Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 18:58

(dépêches)



One More Round of Voting, as Electors Do Their Duty

By MICHAEL FALCONE
December 16, 2008

WASHINGTON — In state capitals across the country, a select group of Americans who make up the Electoral College met on Monday to cement President-elect Barack Obama’s victory, in a year when new figures showed that voter turnout reached its highest level since 1968.

In a quadrennial ritual that has been criticized by some as an outdated part of the American political system, 538 electors, chosen for their party loyalty, cast their votes on Monday. Mr. Obama was expected to receive 365 votes to 173 for Senator John McCain, his Republican challenger, although the tally will not be made official by Congress until January.

This year’s vote included an Electoral College oddity: Nebraska split its votes for the first time as Mr. Obama became the first Democrat since 1964 to pick up one of its electoral votes, having won the Second Congressional District, which includes Omaha. While most states apportion their votes in a winner-take-all system, Nebraska and Maine award them on different formulas.

In terms of voter turnout, with all 50 states and the District of Columbia now reporting official or certified ballots, 61.6 percent of Americans eligible to vote went to the polls this year, the highest since Richard M. Nixon beat Hubert H. Humphrey in the close 1968 race.

Despite much talk of voter apathy in recent years, turnout has been on the rise. In 2000, 54.2 percent of those eligible to vote did so, while 60.1 percent voted in 2004.

The Electoral College voting, while lacking drama, included some elaborate ceremonies, like the one at the Statehouse in Albany, where the meeting opened with a marching color guard and included a musical performance. Others, like the one in Hawaii, where Mr. Obama was born, had little pomp and circumstance.

But that did not stop Amy Agbayani, one of Hawaii’s four Democratic electors, from inviting more than a dozen friends to the Capitol in Honolulu to watch her sign the forms that helped seal Mr. Obama’s victory.

“It may be pro forma,” said Ms. Agbayani, an administrator at the University of Hawaii, “but I’m very excited to be a part of history.”

Electors are not legally bound to vote for the candidate to whom they are pledged, but they generally do. The votes they cast Monday will be sent to Washington and counted in early January at a joint session of Congress.

Megan Thee-Brenan contributed reporting.


http://www.nytimes.com/slideshow/2008/12/16/us/politics/1216-ELECTORS_index.html



Electoral college elects Obama

Monday, December 15, 2008 | 5:53 PM
Politics

Presidential electors are gathering in state capitals across the country to cast the votes that will formally elect Barack Obama as president. RICHMOND, Va. -- As 13 electors cast ballots Monday for the nation's first black president in the Confederacy's old Capitol, Henry Marsh emotionally recalled the smartest man he ever knew -- a waiter, who couldn't get a better job because of his race.

"He waited tables for 30 years, six days a week, 12 hours a day, from 12 noon to 12 midnight, and he supported his family," Marsh, 75, a civil rights lawyer and state senator, said of his father as he fought back tears. "He suffered a lot. He went through a lot."

In all 50 states and the District of Columbia, the 538 electors performed a constitutional process to legally elect Democrat Barack Obama the 44th president.

More than 131 million voters cast ballots -- the most ever in a presidential election. But Obama's election is not complete until Congress tallies the outcome of Monday's Electoral College vote at a joint session scheduled for Jan. 6.

Monday's voting was largely ceremonial, the results preordained by Obama's Nov. 4 victory over Republican Sen. John McCain. Obama won 365 electoral votes, to 173 for McCain. With every state reporting, all the electors had cast ballots in accordance with the popular votes in their states.

In many states, the formal, staid proceeding was touched with poignance, particularly among people old enough to recall a time when voting alone posed the risk of violence for black Americans.

The contrast at Virginia's Capitol, where the Confederate Congress met, was particularly striking.

Gov. Timothy M. Kaine noted in his speech that the 200-year-old Capitol was where lawmakers just 50 years ago orchestrated the state's formal defiance of federal school desegregation orders. But he also noted that it is where L. Douglas Wilder took his oath as the nation's first elected black governor in 1990.

"This temple of Democracy shines very brightly today," Kaine told a standing-room-only crowd attending what had always been a sparsely attended afterthought.

In Florida, state Sen. Frederica Wilson, 66, never thought she would see a black man elected president.

"White water fountains, colored water fountains. You couldn't sit at the lunch counter, go to the bank or get a hamburger," Wilson said after signing a document certifying that Obama got all 27 of her state's electors.

"The pain will always be there, but I think there's a realization that people have evolved," she said.

