their conception of what is right, of what is humane and honorable for them to accept, has been stated with a frankness, a largeness of view, a generosity of spirit, and a universal human sympathy which must challenge the admiration of every friend of mankind; and they have refused to compound their ideals or desert others that they themselves may be safe.

They call to us to say what it is that we desire, in what, if in anything, our purpose and our spirit differ from theirs; and I believe that the people of the United States would wish me to respond, with utter simplicity and frankness. Whether their present leaders believe it or not, it is our heartfelt desire and hope that some way may be opened whereby we may be privileged to assist the people of Russia to attain their utmost hope of liberty and ordered peace.

It will be our wish and purpose that the processes of peace, when they are begun, shall be absolutely open and that they shall involve and permit henceforth no secret understandings of any kind. The day of conquest and aggrandizement is gone by; so is also the day of secret covenants entered into in the interest of particular governments and likely at some unlooked-for moment to upset the peace of the world. It is this happy fact, now clear to the view of every public man whose thoughts do not still linger in an age that is dead and gone, which makes it possible for every nation whose purposes are consistent with justice and the peace of the world to avow now or at any other time the objects it has in view.

We entered this war because violations of right had occurred which touched us to the quick and made the life of our own people impossible unless they were corrected and the world secured once for all against their recurrence.

What we demand in this war, therefore, is nothing peculiar to ourselves. It is that the world be made fit and safe to live in; and particularly that it be made safe for every peace-loving nation which, like our own, wishes to live its own life, determine its own institutions, be assured of justice and fair dealing by the other peoples of the world, as against force and selfish aggression.

All the peoples of the world are in effect partners in this interest, and for our own part we see very clearly that unless justice be done to others it will not be done to us.

The program of the world's peace, therefore, is our program; and that program, the only possible program, all we see it, is this:

1. Open covenants of peace must be arrived at, after which there will surely be no private international action or rulings of any kind, but diplomacy shall proceed always frankly and in the public view.

2. Absolute freedom of navigation upon the seas, outside territorial waters, alike in peace and in war, except as the seas may be closed in whole or in part by international action for the enforcement of international covenants.

3. The removal, so far as possible, of all economic barriers and the establishment of an equality of trade conditions among all the nations consenting to the peace and associating themselves for its maintenance.

4. Adequate guarantees given and taken that national armaments will be reduced to the lowest points consistent with domestic safety.

5. A free, open-minded, and absolutely impartial adjustment of all colonial claims, based upon a strict observance of the principle that in determining all such questions of sovereignty the interests of the population concerned must have equal weight with the equitable claims of the government whose title is to be determined.

6. The evacuation of all Russian territory and such a settlement of all questions affecting Russia as will secure the best and freest cooperation of the other nations of the world in obtaining for her an unhampered and unembarrassed opportunity for the independent determination of her own political development and national policy, and assure her of a sincere welcome into the society of free nations under institutions of her own choosing; and, more than a welcome, assistance also of every kind that she may need and may herself desire. The treatment accorded Russia by her sister nations in the months to come will be the acid test of their good will, of their comprehension of her needs as distinguished from their own interests, and of their intelligent and unselfish sympathy.

7. Belgium, the whole world will agree, must be evacuated and restored, without any attempt to limit the sovereignty which she enjoys in common with all other free nations. No other single act will serve as this will serve to restore confidence among the nations in the laws which they have themselves set and determined for the government of their relations with one another. Without this healing act the whole structure and validity of international law is forever impaired.

8. All French territory should be freed and the invaded portions restored, and the wrong done to France by Prussia in 1871 in the matter of Alsace-Lorraine, which has unsettled the peace of the world for nearly fifty years, should be righted, in order that peace may once more be made secure in the interest of all.

9. A re-adjustment of the frontiers of Italy should be effected along clearly recognizable lines of nationality.

10. The peoples of Austria-Hungary, whose place among the nations we wish to see safeguarded and assured, should be accorded the freest opportunity of autonomous development.

