Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 08:06

Nouvelle polémique Éric Besson vs Stéphane Guillon. À qui profite cette nouvelle mousse médiatique ?


yartiguillontroll04Depuis un peu plus d’un an, il y a une personne qui s’amuse franchement, c’est Stéphane Guillon. Un humoriste.
 
Enfin, une personne qui cherche à faire de l’humour.
 
Personnellement, je souris rarement à l’écoute de ses chroniques sur France Inter. Je trouve souvent ses blagues de mauvais goût. Il est très apprécié.
 
Il gagne sa vie à faire dans le caustique, sur scène, sur Canal+ et sur France Inter où il officie trois jours par semaine avant l’interview de l’invité de Nicolas Demorand. Inutile de dire que sa chronique est l’émission la plus écoutée de France Inter. Et la tranche horaire au top par rapport à la concurrence.
 
En février 2009, il avait déjà fait une grosse boulette avec les histoires d’alcôves de Dominique Strauss-Kahn. Puis avec la plastique de Martine Aubry. Plusieurs mois plus tard, le 25 novembre 2009, il avait été assez méchant avec Éric Besson, en mêlant sa jeune compagne au thème du mariage gris. Et lundi, il a récidivé.
 
Bon, Stéphane Guillon n’est qu’un provocateur. Il écoute bien l’actualité (il le faut) et il cogne. Il cogne gratuitement. Enfin, pour l’audience. Dans les ficelles de la provocation, le politiquement incorrect, et donc, forcément, le sexisme, le racisme, le jeunisme, le complotisme etc. Plus il provoque, plus il a de réactions et plus il "buzze". Il a même dû être épaté du succès de sa chronique sur les faux singes vaccinés.
 
En général, si ses textes sont souvent méchants, peu approfondis, peu subtils sauf quelquefois, cela reste quand même bien senti. C’est léger. C’est une caricature. C’est sain. Bref, c’est de l’humour qui ne prête pas à conséquence. Et finalement, "on" ne lui demande que cela. Le but, c’est de dérider le pauvre automobiliste coincé dans son bouchon sur le périphérique pour aller à son travail.
 
Il n’est que lui. Il n’a aucune fonction politique ni sociale. Il est là pour s’amuser. Pour se moquer. Ce sont les autres qui le prennent pour ce qu’il n’est pas, à savoir, quelqu’un d’important, une voix qui compte dans la société.
 
Lundi 22 mars 2010, c’était Éric Besson qui était l’invité.
 
Vous vous rendez compte ? Il n’a peur de rien, celui-là ! Il est à peu près la cause à lui tout seul de la remontée du FN aux régionales, il est détesté par la plupart des parlementaires de la majorité et quelques heures après, Nicolas Sarkozy va faire un remaniement. Moi, à sa place, je me serais fait tout petit. J’aurais au moins attendu que le remaniement passât. Et si je restais, j’aurais paradé après, pas avant.
 
Lui aussi, c’est un provocateur, il n’y a pas de doute.
 
Alors, évidemment, c’était trop tentant pour Stéphane Guillon. Il a imaginé qu’Éric Besson était un agent du FN. Envoyé au PS pour couler Ségolène Royal puis à l’UMP pour couler Nicolas Sarkozy. Enfin, pour placer Marine Le Pen à l’Élysée et lui à Matignon. Et Éric Zemmour à la Culture. Ce n’est pas vraiment rigolo, mais c’est quand même bien vu. Une caricature. Comme Plantu avec son crayon.
 
Éric Besson arrive donc dans le studio sans avoir écouté la chronique de Stéphane Guillon. Mais son téléphone bruisse de sms de ses amis qui lui disent de réagir. Que les propos ont été racistes.
 
À sa place, j’aurais passé sous silence. Je n’aurais pas combattu dans la même catégorie. Faire rire sans chercher à proposer, construire, c’est plus facile que de faire de la politique, surtout avec ses retournements de veste opérés (ce n’est pas facile).
 
Ben non ! Sans avoir entendu les paroles, Éric Besson lâche sa colère. Et ça commence à faire brouhaha. Et patata et patati. On est à la limite de l’insurrection populaire, mais on papote du dernier pet mondain.
 
Éric Besson est conscient de sa réaction : « Lorsque je parle comme je suis en train de le faire, je sais très bien que je lui fais de la publicité, je sais très bien qu’on va considérer que c’est un martyr et qu’au nom de l’humour, il a droit de tout dire. ».
 
Mais ce dont Éric Besson ne se doutait pas, c’est que Stéphane Guillon, fort opportunément, en profite pour gagner un cran dans son rapport de forces avec son employeur.
 
Le lendemain, Jean-Luc Hees, le président de Radio France, se sent obligé de présenter ses excuses au ministre. En revanche, Nicolas Demorand défend Stéphane Guillon qui ne rate pas Éric Besson ce mardi matin dans sa chronique en comparant la démarche ministérielle à l’immaturité colérique et sanguine de sa fille Violette qui a trois ans.
 
Mais surtout, il lance une nouvelle pique contre le directeur de France Inter, Philippe Val, en prédisant : « Si jamais [Philippe Val] avait envie de me virer en juin, maintenant, il ne peut plus. Il est coincé. On dira qu’il obéit à Éric Besson. Heureusement qu’on s’apprécie beaucoup, ce n’est pas d’actualité. ».
 
Stéphane Guillon se sait un peu condamné dans la grille. Jean-Luc Hees ne voudrait pas vivre la fin du mandat de son prédécesseur Jean-Paul Cluzel.
 
En fait, Stéphane Guillon s’en moque. Il sait qu’il rapporte plus à France Inter que France Inter ne lui rapporte. Il est aussi sur Canal+, ses livres se vendent bien (reprise de ses chroniques), ses spectacles sont un succès, et il sort même un nouveau film en faisant l’acteur. Un travail qui n’a rien à voir et qui le met dans les traces d’un Coluche par exemple. Ou d’un Guy Bedos.
 
Grâce à ses victimes, il se fait de plus en plus connaître, de plus en plus apprécier. C’est cela, le rôle du provocateur. Et ses chroniques sont autogénérées : il parle de la chronique d’avant etc. Très égocentré. Très égo-bobo.
 
Éric Besson aussi a tout intérêt. Certes, il peut montrer un manque de sens de l’humour (on peut se rappeler que François Léotard avait écrit un article dans "Le Monde" contre les Guignols de l’Info), mais il fait avant tout parler de lui. Il en a tellement envie.
 
Bref, ce non-événement est devenu un événement médiatique qui, bien que dérisoire, occulte les vrais événements. Petite société médiatique qui tourne en rond et qui se complaît dans le dérisoire.
 
Finalement, Stéphane Guillon pourrait être ce qu’on appelle un troll : un type qui n’a pas de responsabilité ("on" ne lui demande pas d’en avoir), qui provoque, et qui réussit à susciter polémiques et discussions à n’en plus finir.
 