In North Carolina, 61-year-old Janice Cole said Monday's event was a joyous marker for black people to put old Dixie's trouble past behind them.

"Sen. Obama reminds us that only in America could this story be possible," Cole said.

As a pro football legend, Franco Harris signs his autograph countless thousands of times. But the signature he made as one of 21 Pennsylvania electors for Obama was the one the Pittsburgh Steelers great running back won't ever forget.

"That was special," the Pro Football Hall of Famer said. "This was the most valuable thing I've ever signed my name to." In Augusta, Maine, the moment was freighted with emotion for Jill Duson, the first black mayor of Portland and chairwoman of Maine's four electors.

"Every time I think of it, I get a little misty eyed," Duson said. "I am undone by the election of Barack Obama and what it says to me as a black American, and his victory in the whitest state."

Sedrick Rawlins, a retired 81-year-old dentist from Manchester, Conn., traveled to Selma, Ala., in 1965 to help the Rev. Martin Luther King Jr., with the bloody march to Montgomery. The night Obama won the election, he said, he wept with joy. On Monday, he couldn't stop smiling.

"The election is one thing, but it's really official when they seal those ballots with wax and send them off," Rawlins said.

Colorado elector Wellington Webb, Denver's first and only black mayor, said the chance to cast an electoral vote for the first black president was the honor of a lifetime, one that would have made King proud.

"He would find the dream fulfilled," Webb said.


Court won't review Obama's eligibility to serve

By Tim Jones | Tribune correspondent
10:16 AM EST, December 8, 2008

From the Chicago Tribune
MORE ON BARACK OBAMA

UPDATE: The Supreme Court has turned down an emergency appeal from a New Jersey man who says President-elect Barack Obama is ineligible to be president because he was a British subject at birth.

The court did not comment on its order Monday rejecting the call by Leo Donofrio of East Brunswick, N.J., to intervene in the presidential election. Donofrio says that since Obama had dual nationality at birth -- his mother was American and his Kenyan father at the time was a British subject -- he cannot possibly be a "natural born citizen," one of the requirements the Constitution lists for eligibility to be president.

Donofrio also contends that two other candidates, Republican John McCain and Socialist Workers candidate Roger Calero, also are not natural-born citizens and thus ineligible to be president.

At least one other appeal over Obama's citizenship remains at the court. Philip J. Berg of Lafayette Hill, Pa., argues that Obama was born in Kenya, not Hawaii as Obama says and the Hawaii secretary of state has confirmed. Berg says Obama also may be a citizen of Indonesia, where he lived as a boy. Federal courts in Pennsylvania have dismissed Berg's lawsuit.




Partager cet article
Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 01:04

(dépêche)


Participation record pour la présidentielle américaine, selon les chiffres définitifs

15 déc 2008 - il y a 6 heures 30 min

Participation record à la présidentielle américaine de 2008. Plus de 131 millions de personnes ont voté le 4 novembre, soit le taux le plus élevé depuis 40 ans pour ce type d'élection aux Etats-Unis, selon les chiffres définitifs communiqués ce week-end par les Etats.

C'est ce lundi que le collège électoral doit élire le démocrate Barack Obama président, au cours d'un important cérémoniel qui se déroulera dans chaque Etat.

Le nombre de suffrages exprimés s'établit à 61,6%, soit le plus fort taux depuis 1968 et l'élection du républicain Richard Nixon face à Hubert Humphrey, a expliqué Michael McDonald, professeur de sciences politiques à l'Université George Mason.

L'impopularité du président sortant George W. Bush, après deux mandats consécutifs, la grave crise économique et le conflit larvé en Irak ont contribué à cette poussée électorale en faveur du candidat du changement, Barack Obama. A également compté le fait de pouvoir élire le premier président métisse de l'Histoire des Etats-Unis.

Par comparaison, l'élection présidentielle de 2004, remportée par George W. Bush, qui obtenait un deuxième mandat, avait déjà battu un record de participation avec 122,3 millions de votes et 60,1% du corps électoral.

Le président des Etats-Unis est élu au suffrage universel indirect par les 538 "grands électeurs" du collège électoral, désignés par les électeurs lors du scrutin présidentiel, cette année le 4 novembre. Chaque Etat se voit attribuer un certain nombre de grands électeurs, en fonction de sa démographie.