11. Romania, Serbia, and Montenegro should be evacuated; occupied territories restored; Serbia accorded free and secure access to the sea; and the relations of the several Balkan states to one another determined by friendly counsel along historically established lines of allegiance and nationality; and international guarantees of the political and economic independence and territorial integrity of the several Balkan states should be entered into.

12. The Turkish portions of the present Ottoman Empire should be assured a secure sovereignty, but the other nationalities which are now under Turkish rule should be assured an undoubted security of life and an absolutely unmolested opportunity of autonomous development, and the Dardanelles should be permanently opened as a free passage to the ships and commerce of all nations under international guarantees.

13. An independent Polish state should be erected which should include the territories inhabited by indisputably Polish populations, which should be assured a free and secure access to the sea, and whose political and economic independence and territorial integrity should be guaranteed by international covenant.

14. A general association of nations must be formed under specific covenants for the purpose of affording mutual guarantees of political independence and territorial integrity to great and small states alike.

In regard to these essential rectifications of wrong and assertions of right, we feel ourselves to be intimate partners of all the governments and peoples associated together against the imperialists. We cannot be separated in interest or divided in purpose. We stand together until the end.

For such arrangements and covenants we are willing to fight and to continue to fight until they are achieved; but only because we wish the right to prevail and desire a just and stable peace such as can be secured only by removing the chief provocations to war, which this program does remove.

We have no jealousy of German greatness, and there is nothing in this program that impairs it. We grudge her no achievement or distinction of learning or of pacific enterprise such as have made her record very bright and very enviable. We do not wish to injure her or to block in any way her legitimate influence or power. We do not wish to fight her either with arms or with hostile arrangements of trade, if she is willing to associate herself with us and the other peace-loving nations of the world in covenants of justice and law and fair dealing.

We wish her only to accept a place of equality among the peoples of the world--the new world in which we now live--instead of a place of mastery.

Neither do we presume to suggest to her any alteration or modification of her institutions. But it is necessary, we must frankly say, and necessary as a preliminary to any intelligent dealings with her on our part, that we should know whom her spokesmen speak for when they speak to us, whether for the Reichstag majority or for the military party and the men whose creed is imperial domination.

We have spoken now, surely, in terms too concrete to admit of any further doubt or question. An evident principle runs through the whole program I have outlined. It is the principle of justice to all peoples and nationalities, and their right to live on equal terms of liberty and safety with one another, whether they be strong or weak.

Unless this principle be made its foundation, no part of the structure of international justice can stand. The people of the United States could act upon no other principle, and to the vindication of this principle they are ready to devote their lives, their honor, and everything that they possess. The moral climax of this, the culminating and final war for human liberty has come, and they are ready to put their own strength, their own highest purpose, their own integrity and devotion to the test.

Woodrow Wilson, 8th january 1918, USA Congress in Washinton.

Source : en.m.wikisource.org


Traduction française :


Une fois de plus, comme à plusieurs reprises déjà auparavant, les hommes d’État, porte-parole des empires centraux, ont manifesté leur désir de discuter les objets de la guerre et les bases possibles d’une paix générale. Des négociations ont été engagées à Brest-Litovsk entre les représentants des puissances centrales et des représentants de la Russie, et tous les belligérants ont été appelés à porter leur attention, sur ces négociations, dans le dessein d’établir s’il peut être possible d’étendre ces pourparlers à une conférence générale concernant les termes de la paix et leur règlement.

Les représentants de la Russie ont présenté non seulement un exposé parfaitement défini des principes sur lesquels seraient désireux de conclure la paix, mais aussi un programme défini de l’application, concrète de ces principes.