Car, c’est bien de cela qu’il s’agit, des discussions inutiles puisque Stéphane Guillon ne pense pas un mot de ce qu’il raconte, il se marre, c’est tout.
 
 
 
Sylvain Rakotoarison (25 mars 2010)
 
 
Pour aller plus loin :
 
 
 
 
 
Partager cet article
Repost0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 17:15

(dépêches)



Mort de la transsexuelle Miss Julie (candidate de "Tout pour plaire", téléréalité sur W9)


http://www.dontmiss.fr/img201003/missjulie.jpg


http://www.rtlinfo.be/info/people/star/315293/miss-julie-succombe-a-une-overdose-de-medicaments-et-alcool
La transsexuelle Miss Julie décède d'une overdose
Le corps sans vie de Miss Julie, âgée de 24 ans, connue du monde de la nuit en région liégeoise, a été retrouvé samedi en fin d'après-midi dans une habitation de Flémalle.
 
43
réagir 14
voter  
envoyer  
imprimer
People - Star dim 21 mar, 15:41

La jeune transsexuelle qui porte toujours son prénom de naissance à l'état civil (Julien) a été retrouvée au domicile de sa soeur. Le médecin légiste délégué sur place par le parquet a conclu que la victime était décédée d'une overdose après avoir pris des médicaments et de l'alcool.

Miss Julie avait notamment pris part en 2008 à l'émission de télé-réalité "Tout pour plaire" sur la chirurgie esthétique, diffusée par RTL-TVi.

http://www.rtlinfo.be/info/news/news_image_thickbox/315293/737145/
http://www.rtlinfo.be/info/news/news_image_thickbox/315293/737145/

Partager: Facebook76
xLes services populaires
Facebook TwitterWikio Zapface Email
Newsletter


Vos réactions
  Réagir à cet article43 réactions sur
La transsexuelle Miss Julie décède d'une overdose

http://www.purepeople.com/article/miss-julie-la-jeune-transexuelle-de-24-ans-revelee-par-la-tele-realite-a-ete-retrouvee-morte_a52451/1
Miss Julie : La jeune transexuelle de 24 ans, révélée par la télé-réalité, a été retrouvée morte !
News publiée Hier, Le Lundi 22 Mars 2010 à 18:30 3 commentaires1 photos0 vidéos

8 clics

Voir la photo
Samedi, une jeune candidate de la télé-réalité a été retrouvée morte à son domicile... En effet, Miss Julie avait été révélée dans l'émission Tout pour plaire et vient de nous quitter, à peine âgée de 24 ans. C'est lors d'un épisode de l'émission sur la chirurgie esthétique, diffusée en 2008, que la jolie blonde avait marqué les esprits. Jeune transexuelle, Julie portait encore son prénom de naissance à l'état civil : Julien.

Retrouvée décédée au domicile de sa soeur dans l'après-midi de samedi dans une habitation de Flémalle en Belgique. Miss Julie était célèbre dans le monde de la nuit de la région liégeoise.

Le médecin légiste aurait conclu que la victime était décédée des suites d'une overdose après avoir consommé des médicaments et de l'alcool.

RIP



http://www.dontmiss.fr/n27129-1/miss-julie-lex-candidate-de-tout-pour-plaire-retrouvee-morte-chez-sa-soeur.html


Mardi 23 Mars 2010 à 15:59   1183 VUES   people
 
Miss Julie : l'ex candidate de "Tout pour plaire" retrouvée morte chez sa soeur !




Miss Julie  qui avait participé en 2008 à l'émission de télé-réalité "Tout pour plaire" sur la chirurgie esthétique, sur W9 a été retrouvée morte au domicile de sa soeur.

Les amateurs de l'émission se souviennent de cette jeune transsexuelle qui portait toujours son prénom de naissance à l'état civil, Julien.

Selon les premières informations, le médecin légiste délégué sur place par le parquet a conclu que la victime était décédée d'une overdose après avoir pris des médicaments et de l'alcool.

Le producteur de l'émission, Xavier Debatty, a confié : "Elle assumait sa participation à l'émission et cherchait la célébrité .Durant les tournages, c'était toujours quelqu'un qui respirait la joie de vivre."

Plus d'infos très vite.
 
 
 
1 Commentaire

lamissdu13 - Mardi 23 Mars 2010 à 16:41 
 
Sur les sites belges, ils disent que c'est les lourds traitements hormonaux qu'il/elle prenait pour sa transformation sexuelle qui a causait sa mort.
En gros son coeur n'aurait pas tenu le choc 
 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 18:39

(vidéo)


Pour voir ou revoir le documentaire "Le jeu de la mort" diffusé sur France 2 le 17 mars 2010


Cliquez sur le lien suivant (la vidéo est disponible à partir du 19 mars 2010 à 18h00) :

http://0z.fr/k4g2F



SR



Partager cet article
Repost0
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 00:09

(dépêche)

Mort de l'acteur Peter Graves alias Jim Phelps dans "Mission Impossible" à 83 ans le 14 mars 2010


http://fr.news.yahoo.com/57/20100315/ted-peter-graves-monsieur-mission-imposs-628e9f6.html
Peter Graves, monsieur Mission Impossible, n'est plus
il y a 10 heures 27 min

 fluctuat             Buzzer ! Imprimer Peter Graves, l'éternel Jim Phelps de Mission Impossible, est mort hier à son domicile de Los Angeles, à l'âge respectable de 83 ans. Lire la suite l'article
Photos/Vidéos liées Agrandir la photo D'abord acteur de cinéma, dans des films d'aventure et des westerns, Peter Graves devient célèbre grâce au petit écran lorsqu'il est choisi pour incarner l'agent secret de la série Mission Impossible, de 1967 à 1973. Après l'arrêt de la série, il ne retrouvera pas de rôle marquant à sa mesure. Ce n'est qu'en 1980 qu'il refait une apparition remarquée dans les films des Zucker/Abrahams/ZuckerY a-t-il un pilote dans l'avion ? et sa suite. Il y incarne le commandement de bord, obsédé par les messieurs tout nus et les gladiateurs, rôle que notre génération retiendra sans doute plus que celui de l'agent Phelps




Partager cet article
Repost0
10 mars 2010 3 10 /03 /mars /2010 19:08

(dépêche)


Marie Drucker et Gad Elmaleh, crac-crac


http://www.purepeople.com/media/marie-drucker-et-gad-elmaleh-lors-de_m376692

http://www.purepeople.com/article/marie-drucker-et-gad-elmaleh-officialisent-leur-amour_a51523/1
Marie Drucker et Gad Elmaleh officialisent leur amour !
News publiée Hier, Le Mardi 9 Mars 2010 à 10:10 15 commentaires6 photos1 vidéos

Toutes les photosFermer

      
        1/7toutes les photos
Marie Drucker et Gad Elmaleh, lors de l'avant-première de La Rafle, qui s'est tenue au Gaumont Champs-Elysées, à Paris, le 8 mars 2010.
Dans cette photo : Gad Elmaleh Hier soir, les cinéphiles parisiens avaient le choix entre l'avant-première de Pièce Montée au Gaumont Opéra, celle de Sans laisser de traces à l'UGC Ciné-Cité de Bercy, mais celle qui a eu le plus de succès est indéniablement celle de La Rafle, qui s'est déroulée au Gaumont des Champs-Elysées devant un parterre de stars.