Les grands électeurs votent normalement pour le candidat arrivé en tête dans leur Etat. Ils en ont pris l'engagement, mais n'en n'ont toutefois pas l'obligation légale. AP




Partager cet article
Repost0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 21:49

(dépêches)



USA: la Cour suprême rejette un recours contre Barack Obama

8 déc. 2008 - il y a 1 heure 56 min

La Cour suprême des Etats-Unis a rejeté le recours présenté en urgence par un homme qui affirmait que Barack Obama n'avait pas le droit d'être président parce qu'il était citoyen britannique à la naissance.

La Cour n'a pas commenté sa décision lundi. Leo Donofrio estimait que puisque M. Obama avait la double nationalité à la naissance -sa mère étant américaine et son père kényan étant à l'époque sujet britannique- il ne pouvait être un "citoyen naturel de naissance", une des conditions requises par la Constitution américaine pour pouvoir être président.

M. Donofrio estime également que deux autres candidats à l'élection présidentielle, le républicain John McCain et le candidat des Travailleurs socialistes Roger Calero, n'étaient pas non plus des "citoyens naturels de naissance" et qu'ils n'auraient ainsi pas eu le droit d'occuper la Maison Blanche.

La Cour suprême reste saisie d'au moins un autre recours sur la nationalité de Barack Obama. A l'origine de cette action judiciaire, Philip Berg prétend que le président-élu est né au Kenya, et pas à Hawaï comme l'affirme sa biographie officielle. Philip Berg soutient également que M. Obama pourrait avoir la nationalité indonésienne, pays où il a passé une partie de son enfance. AP

Court won't review Obama's eligibility to serve

By Tim Jones | Tribune correspondent
10:16 AM EST, December 8, 2008

From the Chicago Tribune
MORE ON BARACK OBAMA

UPDATE: The Supreme Court has turned down an emergency appeal from a New Jersey man who says President-elect Barack Obama is ineligible to be president because he was a British subject at birth.

The court did not comment on its order Monday rejecting the call by Leo Donofrio of East Brunswick, N.J., to intervene in the presidential election. Donofrio says that since Obama had dual nationality at birth -- his mother was American and his Kenyan father at the time was a British subject -- he cannot possibly be a "natural born citizen," one of the requirements the Constitution lists for eligibility to be president.

Donofrio also contends that two other candidates, Republican John McCain and Socialist Workers candidate Roger Calero, also are not natural-born citizens and thus ineligible to be president.

At least one other appeal over Obama's citizenship remains at the court. Philip J. Berg of Lafayette Hill, Pa., argues that Obama was born in Kenya, not Hawaii as Obama says and the Hawaii secretary of state has confirmed. Berg says Obama also may be a citizen of Indonesia, where he lived as a boy. Federal courts in Pennsylvania have dismissed Berg's lawsuit.


Partager cet article
Repost0
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 01:54

(dépêche)


Regrets en forme de bilan pour le président Bush

2 déc. 2008 - 03:12

Regrets en forme de bilan pour le président Bush. "Je suis désolé de ce qui se passe, bien sûr", a-t-il déclaré lundi, après l'annonce officielle lundi du NBER que l'économie américaine était entrée en récession dès décembre 2007.

Le président américain a regretté que la crise financière mondiale coûte des emplois et des retraites. Il soutiendra toute intervention supplémentaire du gouvernement, si nécessaire, pour sortir de la récession, a-t-il affirmé dans un entretien avec ABC World News diffusé lundi.

"Les Américains doivent savoir que nous allons sauvegarder le système." Plus tard dans l'interview, il a signalé: "Je ne peux pas garantir que nous récupérerons tout notre argent, mais il est envisageable que ce pourrait être le cas."

Peu avant de quitter ses fonctions, le 20 janvier prochain, George W. Bush s'est estimé responsable de la récession économique, car elle se produit sous son mandat. Mais il a précisé: "Je pense que lorsque l'histoire de cette période sera écrite, les gens réaliseront qu'un grand nombre de décisions concernant Wall Street ont été prises pendant la décennie", avant qu'il ne prenne son poste.

De nombreux économistes estiment que la crise économique va se poursuivre jusqu'au milieu de l'année 2009 et sera la plus grave depuis la récession de 1981-82.

Au cours de la discussion, George W. Bush a également ajouté, "Je crois que je n'étais pas préparé à la guerre." Concernant la guerre en Irak, il a avoué que le plus grand regret de sa présidence concernait "l'erreur stratégique" sur la menace que représentait Saddam Hussein par rapport aux Etats-Unis. Il avait alors affirmé que l'Irak préparait des armes de destruction massive. A tort.