Les représentants des puissances centrales, de leur côté, ont présenté un projet de règlement qui, bien que beaucoup moins précis, a paru susceptible d’une interprétation libérale jusqu’à ce qu’y fût ajouté leur programme spécifique des conditions pratiques de la paix. Or, ce programme ne proposait aucune concession d’aucun ordre, ni en ce qui concerne la souveraineté de la Russie, ni en ce qui concerne les préférences des populations dont ils prétendaient le sort ; mais signifiait en un mot que les empires centraux entendaient garder chaque pouce de territoire que leurs forces armées avaient occupé — toutes les provinces, toutes les villes, en somme tous leurs avantages — comme une addition permanente à leurs territoires et leur puissance.

Il est raisonnable de supposer que les principes généraux de règlement qu’ils avaient tout d’abord suggérés émanaient des hommes d’État les plus libéraux d’Allemagne et d’Autriche, des hommes qui ont commencé à comprendre la force de la véritable pensée et des intentions de leurs propres peuples, tandis que les conditions concrètes du règlement actuel provenaient des chefs militaires qui n’ont d’autre pensée que de garder ce qu’ils ont pris.

Les négociations ont été rompues. Les représentants de la Russie étaient sincères et de bonne foi. Ils ne peuvent envisager de pareilles propositions de conquête et de domination. Cet incident, dans son ensemble, est gros d’enseignements ; il est aussi gros de perplexité. Avec qui les représentants russes traitent-ils ? Au nom de qui les représentants des empires centraux parlent-ils ? Partent-ils pour les majorités de leurs Parlements respectifs ou pour les partis minoritaires, cette minorité militaire et impérialiste, qui a jusqu’ici dominé toute leur politique et contrôlé les affaires de Turquie et les États balkaniques, lesquels se sont vus obligés de devenir leurs associés dans cette guerre ?

Les représentants de la Russie ont insisté, très justement, très sagement et dans le véritable esprit de la démocratie moderne, pour que les conférences qu’ils ont engagées avec les hommes d’État allemands et turcs soient tenues portes ouvertes, et non portes fermées, et le monde entier a été appelé à l’audience, comme on le désirait.

La définition des principes et des intentions

Qui avons-nous entendu ? Ceux qui représentent l’esprit du Reichstag allemand du 9 juillet, l’esprit et les intentions des chefs libéraux de l’Allemagne, et de leur parti, ou ceux qui résistent à cet esprit, et à ces intentions, qui les combattent et qui insistent pour la conquête et la soumission par la force, ou entendons-nous, en fait, les uns et les autres irréconciliés dans une contradiction ouverte et sans espoir d’entente ? Ce sont là des questions très sérieuses, très poignantes.

De leur réponse, dépend la paix du monde. Mais, quels, que soient les résultats des pourparlers de Brest-Litovsk, quelles que soient les conclusions d’intention ou de fait qui suivront les déclarations des représentants des empires centraux, ceux-ci ont déjà, de nouveau, prétendu saisir le monde de leurs objectifs de guerre et ont de nouveau défié leurs adversaires de déclarer quels sont leurs propres objectifs et quelle sorte de règlement ils estimeraient juste et satisfaisant. Il n’y a aucune bonne raison pour que ce défi ne soit pas relevé et qu’il n’y soit pas répondu avec la plus grande loyauté.

Nous n’avons, pas d’ailleurs attendu ce moment pour le faire. Non pas une fois, mais à plusieurs reprises, encore et encore, nous avons exposé toute notre pensée, tous nos desseins devant le monde, et non pas en des termes généraux seulement, mais chaque fois avec une précision suffisante pour établir clairement quelles sortes de conditions définitives de paix doivent nécessairement en sortir. La semaine dernière, M. Lloyd George a parlé avec une admirable sincérité et dans un esprit de loyauté admirable pour le peuple et le gouvernement de la Grande-Bretagne. Il n’y a aucune confusion dans les conseils des adversaires des puissances centrales, aucune incertitude en ce qui concerne leurs principes ; aucun détail n’a été laissé dans le vague. C’est seulement du côté de l’Allemagne et de ses alliés que les intentions sont restées secrètes, que l’on se trouve en présence d’un manque de franchise rigoureuse ; ce sont eux seuls qui ont manqué à donner une définition précise de leurs objectifs de guerre.