Parmi elles, un couple a particulièrement attiré l'attention : l'une des vedettes du film - Gad Elmaleh - est effectivement apparu au bras de sa compagne - la charmante et brillante journaliste Marie Drucker -, officialisant leur romance à cette occasion.

Très élégant et en valeur tous les deux, le jeune couple affichait une complicité et une tendresse des plus remarquées lors de la soirée promotionnelle de ce film de Roselyne Bosch qui compte également à son casting Jean Reno, Mélanie Laurent et Sylvie Testud.

L'histoire ? 1942. Joseph a onze ans. Et ce matin de juin, il doit aller à l'école, une étoile jaune cousue sur sa poitrine...
Il reçoit les encouragements d'un voisin brocanteur. Les railleries d'une boulangère.
Entre bienveillance et mépris, Jo, ses copains juifs comme lui, leurs familles, apprennent la vie dans un Paris occupé, sur la Butte Montmartre, où ils ont trouvé refuge.
Du moins le croient-ils, jusqu'à ce matin de 16 juillet 1942, ou leur fragile bonheur bascule...
Du Vélodrome d'Hiver, où 13 000 raflés sont entassés, au camp de Beaune-La-Rolande, de Vichy à la terrasse du Berghof, La Rafle suit les destins réels des victimes et des bourreaux.
De ceux qui ont orchestré.
De ceux qui ont eu confiance.
De ceux qui ont fui.
De ceux qui se sont opposés.
Tous les personnages du film ont existé.
Tous les évènements, même les plus extrêmes, ont eu lieu cet été 1942.

Un film à découvrir demain dans toutes vos salles et dont Purepeople.com vous propose la bande-annonce ci-dessus.

A.I.


Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 14:05

(dépêches)


Mort du comique Patrick Topaloff le 7 mars 2010 à 66 ans


http://www.dailymotion.com/video/x1o6yz_sim-et-patrick-topaloff-parodie-de_fun

http://www.dailymotion.com/video/xbt9zv_hommage-patrick-topaloff-2-j-ai-bi_music

http://www.lemonde.fr/carnet/article/2010/03/07/le-chanteur-et-acteur-patrick-topaloff-est-mort_1315696_3382.html
http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3382,50-1315696,0.html
Le chanteur et acteur Patrick Topaloff est mort
LeMonde.fr avec AFP | 07.03.10 | 19h29  •  Mis à jour le 08.03.10 | 07h17


e mémorable auteur de "J'ai bien mangé, j'ai bien bu", le chanteur et acteur Patrick Topaloff, est décédé dimanche à Paris d'une crise cardiaque. Selon l'attaché de presse de la tournée "Age tendre et têtes de bois", à laquelle l'artiste participait, Patrick Topaloff, 66 ans, s'était encore produit samedi soir à Chalon-sur-Saône.


 
Presque aussi connu comme amuseur que comme chanteur, pour des titres comme "Où t'as mis ma chemise grise" – parodie de Grease en duo avec Sim –, Patrick Topaloff avait également tourné dans une douzaine de films, des pochades comme La Brigade en folie ou Drôle de zèbre, réalisé par Guy Lux et où il partageait l'affiche avec un Sim travesti en baronne. Plus récemment, en 2009, il apparaissait dans une fiction d'Yves Boisset pour la télévision relatant l'affaire Salengro.

Patrick Topaloff en duo avec Sim

 

Patrick Topaloff, né d'un père géorgien et d'une mère corse, se définissait comme un "délicat entremets franco-russe". Après des études d'histoire, il avait commencé sa carrière comme animateur sur RMC puis Europe 1, qui en fit une vedette des ondes.

En 1971, une chanson écrite par Claude François remporte un succès fulgurant : "J'ai bien mangé, j'ai bien bu" lui assure les premières parties de la tournée de Clo-Clo. Patrick Topaloff avait connu un accident de parcours, en 1995, avec une condamnation à six mois de prison ferme dans une affaire d'abandon de famille (une pension alimentaire non versée) et en avait purgé quatre derrière les barreaux de Fleury-Mérogis, en région parisienne. Depuis 2007, il participait à la tournée "Age tendre et têtes de bois", qui venait de reprendre samedi pour la cinquième saison.

Patrick Topaloff, sur scène pendant la tournée "Age tendre et tête de bois"

 








http://www.lejdd.fr/Culture/Depeches/Mitterrand-rend-hommage-a-Patrick-Topaloff-177822/
Culture |  08/03/2010 - 12:25

Mitterrand rend hommage à Patrick Topaloff
Frédéric Mitterrand a rendu hommage lundi à Patrick Topaloff, "l'un de nos comiques les plus tendres", décédé dimanche à l'âge de 66 ans. Le ministre de la Culture a salué "la jovialité et l'énergie" de ce comique à la fois chanteur, acteur et animateur. "Les publics de tous âges, les enfants en particulier, aimaient l'esprit de ce grand gaillard adepte des 'calembourdingues' et du déguisement", écrit Frédéric Mitterrand. "Après une éclipse douloureuse, il était revenu en force, débordant de joie de vivre, pour une grande tournée 'Age tendre et tête de bois': elle aura été son ultime cadeau".

http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Topaloff













Partager cet article
Repost0
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 00:07

(dépêches)


Mort du présentateur de journal télévisé Roger Gicquel à 77 ans le 6 mars 2010


http://lci.tf1.fr/people/2010-03/roger-gicquel-est-mort-5760859.html

Roger Gicquel est mort
Par D.H. (et agence), le 06 mars 2010 à 22h19, mis à jour le 06 mars 2010 à 22:56


Le journaliste Roger Gicquel, présentateur-vedette du JT de TF1 dans les années 1970, est décédé samedi des suites d'un infarctus, à l'âge de 77 ans.

513 CommentairesArticle suivant dans People : Doc Gyneco pointe au chômage
Le 15 mars 1977, pendant le JT, Roger Gicquel demande aux téléspectateurs d'éteindre la lumière pour analyser l'impact sur la consommation d'électricité. © LCI/INAIl avait eu pour consigne de personnaliser la grand messe du 20 heures alors que naissait la concurrence entre TF1 et France 2. Il avait donc pris pour habitude de commencer son JT par un édito, donnant son avis sur tout. Un exercice impensable de nos jours, mais qui a fait son succès à l'époque. Le journaliste Roger Gicquel, présentateur-vedette du journal télévisé de 1975 à 1980, est décédé samedi des suites d'un infarctus, à l'âge de 77 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.