Et à propos du nouveau président-élu Barack Obama, il a dit: "Je suis sûr que certaines personnes ont voté pour Barack Obama à cause de moi." AP



Partager cet article
Repost0
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 21:38

Petite analyse des sentiments suscités en France avant, pendant et après l’élection de Barack Obama, et leurs conséquences sur la vie politique française. Première partie.

 

 

 

C’est assez intéressant d’analyser les impressions et réactions des observateurs français à propos des élections américaines. Pour beaucoup, seul le manichéisme serait concevable.


Avant l’issue des primaires démocrates

Toutes les incertitudes étaient présentes. Le combat entre Hillary Clinton et Barack Obama était très difficile à appréhender tant les forces en présence étaient motivées et d’égale grandeur.

Parmi les observateurs, il y avait les laudateurs raisonnés de Hillary Clinton. Pour eux, c’est la compétence et le sérieux, l’expérience et l’assurance. Un bon moyen d’être sûr que le prochain Président américain fût un Démocrate (une ici).

En face, ceux qui voyaient en Barack Obama un petit espoir de renouveau étaient considérés comme des doux naïfs qui ne comprendraient pas qu’il allait perdre, tant dans les primaires que, le cas échéant, à l’élection elle-même. Pour preuve, certains Républicains chercheraient à favoriser Obama dans les primaires car il serait leur adversaire le moins redoutable.


Avant l’élection du 4 novembre 2008

Une fois connus les deux principaux candidats en compétition, les observateurs étaient de nouveau coupés en deux.

Bien sûr, en France, on estimait à une très large majorité (plus de 90% !) qu’il vaudrait mieux un Démocrate qu’un Républicain à la Maison Blanche, mais on abordait ce sentiment très différemment.

D’un côté, il y avait les Cassandre, les oiseaux de mauvais augure et les désabusés qui pourraient même être des conspirationnistes qui parlaient de trucages des élections, du vote électronique, et même de coups tordus visant à faire voter républicain au dernier moment avec une arrestation opportune de Ben Laden, ou un attentat islamiste, ou encore une déclaration de guerre à l’Iran. Les plus audacieux parlaient même de risques de coup d’État, d’une militarisation du pays…

Parmi les arguments qui n’avaient rien à voir avec un scrutin truqué, il y avait bien sûr le célèbre effet Bradley et les sondages qui se tromperaient toujours (en citant généralement les résultats de l’élection française du 21 avril 2002).

Une variante : à partir du moment où les sondages restaient ostensiblement en faveur d’Obama, certains commençaient à se dire que les Républicains (et Bush Jr en particulier) avaient misé sur Obama car, d’une part, ils détestaient MacCain, d’autre part, cela leur permettrait de revenir plus facilement en 2012 (mais alors, pourquoi le Parti républicain aurait-il financé la campagne de MacCain ?).

De l’autre côté, ceux qui croyaient encore (après tous ces arguments) en la victoire d’Obama parce qu’ils avaient compris l’élan populaire qui l’avait porté dès janvier 2008, restaient considérés comme des doux rêveurs, qui gobaient n’importe quoi, qui croyaient qu’Obama était le Messie et qu’il rendrait le monde gentil et joli.

Une troisième catégorie était un peu plus originale puisqu’elle pensait qu’Obama ou MacCain, c’était blanc bonnet et bonnet blanc (sans jeu de mots), qu’ils n’étaient que des marionnettes, éventuellement des vendus au grand capital, aux lobbies, à la haute finance, au pétrole et à je ne sais quoi d’autre. Pour preuve, l’argent récolté par Obama.

Malgré les nombreuses erreurs du camp républicain (inutile de les énumérer), une quatrième catégorie pensait que John MacCain serait quand même élu. Voire l’espéraient. Pourquoi ? Selon eux, rien à voir avec la couleur de la peau. Pourtant, cela semblerait être les mêmes qui pensaient que ceux qui préféreraient Obama le préféreraient en raison de la couleur de la peau aussi ! Sans imaginer un instant que les qualités intrinsèques de Barack Obama (charisme, culture du consensus, écoute, pertinence de la réflexion et de la décision) auraient pu faire partie des causes de cette préférence.


Qualités de leader

En début septembre 2008, pendant quelques jours, les courbes d’intentions de vote s’étaient inversées. La raison à cela : la désignation de Sarah Palin. Il était de bon ton en France de la considérer comme une parfaite cruche. Cela n’expliquait pas sa forte popularité en Alaska mais ça rassurait l’homme de la rue.