La fin de ce terrible conflit de vie et de mort dépend de cette définition des buts de guerre. Aucun homme d’État ayant la moindre conception de sa responsabilité ne doit, pour un moment, se permettre de prolonger ces tragiques et effrayants sacrifices de sang et d’argent, à moins qu’il ne soit sûr, sans conteste et quoi qu’il arrive, que les buts de ces sacrifices sont partie indissoluble de la vie même de la société et que les peuples pour lesquels il parle estiment ces buts justes et impératifs autant qu’il le juge lui-même.

Il y a de plus une voix qui réclame cette définition des principes et des intentions, et qui est, il une semble, plus émouvante et plus persuasive qu’aucune des nombreuses voix qui font actuellement retentir l’air troublé du monde. C’est la voix du peuple russe. Les Russes sont écrasés et, semblerait-il, sans espoir, sous la force effroyable de l’Allemagne qui n’a jusqu’ici connu aucune pitié. Leur puissance, en apparence, est brisée.

Et cependant leur âme n’est pas abattue. Ils ne céderont ni sur le principe, ni dans les actes. Leur conception de ce qu’il est juste, de ce qu’il est humain et honorable pour eux d’accepter, a été déclarée avec une franchise, une largeur de vues, une générosité d’esprit et une sympathie humaine, universelle, qui doivent provoquer l’admiration de tout ami de l’humanité, et ils ont refusé de transiger sur leurs idéals ou d’abandonner les autres pour se mettre eux-mêmes en sûreté. Ils s’adressent à nous, nous demandant ce que nous désirons et si, sur quelques points, notre but et notre esprit diffèrent des leurs ; et je crois que le peuple des États-Unis désirerait que je leur répondisse avec la plus grande simplicité et la plus grande franchise.

Que leurs chefs présents le croient ou non, c’est notre désir et notre espoir les plus chers, que quelque moyen soit trouvé qui nous donna le privilège d’aider le peuple de Russie à réaliser son espoir suprême de liberté et de paix dans l’ordre.

La procédure de paix, quand elle aura commencé, devra être absolument ouverte et ne devra par conséquent inclure et permettre d’accords secrets d’aucune sorte. Le temps des conquêtes et des agrandissements est passé, de même également le temps des conventions secrètes conclues dans l’intérêt de gouvernements particuliers et susceptibles de détruire à quelque moment inattendu la paix du monde.

C’est ce fait heureux, maintenant clair aux yeux de tout homme public dont les pensées ne sont pas attardées dans un âge qui est révolu, qui rend possible à toute nation dont les buts sont conformes à la justice et la paix du monde, de proclamer maintenant ou en tout autre temps les objets qu’elle a en vue.

Les conditions de la paix mondiale

Nous sommes entrés dans cette guerre parce que des violations du droit nous touchaient au vif et rendaient la vie de notre peuple impossible, à moins qu’elles ne fussent réparées et que le monde ne fût une fois pour toutes assuré contre leur retour.

Ce que nous demandons dans cette guerre, par suite, ce n’est rien de particulier pour nous-mêmes, c’est que le monde soit rendu sûr et qu’il soit possible d’y vivre, et en particulier qu’il soit rendu sûr pour toute nation aimant la paix qui, comme la nôtre, désire vivre sa propre vie, déterminer ses propres institutions, être assurée de la justice et des agissements loyaux des autres peuples du monde vis-à-vis de la force et des agressions égoïstes. Tous les peuples du monde sont en effet solidaires dans cet intérêt, et en ce qui nous concerne, nous voyons très clairement qu’à moins que justice ne soit faite aux autres, elle ne nous sera pas faite à nous.