Vidéo
 46 secondes
En 1977, Roger Gicquel fait éteindre les lumières - 46 secondes En 1977, Roger Gicquel fait éteindre les lumières
En 1977, pendant le JT, Roger Gicquel demande aux téléspectateurs d'éteindre la lumière pour analyser l'impact sur la consommation d'électricité. Regardez cette vidéo extraite des archives de l'Ina.

Publié le 01/02/2007
Plus d'infos
Sa carrière, il l'avait débutée en Normandie, au Parisien libéré (ex Parisien) en Normandie... après avoir été d'abord steward au sein de la compagnie UTA et comédien de 1953 à 1960. Accepté pour faire des bouts d'essai à Paris, il est pris pour faire le remplacement de l'information de la nuit conduite par Raymond Mockel sur France Inter. Repéré, il passe à la revue de presse de 8h30 (1968-1973), dont il est grand reporter à partir de 1969. A l'éclatement de l'ORTF en 1974, dont il est devenu directeur de l'information, il est propulsé, sans aucune expérience, au 20 heures.

"La France a peur"

C'est là qu'il invente ce nouveau style de JT très personnalisé. Il reste célèbre pour sa phrase d'ouverture du journal du 18 février 1976 : "La France a peur", qui soulignait l'émotion provoquée par le meurtre du petit Philippe Bertrand par Patrick Henry. "Je crois qu'on peut le dire aussi nettement. La France panique depuis qu'hier soir, une vingtaine de minutes après ce journal, on a appris l'horreur: un enfant est mort, un doux enfant au regard profond, assassiné, étranglé ou étouffé, on ne sait pas encore, l'autopsie ne l'a pas complètement révélé, par le monstre qui l'avait enlevé pour de l'argent".

Après six ans de collaboration avec la première chaîne, las d'occuper la même fonction et gêné par sa célébrité, Roger Gicquel décide d'arrêter le JT en 1981. Il ne quitte pas l'audiovisuel pour autant. Producteur de documentaires d'actualité, il tient une chronique sur Europe 1 jusqu'en 1982. De 1983 à 1986, il produit et anime l'émission "Vagabondages" sur TF1, au cours de laquelle il reçoit des personnalités du monde socio-culturel. Disparaissant de nouveau du petit écran, il retourne à la radio, en tant que chargé de la revue de presse du week-end sur France-inter, de 1987 à 1994. Entre temps, il revient à la télévision, sur France 3-Ouest, où il anime l'émission hebdomadaire "En flânant", grâce à laquelle il retrouve la Bretagne de son enfance (après être né dans l'Oise). L'émission s'arrête en 1997. Depuis, Roger Gicquel avait poursuivi la ballade en écrivant. Il est notamment l'auteur "Tous les chemins mènent en Bretagne" (1998) et plus récemment "Croisières et escales en Bretagne" (2007).

Il a "marqué l'histoire du journal télévisé et de l'information", a déclaré Michel Drucker à l'AFP. "'La France a peur', c'est lui. Il avait un ton, il ne séparait pas l'info du commentaire, prenait l'info à son compte", a déclaré l'animateur dans les coulisses des Victoires de la musique qu'il co-animait samedi soir. Roger Gicquel "était un très bon journaliste. Il a été le journaliste star entre Léon Zitrone et Patrick Poivre d'Arvor", a-t-il ajouté.

Par D.H. (et agence) le 06 mars 2010 à 22:19
Ecrire un commentaireVersion imprimableEnvoyer

http://www.lepoint.fr/actualites-insolites/2010-03-06/roger-gicquel-le-presentateur-vedette-du-jt-dans-les-annees-70/918/0/431065
Publié le 06/03/2010 à 22:15 - Modifié le 06/03/2010 à 23:36 AFP

Roger Gicquel, le présentateur-vedette du JT dans les années 70, est décédé


Le journaliste Roger Gicquel, présentateur-vedette du journal télévisé dans les années 1970, est décédé samedi des suites d'un infarctus, à l'âge de 77 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.

Vos outils
Imprimez Réagissez
       Le journaliste Roger Gicquel, présentateur-vedette du journal télévisé dans les années 1970, célèbre pour sa phrase d'ouverture d'un JT "La France a peur", est décédé samedi des suites d'un infarctus, à l'âge de 77 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.

Né le 22 février 1933 à Thiers-sur-Thève (Oise), Roger Gicquel est d'abord steward au sein de la compagnie UTA et comédien de 1953 à 1960, avant de débuter sa carrière de journaliste au Parisien-libéré en 1961.

Il y reste dix ans, puis intègre en 1971 le service d'information de l'Unicef, où il travaillera deux ans en tant que consultant.

Il se fait connaître à la radio en présentant la revue de presse de France-Inter (1968-1973), dont il est grand reporter à partir de 1969.

Directeur de l'information à l'ORTF entre 1973 et 1974, Roger Gicquel invente un nouveau style de JT, très personnalisé, lorsqu'il devient présentateur vedette du journal de 20 heures sur TF1.

Il reste célèbre pour sa phrase d'ouverture du journal de 20 heures le 18 février 1976 : "La France a peur", qui soulignait l'émotion provoquée par le meurtre du petit Philippe Bertrand par Patrick Henry.

Après six ans de collaboration avec la première chaîne, las d'occuper la même fonction et gêné par sa célébrité, Roger Gicquel avait décidé d'arrêter le JT en 1981.

Il ne quitte pas l'audiovisuel pour autant. Il tient une chronique sur Europe 1, puis produit et anime l'émission "Vagabondages" sur TF1, au cours de laquelle il reçoit des personnalités du monde socio-culturel. Disparaissant de nouveau du petit écran, il retourne à la radio, en tant que chargé de la revue de presse du week-end sur France-inter, de 1987 à 1994.

Dans sa dernière émission, sur France 3-Ouest, il anime l'émission hebdomadaire "En flânant", grâce à laquelle il retrouve la Bretagne de son enfance. L'émission s'arrête en 1997.

Depuis, Roger Gicquel avait poursuivi la ballade en écrivant. Il est notamment l'auteur de "Tous les chemins mènent en Bretagne" (1998) et plus récemment "Croisières et escales en Bretagne" (2007).

Plusieurs personnalités du monde des médias ont salué sa mémoire.

Pour l'animateur Michel Drucker, il a "marqué l'histoire du journal télévisé et de l'information". "Il avait un ton, il ne séparait pas l'info du commentaire, prenait l'info à son compte", a déclaré l'animateur à l'AFP dans les coulisses des Victoires de la musique qu'il a co-animé.

Roger Gicquel "était un très bon journaliste. Il a été le journaliste star entre Léon Zitrone et Patrick Poivre d'Arvor", a-t-il ajouté.

"Il avait une profonde humanité. Il aimait les gens. Il a été le premier à personnaliser l'information avec des éditoriaux", a réagi M. Poivre d'Arvor, dont Roger Gicquel avait été le directeur de l'information à France Inter en 1972.

"Il n'avait aucun amour pour la notoriété et c'est en partie pour cela qu'il a décidé de partir", a-t-il rappelé.