Pourtant, si Sarah Palin avait eu un rôle très contrasté dans la campagne de MacCain (relance de sa campagne, mais déclarations intempestives et gaffes nombreuses et risibles), Sarah Palin avait montré des capacités de leadership qui laisseraient entendre qu’on la retrouverait certainement dans les prochaines années.

On oubliait un peu trop aisément les stupidités de Présidents élus comme George W. Bush (bien sûr) mais aussi Ronald Reagan (qui décidait de ses dates de conférence de presse en fonction d’une voyante) ou du Vice-Président Dan Quayle incapable d’écrire le mot "patate" au pluriel.

Je rappellerais que les qualités de leader, celles demandées pour diriger un grand pays comme les États-Unis, ce n’est pas forcément une intelligence hors norme (les conseillers sont là pour cela), mais une capacité à bien s’entourer, à déléguer, à motiver une équipe (un gouvernement) et un peuple, et à prendre rapidement les bonnes décisions. Bref, des qualités de manager.

Obama avait montré certaines de ces qualités (mais il décide lentement, peut-être est-ce son point faible), Bush Jr aussi, alors qu’Al Gore comme MacCain avaient montré leur incapacité de bien s’entourer.


Dans le second article, sera étudiée la métamorphose des sceptiques après l’élection d’Obama.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (28 novembre 2008)


Pour aller plus loin :

Les résultats de l’élection présidentielle du 4 novembre 2008.
Pourquoi Obama ?
Boîte à outils pour mieux comprendre ces élections.
Communion mondiale.


http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=47968

 

http://www.lepost.fr/article/2008/12/03/1345691_obama-au-plus-haut-des-dieux-1.html


http://www.centpapiers.com/obama-au-plus-haut-des-dieux-1/4043/


 

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 14:19

(dépêche)

 

 



McCain retourne au Sénat et briguera un cinquième mandat

Mercredi 26 novembre 2008 - 11h55

 

John McCain a annoncé mardi soir qu'il retournerait prochainement au Sénat et qu'il briguerait un cinquième mandat en 2010. Le candidat malheureux du Parti républicain à l'élection présidentielle a ajouté qu'il était fier de sa campagne même si 'est son adversaire démocrate Barack Obama qui l'a emporté.

 

"En gros, je décide de rester disponible pour continuer de servir l'Etat de l'Arizona et mon pays", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Le sénateur âgé de 72 ans veut notamment s'attaquer au gaspillage de l'argent public, à une réforme de la législation sur l'immigration et se rendre en Irak, en Afghanistan et au Pakistan.

John McCain a par ailleurs annoncé qu'il militerait pour la confirmation par le sénat de la nomination de la gouverneuse de l'Arizona Janet Napolitano au poste de cheffe de la sécurité intérieure si Barack Obama la désigne officiellement. "Nous savons que nous sommes confrontés à des extrémistes islamistes partout dans le monde, et je pense qu'elle fera un boulot remarquable", a-t-il dit.

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 19:45

(dépêche-vidéo)



Les regrets de George W. Bush

lefigaro.fr
12/11/2008 | Mise à jour : 09:57 | Commentaires  36 .

VIDEO - Dans une interview à CNN, le président américain regrette quelques unes des expressions martiales utilisées au cours de ses deux mandats et esquisse son futur.
 
A quelques semaines du passage de témoin à Barack Obama, le locataire de la Maison-Blanche dresse son bilan et exprime des « regrets ». Pas tant sur son action que sur sa rhétorique. Dans une interview accordée à CNN, le président des Etats-Unis dit regretter certaines de ses répliques les plus martiales telles que « Mort ou vif ».

Bush, qui répète que l'élection de Barack Obama est un « moment historique » et « bon pour le pays », dévoile également son futur plan de carrière. Il compte retourner illico au Texas qui « lui manque » et probablement écrire un livre sur son règne au bureau ovale. Objectif : permettre aux lecteurs de se mettre à sa place et comprendre dans quelles conditions il a pris quelques unes de ses décisions les plus controversées. Retrouvez l'interview intégrale en vidéo :

lefigaro.fr
12/11/2008 | Mise à jour : 09:57 |
Commentaires 36

.



Partager cet article
Repost0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 18:14

(dépêche)



Obama Meets With McCain in Chicago 

Ozier Muhammad/The New York Times

President-elect Barack Obama met with Senator John McCain on Monday at Mr. Obama's transition office in Chicago. At right is Rahm Emanuel, who is to serve as Mr. Obama's chief of staff.