Le programme de la paix mondiale est, en conséquence, notre programme, et ce programme, le seul programme possible selon nous, est celui-ci :

1° Des conventions de paix ouvertes, ouvertement conclues et après lesquelles il n’y aura pas d’accords internationaux privés d’aucune sorte ; mais la diplomatie agira toujours franchement et en vue de tous ;

2° Liberté absolue de la navigation sur les mers, en dehors des eaux territoriales, aussi bien en temps de paix qu’en temps de guerre, sauf pour les mers qui pourraient être fermées en totalité ou en partie par une action internationale en vue de l’exécution d’accords internationaux ;

3° Suppression en tant qu’il sera possible de toutes les barrières économiques et établissement de conditions commerciales égales entre toutes les nations consentant à la paix et s’associant pour la maintenir ;

4° Garanties convenables données et prises que les armements nationaux seront réduits au dernier point compatible avec la sécurité du pays ;

5° Un libre arrangement d’un esprit large et absolument impartial de toutes les revendications coloniales, basé sur l’observation stricto du principe qu’en fixant toutes les questions de souveraineté, des intérêts des populations intéressées devront avoir un poids égal à celui des demandes équitables du gouvernement dont la base doit être déterminée ;

6° Évacuation de tous les territoires russes et règlement de toutes les questions concernant la Russie qui assurera la meilleure et la plus libre coopération des autres nations pour donner à la Russie une occasion de déterminer, sans être entravée ni embarrassée, l’indépendance de son propre développement politique et de sa politique nationale ; pour lui assurer un sincère accueil dans la Société des nations libres sous des institutions de son propre choix et plus qu’un accueil, toute aide dont elle aurait besoin et qu’elle désirerait. Le traitement accordé à la Russie par ses nations sœurs, pendant les mois à venir, sera la pierre de touche de leur ferme volonté ou de leur compréhension de ses besoins, abstraction faite de leurs propres intérêts et de leur intelligente et désintéressée sympathie ;

7° Belgique. Le monde entier sera d’accord qu’elle doit être évacuée et restaurée sans aucune tentative de limiter la souveraineté dont elle jouit de concert avec les autres nations libres. Aucun autre acte ne servira autant que celui-ci à rétablir la confiance parmi les nations dans les lois qu’elles ont établies et fixées elles-mêmes pour régir leurs relations entre elles. Sans cet acte salutaire toute la structure et la validité de toutes les lois internationales seront à jamais affaiblies ;

8° Tout le territoire français devra être libéré et las régions envahies devront être restaurées ; le tort, fait à la France par la Prusse en 1871 en ce qui concerne l’Alsace-Lorraine, qui a troublé la paix du monde pendant près de cinquante ans, devra être réparé afin que la paix puisse une fois de plus être assurée dans l’intérêt de tous ;

9° Le réajustement des frontières de l’Italie devra être effectué suivant les bases des nationalités clairement reconnaissables ;

10° Aux peuples de l’Autriche-Hongrie dont nous désirons voir la place sauvegardée et assurée parmi les nations, on devra donner le plus largement l’occasion d’un développement -autonome ;

11° La Roumanie, la. Serbie et le Montenegro devront être évacués, et les territoires occupés devront être restitués ; à la -Serbie, on devra accorder un libre et sûr accès à la mer, et les relations entre les divers États balkaniques devront être fixées d’entente amicale sur les conseils des .puissances et d’après les bases de nationalités et de suzeraineté établies historiquement. On fournira à ces États balkaniques des garanties d’indépendance politique et économique et d’intégrité de leurs territoires ;

12° Une souveraineté sûre sera assurée par les parties turques de l’empire ottoman actuel, mais les autres nationalités qui se trouvent en ce moment sous la domination turque devront être assurées d’une sécurité indubitable d’existence et d’une occasion exemple d’obstacles de se développer d’une façon autonome, et les Dardanelles devront être ouvertes d’une façon permanente en constituant un passage libre pour les navires et le commerce de toutes les nations suivant des garanties internationales ;

13° Un État polonais indépendant devra être établi, II devra comprendre les territoires habités par des populations incontestablement polonaises auxquelles on devra assurer un libre et sûr accès à la mer et dont l’indépendance politique et économique ainsi que l’intégrité territoriale devront être garanties par un accord international ;

14° Une Association générale des nations devra, être formée d’après des conventions spéciales dans le but de fournir des garanties mutuelles d’indépendance politique et d’intégrité territoriale aux grands comme aux petits États.