Philippe Gildas, dont Roger Gicquel a également été le patron à France Inter, a salué la mémoire d'un "grand journaliste".

"Il a apporté beaucoup de sentiment et d'humanité à l'information. Il y mettait tout son coeur et sa personnalité", a estimé M. Gildas, qui fait partie des présentateurs qui co-animent les 25e Victoires de la musique.

Pour Guillaume Durand, qui a déclaré "ressentir beaucoup de tristesse", Roger Giquel "a personnifié et incarné le JT. Il avait un ton et un style".


http://www.lemonde.fr/carnet/article/2010/03/07/roger-gicquel-presentateur-vedette-du-journal-televise-est-mort_1315576_3382.html
http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-3382,50-1315576,0.html
http://www.youtube.com/watch?v=KBxfS4UNWzc&feature=player_embedded
Roger Gicquel, présentateur vedette du journal télévisé est mort
LEMONDE.FR avec AFP | 07.03.10 | 07h56  •  Mis à jour le 07.03.10 | 07h56


l était le présentateur-vedette du journal télévisé dans les années 1970. Il reste célèbre pour sa phrase d'ouverture du journal de 20 heures le 18 février 1976 : "La France a peur", qui soulignait l'émotion provoquée par le meurtre du petit Philippe Bertrand par Patrick Henry. Roger Gicquel , est mort, samedi 6 mars, des suites d'un infarctus, à l'âge de 77 ans, a annoncé sa famille.


 
Né le 22 février 1933 à Thiers-sur-Thève (Oise), Roger Gicquel est d'abord steward au sein de la compagnie UTA et comédien de 1953 à 1960, avant de débuter sa carrière de journaliste au Parisien-libéré en 1961. Il y reste dix ans, puis intègre en 1971 le service d'information de l'Unicef, où il travaillera deux ans en tant que consultant. Il se fait connaître à la radio en présentant la revue de presse de France-Inter (1968-1973), dont il est grand reporter à partir de 1969.

Directeur de l'information à l'ORTF entre 1973 et 1974, Roger Gicquel invente un nouveau style de JT, très personnalisé, lorsqu'il devient présentateur vedette du journal de 20 heures sur TF1. Après six ans de collaboration avec la première chaîne, las d'occuper la même fonction et gêné par sa célébrité, Roger Gicquel avait décidé d'arrêter le JT en 1981.

Il ne quitte pas l'audiovisuel pour autant. Il tient une chronique sur Europe 1, puis produit et anime l'émission "Vagabondages" sur TF1, au cours de laquelle il reçoit des personnalités du monde socio-culturel. Disparaissant de nouveau du petit écran, il retourne à la radio, en tant que chargé de la revue de presse du week-end sur France-inter, de 1987 à 1994. Dans sa dernière émission, sur France 3-Ouest, il anime l'émission hebdomadaire "En flânant", grâce à laquelle il retrouve la Bretagne de son enfance. L'émission s'arrête en 1997. Depuis, Roger Gicquel avait poursuivi la ballade en écrivant. Il est notamment l'auteur de "Tous les chemins mènent en Bretagne" (1998) et plus récemment "Croisières et escales en Bretagne" (2007).




Partager cet article
Repost0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 16:01

(dépêche)


L'amour de Vanessa Paradis pour... Johnny



http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/vanessa_paradis_sa_declaration_d_amour_a_johnny_depp_197133#xtor=EPR-39
On ne parle que de ça | Vanessa Paradis: sa déclaration d'amour à Johnny Depp
Complètement sous le charme de son homme
 
  Bio de
Vanessa Paradis Envoyer à un ami Articles sur
Vanessa Paradis zoom Gala.fr sur votre mobile 

Vanessa Paradis a eu des mots merveilleux pour son compagnon Johnny Depp à l'issue d'un dîner (notre photo) donné en son honneur par Dior à New York. Touchante.

La passion de Vanessa Paradis pour Johnny Depp est aussi vive que son nouveau rouge à lèvres. A l'issue du dîner donné pour elle par Chanel, dont elle représente le nouveau lipstick (Coco Rouge), la chanteuse-actrice a confié à quel point elle se consumait toujours d'amour pour son pirate de compagnon.


--------------------------------------------------------------------------------

C'était à New York. Et, interrogée par le magazine People, Vanessa Paradis s'est lancée dans un très touchant portrait de sa divine idylle avec Johnny Depp.
--------------------------------------------------------------------------------

"J’adore son style, ouais, ouais, ouais! Je l’aime et je ne vous dirais pas je n'aime pas ci ou je n'aime pas ça chez lui. Il est comme il est. Je ne le changerais pour rien au monde". Plus d'un aimerait entendre parler de lui ainsi par une aussi jolie amoureuse. Mais tout le monde n'est pas Johnny Depp. C'est injuste. Mais LA VIE est injuste.
--------------------------------------------------------------------------------

Et histoire de remuer le couteau dans la plaie des vilains-jaloux (et inversement) Vanessa Paradis en ajoutait une charmante "touche" pour expliquer à quel point elle apprécie toujours autant la compagnie de Johnny Depp "dans tous les sens du terme". Et de conclure sur ce point en ceux-ci: "On est ensemble et, dans un sens, on est une seule personne".
--------------------------------------------------------------------------------

Quant au joli fruit de leur amour, Lily Rose, 10 ans déjà, "elle aime beaucoup" fouiller dans la trousse à make-up de maman. "Toutes les petites adorent jouer avec les rouges à lèvres. J'étais toute petite quand j'ai essayé pour la première fois et c'est resté pour moi très amusant. A son âge, ce n'est qu'un jeu et c'est aussi très théâtral." Quoi? La future génération artistique est déjà en marche dans le clan Paradis-Depp?!
--------------------------------------------------------------------------------
 

J.-F.T.


--------------------------------------------------------------------------------


Mercredi 10 février 2010




Partager cet article
Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 10:15

(dépêches)


Mort du comédien Roger Pierre à 86 ans le 23 janvier 2010



http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/culture/20100124.FAP4430/deces_de_roger_pierre_je_crois_que_jai_perdu_un_frere_d.html
Culture
Décès de Roger Pierre: "je crois que j'ai perdu un frère", déclare Jean-Marc Thibault"
AP | 24.01.2010 | 21:28
Le comédien Roger Pierre s'est éteint samedi des suites d'une longue maladie à l'âge de 86 ans. L'humoriste avait formé avec Jean-Marc Thibault un duo parmi les plus populaires du théâtre français, régnant sur le petit écran durant les années 70 dans "Les maudits rois fainéants" et "Les z'heureux rois z'Henri". "Il a été un merveilleux acteur et il a été pour moi ma joie de vivre", a déclaré Jean-Marc Thibault dimanche sur TF1. "Je crois que (...) j'ai perdu un frère".

Récemment, le public avait pu voir Roger Pierre au cinéma dans le film "Les Herbes folles" d'Alain Resnais.