By BRIAN KNOWLTON
Published: November 17, 2008

WASHINGTON — President-elect Barack Obama and Senator John McCain agreed on Monday, in their first meeting since the election, to work together on some of the nation’s most pressing challenges, from the financial crisis to national security problems.

After a private meeting in the Obama transition offices on the 38th floor of the Kluczynski Federal Building in downtown Chicago, the two men issued a joint statement saying that they agreed “that Americans of all parties want and need their leaders to come together and change the bad habits of Washington so that we can solve the common and urgent challenges of our time.”

The statement continued: “We hope to work together in the days and months ahead on critical challenges like solving our financial crisis, creating a new energy economy, and protecting our nation’s security.”

There were few other clues to the dynamics between the two men, who until two weeks ago were vying for the presidency, and whose relations during the campaign were at times a bit frosty. When a reporter asked Senator McCain at the outset of the meeting on Monday whether he would help Mr. Obama with his administration, he replied, “Obviously.”

The meeting came four days after Mr. Obama met with his main rival for the Democratic nomination, Senator Hillary Rodham Clinton, sparking widespread speculation that he would nominate her to be secretary of state.

And it came three days after Mr. Obama met with another former rival, Governor Bill Richardson of New Mexico, a former ambassador to the United Nations who might now be in competition with Mrs. Clinton for the State Department post.The Obama-McCain meeting in Chicago, an effort at reconciliation after a sometimes bitterly fought campaign, came unusually soon after Election Day.

The president-elect and the Arizona senator hold relatively similar views on issues like climate change and ethics reform, where cooperation might be fruitful. More urgently, Mr. Obama may be hoping for help in pushing for a new economic stimulus package that faces stiff Republican resistance.

Also taking part in the meeting were Senator Lindsey Graham, Republican of South Carolina and a trusted McCain ally, and Representative Rahm Emanuel, Democrat of Illinois, who is to be Mr. Obama’s White House chief of staff.

Advisers to both Mr. McCain and Mr. Obama said that they did not expect Mr. McCain to be offered a job in the new administration.

Mr. Obama said in an interview broadcast Sunday on the CBS program “60 Minutes” that there would be at least one Republican in his cabinet. He would not say when he might announce his first cabinet nominations, except to say “soon.”

While the Obama-McCain meeting came earlier than some past efforts at reconciliation between newly elected presidents and their vanquished foes, the president’s father, George H.W. Bush, met on almost exactly the same date — Nov. 18 — with Bill Clinton after losing to him in the 1992 election.

Mr. Clinton later called the meeting “very helpful,” though he found that his host wanted to talk almost exclusively about foreign affairs while he had hoped to pick the outgoing president’s brain on domestic affairs.

In 2000, it was not until Dec. 19 that President-elect George W. Bush called on Vice President Al Gore, though that was just a week after the Supreme Court resolved the Florida recount debacle; the two spent less than 20 minutes together at the Naval Observatory, the official vice-presidential residence, where the elder Bushes themselves had once lived.

(President-elect Bush also called that day on Mr. Clinton at the White House. This time it was Mr. Clinton who guided the conversation to foreign affairs for most of a two-hour talk. It was unclear whether anyone brought up Mr. Bush’s vow, during the campaign, to “restore honor and dignity to the White House.”)

In Chicago, Mr. Obama might be mindful of the fact that former rivals can also be future foes. In 2005, Senator John Kerry did not wait even a week after the inauguration of President Bush before launching into barbed attacks on his health care plan, calling it “window dressing.”






Partager cet article
Repost0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 12:07
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 03:55

(dépêche)



Barack Obama lors de son interview sur CBS le 16 novembre 2008


Obama: première conférence de presse
ETATS-UNIS

17/11/2008 | 09:24 1 commentaire - France 2

Le président américain élu a accordé dimanche à CBS son premier entretien depuis son élection à la Maison blanche

Il a confirmé ses promesses de campagne de fermer la prison de Guantanamo à Cuba et de retirer les troupes américaines d'Irak.

L'essentiel de l'entretien a été consacré à l'économie. Il a affirmé que son "travail comme président sera de [s']assurer que [l'administration] rétablisse la confiance" dans les  marchés financiers.

L'économie

Barack Obama a souligné l'importance de la lutte contre la récession, quitte à laisser  s'aggraver le déficit budgétaire. Il a remarqué que la crise financière avait suscité un consensus entre les économistes. Un consensus qui "consiste à dire que nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour faire redémarrer l'économie et qu'il va falloir dépenser de l'argent pour stimuler l'économie".