La justice pour tous les peuples

Au sujet de ces réparations essentielles, du tort causé et des revendications de justice, nous nous sentons intimement liés à tous les gouvernements et à tous les peuples associés pour combattre les impérialistes. Nous ne saurions être séparés dans la question des intérêts ni divisés quant au but à atteindre. Nous resterons étroitement unis jusqu’à la fin. Pour arriver à de tels arrangements et à de telles conventions, nous sommes disposés à combattre et à continuer de combattre jusqu’à ce qu’ils soient réalisés ; mais seulement parée que nous souhaitons voir le droit triompher et parce que nous désirons une paix stable et juste qui ne peut être assurée qu’après l’élimination des principaux motifs de guerre que ce programme fera disparaître. Nous ne sommes nullement jaloux de la grandeur de l’Allemagne et il n’y a rien dans ce programme qui puisse l’affaiblir.

Nous ne la jalousons ni pour ses œuvres, ni pour sa haute science, ni pour les entreprises pacifiques telles que celles qui lui avaient assuré une situation très brillante et très enviable. Nous ne désirons pas lui nuire ou contrecarrer, d’une façon quelconque, son influence ou sa puissance légitime. Nous ne désirons pas la combattre par les armes ou par des arrangements commerciaux hostiles si elle est désireuse de s’associer avec nous ou avec les autres nations du monde aimant la paix dans des conventions justes, conformes aux lois et loyales. Ce que nous désirons d’elle, c’est seulement qu’elle accepte une place égale à celle des autres, parmi les peuples — du monde du monde nouveau dans lequel nous vivons maintenant — au lieu d’une place dominante.

Nous n’avons pas non plus l’intention de lui suggérer aucun changement ou aucune modification de ses institutions. Mais il est nécessaire, nous devons le dire franchement, et nécessaire comme prélude à toute relation intelligente avec elle de notre part, que nous sachions au nom de qui parlent leurs porte-parole quand ils s’adressent à nous, si c’est au nom de la majorité du Reichstag ou en celui du parti militaire et des hommes dont le credo est la domination impériale.

Nous avons parlé maintenant, avec soin, en termes trop concrets pour admettre aucun doute ou aucune question ultérieurs.

Un principe évident apparaît à travers tout le programme que j’ai esquissé. C’est le principe de justice pour tous les peuples et nationalités, et leur droit de vivre sur un pied d’égalité dans des conditions de liberté et de sécurité les uns avec les autres, qu’ils soient forts ou faibles. Si elle n’a pas pour base ce principe, aucune partie de l’armature de la justice internationale ne peut exister.

Le peuple des États-Unis ne pourrait agir en vertu d’aucun autre principe, et pour la défense de ce principe, il est prêt à consacrer sa vie, son honneur et tout ce qu’il possède. L’épreuve morale décisive de cette guerre suprême et finale pour la liberté humaine est venue et le peuple des États-Unis est prêt à mettre son intégrité et son dévouement à l’épreuve.

Woodrow Wilson, le 8 janvier 1918, au Congrès américain, à Washington.

Source : Traduction de l'agence Havas diffusée par le journal "Le Temps" du  11 janvier 1918.
via Source : gallica.BnF.fr
cité par : langlois.blog.lemonde.fr

http://rakotoarison.over-blog.com/article-srb-20180108-discours-wilson-quatorze-points.html


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).