Né le 30 août 1923 à Paris, Roger Pierre suit d'abord des cours dans une école de commerce avant de faire ses débuts au cabaret et au cinéma dans les années 1940, décénnie qui marquera sa rencontre avec Jean-Marc Thibault et le début d'une longue collaboration dans des cabarets, au théâtre et à la télévision. Interprète, l'homme est aussi scénariste, dialoguiste, réalisateur et producteur-présentateur à la télévision.

Le public a notamment pu le voir au cinéma dans "Belle mentalité", "Une vie de garçon", "Roger la Caille", ou encore "Mon oncle d'Amérique" d'Alain Resnais pour un rôle à contre-emploi. Au théâtre, Roger Pierre a notamment joué dans "Mary-Mary", "Deux", "Deux anges sont venus", "Le divan", "Monsieur Masure", "A vos souhaits", tandis que sur le petit écran, il a été producteur et présentateur avec Jean-Marc Thibault de nombreux programmes dont "La grande farandole" et "Deux sur la deux".

L'épouse de Jean-Marc Thibault, l'actrice Sophie Agacinski, a salué dans le Journal du dimanche une "bête de scène" et "l'un des derniers dinosaures". "Il m'a appris le sens du travail. Avec Jean-Marc, ils remplissaient des chapiteaux entiers. Pour la première fois, le rire m'a fait peur, tant l'hilarité qu'ils déclenchaient auprès de leur public était forte", a-t-elle ajoutée, en se déclarant "très chagrinée". "Doucement, on est en train de tourner une page, car il reste peu de comédiens de sa trempe et de sa génération parmi nous", a-t-elle estimé.

"Le sommet de la carrière de l'un et de l'autre, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault, c'était leur duo", ils ont fait "toutes les scènes, toutes les émissions de télévision possibles et inimaginables", a déclaré sur RTL Pierre Bellemare, se remémorant l'"extraordinaire duo" qui répéta son "premier sketch" dans "le salon de (ses) parents".

Entre émotions et souvenirs, Pierre Mondy a de son côté souligné que Roger Pierre était "un type très gentil, un homme charmant, discret, drôle" et "surtout un copain" avec qui il a tourné et qu'il a mis en scène (dans "Le Divan"). "C'est pas l'acteur spécialement qui va me rester (...), c'est surtout cette époque-là, ce que ça représentait", a-t-il dit sur RTL.

Chevalier des arts et des lettres, Roger Pierre était membre de la Société des gens de lettres et de l'académie Alphonse-Allais. AP


http://www.rtl.fr/fiche/5932283775/le-comedien-roger-pierre-est-mort-a-86-ans.html
RTL info
24 janv. 2010
Màj 21h23
Le comédien Roger Pierre est mort à 86 ansRTL vous l'annonçait dès 19h30 samedi : le comédien français Roger Pierre est décédé samedi matin à l'âge de 86 ans, des suites d'une longue maladie. Il avait notamment été rendu célèbre pour son duo comique avec Jean-Marc Thibault, duo qui donnera lieu à de nombreux spectacles, trois longs métrages et plusieurs séries d'émissions de télévision de Maritie et Gilbert Carpentier. Roger Pierre avait également tourné dans "Le Divan" de Rémo Forlani en 1981. Il était aussi régulièrement l'invité des "Grosses Têtes", sur RTL, qui vont d'ailleurs lui rendre un hommage ce dimanche entre 17 et 18 heures.tous les sonsCorentin Meynier
24 janv. 2010


http://www.leblogtvnews.com/article-adieu-a-roger-pierre-decede-samedi-a-86-ans--43510918.html
Dimanche 24 janvier 2010 7 24 /01 /2010 07:08
Adieu à Roger Pierre, décédé samedi à 86 ans.






Son nom renvoie inévitablement à Jean-Marc Thibault (86 ans), de par leur duo comique qui a duré des décennies : le comédien Roger Pierre, âgé de 86 ans, est décédé ce samedi a révélé RTL.fr. Des suites d'une longue maladie, selon la station.


Pour les plus jeunes générations,  il a coanimé Incroyable mais vrai sur TF1, avec Jean-Pascal et Sophie Favier il y a plusieurs années sur TF1. Les plus anciens se remémorent sans doute les émissions des Carpentier dont Les grands enfants.


Sa dernière apparition sur petit et grand écran est dans le film d'Alain Resnais, Les herbes folles.


Sa carrière sur http://www.imdb.fr/name/nm0682655/ .


Vidéos, avec 3 époques différentes : Roger Pierre et Sim dans Le policier stagiaire. Un sketch avec Jean-Marc Thibault. Un sketch dans "La classe" avec Fabrice sur FR3 (à partir de 9').


















Par Pascal Mis à jour 24/01 - Publié dans : Brèves médias et Potins
Recommander   1 - Voir le commentaire - Voir les 1 commentaires - Ecrire un commentaire




http://www.lepost.fr/article/2010/01/24/1903466_hommage-a-roger-pierre-caricature.html

http://www.excessif.com/cinema/actu-cinema/news/roger-pierre-mort-d-un-comique-5652342-760.html
Roger Pierre, mort d'un comiquePar Olivier CORRIEZ - 24 janvier 2010EnvoyerImprimerSon nom était indissociable du duo comique qu'il formait avec Jean-Marc Thibault. Roger Pierre, certainement un des plus populaires comédiens de théâtre a discrètement tiré sa révérence samedi à l'âge de 86 ans. Ce natif de Paris avait fait ses débuts sur scène en 1947 lors de sa rencontre avec Thibault. Du théâtre à la télévision, ils ont enchaîné ensemble les succès. Sur le petit écran, on se souvient des séries des années 70 Les maudits rois fainéants ou Les z'heureux rois z'Henri. Ils s'étaient séparés en 1976 avant de remonter sur scène en 1984 et 1990.


Au cinéma Roger Pierre figure au générique de nombreuses comédies comme Les durs à cuir, Les malabars sont au parfum, Tartarin de Tarascon... Dans un registe différent, on le verra aussi en 1980 dans le film d'Alain Resnais, Mon oncle d'Amérique. Associé à Jean-Marc Thibault, il a même réliasé un long métrage intitulé La vie est belle. En 2005, il était à l'affiche de Olé ! de Florence Quentin et l'année dernière dans Les Herbes folles d'Alain Resnais.