Les économistes disent "que nous ne devons pas nous inquiéter du déficit cette année ni même l'année prochaine. Qu'à court terme, le plus important, c'est d'éviter une
aggravation de la récession", a ajouté le futur locataire du Bureau oval.

Il a qualifié de "priorité numéro 1" un renforcement de la régulation du secteur financier.
"Je pense qu'il faut rétablir un sentiment de confiance, de transparence et d'ouverture dans notre système financier", a-t-il dit.

Le président élu s'est par ailleurs prononcé pour un plan de sauvetage des constructeurs automobiles américains. Le plus important d'entre eux, General Motors, a annoncé qu'il serait à court de liquidités dès l'an prochain. "Une faillite de l'industrie automobile serait une catastrophe", a dit Barack Obama. "Il faut aider l'industrie automobile, mais ce ne doit pas être un chèque en  blanc", a estimé le futur président. Il a estimé que l'aide devait être soumise à l'adoption d'un plan à long terme engageant à la fois les salariés,  les directions des entreprises concernées, les fournisseurs et les banques.

Guantanamo

J'ai dit plusieurs fois que je voulais fermer Guantanamo, et je vais m'y  tenir", a-t-il déclaré. Pendant sa campagne, le prochain président américain avait promis à plusieurs reprises de fermer le centre de détention. Celui-ci est le symbole des excès de "la guerre  contre le terrorisme" menée par George W. Bush et critiqué dans le monde entier. Ouvert début 2002 sur une base navale américaine située à Cuba, ce centre de détention retient aujourd'hui 255 détenus sur les 800 qui y sont passés. Ceux-ci sont emprisonnés pour une durée illimitée sans aucun chef d'inculpation, contrairement à tous les principes de la justice américaine.

Barack Obama a également confirmé qu'il entendait donner un coup d'arrêt à la torture comme méthode d'interrogation par les militaires américains. "J'ai dit plusieurs fois que l'Amérique ne torture pas. Et je vais m'assurer que nous ne torturons pas", a-t-il dit.

La fermeture de Guantanamo et l'arrêt de la torture, a-t-il ajouté,  "font partie d'un effort pour permettre à l'Amérique de retrouver son rang sur le plan moral".

Retrait d'Irak

Il a également répété ses promesses de camp concernant la guerre en Irak. Un conflit qui a fait plus de 4000 morts dans les rangs de militaires américains depuis 2003.

Barack Obama, qui s'était prononcé contre l'intervention des troupes américaines dès 2003, entend reporter les efforts des Etats-Unis sur l'Afghanistan, dont il a fait une priorité de sa politique étrangère. Alors que la situation s'est améliorée sur le terrain en Irak depuis un an, Barack Obama entend retirer l'essentiel des troupes américaines en 16 mois, d'ici à l'été 2010. Le gouvernement irakien a approuvé dimanche un accord avec les Etats-Unis  prévoyant un retrait d'ici à 2011.




Obama veut sortir l'Amérique de la crise à tout prix

Ophélie Wallaert (lefigaro.fr) avec agences
17/11/2008 | Mise à jour : 10:49 | Commentaires  31 .

Michelle et Barack Obama sur le plateau de la chaîne de télévision américaine CBS. Crédits photo : AP
Invité de l'émission «60 minutes» sur CBS dimanche, le nouveau président américain a souligné l'importance de la lutte contre la récession, quitte à laisser s'aggraver le déficit budgétaire.
 
Un subtil mélange de questions politiques et personnelles. Voilà comment résumer la première interview télévisée de Barack Obama depuis son élection à la tête des Etats-Unis, le 4 novembre. Escorté de sa femme et future First Lady Michelle, «Mr. président Obama» est apparu dimanche dans l'émission «60 minutes» sur la chaîne CBS, où il a confirmé des promesses de campagne, abordé le sujet brûlant de la crise et distillé des anecdotes sur sa vie familiale.

«J'ai dit plusieurs fois que je voulais fermer Guantanamo, et je vais m'y tenir», a assuré avec vigueur Barack Obama. Cette fermeture et l'arrêt de la torture, a-t-il ajouté, «font partie d'un effort pour permettre à l'Amérique de retrouver son rang sur le plan moral». Le centre de détention de Guantanamo, ouvert en 2002 sur une base navale américaine située à Cuba, retient aujourd'hui 255 détenus sur les 800 qui y sont passés. A plusieurs reprises pendant sa campagne, le prochain président américain avait promis de fermer ce symbole des excès de «la guerre contre le terrorisme» menée par George W. Bush.