 

 


Mag : plus d'actu sur Mon oncle d'Amérique
PersonnalitéRoger Pierre, mort d'un comique
24 janvier 2010 - 0 commentaires
Le comédien Roger Pierre, comparse de Jean-Marc Thibault, est mort samedi à l'age de 86 ans. Au cours d'une carrière dominée par la scène et la télévision, il avait fait joué souvent au cinéma.

http://images.scooppeople.fr/images/news/news-article/30a3bf6ee92dcfc152537d30af5a7ea6_13.jpg

http://archives.emissions.ca/431-0884-820628.html


http://www.swissinfo.ch/fre/nouvelles_agence/international/France:_Les_maudits_rois_faineants_sont_orphelins.html?cid=8153702

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/af10636c-08be-11df-9326-08afac2df1ec/Le_com%C3%A9dien_Roger_Pierre_est_d%C3%A9c%C3%A9d%C3%A9
paris dimanche24 janvier 2010
Le comédien Roger Pierre est décédé
AFP
Celui qui avait formé avec Jean-Marc Thibault l’un des plus comiques tandems comiques du théâtre français, est décédé samedi à l’âge de 86 ans. Il avait connu un énorme succès à la télévision de 1972 à 1975 avec les séries historico-comiques «Les maudits rois fainéants» et «Les z’heureux rois z’Henri»

Le comédien français Roger Pierre, qui avait formé avec Jean-Marc Thibault l’un des plus populaires tandems comiques du théâtre français, est décédé samedi à l’âge de 86 ans, a-t-on appris dans son entourage professionnel.

Né le 30 août 1923 à Paris, Roger Pierre avait également connu un énorme succès à la télévision de 1972 à 1975 avec les séries historico-comiques «Les maudits rois fainéants» et «Les z’heureux rois z’Henri», toujours au côté de Jean-Marc Thibault.

Leur aventure commence en 1947, lorsque Roger Pierre (de son vrai nom Jean Le Gall), speaker publicitaire à Radio-Luxembourg, fait la connaissance de Jean-Marc Thibault dont il lit les textes. Ils débutent au «Caveau de la République» puis «Chez ma cousine» et ne se quitteront plus pendant des décennies.

Les deux fantaisistes feront également les beaux soirs des cabarets parisiens comme le Tabou, le Caveau de la Terreur, l’Amiral, le Moulin-Rouge où leurs sketches font florès. Ils en écriront quelque trois mille, conjuguant textes, mimes et chansons.

Publicité

Ensemble, ils réalisent le film «La vie est belle» en 1956 mais, en 1976, après 28 ans de collaboration, décident de se séparer pour faire carrière individuellement.

Ils se retrouvent néanmoins en 1984 pour un spectacle au Théâtre Antoine à Paris, puis en 1990 à l’Olympia.

Roger Pierre, qui est apparu pour la première fois au cinéma dans «Belle mentalité» en 1952, a joué sur scène dans de nombreuses comédies, «Mary-Mary» (1963), «Qui est cette femme ?» (1967), «Le légataire universel» (1980), «Monsieur Masure» (1987), «La nuit de Barbizon» (1994), «Feu la mère de Madame» (1998), «La Soupière» (2001).

Habitué des films comiques (»Les durs à cuir», «Gross Paris», «Les malabars sont au parfum», «Bingo»...), il s’est fait remarquer dans des registres différents, en particulier «Mon oncle d’Amérique» d’Alain Resnais (1980).

En 2003, à 80 ans, il avait encore joué dans «L’ami de Maigret», avec Bruno Crémer.



http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/culture/20100124.OBS4618/deces_du_comedien_roger_pierre.html
CARNET
Décès du comédien Roger Pierre
NOUVELOBS.COM | 24.01.2010 | 09:44
 7 réactions
Roger Pierre, qui était régulièrement l'invité des "Grosses Têtes", sur RTL, est décédé des suites d'une longue maladie.


Le comédien Roger Pierre (Sipa)
Le comédien Roger Pierre, qui avait formé avec Jean-Marc Thibault l'un des plus populaires tandems comiques du théâtre français, est décédé hier à l'âge de 86 ans, a-t-on appris dimanche 24 janvier, dans son entourage professionnel, confirmant une information de RTL.
Né le 30 août 1923 à Paris (13e), Roger Pierre avait également connu un énorme succès à la télévision de 1972 à 1975 avec les séries historico-comiques "Les maudits rois fainéants" et "Les z'heureux rois z'Henri", toujours au côté de Jean-Marc Thibault. Ils avaient décidé de se séparer pour faire carrière individuellement, en 1976, après 28 ans de collaboration. "C'était un mec excellent, d'une gentillesse et d'une culture rare", a déclaré l'AFP Jean-Jacques Peroni, humoriste et comédien, sociétaire des "Grosses Têtes". "Je connaissais les sketches de Roger Pierre et Jean-Marc Thibault quasiment par coeur. Mon grand regret c'est de ne pas avoir fait les "Grosses têtes avec Roger", a-t-il ajouté.

De nombreuses oeuvres à son actif
L'animateur Pierre Bellemare a également rendu hommage à Roger Pierre. "Roger Pierre et Jean Marc Thibault, ça a été un moment très précis du comique français sans aucune vulgarité, c'était avant que la vulgarité n'entre dans le comique", a-t-il déclaré sur RTL.
Roger Pierre, qui est apparu pour la première fois au cinéma dans "Belle mentalité" en 1952, a joué sur scène dans de nombreuses comédies, "Mary-Mary" (1963), "Qui est cette femme ?" (1967), "Le légataire universel" (1980), "Monsieur Masure" (1987), "La nuit de Barbizon" (1994), "Feu la mère de Madame" (1998), "La Soupière" (2001). Habitué des films comiques ("Les durs à cuir", "Gross Paris", "Les malabars sont au parfum", "Bingo"...), il a eu des apparitions remarquées au cinéma dans des registres différents, en particulier "Mon oncle d'Amérique" d'Alain Resnais (1980).

(Nouvelobs.com avec AFP)


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/culture/20100124.OBS4635/hommage_a_lhumoriste_roger_pierre.html
CARNET
Hommage à l'humoriste Roger Pierre
NOUVELOBS.COM | 24.01.2010 | 15:00
Le comédien et humoriste, régulièrement invité des "Grosses Têtes" sur RTL, est décédé des suites d'une longue maladie. Quelques images et sons pour retracer son parcours.
Le comédien Roger Pierre, qui avait formé avec Jean-Marc Thibault l'un des plus populaires tandems comiques du théâtre français, est décédé samedi 23 janvier à l'âge de 86 ans. Né le 30 août 1923 à Paris (13e), Roger Pierre avait également connu un énorme succès à la télévision de 1972 à 1975 avec les séries historico-comiques "Les maudits rois fainéants" et "Les z'heureux rois z'Henri".

Le sketch "Le chien" :



Le sketch "Le policier stagiaire" :



Le sketch "La guerre de sécession" :


Roger Pierre invité de l'émission "Les Grosses Têtes", sur RTL :
 

(Nouvelobs.com)





Partager cet article
Repost0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 18:36

(dépêches)


Mort d'Erich Segal, concepteur de "Loft Story", à 72 ans le 17 janvier 2010



http://www.gala.fr/l_actu/c_est_officiel/mort_d_erich_segal_195405
C'est officiel | Mort d’Erich Segal
L’auteur de Love Story est décédé d’un arrêt cardiaque
 
  Envoyer à un ami zoom Gala.fr sur votre mobile 

Une histoire d’amour... se termine. Erich Segal, l'auteur américain du roman Love Story a succombé à un infarctus du myocarde.

Professeur américain d'humanités gréco-latines, Erich Segal, décédé dimanche à l'âge de 72 ans, avait écrit pendant ses vacances Love Story sans imaginer que ce roman snobé par la critique allait connaître la gloire internationale, une gloire soutenue ensuite par un film légendaire.

A son enterrement mardi, à Londres, Francesca Segal a rendu hommage à la ténacité avec laquelle son père a lutté «chaque seconde de ces 30 dernières années pour vivre, pour respirer, pou combattre le mal, avec un entêtement époustouflant».

Erich Segal était atteint de la maladie de Parkinson depuis longtemps, a-t-elle précisé. Mais il continuait de transmettre sa passion en tant que professeur honoraire au Wolfond College d'Oxford.

Né le 16 juin 1937 d'un père rabbin de Brooklyn, près de New York, Erich Segal a passé presque toute son enfance entre une grand-mère clouée au lit par la maladie et un grand-père trop occupé à gérer son magasin de tissus à Manhattan. Pour échapper à la solitude, le jeune Erich s'inventait un monde imaginaire en écrivant des pièces de théâtre dont il était le héros.

Il étudie à Harvard les lettres classiques qu'il enseignera plus tard dans la prestigieuse université américaine, ainsi qu'à Yale, à Princeton et à l'université anglaise d'Oxford.

Mais son amour du théâtre le titille: il écrit plusieurs pièces qui passent largement inaperçues, voire ne sont pas jouées du tout. Jusqu'à ce qu'il collabore à l'écriture du scénario de Yellow Submarine, film d'animation basé sur la musique des Beatles et sorti en 1968.

Au même moment, il écrit un scénario aux accents mélos racontant une énième histoire d'amour impossible: Oliver Barrett, quatrième du nom, issu d'une famille prestigieuse, rencontre à Harvard Jennifer Cavilleri, fille de modestes immigrés italiens. Le couple s'aime et se marie, en dépit de l'opposition des parents d'Oliver. Mais l ‘émouvante Jen meurt de leucémie, un drame qui rapproche le père et le fils.

Erich Segal niera plus tard que l'histoire soit basée sur les aventures d'Al Gore, l'ancien vice-président américain.

Dégoulinant de bons sentiments, le scénario n'avait trouvé aucun producteur, poussant Erich Segal à en faire un roman. Le livre est publié en 1970 et devient très vite un succès planétaire. Des dizaines de millions d'exemplaires seront vendus et l'oeuvre sera traduite en de multiples langues.

La bluette prend sa revanche sur Hollywood qui l'avait dans un premier temps snobé, ainsi que sur les critiques: "Love Story saute de cliché en cliché", avait écrit le magazine américain Newsweek.

Les studios Paramount acceptent finalement d'en faire un film qui sort également en 1970. Il coûte deux millions de dollars mais en rapporte près de 200. Parfois considéré comme la première superproduction des temps modernes, il aurait permis de sauver Paramount Pictures, à l'époque au bord de la faillite.

Le film, devenu au cinéma un énorme succès grâce à l'interprétation de Ryan O'Neal et d'Ali MacGraw, est nominé cinq fois et reçoit un Oscar pour sa bande-son mythique, composée par le Français Francis Lai ainsi que plusieurs Golden Globes, dont un pour le meilleur scénario.

Des répliques resteront a jamais ancrées dans nos mémoires, telles que «l'amour, c'est n'avoir jamais à dire qu'on est désolé».



--------------------------------------------------------------------------------


Mercredi 20 janvier 2010

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iZunCMJFV9AVAQELS8QLaR2aqcKg

Décès d'Erich Segal: des humanités gréco-latines à "Love Story"
De Loïc VENNIN (AFP) – Il y a 19 heures

LONDRES — Professeur américain d'humanités gréco-latines, Erich Segal, décédé dimanche à l'âge de 72 ans, avait écrit pendant ses vacances "Love Story" sans imaginer que ce roman snobé par la critique allait connaître la gloire internationale, une gloire soutenue ensuite par un film légendaire.

Né le 16 juin 1937 d'un père rabbin de Brooklyn, près de New York, Erich Segal a passé presque toute son enfance entre une grand-mère clouée au lit par la maladie et un grand-père trop occupé à gérer son magasin de tissus à Manhattan. Pour échapper à la solitude, le jeune Erich s'inventait un monde imaginaire en écrivant des pièces de théâtre dont il était le héros.

Il étudie à Harvard les lettres classiques qu'il enseignera plus tard dans la prestigieuse université américaine, ainsi qu'à Yale, à Princeton et à l'université anglaise d'Oxford.

Mais son amour du théâtre le titille: il écrit plusieurs pièces qui passent largement inaperçues, voire ne sont pas jouées du tout. Jusqu'à ce qu'il collabore à l'écriture du scénario de "Yellow Submarine", film d'animation basé sur la musique des Beatles et sorti en 1968.

Au même moment, il écrit un scénario aux accents mélos racontant une énième histoire d'amour impossible: Oliver Barrett, quatrième du nom, issu d'une famille prestigieuse, rencontre à Harvard Jennifer Cavilleri, fille de modestes immigrés italiens. Le couple s'aime et se marie, en dépit de l'opposition des parents d'Oliver. Mais Jennifer meurt.

Erich Segal niera plus tard que l'histoire soit basée sur les aventures d'Al Gore, l'ancien vice-président américain.

Dégoulinant de bons sentiments, le scénario n'avait trouvé aucun producteur, poussant Erich Segal à en faire un roman. Le livre est publié en 1970 et devient très vite un succès planétaire. Des dizaines de millions d'exemplaires seront vendus et l'oeuvre sera traduite en de multiples langues.

Le roman prend sa revanche sur Hollywood qui l'avait dans un premier temps snobé, ainsi que sur les critiques: "Love Story saute de cliché en cliché", avait écrit le magazine américain Newsweek.

Les studios Paramount acceptent finalement d'en faire un film qui sort également en 1970. Il coûte deux millions de dollars mais en rapporte près de 200. Parfois considéré comme la première superproduction des temps modernes, il aurait permis de sauver Paramount Pictures, à l'époque au bord de la faillite.

Le film reçoit un Oscar pour sa bande-son mythique, composée par le Français Francis Lai ainsi que plusieurs Golden Globes, dont un pour le meilleur scénario.

Des répliques restent encore ancrées dans les mémoires, telles que "l'amour, c'est n'avoir jamais à dire qu'on est désolé".

Erich Segal continuera à écrire après "Love Story", notamment une suite intitulée "Oliver's Story" (1978) mais le succès ne sera plus au rendez-vous.

Souffrant de la maladie de Parkinson depuis une trentaine d'années, il vivait à Londres avec son épouse Karen James et ses feux filles. Il a succombé dimanche à une crise cardiaque.

"Il s'est battu pour vivre, pour respirer, à chaque seconde de ces trente dernières années de maladie, avec un entêtement époustouflant", a déclaré mardi sa fille Francesca Segal lors de son enterrement.





Partager cet article
Repost0


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).