Autre promesse de campagne, autre confirmation : le retrait d'Irak. «J'ai dit au cours de la campagne, et je me suis tenu à cette position, que dès que je prendrai mes fonctions, j'appellerai l'état-major et les responsables de la sécurité nationale afin de lancer un plan de retrait de nos troupes», a rappelé Barack Obama. L'ancien sénateur de l'Illinois s'était prononcé contre l'invasion de l'Irak de Saddam Hussein en 2003. Son plan aujourd'hui : retirer l'essentiel des troupes américaines en 16 mois, d'ici à l'été 2010. Dimanche, le gouvernement irakien a d'ailleurs approuvé un accord avec les Etats-Unis prévoyant un retrait d'ici à 2011.

Beaucoup d'espoirs reposent également sur le prochain président démocrate quant à sa propension à affronter la crise économique. Pour le principal intéressé, son «travail comme président sera de (s')assurer que (l'administration) rétablisse la confiance» dans les marchés financiers, chez les consommateurs et dans les entreprises. Quitte à creuser encore plus le déficit budgétaire abyssal des USA. «Le plus important est d'éviter que la récession se creuse» a estimé le futur président.

«Je dors dans mon lit, un vrai régal»

Concernant les investisseurs qui suivent toujours avec angoisse les montagnes russes de la bourse, Barack Obama a estimé sur CBS que l'économie se serait dégradée encore plus sans le plan de sauvetage financier de 700 milliards de dollars voté par le Congrès. «D'une certaine manière, les choses pourraient être pires» a-t-il considéré. Le renforcement de la réglementation est une priorité majeure au plan législatif, pas pour écraser «l'esprit d'entreprise et le capitalisme américain fait de prise de risques», mais pour «restaurer un sens de l'équilibre».

Dans une conversation téléphonique surprise récemment par des reporters, Obama avait assuré qu'il ne passerait «pas trop de temps les prochaine semaines à Washington». Sur CBS, il a refusé de se prononcer sur la date à laquelle il allait annoncer les premiers membres de son gouvernement, se bornant à dire : «bientôt». Mais il a donné quelques pistes sur ses priorités pour l'après 20 janvier, après son entrée en fonction. Sélectionner sa future équipe chargée de la sécurité nationale est le plus urgent. «Je pense que c'est important de mettre l'équipe de sécurité nationale en place parce que c'est potentiellement un moment de vulnérabilité pour une attaque terroriste» a prévenu le futur locataire de la Maison-Blanche.

Se tournant vers celle qui l'accompagnera à la Maison-Blanche avec leurs deux filles, sa femme Michelle, il a expliqué que celle-ci allait «se créer son propre rôle» comme première dame. Et qu'elle entendait également s'occuper de l'éducation de leurs deux filles Sasha et Malia. Interrogé sur l'éventuelle présence d'un quatrième membre féminin de sa famille à la Maison-Blanche, sa belle-mère en l'occurence, il a répondu qu'elle pouvait venir y habiter «si elle veut». Sans oublier le chien qu'il compte offrir à Sasha et Malia pour leur tenir compagnie dans leur nouvelle maison.

Alors que le journaliste lui demandait s'il se faisait à l'idée de devenir le 44e président des Etats-Unis, Obama a répondu: «il y a encore quelques détails auxquels nous ne sommes pas habitués... comme... ne pas pouvoir sortir, marcher dans la rue». Autre regret : «je ne peux plus aller chez mon vieux coiffeur, je dois lui demander de se rendre dans un endroit secret pour me couper les cheveux !», a-t-il raconté. Une chose à laquelle le futur président s'est en tout cas vite réhabitué après de longs mois de campagne, c'est son lit, dans sa maison de Chicago : «J'y dors depuis dix jours, et c'est un vrai régal»,a-t-il confié, amusé. En attendant de retrouver un nouveau lit, présidentiel celui-là, à partir de janvier 2009.


Partager cet article
Repost0

Résultats officiels
de l'élection présidentielle 2012
 


Pour mettre la page en PDF :
Print


 




Petites statistiques
à titre informatif uniquement.

Du 07 février 2007
au 07 février 2012.


3 476 articles publiés.

Pages vues : 836 623 (total).
Visiteurs uniques : 452 415 (total).

Journée record : 17 mai 2011
(15 372 pages vues).

Mois record : juin 2007
(89 964 pages vues).